Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ? Medelli
Mettre en favori

Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ?

De nombreuses boissons sont substituées aux laits infantiles. Elles ne couvrent pas les besoins des nourrissons et entraînent des carences graves pour la santé et le développement de l’enfant.

Quelle différence y a-t-il entre le lait, les préparations infantiles, les jus végétaux et les autres laits ?

Le lait : la réglementation européenne définit le lait comme « le produit provenant de la traited’une ou de plusieurs vaches ». En France, selon la réglementation en vigueur, tout lait provenant d’autres animaux doit porter la mention « lait de… » et préciser l’animal dont il est issu (lait de brebis, lait d’ânesse…).

Les préparations infantiles : elles sont constituées à partir de lait de vache; celui-ci ne convient pas aux enfants avant 3 ans. Il est modifié pour constituer les préparations infantiles, dont la composition est ainsi adaptée aux besoins des nourrissons.

Les boissons d’origine végétale : seules sont autorisées les appellations « lait de coco » et « lait d’amande ». Les autres produits doivent être appelés « boisson » ou « jus ».

Quels sont les besoins d'un nourrisson ?

Au cours de sa première année, l’enfant connaît une croissance très forte : son poids est multiplié par 3, il grandit d’environ 50 % par rapport à sa taille de naissance et son cerveau, qui pèse 300 à 400 g à la naissance, pèse plus de 1 kg à un an.

Il a besoin d’une alimentation adaptée pour accompagner sa croissance et lui permettre de se développer, avec des quantités de lipides, de calories, de vitamines et de micronutriments bien précises.

Les normes de composition des préparations pour nourrissons et préparations de suite ont été fixées en fonction de ces besoins.

Quelle est l’alimentation la mieux adaptée pour mon bébé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mamans d’allaiter leur bébé au cours des six premiers mois de sa vie.

Si elles ne peuvent pas ou choisissent de ne pas le faire, l’OMS préconise l’utilisation des laits infantiles 1âge (maintenant appelés préparations pour nourrissons), puis des laits 2âge (maintenant appelés préparations de suite) à partir de 4 mois.

Quelle est la composition d’une préparation infantile ?

L’Union Européenne fixele cadre règlementaire de la fabrication des préparations infantiles. Elles sont élaborées selon des normes strictes fixées à la suite de l’analyse du lait maternel, pour en être le plus proche possible. La règlementation impose également une forte traçabilité ; la provenance des laits est extrêmement contrôlée. Les préparations infantiles ne doivent pas contenir de substances néfastes ni pesticides (règlementation CE).

Pourquoi les préparations infantiles sont-elles adaptées à l’alimentation des bébés ?

La composition des préparations infantiles se rapproche au plus près de celle du lait maternel. Elles assurent l’ensemble des besoins nutritionnels des nourrissons avant un an et procurent les quantités nécessaires de fer, de graisses, de vitamines ou encore de minéraux, qui permettent aux bébés de bien se développer.

Pourquoi les jus végétaux et les laits d’origines végétales ou non bovines ne sont-ils pas adaptés aux besoins des bébés ?

Les jus végétaux et les autres laits contiennent très peu de calories (38 pour 100 ml pour le soja, par exemple, contre 67 pour le lait 1âge), trop peu de fer (il n’y en a pas du tout dans le jus de riz), de calcium, de lipides et de vitamines.
Ils contiennent en revanche trop de sel.

Leur utilisation entraîne chez le nourrisson une insuffisance d’apports en énergie, en protéines, en acides aminés, en lipides, en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Quelles peuvent être les conséquences d’une alimentation non adaptée pour mon bébé ?

Des complications sévères ont été identifiées, notamment des risques :

  • D’anémie (manque de fer pour lequel on doit parfois procéder à des transfusions)

  • De carences en protéines et en zinc qui engendrent des problèmes cutanés majeurs

  • De carences en vitamines D et en calcium qui peuvent aboutir à des convulsions.

  • De carences en acides gras essentiels ou le fer qui peuvent provoquer des anomalies du développement cérébral de l’enfant.

D’une manière générale, chez un nourrisson, tout déficit d’apport essentiel a des conséquences graves ; il peut se retrouver en état de malnutrition, avec des complications pouvant aller jusqu’au décès.

 

De la naissance à 3 ans, un enfant a des besoins spécifiques en matière d’alimentation. Celle-ci doit être adaptée pour lui permettre de se développer dans de bonnes conditions. Les boissons autres que le lait maternel ou les laits infantiles ne présentent aucun intérêt et présentent un réel danger pour le développement de l’enfant. Votre pédiatre ou médecin généraliste suivant votre enfant peut vous renseigner en cas de question. Vous pouvez également vous reporter au dossier de l’OMS consacré à ce sujet : http://www.who.int/topics/infant_nutrition/fr/index.html

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Bien réagir quand mon bébé a de la fièvre Medelli
Mettre en favori

Bien réagir quand mon bébé a de la fièvre

La fièvre chez le nourrisson est une situation courante qui inquiète toujours les parents. Comment bien réagir sans vous alarmer ?

Pourquoi mon bébé a-t-il de la fièvre ?

Votre nourrisson a de la fièvre si sa température est supérieure à 38,5°dans une atmosphère normalement chauffée.
La fièvre est une réaction normale à une agression extérieure. C’est le signe que l’organisme de votre bébé se défend contre une bactérie ou un virus.
Une poussée dentaire, un vaccin peuvent également provoquer de la fièvre.
La température de bébé peut aussi s’élever simplement parce qu’il fait très chaud ou qu’il est trop couvert.

 

Quand dois-je prendre sa température ?

  • Lorsque vous trouvez que votre bébé "n'est pas comme d'habitude".

Par exemple, il est grognon, il geint ou pleure souvent, a moins d'appétit ou ses selles sont plus fréquentes. Sa respiration, la couleur de sa peau ou sa tonicité lorsque vous le tenez dans vos bras sont aussi des signes à surveiller.

  • Après une vaccination. L'administration d'un vaccin peut s'accompagner d'une élévation de température.

Si votre bébé a de la fièvre, vous devez surveiller son évolution afin de vous assurer que les médicaments prescrits pour la faire baisser sont efficaces. Pensez à prendre la température avant l'administration d'un médicament et environ une heure après.

Comment dois-je réagir ?

La fièvre est un symptôme qui doit inciter à consulter :

  • Si votre bébé a moins de 6 mois, car la fièvre n’est jamais anodine.

  • Si la fièvre se prolonge au-delà d’une journée malgré vos soins.

  • Si votre bébé est pâle.

  • Si la fièvre s’accompagne de diarrhées, de vomissements, d’une éruption sur la peau ou d’une toux.

  • Si la fièvre entraîne des convulsions, la plupart du temps sans gravité. Ces contractions musculaires, qui secouent le corps de l’enfant durant quelques instants, doivent néanmoins, impérativement, vous conduire à consulter.

Comment prendre la température de monbébé ?

Poser la main sur le front de votre bébé n'est pas suffisamment fiable. Votre bébé peut paraître chaud alors que sa température est normale. Inversement, sa température peut vous sembler normale au toucher alors qu'il a une forte fièvre.

La méthode de référence pour mesurer la température corporelle est le thermomètre électronique par voie rectale. Appliquez un peu de vaseline sur le thermomètre, tenez les jambes de bébé d'une main et introduisez doucement le thermomètre dans le rectum.

Vous pouvez aussi utiliser d'autres méthodes moins précises mais plus pratiques : thermomètre électronique sous le bras, bandeaux à cristaux liquides sur le front, thermomètre à infrarouge, etc. L'utilisation de celui-ci dans l'oreille n'est néanmoins pas recommandée pour les bébés et les très jeunes enfants.

En cas de fièvre persistante, inutile de prendre la température trop fréquemment : trois fois par jour suffisent. Notez à chaque fois le résultat afin d'en informer votre médecin. Cette information lui sera indispensable pour poser son diagnostic.

Comment faire baisser la fièvre de mon bébé ?

Ne pratiquez pas l’automédication.
Donnez-lui à boire fréquemment par petites quantités.
Ne le couvrez pas trop.
Ne surchauffez pas sa chambre : 18° suffisent.
Si sa température se maintient au-delà de 38,5°, il est nécessaire de faire baisser la fièvre  pour son bien-être.

Longtemps un bain ou l'application d'un linge frais ont été recommandés. Ce n'est plus le cas. L'effet est faible et provisoire, et ces mesures peuvent augmenter l'inconfort de votre bébé.

Par des mesures simples, la fièvre de bébé peut baisser. Cependant, donner un bain frais à bébé n'est pas indispensable.

N’hésitez pas à prendre un avis médical : il est préférable de consulter si vous avez un doute.

Si la température de votre enfant est inférieure à 37 °, ce n'est pas grave. Un tout petit régule mal sa température et peut se trouver en hypothermie si son habillement n'est pas adapté.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je protège mes enfants en bas âge du soleil et de la chaleur Medelli
Mettre en favori

Je protège mes enfants en bas âge du soleil et de la chaleur

Il est essentiel de protéger bébés et enfants des rayons du soleil et des fortes chaleurs.

Comment puis-je protéger mon bébé en cas de fortes chaleurs ?

Evitez les promenades pendant les pics de chaleur, particulièrement s’il s’agit d’un nourrisson de moins d’un an

En cas de sortie, habillez-le légèrement avec des vêtements amples, de couleur claire, sans oublier un petit chapeau.

Ne le laissez jamais seul dans une voiture ou une pièce mal ventilée, même pour une courte durée.

Emportez des quantités d’eau suffisante pour tout déplacement en voiture.

A la maison, laissez-lui seulement sa couche, particulièrement pendant son sommeil. Pas de pyjama.

Humidifiez ses vêtements, pulvérisez de l’eau sur son visage et ses membres avec un brumisateur ou un aérosol d’eau.

Faites-lui prendre des bains au cours de la journée (les bains des bébés doivent toujours être entre 36° et 37°). Bébé se rafraîchira doucement au fur et à mesure que la température du bain baissera.

Faites-le boire régulièrement, plus souvent que d’habitude, et en plus grande quantité.

Occultez les fenêtres exposées au soleil durant la journée.

Aérez les pièces, sauf si la température extérieure est supérieure à la température intérieure.

Evitez les crèmes solaires et préférez un lait hydratant pour bébé.

Comment protéger les enfants plus grands ?

Evitez tout effort intense ou activité sportive durant les pics de chaleur.

Privilégiez les sorties en dehors des heures d’ensoleillement.

Faites-les jouer dans des espaces frais ou en permanence ombragés, ou encore dans un lieu rafraîchi par une climatisation à idéalement 5° C en dessous de la température ambiante. Ne les laissez jamais jouer sous une verrière.

Donnez-leur régulièrement des douches ou des bains frais.

Que dois-je faire face au soleil ?

Le soleil frappe même lorsqu'il ne fait pas chaud et même lorsqu’il y a des nuages.

Ne vous laissez pas abuser par la localisation géographique : le rayonnement solaire est aussi dangereux au Nord qu’au Sud.

Faites-leur porter des vêtements amples, légers, de couleur claire, couvrant les parties exposées de la peau, avec un chapeau large.

Utilisez abondamment de la crème solaire (indice de protection élevé) oudu lait hydratant que vous renouvellerez au moins toutes les 2 heures.

Faites-leur porter des lunettes de véritable protection contre les rayons. Les seuls verres teintés en plastique ne représentent aucune protection pour leurs yeux.

La plupart des parasols empêchent l’exposition directe, mais ne sont ni des protecteurs de chaleur ni des filtres efficaces pour tous les rayons.

Quels signes doivent m’alerter ?

La fièvre, surtout si elle est forte : 40° C.

La pâleur.

La somnolence.

Une agitation inhabituelle.

Une soif intense avec une perte de poids.

Quels réflexes dois-je avoir si l’enfant va mal ?

Placez l’enfant dans une pièce fraîche.

Donnez-lui immédiatement et régulièrement à boire.

Faites baisser la fièvre par un bain à un ou deux degrés au-dessous de la température corporelle.

Consultez rapidement un médecin.

En cas de trouble de la conscience, de refus ou d’impossibilité de boire, de couleur anormale de la peau, de fièvre supérieure à 40° C, appelez sans tarder le Samu en composant le 15.

Comment choisir une crème ou un lait de protection solaire ?

Les produits solaires donnent un indice de protection SPF (sun protection factor), soit, en français, le FPS (facteur de protection solaire).
Cet indice renseigne sur l’intensité de la protection contre les UVB qui sont principalement la cause des coups de soleil et provoquent de véritables brûlures cutanées.
Il y a 4 classes de protection :

  • Faible protection : SPF 6 à 10.

  • Protection moyenne : SPF 15 à 25.

  • Haute protection : SPF 30 à 50.

  • Très haute protection : SPF 50 et +.

La mention « écran total » a été supprimée depuis 2000, car il ne peut pas exister une protection à 100 %.
Pour les enfants, la très haute protection est recommandée. Elle est recommandée dans la plupart des cas, notamment pour les peaux claires.
Les UVA sont également nocifs puisqu’ils accélèrent le vieillissement de la peau et aggravent les effets des UVB.

Attention : n’oubliez pas qu’un produit de protection solaire a une durée de vie limitée, une fois ouvert. Cette durée est indiquée sur le flacon.

 

Il est essentiel de protéger bébés et enfants des rayons du soleil et des fortes chaleursIl est essentiel de protéger bébés et enfants des rayons du soleil et des fortes chaleurs

 

Evitez les sorties au soleil entre 11 h et 16 h, période où les rayons solaires frappent à la verticale et sont peu filtrés par l’atmosphère.
Pour les enfants, préférez les crèmes ou les laits solaires achetés en pharmacie.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je me demande si mon bébé mange comme il faut Medelli
Mettre en favori

Je me demande si mon bébé mange comme il faut

L’alimentation de votre bébé est essentielle à son développement, mais les troubles du comportement alimentaire perturbent parfois cet équilibre.

Mon bébé est un petit mangeur

C’est l’une des angoisses les plus fréquemment évoquées par les parents. Tant qu’il n’y a pas de répercussion sur sa courbe de croissance (taille-poids), il n’y a pas lieu de s’inquiéter.
Si votre bébé est allaité, continuez à le nourrir à la demande.

 

S’il est nourri au biberon, ne le forcez pas à terminer. La durée d’une tétée est variable, tout en évitant de dépasser 45 minutes. Son appétit peut varier comme le vôtre !
Laissez un laps de temps suffisant entre chaque biberon (de 3 à 6/8 heures maximum selon son âge). Dans les deux cas, ne le réveillez pas pour manger.

 

Lors de la diversification alimentaire, son comportement peut changer, car il doit s’adapter à de nouvelles saveurs. Soyez patients et ne le forcez pas à finir une portion. Proposez-lui un plat et, s’il le refuse, attendez le prochain repas. S’il a faim peu de temps après la précédente tentative, n’insistez pas et proposez-lui autre chose… Evitez les conflits autour de l’alimentation.


Votre comportement alimentaire familial peut également jouer un rôle. Il est essentiel d’inscrire le repas dans un cadre détendu et collectif.
Votre peur de mal faire ou votre crainte qu’« il ne mange pas assez » peut être angoissante pour tous et conduire à l’effet inverse de celui recherché.

 

 Mois après mois, l'alimentation de bébé se diversifie. Il faudra parfois adapter son alimentation en fonction de son comportement. Vous saurez certainement trouver les bonnes solutions, sinon votre médecin vous conseillera.Mois après mois, l'alimentation de bébé se diversifie. Il faudra parfois adapter son alimentation en fonction de son comportement. Vous saurez certainement trouver les bonnes solutions, sinon votre médecin vous conseillera.

 

Mon bébé refuse de manger

Il s’agit soit d’un trouble morphologique (malformation, difficultés de déglutition) ou d’un problème digestif.
Un trouble morphologique devra être éliminé par votre médecin. Souvent, il s’agit plutôt d’un problème comportemental. Des conseils avisés de mamans expérimentées pourront vous aider. Parfois, ces conseils sont trop nombreux et votre pédiatre devrait pouvoir vous rassurer.
L’anorexie infantile est une pathologie rare qui commence à se manifester généralement vers 6 mois au moment de la diversification. Elle nécessite un suivi par un médecin pédiatre ou un pédopsychiatre.

Mon bébé régurgite

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est fréquent chez les bébés jusqu’à 1 an environ, en particulier chez les bébés nourris au biberon. Tout à fait bénin, ce trouble inquiète néanmoins les parents et complique l’alimentation de bébé. Veillez à ce qu’il éructe régulièrement et à le faire manger en position semi-assise. Autant que possible, ne le couchez pas juste après la tétée. Vous pouvez également avoir recours à des laits épaissis.

Mon bébé a toujours faim

L’alimentation est liée au plaisir et c’est aussi un moment de partage intense entre celui qui donne la nourriture et celui qui la reçoit. Il est donc normal qu’un enfant ait envie de manger. Néanmoins, c’est à vous de réguler ses envies afin de le nourrir en fonction plutôt de ses besoins que de ses seules envies. La frustration et la patience font partie de l’apprentissage. Une bonne courbe de poids, ni excessive ni ralentie, est le meilleur témoin que tout va bien ! Veillez à ne pas confondre nourrir et aimer. Certains pleurs signifient « j’ai faim », d’autres, « j’ai besoin de toi ».

Mon bébé est allergique

Si vous-même ou vos autres enfants sont allergiques, et que votre enfant présente un risque d’allergie, l’allaitement prolongé est le meilleur moyen et le plus naturel pour diminuer ce risque. Si toutefois cela n’est pas possible, suivez les conseils de votre médecin.
L’introduction de différents aliments doit être progressive et contrôlée, surtout s’il y a un risque d’allergie.

Tout trouble du comportement alimentaire chez l’enfant, lorsqu’il se prolonge, doit faire l’objetd’une consultation. N’hésitez pas à en parler à votre médecin et à tenir un cahier des différentes manifestations du trouble pour faciliter le diagnostic. Le recours à un pédopsychiatre, en accord avec votre médecin ou votre pédiatre, est parfois nécessaire.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un pédiatre
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement