Actualités

Quelle prise en charge pour un pied bot ?

enfant
Le pied bot varus équin est une malformation congénitale dont les causes sont mal connues. Une chose est certaine, il touche 1 naissance sur 1 000, le plus souvent des garçons. S’il peut paraître impressionnant pour de jeunes parents, le pied bot est aujourd’hui très bien pris en charge.
Dans le cas du pied bot varus équin, le pied est tourné en dedans et il ne peut pas se relever. Si l’anomalie est parfois vue lors d’échographies, elle n’est souvent repérée qu'à la naissance. Une fois le diagnostic confirmé, un traitement peut être mis en place. « La prise en charge doit se faire précocement après la naissance », explique le CHU de Nantes. Le traitement initial peut être de deux types : soit par attelle et kinésithérapie, c’est la méthode fonctionnelle. Soit par plâtres, c’est la méthode de Ponseti. Cette dernière mérite quelques explications.
Les plâtres sont posés rapidement après la naissance et permettent de corriger progressivement la déformation. Ils vont de la racine de la cuisse jusqu'au pied. « Ils sont changés toutes les semaines. Au total, 6 plâtres sont réalisés (pour un seul pied ndrl). » A noter que le pied bot affecte simultanément les deux pieds dans un cas sur deux. Mais très souvent, le tendon d'Achille reste court malgré les plâtres. Il est donc nécessaire de l'allonger. « Ce geste est réalisé en même temps que le sixième plâtre, sous anesthésie générale. »
Mener le traitement à son terme
Après les plâtres, le traitement se poursuit pendant plusieurs mois par le port d'une attelle de « Ponseti Mitchells ». Elle est constituée de deux petits chaussons et d'une barre qui relie ces deux chaussons. « Cette attelle doit être mise en permanence (jour et nuit). Elle est enlevée uniquement pour prendre le bain. Une fois que votre enfant veut commencer à se mettre debout (vers 10 mois) l'attelle n'est plus portée que la nuit et ce jusqu'à l'âge de 5 ans. »
Prudence toutefois. « Il faut faire attention à bien poursuivre ce traitement. En effet comme le résultat est généralement très satisfaisant à l'issu des plâtres, les parents ont souvent tendance à vouloir arrêter le port de l'attelle prématurément ce qui entraîne un risque très important de récidive de la déformation. Il faut bien comprendre que ces attelles ne sont pas gênantes pour l'enfant qui est pratiquement né avec. »
Parfois, malgré cette prise en charge, une intervention chirurgicale peut tout de même s’avérer nécessaire. Notons que, même si les résultats du traitement orthopédique sont plus que satisfaisants, un suivi à long terme est toujours indispensable.
Enfin, pour les parents qui s’inquiéteraient de l’avenir de leur enfant, sachez qu’il pourra mener une existence normale et pratiquer un sport comme la plupart de ses camarades.