${error?if_exists}

Anaphase

C'est une phase de la division de la cellule mère en deux cellules filles strictement identiques (sauf erreurs de réplication), c'est-à-dire de la mitose ou phase de division cellulaire, qui inclut les différentes étapes de la division nucléaire (du noyau de la cellule) ou mitose et de la cytodiérèse ou division du cytoplasmique. C'est pendant cette phase que le contenu de la cellule dite mère est dupliqué puis séparé en deux cellules filles génétiquement identiques à la cellule mère.
Au niveau moléculaire, cette phase M est initiée par une cascade de phosphorylations protéiques, provoquée par l'activation de la protéine kinase MPF ou Mitotic Promoting Factor inductrice de la mitose. Ces phosphorylations protéiques qui se produisent pendant la mitose sont responsables de la plupart des changements morphologiques qui se produisent pendant cette phase :
- condensation des chromosomes,
- rupture de l'enveloppe nucléaire,
- fragmentation du RE (réticulum endoplasmique) et de l'appareil de Golgi,
- perte de la capacité d'adhérence des cellules les unes aux autres ainsi qu'à la matrice extracellulaire,
- modifications du cytosquelette pour produire des mouvements organisés des chromosomes vers les deux nouvelles cellules, bref une réorganisation complète de la cellule.

Avant le déclenchement proprement dit de la phase M et la ségrégation (séparation) des chromosomes, on observe leur condensation. Les schémas suivants des différentes phases représentent un exemple théorique d'une cellule à 3 chromosomes.
Prophase, prométaphase, métaphase, anaphase, télophase et cytodiérèse se succèdent : voir ces différents noms.

Principales modifications pendant l'anaphase :
L'anaphase ne dure que quelques minutes, démarre brusquement et est marquée par :
* la séparation des deux chromatides sœurs de chaque chromosomes,
* leur mouvement vers les pôles (chaque chromatide sœur vers un pôle différent), à une vitesse moyenne de 1 μm par minute
* l'allongement du fuseau et de la cellule, pour permettre la séparation future en deux cellules filles.
* Lorsque les nouveaux chromosomes fils (les chromatides de départ contenant chacune une molécule d'ADN double brin) se déplacent vers les pôles opposés du fuseau, il est facile de voir que ce mouvement est dû à la rupture des microtubules au niveau du kinétochore de chaque chromosome fils.
* Lorsque les kinétochores se séparent, les bras des chromosomes avancent péniblement et passivement. Cette rupture est probablement due aux microtubules kinétochoriens qui se raccourcissent, tandis que les microtubules du kinétochore glissent sur les microtubules polaires. Ces mouvements caractérisent une première partie de l'anaphase appelée anaphase A.

Ensuite, pendant l'anaphase B, les pôles du fuseau s'éloignent, par suite de l'action de certains microtubules polaires qui contribuent ainsi à la séparation des chromosomes fils. Les microtubules polaires contiennent de la dyénine ou "protéine du mouvement", protéine qui est aussi associée aux microtubules des cils et des flagelles. Il est donc possible que le mouvement vers les pôles s'effectue comme le battement des cils et des flagelles des Eucaryotes.
Des analyses ont montré que l'hydrolyse d'une vingtaine de molécules d'ATP seulement suffit pour permettre aux chromosomes de se déplacer de la plaque équatoriale vers les pôles.

Autre phénomène important et étonnant : le vent polaire ou force d'exclusion astrale.
Des expériences de microsection des bras d'un chromosome ont montré que, si la partie kinétochorienne attachée au microtubule se dirigeait bien vers le pôle, les bras étaient repoussés du pôle. Cette force, qui a été appelée force d'exclusion astrale ou vent polaire, pourrait résulter d'une poussée par les extrémités en croissance des microtubules qui s'assemblent continuellement au niveau des pôles. On pense maintenant que cette force d'exclusion astrale pourrait être à l'origine du maintien des chromosomes sur le plan équatorial pendant la métaphase.
© G. Dolisi