Vaccin antiourlien

Les oreillons sont une maladie infectieuse virale due à un paramyxovirus, Myxovirus parotiditis, très contagieuse, qui touche les jeunes enfants. C'est par la salive que se fait la contamination et l'organisme acquiert alors une immunité définitive, c'est-à-dire qu'on ne développe cette maladie qu'une seule fois dans sa vie. Le virus des oreillons se loge préférentiellement dans les glandes parotides (l'une des trois paires de glandes salivaires), le pancréas, les testicules et le système nerveux.
La maladie se déclare après une incubation de trois semaines et est asymptomatique, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de symptômes particuliers. La parotidite est le premier signe qui doit évoquer la maladie ourlienne (gonflement parfois important des parotides qui deviennent douloureuses. Chez les garçons, l’orchite (inflammation des testicules) ne s’observe qu’après la puberté et peut, dans certains cas, mener à la stérilité. Les localisations neurologiques se manifestent le plus souvent sous la forme d’une méningite, plus rarement d’une encéphalite.
Compte tenu de la probabilité non négligeable de complications pouvant être graves, la vaccination systématique se justifie chez tous les enfants dès l’âge de 1 an. Il s’agit d’un vaccin préparé à partir de culture de Myxovirus parotiditis sur la membrane chorio-allantoïdienne de l'œuf de poule, bien toléré et protecteur après une seule injection. Il est associé au vaccin contre la rougeole et la rubéole (vaccin ROR). En raison du risque d’atteinte testiculaire, les garçons seront revaccinés dès l’âge de 11 ans.
© G. Dolisi

Les fiches santé les plus consultées cette semaine sur Medelli