Comment doit se comporter la famille pour aider un enfant en surpoids ? Medelli
Mettre en favori

Comment doit se comporter la famille pour aider un enfant en surpoids ?

La prise en charge d’un surpoids ou de l'obésité de l’enfant nécessite un changement des habitudes de toute la famille tant pour l’alimentation que l’activité physique. Cette prise en charge prend aussi en compte la lutte contre la sédentarité, l’équilibre des rythmes de vie, dont le sommeil, et les aspects psychologiques et socio-économiques. Il est indispensable que les parents et l’enfant soient impliqués dans ces interventions.

Quels sont les principes de la prise en charge ?

La première étape de la prise en charge consiste en la compréhension de l'origine de ce surpoids qui témoigne probablement d'un mal être de votre enfant.
La psychothérapie est envisagée en cas de climat familial tendu ou lorsque des difficultés apparaissent au cours de la prise en charge.

De façon générale, la prise en charge s’inscrit dans le temps et vise à modifier les comportements de votre enfant et de votre famille.

Les parents doivent participer de manière active pour obtenir une mise en pratique des conseils et recommandations du médecin traitant. L’adhésion de toute la famille (enfants, parents, entourage…) est souhaitable voire indispensable.

Cette prise en charge est différente selon l’âge de votre enfant :

  • Concerne en priorité les parents pour les enfants de moins de 6 ans.

  • Concerne à la fois l’enfant et ses parents pour les enfants de 6 à 12 ans.

  • Puis c’est l’adolescent qui est l’interlocuteur prioritaire.

L’enfant reproduit les « modèles parentaux et familiaux » : la famille et en premier lieu, les parents doivent montrer l’exemple…

Quelles habitudes de vie doit-on modifier ?

La prise en charge de l'obésité de votre enfant passe par un changement de l'ensemble des habitudes conduisant à la sédentarité (manque d'activités) et aux prises alimentaires en dehors des repas.

Donnez à votre enfant un cadre structuré pour veiller à un équilibre dans le rythme de vie vis-à-vis de l'alimentation (durée de repas suffisante optimisant la mastication des aliments), du sommeil (coucher à heure régulière, durée suffisante), et des activités physiques fréquentes et variées.

Toute votre famille doit s’associer au projet thérapeutique. Notamment, il est important que vous (parents) modifiez votre attitude vis-à-vis de votre enfant : encourager votre enfant, ne pas utiliser la nourriture comme récompense, etc.

Pour obtenir des changements durables, votre médecin va veiller à :

  • vous soutenir dans votre rôle éducatif : éviter les aliments récompense/réconfort, savoir dire « non », adopter un style éducatif cadrant : ni trop permissif, ni trop autoritaire, ni négligent,

  • s'assurer que votre comportement et celui du reste de la famille (grands-parents, fratrie) et des autres personnes responsables de votre enfant (nourrices, assistantes maternelles) est en accord avec ce qui a été décidé,

  • préserver votre enfant de toute forme de stigmatisation et s’assurer de l’harmonisation effective des pratiques dans son entourage. Votre enfant (petit ou adolescent) ne doit pas se trouver mis à l’écart (menu différent, contrainte à manger plus de fruits et légumes, etc.).

S’il n’y a pas d’harmonie au sein de votre famille et s’il y a des conflits, votre enfant qu'il soit petit ou adolescent, pourra se trouver dans une situation difficile.
Votre médecin vous proposera une consultation avec un psychologue.

Pourquoi votre médecin fait le point sur nos habitudes alimentaires ?

La prise en charge proposée à votre enfant et à toute la famille doit être adaptée à vos habitudes de vie : contexte familial, traditions alimentaires, culturelles et ethniques, horaires de travail.

Votre médecin va faire le point avec vous dès le départ, et cette mise au point est essentielle. Votre médecin va par ses questions :

  • Tenter de comprendre vos relations avec l’alimentation et la place occupée par la nourriture dans votre vie

  • Analyser la composition etle type de votre alimentation

  • Identifier vos goûts et ceux de votre enfant.

Quelles sont les questions que peut nous (parents) poser notre médecin ?

  • Vous considérez-vous comme une famille de bons mangeurs, de gourmands, de gourmets ?

  • L’alimentation de votre enfant est-elle un sujet de dispute ?

  • Est-ce que les membres de la famille mangent souvent ensemble ?

  • Consommez-vous beaucoup de fruits et légumes à la maison ? A chaque repas ?

  • Y a-t-il souvent dans les placards des biscuits, chocolats, sodas… ?

  • Aimez-vous cuisinez ? Cuisinez-vous souvent ?

  • Quels types de plats proposez-vous souvent (plats en sauce, pâtisserie, charcuteries…) ?

Quelles sont les questions que notre médecin peut poser à notre enfant ?

  • Qu’aimes-tu manger ? Quels sont les aliments que tu aimes et ceux que tu détestes ?

  • Manges-tu à la cantine ?

  • Prends-tu un petit déjeuner ? Que prends-tu ?

  • Où goûtes-tu ? Seul ? Que manges-tu au goûter ?

  • Manges-tu souvent entre les repas ? Quels aliments ? Pourquoi manges-tu à ces moments-là (ennui…) ?

  • Aimes-tu les légumes ? En manges-tu beaucoup ?

  • Qu’est-ce que tu bois le plus souvent ? Combien de boissons sucrées (sodas, sirops, jus de fruit) bois-tu par jour ?

Les réponses à ces questions permettront une prise en charge diététique adaptée.

Comment pouvons- nous aider notre enfant ?

Soutenir et encourager au quotidien votre enfant sont deux éléments essentiels pour mettre en place de nouvelles habitudes à la fois sur le plan alimentaire et sur le plan des activités physiques. Par exemples :

  • Faire des activités en famille : promenade à pied ou à vélo, partie de football, aller à la piscine.

  • Initier l’enfant à des activités manuelles...

  • Varier les modes de préparations (gratins, potages, purées, salades composées…).

  • Intéresser l’enfant à la cuisine, l’emmener faire les courses.

  • Lui demander de participer à l’élaboration des repas.

  • Montrer l’exemple.

  • Varier les goûters.

Il faut à chaque fois se fixer un ou deux objectifs et tenter de les atteindre et quand ils seront atteints, on pourra en fixer d’autres.

Le changement des comportements de toute la famille tant sur le plan de l’alimentation que sur le plan de l’activité physique est indispensable pour la prise en charge de votre enfant en surpoids ou obèse. Les parents doivent montrer l’exemple !

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer ? Medelli
Mettre en favori

Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer ?

La prise en charge d’un enfant obèse vise à modifier ses habitudes alimentaires, réduire les périodes d’inactivité et développer une activité physique régulière. Cette activité physique est choisie et/ou acceptée par l’enfant en concertation avec la famille. L’activité physique est ludique et si possible réalisée avec la famille. Toute la famille doit s’impliquer.

Pourquoi développer l’activité physique de mon enfant ?

Pour corriger une obésité chez votre enfant, il est nécessaire de modifier progressivement et durablement l’alimentation, mais aussi de réduire la sédentarité tout en développant une activité physique régulière et quotidienne. Il s’agit donc de changer les habitudes de vie de votre enfant mais aussi de toute la famille.

Réduire la sédentarité et développer l’activité physique quotidienne augmentent les bénéfices de la prise en charge diététique. L’ensemble de cette prise en charge peut se heurter à des difficultés au quotidien car les habitudes sont quelquefois bien ancrées tant chez votre enfant que dans la famille ! La persévérance et la motivation sont deux éléments essentiels.

Comment réduire la sédentarité chez mon enfant ?

Il s’agit en premier lieu de réduire les périodes d’inactivité. Donc, on essaie de réduire le temps passé devant un écran. La majorité des obèses passent plus de 2 heures par jour devant un écran.

Différentes mesures simples permettent de corriger la situation, par exemples :

  • Limiter le temps pour les activités sédentaires (TV, jeux vidéos) quotidiennes et ce pour toute la famille.

  • Eviter d’allumer la télévision durant les repas.

  • Exclure la télévision ou l’ordinateur de la chambre de votre enfant.

Ces mesures sont à adapter en fonction de l’âge de votre enfant.

Quelles mesures pour les enfants de moins de 6 ans ?

Chez l’enfant de moins de 6 ans :

  • Les activités physiques sont réparties dans la journée et se produisent de manière spontanée.

  • Dès que l’enfant sait marcher, ses parents et l’entourage (assistante maternelle, grands-parents,...) doivent veiller à ce qu’il ne reste pas inactif : éviter l’utilisation de la poussette, l’amener au square, partager des activités en famille (jeux actifs, promenade, etc.).

  • Chez les enfants de moins de 3 ans : les temps d’écran sont déconseillés et devraient être très limités.

Quelle activité physique proposer à mon enfant de plus de 6 ans ?

L'activité physique doit être adaptée au surpoids de votre enfant.
La durée et l'intensité de l'effort doivent être augmentées progressivement. Une durée de 30 minutes à 1 heure d'activités est nécessaire tous les jours.

Par exemple :

  • Limiter les comportements sédentaires, notamment les temps d’écran à visée récréative (télévision, console de jeux, ordinateur, téléphone portable...)

  • Prendre les escaliers plutôt que les ascenseurs.

  • Aller promener le chien

  • Aller à l’école à pied ou en vélo dans la mesure du possible, plutôt que de prendre les transports en commun ou la voiture.

  • Faire des balades en vélo

  • Jouer au ballon avec des camarades plutôt que regarder la télévision.

  • Aller à la piscine, à la patinoire, au bowling...

  • Sauter à la corde

Il est important que vos enfants participent aux activités physiques proposées par l'école. Ne pas leur faire de mots d'absence à ces activités. Parlez-en à votre médecin.

Comment concilier activité physique et vie de famille ?

« L’activité physique » au sens large peut être pratiquée en famille.

A la maison :

  • Faites participer votre enfant aux différentes tâches quotidiennes (ranger sa chambre, faire son lit).

  • Diminuer le temps passé devant la télévision ; demander à l’enfant de choisir le programme qu’il préfère regarder et lui laisser regarder ce programme.

En dehors de la maison :

  • Faites le plus souvent possible des promenades à pied en famille : plus le parcours est vallonné, plus on va dépenser de l’énergie. La marche fait travailler tout le corps. Il faut penser à avoir de bonnes chaussures qui vont amortir les chocs avec le sol.

  • Faire des sorties en vélo en famille ou avec des camarades : cela permet de faire de jolies promenades en pleine nature.

  • Privilégier en toute occasion et à tout âge la marche, la trottinette, le vélo, le roller, le skate...

  • Lui faire choisir une activité sportive en dehors de l’école : rugby, football, clubs de sport, danse...

  • S’inscrire à la piscine : la natation permet d’épargner le système osseux et permet de faire des mouvements plus facilement.

  • Lui proposer de partir en colonies de vacances avec programme sportif.

Il est conseillé de mettre en avant les notions de plaisir, de rencontres et de bien-être physique et psychique pour faciliter la pratique d’une activité physique et son maintien au long cours.

L'enfant doit pouvoir choisir les activités physiques qui lui plaisent.

Peut-on se faire aider ?

En général, le médecin traitant est votre interlocuteur privilégié avec l’aide si nécessaire d’un spécialiste de la diététique ou d’un psychologue. Des éducateurs sportifs ou des kinésithérapeutes peuvent intervenir et proposer aux enfants obèses une activité physique adaptée avec un véritable programme « d’entrainement ».

Y a-t-il des centres spécialisés ?

Des réseaux de prévention et de prise en charge de l’obésité de l’enfant (RéPOP Réseau de Prévention de l’Obésité Pédiatrique) se sont mis en place depuis 2003, dans plusieurs régions françaises (Aquitaine, Le grand Lyon, Ile de France, Franche comté, Midi Pyrénées) ; ce sont des réseaux multidisciplinaires de prise en charge des enfants en surpoids

La plupart d’entre eux disposent dans leur équipe d’un professeur d’éducation physique et sportive, d’un médecin du sport, et d’un kinésithérapeute.

En plus des modifications alimentaires, la prise en charge du surpoids ou de l’obésité de votre enfant nécessite de réduire la sédentarité et de développer l’activité physique avec de véritables changements au quotidien et sur la durée. L’activité physique doit être choisie et appréciée par votre enfant. Une évaluation de son aptitude physique peut être nécessaire pour la pratique de certaines activités : parlez-en à votre médecin.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quelles peuvent être les complications du surpoids de mon enfant ? Medelli
Mettre en favori

Quelles peuvent être les complications du surpoids de mon enfant ?

En examinant votre enfant, votre médecin va rechercher d’éventuelles complications de son surpoids voire de son obésité. Des examens complémentaires et le recours à des spécialistes peuvent être nécessaires.

Quelles sont les complications possibles de l'obésité de mon enfant ?

L’obésité de votre enfant peut entraîner des complications de plusieurs ordres :

- Des troubles du comportement : dépression et anxiété
- Des complications cutanées
- Des complications orthopédiques
- Des complications cardio-vasculaires
- Des complications endocriniennes

Comment se traduisent les troubles du comportement que pourraient avoir mon enfant ?

Votre enfant pourrait devenir dépressif ou anxieux. Cela se traduit par :

- la tristesse, le ralentissement psychique et/ou moteur, la fatigue, le repli sur soi,
- des troubles du sommeil, l'auto-dévalorisation, la culpabilité,
- l'irritabilité, l'agitation, l'agressivité
- l'angoisse, le mensonge,
- la boulimie, la consommation d’alcool, de tabac ou de drogue...

Votre médecin vous demandera alors de consulter un psychologue.

Quelles complications cutanées pourraient-ils avoir ?

Votre enfant pourrait avoir :

- des vergetures : la peau « craque »au niveau du ventre, des cuisses, des bras ; certaines vergetures en fonction de leur aspect peuvent témoigner d’un déséquilibre hormonal ; votre médecin fera un bilan ou vous adressera à un endocrinologue.
- une inflammation et/ou une infection des plis (par des champignons par exemple) : votre médecin donnera alors un traitement local à votre enfant.
- une pilosité excessive chez les filles de certaines zones comme les cuisses, le thorax, les seins et le visage (favoris, lèvre supérieure) qui témoigne d’un déséquilibre hormonal.
- une pigmentation anormale (aspect « sale ») des plis, au niveau des aisselles et du cou, appelée « acanthosis nigricans » qui peut révéler un début de diabète.

Votre médecin vous demandera alors de consulter un endocrinologue pour faire un bilan.

Quelles sont les complications orthopédiques possibles ?

Les complications orthopédiques peuvent avoir un impact négatif lors d’activité physique et doivent donc être recherchées.

Il s'agit par exemple :

- d'« épiphysiolyse de la tête fémorale » : cette complication survient à la période pubertaire. Elle est révélée par des douleurs au niveau de la hanche et du genou, et s’accompagne d’une boiterie.

C’est une urgence pour laquelle votre médecin va vous orienter très rapidement vers un spécialiste orthopédique.

des pieds plats : qui vont donner une gêne et/ou des douleurs
- des jambes en X : les genoux se touchent et il y a un écartement excessif des chevilles : « genu valgum »
- une altération de l’articulation genou /fémur : « syndrome fémoro-patellaire » qui donne des douleurs des genoux et une gêne à la marche
- des douleurs du rachis fréquentes
- des troubles de la statique vertébrale comme une scoliose ou une cyphose
- des troubles de croissance : « épiphysites de croissance » révélées par des douleurs des genoux, des talons et du dos.

Votre médecin fera faire à votre enfant un bilan radiologique et vous adressera si nécessaire à un orthopédiste.

Quelles peuvent être les complications cardio-respiratoires ?

Votre enfant peut développer :

- une hypertension artérielle : votre médecin fera des mesures de la pression artérielle avec un brassard adapté à l’enfant.
- un asthme : quiest souvent associé et peut être aggravé par l’obésité
- une mauvaise tolérance à l’effort avec un essoufflement, des palpitations parfois des malaises
- des troubles respiratoires du sommeil : ronflements, réveils nocturnes, somnolence dans la journée, baisse des résultats scolaires

Votre médecin vous conseillera une consultation cardiologique ou pneumologique.

Quelles complications endocriniennes pourraient connaître mon enfant ?

Votre enfant pourrait développer :

- une puberté avancée : avec apparition des règles avant 10 ans chez la fille.
- des troubles des règles : cycles espacés, syndrome des ovaires polykystiques.
- un retard pubertaire : qui se voit plus chez le garçon obèse que chez la fille.
- une gynécomastie : développement de la glande mammaire chez le garçon.

Votre médecin vous conseillera un avis endocrinologue et/ou gynécologue

Quelles sont les complications métaboliques de son obésité ?

Votre enfant pourrait développer :

- des troubles des lipides : taux de cholestérol et ou de triglycérides élevé.
- une surcharge en graisse du foie : stéatose hépatique.
- un diabète de type 2 : souvent révélé par la présence d’acanthosis nigricans, le plus souvent dans des familles prédisposées génétiquement.

Votre médecin fera faire à votre enfant une analyse de sang et vous conseillera un avis endocrinologue.

Si elle n’est pas prise en charge précocement, l’obésité de votre enfant peut donner lieu à des complications. Les dépister et les prendre en charge le plus tôt possible : c’est limiter la survenue de complications potentiellement graves.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quel suivi médical est conseillé pour le surpoids de mon enfant ? Medelli
Mettre en favori

Quel suivi médical est conseillé pour le surpoids de mon enfant ?

La prise en charge du surpoids ou de l’obésité de l’enfant s’inscrit dans la durée, et nécessite un suivi régulier de l’enfant et de sa famille, afin d’évaluer les résultats et de limiter les échecs.

En quoi consiste la prise en charge de mon enfant en surpoids ou obèse ?

La prise en charge de l'obésité de votre enfant passe par une première étape : comprendre l'origine de la prise de poids trop importante (déménagement, séparation des parents, naissance d'un autre enfant, problèmes scolaires, accidents, effets secondaires de médicaments...). On recherche aussi un éventuel problème endocrinien.

Cette étape est très importante pour déterminer la prise en charge la plus adaptée à votre enfant et augmenter les chances de succès.

C'est une prise en charge hygiéno-diététique qui implique de véritables changements de la part de votre enfant , que ce soit sur les habitudes alimentaires ou l'activité physique.
Ceci est bien sûr à adapter à l’âge de l’enfant dont la coopération est indispensable pour ne pas induire des troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) et l'aggravation du surpoids.

Pour la réussite de la prise en charge, le soutien de l'ensemble de la famille est indispensable.

Un suivi médical régulier est essentiel.
L'objectif recherché est la stabilisation de l'IMC (Indice de Masse corporel) c'est-à-dire que votre enfant grandisse sans prendre du poids.
Ne cherchez pas à faire maigrir votre enfant à tout prix !
Votre médecin fixera avec votre enfant et vous-même, des objectifs à atteindre. Il suivra l’évolution et apportera des corrections si nécessaire.

Quels sont les modalités et le planning du suivi ?

La prise en charge s’inscrit dans la durée car les changements sont progressifs, et s'opèrent en plusieurs étapes.

Elle se compose :

  • d'un soutien régulier pour encourager votre enfant et votre famille,

  • d'une consultation médicale tous les mois, nécessaire durant les 6 premiers mois, comprenant un contrôle de son poids et de sa taille. Le rythme du suivi est ensuite adapté à la situation.

  • Une période de suivi peut s'étaler sur plusieurs années de manière à obtenir la stabilisation des résultats et limiter les récidives. Si votre enfant reprend du poids par la suite, n'hésitez pas à consulter le médecin.

Il est important de noter que les résultats peuvent ne pas être visibles rapidement. Mais il ne faut pas se décourager. Parlez-en avec le médecin.

L'essentiel est de mettre en place les règles hygiéno-diététiques.

D'autres personnes peuvent-elles intervenir dans la prise en charge ?

D’autres professionnels de santé peuvent intervenir dans la prise en charge et le suivi multidisciplinaire en coordination avec le médecin : diététicien ou médecin nutritionniste, kinésithérapeute, psychologue.

Une psychothérapie peut-elle être utile ?

Dans certaines situations, un soutien psychologique peut être proposé à votre enfant pour mieux l'accompagner.

 

La prise en charge d’un enfant en surpoids ou obèse est globale et s’inscrit dans la durée. Elle est du ressort d'un médecin. Le rythme de suivi est mensuel les 6 premiers mois, puis se poursuit au cas par cas pendant plusieurs années.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un pédiatre
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement