${error?if_exists}

Akinétohypertonique Akinéto-hypertonique

Cet adjectif caractérise une forme de la maladie de Parkinson, (Parkinson : du médecin anglais et paléontologue amateur, James W. PARKINSON, né le 11 avril 1755 à Hoxton Square (Londres), mort le 21 décembre 1824 à Londres.) qui est une affection chronique dégénérative du système nerveux central, décrite en 1817 par le Dr. James PARKINSON, essentiellement caractérisée par un déficit des neurones dopaminergiques. Ces neurones ont la particularité de libérer la dopamine, substance indispensable dans la régulation des mouvements.
Si l'on connaît relativement bien ses mécanismes, on ne sait toujours pas quelle est la cause de cette maladie qui apparaît en général après 50 à 60 ans, mais peut également frapper des sujets jeunes (moins de 30 ans). Le boxeur Mohammed Ali et l'acteur Michael J. Fox sont des exemples d'adultes jeunes touchés par cette pathologie.

Les principaux symptômes sont bien connus :
* akinésie (perte de l'initiation et de l'automatisme du geste),
* tremblements (4 à 8 par seconde) qui affectent surtout les membres supérieurs, cessent pendant le sommeil et diminuent pendant un mouvement volontaire,
* apparition progressive d'une rigidité du tronc et du cou.

La forme dite akinétohypertonique est considérée comme une forme "classique" de la maladie de Parkinson, avec la triade
* hypo ou akinésie (peu de mouvements et de faible amplitude),
* tremblements, parfois absents dans cette forme akinétohypertrophique et
* hypertonie plastique : si on impose une position de flexion à un membre, il garde cette position et ne cède par saccades que lorsqu'on tire sur le membre en flexion. C'est ce que l'on appelle le phénomène de la roue dentée.

Les médicaments antiparkinsoniens sont essentiellement la L-dopa, les agonistes dopaminergiques. Des recherches sont actuellement menées sur la MPTP, toxine du système nerveux central qui provoque l'apoptose des neurones, ainsi que sur le rôle de certaines enzymes : les caspases. Actuellement, il y a plus de 4 millions de parkinsoniens déclarés dans le monde, dont plus de 100 000 en France.
© G. Dolisi