${error?if_exists}

Apophyse odontoïde

Les mouvements de la tête sont possibles grâce aux deux premières vertèbres : l'atlas qui est solidaire de la tête et l'axis qui présente un axe vertical en forme de dent : l'apophyse odontoïde. C'est à ce niveau que, lors de traumatismes, peuvent se produire des fractures dont la gravité, du fait de la présence de la moelle épinière, est toujours avérée.
Pour prévoir des traitements à mettre en œuvre rapidement, des classifications de ces fractures ont été proposées. Sans entrer dans l'historique de ces classifications, on peut retenir les types les plus fréquents de fractures, en fonction de leur orientation observée en RX (radiographie aux rayons X, c'est-à-dire radio "classique".

* OBAV signifie oblique en bas et en avant, c'est-à-dire que la ligne de fracture est en bas de l'odontoïde, oblique et se dirige vers l'avant en descendant, avec un risque de glissement vers l'avant de l'ensemble axis-tête par rapport au reste de la colonne vertébrale.
* OBAR pour oblique en bas et en arrière : la ligne de fracture descend de l'avant vers l'arrière, avec un risque de déplacement vers l'arrière.
* HTAL signifie que la ligne de fracture est horizontale avec un risque (moindre) de déplacement vers l'avant ou vers l'arrière.
* Bobby : lorsque la ligne de fracture est horizontale, avec un écart marqué entre le corps vertébral et l'apophyse odontoïde, et qu'il y a des fragments osseux (fracture comminutive) en avant et en arrière, on a comparé cette ligne à un chapeau de gendarme ou à un casque de Bobby londonien, ce qui a valu cette appellation à ce type de fracture particulièrement sévère.
© G. Dolisi