Ammoniac

L'ammoniac est un gaz incolore d'odeur vive et piquante, plus léger que l'air (sa densité d = 0,6). Il se liquéfie facilement à - 33°C à la pression atmosphérique. Il est utilisé comme liquide réfrigérant sous la référence R717 (R = réfrigérant, 700 = la centaine réservée aux fluides frigorigènes d'origine non organique et 17 étant la masse molaire de l'ammoniac NH3 (14 pour l'azote N et 1 pour l'hydrogène H). À noter que l'ammoniac est également connu pour sa très haute solubilité dans l'eau : en effet, à 0°C, l'eau peut dissoudre 1000 fois son volume, ce qui en fait un excellent solvant.
Une propriété intéressante de la molécule NH3 : on peut schématiquement imaginer une pyramide dont le sommet serait l'atome d'azote N et le triangle de base formé par les 3 atomes d'hydrogène. Ce sommet N prend une position symétrique par rapport au plan des hydrogènes (donc en passant de l'autre côté de ce plan), puis revient à sa position initiale. En réalité, il fait cette oscillation 24 milliards de fois par seconde (la fréquence est donc égale à 24 GHz ou gigahertz) et ceci de façon si régulière que cette propriété a été utilisée dans les premières horloges atomiques.

Dans notre organisme, l'ammoniac intervient dans de nombreux métabolismes. Il provient pour la plus grande partie de la dégradation enzymatique des protéines alimentaires et du métabolisme des bactéries intestinales, mais aussi, pour une fraction beaucoup plus faible, de la désamination de la glutamine.
La molécule d'ammoniaque NH4OH est ensuite décomposée en ion ammonium NH4+ (et en OH-). Cet ion ammonium, qui participe de façon importante à l'équilibre acidobasique du milieu intérieur, est ensuite rapidement transformé en urée (car il est toxique) par le foie, ce qui explique que l'ictère et l'insuffisance hépatique figurent parmi les principales causes d'hyperammoniémie (excès d'ammoniaque dans le sang). Voir aussi ammoniémie et ammoniurie.
© G. Dolisi