${error?if_exists}

Algodystrophie

L'algodystrophie sympathique réflexe est un trouble vasomoteur complexe qui touche des patients de tous les âges et des deux sexes. Elle se traduit par un syndrome algique (= de douleur) qui est disproportionné par rapport à la cause. Dans plus de 80 % des cas un facteur causal est identifiable. Le plus fréquent de ces facteurs (50 à 70 % de toutes les algodystrophies) est un traumatisme local ou à distance du siège de l’algodystrophie.
Viennent ensuite les interventions chirurgicales, les ponctions et infiltrations même correctement réalisées, les affections rhumatismales, cardiovasculaires, respiratoires ou neurologiques ainsi que la grossesse. Selon l'indice de cotation de la douleur de Mc Gill, le coefficient est de 16 pour le mal de dos, de 26 pour le cancer terminal et de 42 pour l'algodystrophie sympathique réflexe. Ce trouble peut apparaître à la suite d'une blessure, même mineure. Alors que la blessure semble guérir, la douleur s'intensifie.

* Dans un premier temps, une hyperperméabilité vasculaire provoque un œdème au niveau de la zone traumatisée, qui persiste au-delà du délai normal de guérison du traumatisme. Pendant cette étape qui dure plusieurs semaines, on observe en plus une rougeur et une sensation de chaleur. L'ensemble de ces troubles peut conduire à une impotence fonctionnelle majeure.
* Dans un deuxième temps qui dure plusieurs mois (voire plus d'un an), la douleur s'étale et s'intensifie, en même temps que la peau devient froide et cyanosée (bleuâtre). La zone concernée se fibrose progressivement et l'ostéoporose s'installe.
* La 3e phase est généralement source de séquelles irréversibles : atrophie de la peau et du tissu sous-cutané, raideur et diminution de l'amplitude des mouvements. Dans l'algodystrophie, c'est le système nerveux autonome qui devient trop actif, entraînant chez le patient une douleur continue qui s'étend et peut être très sévère. Certains patients se suicident. Toutefois, si la maladie est diagnostiquée au cours des premiers mois, elle peut être traitée et se terminer sans séquelles.
Syn. algoneurodystrophie (AND).
© G. Dolisi