Actualités
Background

Discothèques et festivals vont devoir baisser d'un ton

A la une




Un décret paru au Journal officiel du 7 août vise à renforcer la protection l'audition du public. Il impose en effet aux établissements clos et de plein air diffusant des sons amplifiés des seuils de décibels à ne pas dépasser.

Le décret publié au Journal officiel définit de nouvelles normes sonores pour les discothèques. Mais également pour les lieux diffusant de la musique amplifiée et accueillant plus de 300 personnes. Le niveau sonore moyen, mesuré sur 15 minutes, ne devra plus dépasser 102 décibels, contre 105 aujourd'hui. Autre mesure plus significative, dès lors que le public concerné a moins de 6 ans, le seuil sera fixé à 94 décibels.

Des jeunes inconscients des risques auditifs ?

Par ailleurs, le décret détermine les mesures de prévention des risques auditifs tels que l'information du public et la mise à disposition de protections auditives individuelles. Il s'agira de bouchons d'oreille qui devront être distribués gratuitement. Les responsables devront également créer des zones de « repos auditif ou, à défaut, ménager des périodes de repos auditif, au cours desquels le niveau sonore ne dépassera pas les 80 décibels ».

Des mesures de bon sens étant donné que selon l'association JNA, un jeune sur cinq souffre de déficiences auditives. Parmi ces derniers, la moitié déclare « ne pas s'inquiéter pour leur capital auditif ». Et rappelons qu'il faut plus de 16 heures de repos à nos oreilles pour récupérer de 2 heures passées dans une discothèque à 105 dB.