Actualités

Grands-parents à proximité : des bons… et des mauvais côtés

enfant
Partager du temps avec papy et mamie, c’est une vraie richesse pour les enfants. Et pouvoir appeler ces baby-sitters hors pair pour venir garder au pied levé le petit dernier quand il est malade, un stress en moins pour les parents. Habiter tout près des grands-parents est donc une chance, à condition de trouver la bonne distance, d’un côté comme de l’autre. 
Par le passé, la plupart des familles étaient géographiquement proches. Aujourd’hui, mobilité professionnelle oblige, il n’est pas rare pour les grands-parents d’habiter à plusieurs centaines, voir plusieurs milliers de kilomètres de leurs petits-enfants. Les vacances scolaires sont alors souvent synonymes de retrouvailles et de parenthèses enchantées. Ce n’est pas toujours évident à organiser côté transports, mais une fois sur place, ce n’est que du bonheur. Papy et mamie se rendent entièrement disponibles, papa et maman profitent de ces quelques jours rien qu’à eux.
Mais quand on habite dans la même ville, voire dans le même quartier, c’est quelque peu différent. Les tentations sont parfois grandes d’abuser de cette proximité. Les jeunes parents, rassurés d’avoir à deux pas des personnes de confiance à qui confier leurs enfants, peuvent avoir tendance à trop les solliciter. Les grands-parents, sans forcément penser à mal, peuvent se montrer un peu envahissants. Ils peuvent aussi, sans le vouloir, rendre jaloux leurs autres enfants et petits-enfants qui se sentiraient un peu délaissés car plus éloignés.
La solution ? Comme toujours, il faut discuter de toutes ces problématiques à tête reposée, en anticipant les éventuelles tensions, si possible avant même l’arrivée du bébé. Chacun doit pouvoir exprimer ses envies, ses attentes, ses réticences et ses inquiétudes sans crainte de peiner ou de vexer l’autre.