Actualités

VIH/SIDA : le feu vert pour le Truvada®

VIH/SIDA

Dans la ligne directe des autorités européennes, l’ANSM a donné son feu vert pour la prescription préventive du Truvada® dans le cadre d’une AMM. Ce premier traitement antirétroviral pourra être délivré à des individus à haut risque de séropositivité par voie sexuelle, en prévention d’une contamination par le virus du SIDA.


La recommandation temporaire d’utilisation (RTU) de Truvada® – mise en place depuis janvier 2016 par l’Agence nationale de sécurité de médicament et des produits de santé (ANSM) – vit ses derniers jours en France. Elle prendra fin le 28 février. Cette association de deux inhibiteurs de la transcriptase inverse* du VIH sera, à compter de cette date, accessible en prophylaxie pré-exposition (PrEP) dans le cadre d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). Il s’agit de la prescription d’un comprimé par jour « chez les adultes à haut risque d’acquisition du VIH par voie sexuelle, en tant qu’outil additionnel d’une stratégie de prévention diversifiée ». Jusqu’à présent, 3 000 patients ont déjà bénéficié de Truvada® dans ce cadre.


Un dépistage au minimum tous les 3 mois


Ce traitement sera « initié par un médecin spécialiste hospitalier et/ou exerçant en CeGIDD**». Une prescription renouvelable pendant un an par un médecin généraliste, « comme c’est actuellement le cas dans le traitement de l’infection par le VIH », rappelle l’ANSM.


Pour encadrer l’extension de cette indication, « des documents de réduction des risques seront mis à disposition des professionnels de santé concernés ». Notamment pour rappeler deux troubles majeurs associés à la prise de Truvada® : celui de la toxicité rénale liée au traitement d’une part, et la séroconversion sous traitement pouvant trouver son origine dans « l’apparition de mutations de résistance du virus ».


Après une prise de Truvada®, le suivi régulier « inclut un dépistage du VIH au minimum tous les trois mois et une surveillance de la fonction rénale ». Ainsi les personnes auront-elles à leur disposition toutes les brochures nécessaires pour prendre connaissance des risques liés à la prise de ce traitement, suivre le planning des rendez-vous médicaux et, éventuellement, déclarer leur séroconversion (phase pendant laquelle les anticorps sont suffisamment concentrés dans le sang pour être détectables).


A noter : inscrite dans une stratégie préventive globale, la prescription du Truvada® va de pair avec l’utilisation du préservatif, indispensable pour renforcer la protection contre le VIH et des infections sexuellement transmissibles.


*l’emtricitabine et le ténofovir


*Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic des infections par le VIH, les hépatites virales et les infections sexuellement transmissibles.