Actualités

Suicide : « relier, communiquer, prendre soin »

suicides
Première cause de mortalité chez les 25-34 ans et deuxième chez les 15-24 ans, le suicide est responsable de 11 000 décès chaque année en France. La prise en compte des facteurs de risque comme la fragilité psychique et l’isolement doit donc gagner du terrain. Le point à l’occasion de la Journée nationale de Prévention du Suicide organisée ce jeudi 2 février.
Tous les jours, 24 heures sur 24, et ce depuis 55 ans, la plateforme S.O.S. Amitié répond à la souffrance des Français sujets aux idées noires voire aux pulsions suicidaires. « Sur les 9 premiers mois de l’année 2016, les appels ont augmenté de 11% au téléphone et de 49% par tchat », en comparaison avec les 9 premiers mois de l’année 2015. Et la gravité des situations va en augmentant étant donné que la durée des appels est, sur la même période, allongée de 11%. Ces hausses des recours sont davantage le fait des hommes par téléphone (+32%) et des femmes par tchat (+60%). A noter qu’à l’échelle mondiale les taux de suicide rapportés dans la population masculine sont trois fois plus élevés comparés aux femmes.
Le risque de la souffrance psychique et de l’isolement
Ces chiffres sont publiés à l’occasion de la Journée nationale de Prévention du Suicide de ce jeudi 2 février. Evénement qui a pour thème « relier, communiquer, prendre soin ». Soit la prévention axée sur la prise de parole et l’écoute dans la prévention des passages à l’acte. Après la souffrance psychique, « le deuxième motif d’appel est l’isolement », souligne S.O.S. Amitié. La grande majorité des appels (87%) provient de la génération active comprise entre 25 et 65 ans.
Vous souhaitez participer à un événement à l’occasion de cette journée mondiale ? Cliquez ici pour connaître le programme dans votre région.
A noter : chaque année, entre 176 000 et 200 000 patients sont hospitalisés pour une tentative de suicide.