Diabétique, pourquoi dois-je voir  un pédicure-podologue ? Medelli
Mettre en favori

Diabétique, pourquoi dois-je voir un pédicure-podologue ?

Vous êtes diabétique et votre médecin vous a recommandé de ne pas ôter vous-même vos cors et autres callosités aux pieds, souvent situés au niveau des déformations de vos pieds. Il est important pour vous de consulter un pédicure-podologue et de prendre soin de vos pieds. En effet, le diabète peut entrainer des lésions graves au niveau de vos pieds.

Pourquoi dois-je aller voir un pédicure-podologue ?

Le pédicure-podologue est un professionnel para médical,diplômé d’Etat, spécialisé dans les soins des pieds. Il est inscrit au tableau de l’Ordre des pédicures-podologues.

En tant que diabétique, vous pouvez lui faire confiance car pour prendre en charge des patients diabétiques il doit avoir suivi une formation spécifique. Il pratiquera ses soins en cabinet ou à votre domicile.

Quels soins est-ce que je peux lui demander ?

Le pédicure-podologue réalise notamment des soins de première intention. Il intervient sur les manifestations des pathologies locales et systémiques  liées au pied telles que les cors, les durillons, les callosités, les mycoses, les verrues, les problèmes unguéaux notamment les ongles incarnés. Cette prise en charge peut être éducative, préventive, curative.

Le pédicure-podologue traite également les troubles cutanés, statiques et dynamiques du pied,  en tenant compte des interactions avec l’appareil locomoteur.

 

 

Mes séances chez le pédicure-podologue seront-elles remboursées ?

Vos soins de pieds seront remboursés s’ils sont considérés comme permettant d’éviter les complications les plus graves, des plaies, sur des pieds à haut risque. Le remboursement n’est donc pas systématique, même si vous êtes diabétique.

Votre médecin traitant ou votre diabétologue définira votre risque podologique, sur une graduation de 0 à 3, selon des critères précis qui tiennent compte des complications et des plaies à cicatrisation difficile que vous avez éventuellement connues précédemment. Seuls les grades 2 et 3 peuvent bénéficier d’un remboursement, à condition que les soins aient été prescrits par un médecin et soient réalisés par un pédicure-podologue conventionné.

Pour un risque de grade 2, vous pouvez bénéficier de quatre séances de soins et d’actes de prévention par an, pour un risque de grade 3, six séances. 

Comment les séances de pédicurie vont-elles se dérouler ?

Pendant la première séance, le pédicure-podologue réalise un bilan complet de vos pieds. Il vous explique les soins nécessaires en fonction des déformations et les lésions existantes et vous propose un protocole de soin personnalisé. Il pourra s’agir, par exemple, de meuler des zones d’hyperkératose, de couper vos ongles ou de les désépaissir, etc. Ces soins éviteront que ces anomalies ne provoquent des plaies.

Le pédicure-podologue vous dira quoi faire chez vous et comment surveiller vos pieds. Il a un rôle d’éducation thérapeutique.

Il vous conseillera sur la façon de protéger vos pieds pour éviter les plaies, sur les soins d’hygiène, comme l’application de crème hydratante et les techniques pour couper vos ongles, et sur le choix de vos chaussures après étude des points d’appui de vos pieds.

Dans quels cas dois-je aller voir un pédicure-podologue ?

Le pédicure-podologue est spécialisé dans les soins de pédicurie et habilité à réaliser des semelles orthopédiques et à conseiller sur le chaussage.

Vous pouvez également être amené à consulter d'autres spécialistes des soins des pieds , tels que: 

  •  Le podo-orthésiste, spécialisé dans la fabrication de chaussures orthopédiques sur mesure et habilité à conseiller sur le chaussage.

  •  Les médecins, rhumatologues-podologues et rééducateurs-podologues peuvent aussi intervenir. Ils sont spécialisés dans le diagnostic des pathologies du pied et la prescription des semelles et des chaussures orthopédiques sur mesure.

Dans le cas des patients diabétiques présentant des risques podologiques de grade 2 et 3, le recours à une chaussure orthopédique sur mesure est souvent nécessaire. Il est fortement recommandé de vous adresser à un médecin pour la prescription du chaussage, car cette prescription est souvent complexe et nécessite un avis médical spécialisé, en plus de l’avis du podo-orthésiste. Votre médecin traitant saura vous orienter vers des spécialistes.

Qu’est-ce que les semelles orthopédiques ?

Les semelles orthopédiques, ou orthèses de décharge, sont des appareillages spécifiques fabriqués sur mesure afin de corriger une malformation.

Est-ce que je dois obligatoirement porter des chaussures orthopédiques ?

Les chaussures orthopédiques sont nécessaires pour prévenir les plaies de pied chez un patient diabétique ayant un risque podologique de grade 3. Elles peuvent également s’imposer en cas de déformations importantes, si les semelles orthopédiques seules, portées dans des chaussures semi-thérapeutiques, ne sont insuffisantes.

Beaucoup de progrès ont été réalisés ces dernières années sur les plans de l’esthétique et du confort, notamment en ce qui concerne le poids et la souplesse des chaussures. Le terme de chaussure orthopédique ne doit pas vous faire peur, bien au contraire. C’est un moyen d’éviter bien des tracas.

 

 Le tarif d’une séance de pédicurie est fixé à 27 euros, remboursée à 100 % en ALD. N’hésitez pas à demander les informations nécessaires au pédicure-podologue avant la première séance.

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement