Actualités

Mélanome : vers une chute de la mortalité ?

Cancérologie
Selon un travail mené par des équipes du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), la mortalité liée au mélanome devrait s’inscrire à la baisse d’ici 2050. Et ceci pour deux raisons : l’efficacité des campagnes de sensibilisation et de nouveaux traitements.

Selon l’étude de modélisation réalisée par le CIRC, les personnes les plus à risque de mélanome sont celles nées entre 1900 et 1960, une période où les dommages causés par l’exposition au rayonnement solaire étaient peu connus. C’est pourquoi les auteurs estiment que la mortalité devrait chuter au cours des prochaines décennies.

Traitements : un accès universel !

Pour parvenir à ce résultat, ils ont travaillé à partir des données de trois pays, l’Australie, les Etats-Unis et la Suède. Dans ce dernier pays, le pic de mortalité a été atteint en 2010. Pour l’Australie, c’était en 2015 pour les hommes et 1990 pour les femmes. Enfin aux Etats-Unis, les dates retenues sont respectivement 2005 et 1995.

En 2050, estiment les chercheurs, le taux de mortalité sera divisé par deux en Australie, par deux et demi aux Etats-Unis et une fois et demi en Suède. Et cela grâce aux nombreuses campagnes de sensibilisation qui ont porté leurs fruits. Mais pas seulement, ces chiffres pourront être atteints seulement si les traitements sont disponibles de manière universelle.