Diabétique, je dors mal, que faire ? Medelli
Mettre en favori

Diabétique, je dors mal, que faire ?

Les troubles du sommeil comme l’apnée du sommeil, l’insomnie, l’hypersomnie ou le syndrome des jambes sans repos, peuvent être des conséquences de votre diabète ou avoir des effets sur lui.

Que se passe-t-il dans mon corps pendant mon sommeil ? 

Lorsque vous dormez, votre organisme est en phase de récupération. Récupération physique, mentale, mais aussi métabolique. Durant le sommeil votre corps élimine les toxines, reconstitue ses réserves énergétiques et équilibre la production d’hormones comme par exemple l’insuline qui régule le taux de glucose dans le sang ou encore la leptine qui est responsable de l’installation de la satiété et qui est sécrétée par le tissu adipeux. 

Quels sont les principaux troubles qui peuvent perturber les nuits d’une personne diabétique ? 

Une nuit de sommeil permettant une bonne récupération dure en moyenne 8 heures. Si vous dormez régulièrement plus de 10 heures ou moins de 5 heures, cela peut révéler un problème de sommeil. 

Les principaux troubles du sommeil sont les suivants :

·         L’hypersomnie, c'est-à-dire des nuits longues de plus de 10 heures avec une somnolence dans la journée.

·         L’insomnie, c'est-à-dire un sommeil trop court. Elle se caractérise par des difficultés à s’endormir, un sommeil de mauvaise qualité et des réveils multiples dans la nuit ou tôt le matin.

·         Le syndrome des jambes sans repos, c'est-à-dire des sensations de picotement ou de fourmillement dans les jambes vous obligeant à vous lever lorsque vous êtes allongé.

·         L’apnée du sommeil qui se caractérise par des arrêts répétés de la respiration durant le sommeil. Généralement vous ne ressentez pas ces arrêts respiratoires, mais certains signes peuvent vous alerter : impression de ne pas avoir assez dormi dès le réveil, fatigue inexpliquée et somnolence dans la journée, problèmes de concentration, ronflements bruyants, sentiment d’étouffement pendant votre sommeil, réveils nocturnes pour uriner… Si vous ressentez l’un de ces symptômes parlez-en à votre médecin. 

Comment mon sommeil influence-t-il ma glycémie ? 

Des études ont montré que si vous dormez mal ou peu votre production d’insuline diminue de moitié et son efficacité, d’environ 30 %. Cela provoque une perturbation de la régulation de la glycémie et favorise l’apparition ou l’aggravation du diabète. 

Si vous avez un sommeil de mauvaise qualité, le taux de leptine, hormone qui entraîne la satiété et augmente la dépense énergétique, va diminuer dans votre sang. En même temps, le taux de ghréline, hormone sécrétée par l’estomac qui stimule l’appétit et réduit la dépense énergétique, va augmenter. Cela provoque une augmentation de la faim et développe une prédisposition à manger des aliments sucrés. 

Votre dette de sommeil vous incite donc à manger plus sucré et fragilise la dégradation du glucose dans votre organisme, ce qui peut aggraver votre diabète. 

Comment mon diabète agit-il sur mon sommeil ? 

Inversement, le diabète peut être à l’origine des perturbations de votre sommeil. Certains symptômes de votre maladie provoquent des insomnies comme les hypoglycémies nocturnes et la polyurie, envie fréquente d’uriner dont souffrent certains patients, entraînant des réveils soudains. 

De même, des atteintes musculaires ou nerveuses liées au diabète peuvent être à l’origine de douleurs ou du syndrome des jambes sans repos qui vous oblige à bouger vos jambes régulièrement, afin de diminuer une sensation désagréable de picotement ou de fourmillement dans les mollets. 

Votre diabète peut être à l’origine d’apnées du sommeil lors desquelles votre respiration se coupe de façon répétée. Ces apnées du sommeil passent inaperçues, mais leurs symptômes sont une fatigue en journée et des difficultés à se concentrer. Si vous ressentez ces symptômes, parlez-en avec votre médecin qui vous dira s’il est nécessaire de rechercher une apnée du sommeil. 

Enfin, la rétinopathie diabétique, qui altère la rétine chez certains patients, peut gêner la vision de la lumière et perturber le rythme circadien, horloge biologique organisée sur 24 heures selon une alternance entre une phase de veille, le jour, et une phase de sommeil, la nuit. Si votre perception de la lumière est perturbée, le rythme circadien l’est également, ce qui peut entraîner des troubles du sommeil. 

Comment puis-je retrouver un sommeil apaisé ? 

Pour éviter les insomnies, il est important de manger avant de se coucher afin de prévenir les hypoglycémies nocturnes. Cependant, évitez les repas trop riches (viandes rouges, fritures, plats épicés…) et la consommation d’alcool qui augmentent la température de votre corps et retardent l’endormissement. 

Prenez vos repas à heures régulières, évitez de consommer des boissons excitantes en fin d’après-midi (café, thé, boissons à base d’agrumes et sodas) et pratiquez une activité physique régulière dans la journée (marche, bricolage, ménage, jardinage ou sport), en évitant les activités trop intenses en fin de journée. 

Ne vous endormez pas devant la télévision. Cela entame votre capital de sommeil quotidien. Les minutes de sommeil consommées devant la télé ne sont pas récupérées lorsque, plus tard, vous serez couché. 

Enfin, vous pouvez utiliser des méthodes de relaxation basées sur la respiration, la méditation ou l’autohypnose afin de vous placer dans un état favorable à l’endormissement.  

Pour traiter les apnées du sommeil, vous devrez en premier lieu éliminer les causes aggravantes en respectant quelques règles hygiéno-diététiques : perte de poids si nécessaire, arrêt de l’alcool et suppression des somnifères. Dans le cas d’apnées sévères, un traitement spécifique sera mis en place par votre médecin. Vous devrez alors porter un  masque qui souffle de l’air sous pression pour empêcher vos voies aériennes de se refermer durant votre sommeil.

Si vous souffrez de troubles du sommeil parlez-en avec votre médecin. Il vous conseillera pour y remédier et pourra vous orienter vers un centre du sommeil proche de votre domicile si besoin.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement