Diabétique en surpoids, je m'informe sur la chirurgie de l'obésité Medelli
Mettre en favori

Diabétique en surpoids, je m'informe sur la chirurgie de l'obésité

La chirurgie de l’obésité permet de perdre du poids. Elle permet par ailleurs une amélioration du diabète de type 2.

Diabétique, puis-je bénéficier de la chirurgie de l'obésité ?

En cas de diabète de type 2, le traitement chirurgical a un double objectif : permettre une perte de poids, mais aussi équilibrer le diabète.

L’obésité peut être évaluée via le calcul de l'IMC (Indice de Masse Corporelle), indice estimant la corpulence d'un individu en fonction de sa taille et de son poids.

Ainsi, en fonction de cet IMC, on peut définir le degré de surpoids et d'obésité.Par exemple, on parle d'obésité "sévère" lorsque l'IMC est supérieur ou égal à 40 kg/m.

La chirurgie de l'obésité s’adresse aux personnes diabétiques qui :

  • Ont un IMC supérieur ou égal à 35 kg/m.

  • Ont déjà tenté, sans succès, de perdre du poids grâce à une prise en charge médicale spécialisée de plusieurs mois.

  • Ne présentent pas de contre-indications à la chirurgie et à l’anesthésie générale.

Au-delà de 65 ans, l'indication chirurgicale doit être discutée au cas par cas en fonction de votre état de santé.

Quelles sont les différentes techniques chirurgicales ?

Il existe 3 principales techniques chirurgicales :

  • L'anneau gastrique ajustable : technique réversible qui diminue le volume de l'estomac et ralentit le passage des aliments.

  • La "sleeve gastrectomy" ou gastrectomie longitudinale : technique irréversible consistant au retrait des 2/3 de l'estomac, dont la zone qui contrôle l'appétit.

  • Le bypass gastrique : réduction du volume de l'estomac et court circuit entre l'estomac et l'intestin.

Le choix de la technique utilisée dépendra de la décision prise lors d'une réunion de concertation d'une équipe médico-chirurgicale pluridisciplinaire,d’un bilan préalable et de votre avis, après avoir été informé sur les bénéfices et risques de l’intervention.

Quels sont les résultats d'une chirurgie métabolique sur l'obésité et le diabète ?

Deux ans après la chirurgie, la perte de poids chez des personnes obèses et diabétiques est de 15 à 40 kg selon la technique et la personne.

Le contrôle du diabète s’améliore nettement. La diminution ou l’arrêt des traitements du diabète, concerne environ 8 personnes sur 10 après la chirurgie.

Certaines techniques chirurgicales de l’obésité améliorent davantage le diabète que d’autres : c'est le cas du "bypass gastrique" et de la "sleeve gastrectomy" (gastrectomie longitudinale).

Cependant, l’amélioration d’un diabète est moins importante quand son ancienneté dépasse 10 ans et qu'il existe un déficit en insuline. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre médecin.

Quels sont les risques de cette chirurgie ?

La chirurgie peut entrainer des difficultés et complications au quotidien :

  • Des problèmes liés au montage chirurgical : glissement d’un anneau ou fuite au niveau d’une suture, nécessitant une reprise chirurgicale.

  • Des carences nutritionnelles dont la prévention nécessite la prise permanente de suppléments en vitamines, minéraux et oligoéléments, particulièrement en cas de by pass.

  • Toujours en cas de bypass, il existe un risque de dumping syndrome : sensation de malaise, palpitations, mal de tête, nausées, qui peuvent survenir juste après un repas. Il est dû à l’arrivée rapide d’aliments très riches en graisses ou en sucres dans l’intestin.

  • Des difficultés liées à la modification de l’image du corps et des relations avec les autres. Il est possible d'avoir recours à la chirurgie réparatrice pour retirer les excès de peau dus à l'amaigrissement. Vous pouvez aussi bénéficier d’une aide psychologique pour surmonter ces difficultés.

Un suivi médical à vie est indispensable, quelle que soit la technique chirurgicale utilisée.

Par ailleurs, la mortalité liée à la chirurgie de l’obésité n’est pas nulle. Elle va de 0,1% pour l’anneau gastrique à 0,5% pour le bypass. À titre de comparaison, la mortalité opératoire est de l’ordre de :

  • 0,1 à 0,5 % après ablation de la vésicule biliaire.

  • 2 % après pontage coronarien.

Par quel mécanisme cette chirurgie améliore t-elle le diabète ?

  • La réduction des apports alimentaires et la perte de poids.

  • Des mécanismes « métaboliques » via une action directe sur l’intestin : celui-ci libère davantage d’hormones, qui augmentent la sécrétion d’insuline par le pancréas et la sensibilité à l’insuline.

C’est ce deuxième mécanisme qui explique que le contrôle du diabète s’améliore dès les premiers jours après la chirurgie, avant même la perte de poids.

Quel est le traitement de mon diabète après chirurgie ?

Le diabète peut s’améliorer à un tel point, qu’une réduction très forte et rapide des doses des traitements, voire l’arrêt de ces médicaments, peut être possible.

Les traitements pour corriger votre diabète seront donc fortement réduits, dès les premiers jours après la chirurgie, en commençant par ceux qui peuvent provoquer une hypoglycémie comme l’insuline ou les antidiabétiques en comprimés.

Dans les premières semaines, il est utile de bien surveiller vos glycémies et de consulter votre médecin pour ajuster rapidement le traitement du diabète.

La surveillance du diabète après chirurgie est indispensable car celui-ci peut ré-augmenter dans un deuxième temps notamment en cas de reprise depoids.

La chirurgie métabolique, peut représenter un traitement efficace du diabète de type 2 mal contrôlé et associé à une obésité sévère. Son indication nécessite toutefois un bilan, une concertation pluridisciplinaire et votre information, pour mettre en balance les risques et bénéfices et prendre une décision éclairée.Après la chirurgie, une modification des traitements et une surveillance médicale du diabète ainsi que des conséquences de la chirurgie sont indispensables.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabète de type 2 : je connais les objectifs de mon traitement Medelli
Mettre en favori

Diabète de type 2 : je connais les objectifs de mon traitement

Le but de votre traitement du diabète est de normaliser votre taux de sucre dans le sang (ou glycémie), afin d’éviter ou de retarder l’apparition de complications. Pour cela, nous avons fixé ensemble les objectifs de votre traitement afin d’équilibrer au mieux votre diabète.

Quels sont les objectifs de mon traitement ?

Votre traitement doit vous permettre :

  • D’atteindre vos objectifs glycémiques, autrement dit de parvenir à une normalisation de votre taux de sucre dans le sang, sans période trop longue d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie (trop ou pas assez de sucre dans le sang).

  • D’adopter un mode de vie sain, au plan de l’alimentation et de l’activité physique, compatible avec la vie quotidienne, afin de ne pas vous marginaliser.

  • De corriger vos facteurs de risque cardiovasculaire éventuels associés à votre diabète, tels que l’hypertension artérielle, l’excès de lipides, le tabagisme, la sédentarité (absence d'activité physique régulière).

 

En quoi consistent ces objectifs en pratique ?

Les objectifs définis par les experts concernent :

  • L’équilibre glycémique : il est déterminé par le taux d’hémoglobine glyquée (ou HbA1c), qui reflète la moyenne des taux de sucre dans le sang au cours des 3 derniers mois, donc l’équilibre du diabète. Plus le taux d'HbA1c est bas (inférieur ou égal à 6,5 %), plus le diabète est considéré comme bien équilibré, et moins vous risquez de complications.

  • Le contrôle du poids : une perte de poids pourra être nécessaire en cas de surpoids associé au diabète.

  • Le maintien de la tension artérielle sous le seuil de 13/8 (cmHg).

  • La normalisation du bilan lipidique : le taux de mauvais cholestérol (ou LDL-cholestérol) à ne pas dépasser est déterminé ensemble, en fonction de votre état de santé global (y compris votre âge, les antécédents cardiaques dans votre famille).

  • L'arrêt du tabac est fortement recommandé si vous fumez.

  • La reprise d’une activité physique régulière.

 

Comment sont fixés vos objectifs ?

Nous fixons ensemble les objectifs selon votre cas particulier. Ils tiennent compte de votre état de santé global : votre âge, l'ancienneté de votre diabète, la survenue de complications, vos affections et vos facteurs de risque associés éventuels.

Certaines situations, comme la grossesse, imposent aussi une surveillance particulièrement rigoureuse.

 

Les objectifs du traitement de votre diabète en 5 points-clefs

1. Taux d’HbA1c (ou hémoglobine glyquée) inférieur ou égal à 6,5 %.2. Tension artérielle inférieure à 13/8.3. Taux de LDL-cholestérol (mauvais cholestérol) inférieur à : de 1 à 1,9 g/l (en fonction de votre niveau de risque cardiovasculaire global).4. Attention au poids.5. Zéro tabac.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quiz diabète type 2 : connaissez-vous bien votre maladie ? Medelli
Mettre en favori

Quiz diabète type 2 : connaissez-vous bien votre maladie ?

Vous savez que vous avez un diabète de type 2. Les informations reçues de la part de votre médecin sont importantes. Les avez-vous bien retenues et comprises ? Découvrez ce que vous devriez savoir pour comprendre cette maladie. Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

Diabète type 2 : connaissez-vous bien votre maladie ?

Le diabète de type 2 est une maladie :

Les facteurs augmentant les risques de présenter un diabète de type 2 sont :

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie Medelli
Mettre en favori

Le diabète de type 2 : je comprends ma maladie

Le diabète de type 2 est une maladie qui progresse en France comme dans les autres pays industrialisés. Dépister le diabète, c’est éviter les complications et préserver votre qualité de vie.

Qu’est-ce que le diabète ?

  • Le premier stade du diabète et le plus courant est appelé le diabète de type 2.

  • C’est une maladie chronique qui évolue. Elle se caractérise par un taux élevé de sucre (ou glucose) dans le sang (ou glycémie). La glycémie normale est comprise entre 0,70 g et 1,10 g à jeun.

  • C’est une maladie généralement sournoise, sans signes apparents, et indolore. Cette phase « silencieuse » en fait toute la gravité, car on ne la dépiste alors qu’au stade des complications après des années d’évolution.

  • Après une longue phase sans symptômes (parfois un peu plus tôt), elle se manifeste par des urines très abondantes associées à une soif intense qui réveille la nuit, obligeant à boire. On peut aussi constater une perte de poids. Dans ce cas, la glycémie est souvent déjà très élevée, et le diagnostic est alors évident.

Comment on devient diabétique ?

  • Le diabète est une maladie héréditaire accentuée surtout par le mode de vie, la sédentarité et une alimentation trop riche à l’origine d’un surpoids.

  • Les facteurs de risque de survenue du diabète de type 2 sont nombreux : parent proche diabétique, surpoids avec ou sans obésité, âge supérieur à 45 ans, excès de sucre dans le sang, hypertension artérielle, excès de cholestérol…

Un diabétique sur deux s’ignore. Dépister le diabète et le prendre en charge, c’est préserver sa qualité de vie à  long terme.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un endocrinologue
près de chez vous

Rechercher
chargement