Diabète et reins Medelli
Mettre en favori

Diabète et reins

Le diabète peut toucher les reins par une maladie lente et indolore. Celle-ci peut entraîner un mauvais fonctionnement du rein, aboutissant à la dialyse. Une surveillance régulière et une bonne hygiène de vie permettent de limiter cette menace. Une analyse d'urines sera faite une fois par an. Vous irez dans un laboratoires d'analyses avec votre ordonnance.

Quepeut-il arriver à mes reins ?

Le diabète est la première cause d’insuffisance rénale et de dialyse dans les pays développés.

Le diabète affecte les reins en abîmant les petits vaisseaux à travers lesquels le rein filtre le sang qui vont finir par se boucher, d’autant plus que le sucre est en excès dans le sang.

Les reins ne jouent plus correctement leur rôle de filtre : ils laissent passer l’albumine dans les urines et retiennent certains déchets qui devraient être éliminés. C’est la 1re étape de l’atteinte rénale.

Quelles sont les causes d’atteinte des reins ?

Comment empêcher l’évolution ?

On peut limiter le risque d’atteinte rénale en maintenant autant que possible le taux de sucre sanguin dans les limites de la normale et en surveillant les facteurs aggravants, en particulier l’hypertension artérielle.

La première phase de la maladie est réversible si elle est dépistée et traitée très tôt.

Comment dépister une éventuelle atteinte rénale ?

Lors d’une analyse d’urine en laboratoire ou au moyen de bandelettes urinaires, montrant la présence d’albumine dans les urines (ou albuminurie).

Lors d’une prise de sang révélant une augmentation du taux de créatinine (substance habituellement éliminée par les reins).

A l’aide de la mesure de la tension artérielle, habituellement augmentée en cas d’insuffisance rénale.

Quand dois-je me faire contrôler ?

  • Une fois par an pour les analyses de sang et d’urine. Votre médecin vous remettra une ordonnance pour le Laboratoire d'analyses.

  • Tous les 3 mois pour la prise de tension artérielle.

Comment évolue la maladie ?

Pendant la première phase réversible (taux d’albumine dans les urines inférieur à 300 mg/24 h), l’atteinte des reins peut être améliorée par la normalisation du sucre dans le sang et de la tension artérielle.

Au-delà d’un certain stade (taux d’albumine dans les urines supérieur à 300 mg/24 h, détectable sur la bandelette urinaire), l’atteinte des reins devient irréversible, mais peut encore être stoppée avant le passage en dialyse.

 

15 à 30 % des diabétiques développent une maladie des reins, dix à quinze ans après la découverte du diabète.

L’insuffisance rénale accentue le risque de maladie cardiovasculaire.

Une normalisation du sucre sanguin et une bonne hygiène de vie (réduction du sel en cas d’hypertension, perte de poids, activité physique, limitation de l’alcool et du tabac, lutte contre l’excès de cholestérol) sont les deux principaux axes de prévention.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabète et yeux Medelli
Mettre en favori

Diabète et yeux

Vous êtes diabétique, votre fond d’œil doit être contrôlé chaque année, car le risque de troubles de la vue est important. La normalisation du taux de sucre dans le sang et la surveillance ophtalmologique sont vos meilleurs atouts pour conserver longtemps une bonne vue. Vous irez chez l'ophtalmologiste une fois par an.

Que peut-il arriver à mes yeux ?

Le diabète est une des premières causes de perte de la vue avant l’âge de 50 ans dans les pays développés, en l’absence de traitement.
Ces complications sont liées à des lésions des petits vaisseaux de l’œil, qui se bouchent progressivement et finissent par ne plus irriguer la rétine convenablement.
L’œil compense en créant de nouveaux vaisseaux plus fragiles qui se multiplient et peuvent être à l’origine d’hémorragies à l’intérieur de l’œil.
Ces lésions sont dues à un diabète mal équilibré depuis plus de 5 ans.

Quelles sont les causes de la maladie de la rétine ?

Le risque de complications oculaires du diabète augmente avec :

Comment puis-je prévenir ou ralentir l’atteinte de la rétine ?

  • Normalisez autant que possible votre taux de sucre dans le sang.

  • Faites prendre votre tension artérielle : elle doit être inférieure à 13/8.

  • Maintenez votre poids de forme, mangez moins de graisses et moins de sucre, faites de l’exercice physique, cessez de fumer, réduisez votre consommation d’alcool.

  • Consultez au moins une fois par an votre ophtalmologiste. Il pratiquera un examen complet, dont un fond d’œil.

Quels sont les traitements ?

Le traitement des complications oculaires est d'abord celui du diabète, c'est-à-dire la réduction de l’excès de sucre dans le sang et la normalisation de la tension artérielle.
Le traitement par laser des lésions de l’œil lutte principalement contre les petits vaisseaux sanguins nouvellement formés, et permet de réduire le risque de perdre la vue. Il est réalisé sous anesthésie locale et sans hospitalisation.

Parmi les différentes structures de l'oeil, c'est la rétine qui est touchée par le diabèteParmi les différentes structures de l'oeil, c'est la rétine qui est touchée par le diabète

Fond d’œil

Les premiers signes du diabète peuvent être dépistés au cours d’un examen complet de l’œil.

Dès la découverte du diabète un fond d'œil est réalisé chez l'ophtalmologiste. Il doit être renouveler tous les ans.

Depuis peu, une photographie du fond d'œil au rétinographe peut être réalisée par un technicien non médecin (souvent proposé dans les maisons ou les réseaux du diabète) et interprétée par un ophtalmologiste

Ces examens sont indolores.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabète et pieds Medelli
Mettre en favori

Diabète et pieds

Les pieds des diabétiques sont plus fragiles que ceux de personnes non diabétiques dans certaines circonstances. C'est pourquoi ils doivent faire l’objet d’une attention soutenue.

Ai-je un risque de lésion des pieds ?

Les lésions du pied ne touchent pas tous les diabétiques. Elles surviennent seulement en présence de certaines conditions favorisantes, telles que :

  • une diminution de la sensibilité,

  • une mauvaise circulation sanguine,

  • une déformation du pied (par ex. : l’hallux valgus ou « oignon »).

 

Si vous n’avez pas de risque de lésion des pieds : ne badinez pas avec l’hygiène

  • Lavez-vous les pieds tous les jours à l’eau tiède et au savon, de préférence sous la douche. Les bains de pieds prolongés ramollissent l’épiderme et favorisent les ongles incarnés.
    Séchez vos pieds très soigneusement.
    Appliquez une crème hydratante et faites-la bien pénétrer.

  • Veillez à ce que vos ongles soient toujours bien coupés. Pour les couper, préférez les ciseaux à bout arrondi, n’utilisez jamais de pince coupante. Taillez vos ongles au carré, cela évite l’ongle incarné. Vos ongles ne doivent pas être trop courts pour que vos orteils ne butent pas contre le cuir de vos chaussures et se blessent. Arrondissez seulement les coins avec une lime en carton.
    N’allez pas chercher les saletés accumulées sous vos ongles avec un bâtonnet en buis, utilisez plutôt une brosse.

  • Otez en douceur la corne au niveau du talon avec une pierre ponce.

  • N’appliquez aucun coricide sur un cor.

  • Changez de chaussettes tous les jours. Choisissez-les, selon la saison, en coton, en fil d’Ecosse ou en laine.

  • Apportez un soin particulier au choix de vos chaussures et de vos chaussettes, qui doivent être confortables et doivent bien protéger vos pieds.

 

Si vous avez un risque de lésion des pieds

Votre médecin examinera vos pieds et vos chaussures à chaque consultation.

Il vous prescrirades soins réguliers par un podologue (voir encadré), car ces soins sont un moyen efficace de prévenir les lésions des pieds.

En plus des mesures précédentes, vous devez prendre certaines précautions :

  • Inspectez vos pieds tous les jours. Au besoin, aidez-vous d’un miroir ou de quelqu’un de votre entourage.

  • En cas de plaie, même minime (fissure entre les orteils, rougeur autour de l’ongle…) et même si vous n’avez pas mal, vous devez me consulter dans les plus brefs délais.

  • Ne coupez pas vous-même vos ongles et ne réalisez jamais de « chirurgie de salle de bains ».

  • Ne marchez jamais pieds nus.

  • Avant d’enfiler vos chaussures, vérifiez toujours qu’il n’y ait pas de corps étranger.

 

Le podologue (ou pédicure médical)

Le pédicure-podologue est un professionnel reconnu par l’assurance maladie.
Il diagnostique et traite l’ensemble des troubles du pied (cors, durillons, ongles incarnés ou hypertrophiques…) et réalise sur mesure des appareils et des semelles orthopédiques.
Depuis janvier 2008, les soins de pédicurie chez le pédicure-podologue sont remboursés par la Sécurité sociale pour les diabétiques ayant un risque de lésion des pieds, dans la limite de 2 à 4 séances par an selon la gravité du risque.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie Medelli
Mettre en favori

Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie

L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

Qu’est-ce qu’une hypoglycémie ?

Elle correspond à une baisse brutale du sucre présent dans votre sang (en dessous de 0,60 g/l). Le sucre est indispensable à la vie. Il sert à nourrir les cellules de votre corps. C’est même le principal « aliment » de votre cerveau. Une hypoglycémie ne doit donc pas durer trop longtemps.

Si je ne suis pas diabétique, ai-je un risque ?

Tout le monde peut faire une hypoglycémie. Mais les diabétiques sont exposés à un risque plus élevé que les non-diabétiques en raison de leur traitement, notamment par injection d’insuline ou par comprimés.

Comment savoir si je fais une hypoglycémie ?

  • Au début, vous avez des tremblements et des sueurs.

  • Votre cœur se met à palpiter (battements plus rapides et plus intenses).

  • Votre entourage vous trouve subitement pâle.

  • Vous avez faim.

  • Parfois, vous pouvez être énervé(e).

A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation. Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire qu’après avoir pris du sucre.

 

http://www.comitehta.org/

 

Et si je n’ai pas de sucre sur moi ?

Votre cerveau va manifester son besoin en sucre. Les signes sont très variables : mal de tête, fatigue, fourmis dans les mains, votre vision devient double, voire floue, vous vous sentez perdu(e), vous avez la tête qui tourne.
Vous devez impérativement « re-sucrer » votre organisme : demandez du sucre à votre entourage et, si vous êtes diabétique, arrangez-vous pour en avoir toujours sur vous à l’avenir.

Dans le pire des cas, il peut s’agir d’une hypoglycémie sévère avec perte de connaissance. Cela nécessite une intervention médicale urgente.

 

http://www.comitehta.org/


Dans ce cas extrême, l’entourage ne doit jamais essayer de faire boire ni de faire manger la personne évanouie, car elle peut s’étouffer.
Il faut prévenir les secours, mettre la personne en position latérale de sécurité.

IMG position

Si l’entourage a été formé et averti, une injection de glucagon injectable peut être faite en intramusculaire, en attendant les secours.
En cas de réveil de la personne après cette injection avant l’arrivée des secours, un apport en sucre par voie orale sera absolument indispensable. Puis le médecin jugera de la nécessité ou non d’un transport à l’hôpital.

Quelle quantité de sucre dois-je prendre en cas d’hypoglycémie ?

Trois morceaux de sucre suffisent. Du jus de fruits, du miel, de la confiture peuvent remplacer le sucre. Grâce à cette prise, votre organisme va lentement se remettre. Ne vous inquiétez pas si les signes persistent encore pendant une dizaine de minutes. Il faut laisser le temps au sucre de passer dans le sang. Si vous êtes diabétique, vérifiez votre glycémie au bout de 30 minutes. Il faut savoir qu’une hypoglycémie franche est toujours suivie d’une hyperglycémie réactionnelle.

Je suis diabétique, puis-je éviter les hypoglycémies ?

Vous ne pourrez jamais éviter totalement l’hypoglycémie, en particulier si vous prenez de l’insuline. Par contre, il est important d’en rechercher, à chaque fois, la cause, afin d’éviter qu’elle ne se reproduise.

Voici quelques raisons qui peuvent justifier de votre hypoglycémie :

  • Mon apport en sucre n’était pas suffisant lors de mon dernier repas.

  • Il est 13 h, et je n’ai toujours pas mangé.

  • J’ai fait du sport, et ma dose d’insuline n’était pas adaptée à mon effort physique.

  • Je me suis trompé(e) dans mes doses de traitement.

Un conseil : pensez à noter dans un carnet de suivi vos hypoglycémies et leur cause, si vous pensez l’avoir identifiée. Cela sera plus facile, pour que nous en discutions ensemble.

 

Si vous êtes diabétique et si vous êtes traité(e) par insuline ou par comprimés (traitement oral), veillez à toujours avoir du sucre sur vous, et prenez-le dès les premiers signes d’alerte. Ne dramatisez pas ces hypoglycémies, mais ne les négligez pas non plus. Parlez-en à votre médecin.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un endocrinologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement