${error?if_exists}

Anémie falciforme

L'adjectif falciforme caractérise ce qui a la forme d'une lame de faux. Exemple : les hématies falciformes que l'on peut observer au microscope optique dans le sang d'une personne atteinte d'anémie falciforme ou de drépanocytose (1). Ces hématies en forme de faucille sont pour cette raison appelées drépanocytes.

(1) * drépano : du grec drepanon [drépano-], faux, faucille ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
Nos globules rouges ou érythrocytes ou hématies contiennent un pigment contenant du fer et qui leur donne leur couleur rouge. Certaines maladies génétiques affectent directement la composition de la molécule d'hémoglobine.
La drépanocytose touche essentiellement les populations noires africaines et indiennes. Elle est due à la présence d'une forme anormale d'hémoglobine, appelée hémoglobine S ou HbS. C'est la mutation d'un acide aminé de la chaîne β de l'hémoglobine (remplacement en 6e position, de l'acide glutamique par la valine) qui rend HbS moins soluble, avec formation de chaînes rigides qui déforment l'hématie en faucille. Les hématies qui possèdent cette HbS (ce sont les drépanocytes) sont fragilisées et détruites en permanence plus rapidement que les hématies normales, ce qui a pour premier effet de provoquer une forme d'anémie hémolytique, mais aussi des anomalies au niveau de la rate et du foie.

Certains facteurs extérieurs déclenchent de véritables crises de destruction de ces hématies anormales : manque d'oxygène, altitude, froid, certains médicaments. Ces crises peuvent être très douloureuses et affecter tous les organes et en particulier les os. On a constaté qu'elles sont dues à la formation de petits (mais nombreux) caillots sanguins, provoqués par les hématies anormales qui ont une forme de faucille (falciformes).
Chez un drépanocytaire (personne atteinte de drépanocytose), des examens osseux (radiographie) montrent de nombreux petits infarctus résultant des caillots et du manque d'oxygénation des cellules situées en aval de ces caillots. Il n'y a malheureusement aucun traitement contre la drépanocytose.

* À noter que les malades SS atteints de drépanocytose sont homozygotes pour ce gène muté, c'est à dire qu'ils ont un gène muté S sur chacun des deux chromosomes. Chez les hétérozygotes AS, l'allèle S de la drépanocytose peut être considéré, d'un point de vue biochimique, comme codominant, c'est-à-dire qu'il est neutralisé par l'allèle sain A. Leur sang contient des hématies avec hémoglobine normale et d'autres avec HbS. Ceux qui sont homozygotes SS (qui ont hérité de deux gènes mutés) n'ont que de l'HbS et l'anémie qui en résulte est presque toujours mortelle.
* Autre fait non négligeable : le gène de la drépanocytose est polymorphe (donc il possède plusieurs allèles) et cette propriété explique le fait que les hétérozygotes et les homozygotes pour ce gène muté soient protégés contre le Plasmodium de la malaria (ou paludisme). On pense aujourd'hui que la drépanocytose, très rare il y a quelques siècles, est née d'une sélection naturelle dans le but de trouver une parade au paludisme. En plus de l'allèle S, il existe un allèle C, d'apparition plus récente, qui est moins agressif que l'allèle S et qui semble le remplacer progressivement. Ainsi,
- les individus SS sont très atteints, mais on constate des résistances étonnantes et encore inexpliquées chez certains d'entre eux, ce qui tendrait à prouver l'influence d'autres gènes ; - un individu SC (on parle de double hétérozygote composite) est aussi malade, mais de façon bien plus atténuée, avec des crises plus espacées, souvent moins importantes (ce qui pose un autre problème : les sujets SC ne se soignent pas suffisamment, estimant souvent qu'ils ne sont pas malades) ;
- enfin ceux qui sont hétérozygotes AS ou AC ne sont pas malades mais "porteurs sains", les deux allèles étant codominants. On connaît maintenant d'autres allèles responsables de l'hétérozygotie composite en plus de SC : Sßthal, SD punjab, SO arab ; ils produisent aussi un syndrome drépanocytaire symptomatique.
© G. Dolisi