Vaccination antirubéole

La rubéole est une infection virale due à un Togoviridae, contagieuse, survenant généralement chez le jeune enfant qui acquiert ainsi une immunité définitive. La contamination pendant la grossesse est grave en raison d’un risque élevé de malformations fœtales. Le risque de transmission de l‘infection au fœtus est variable selon l’âge gestationnel : très fréquent (90 %) avant la 9ème semaine de grossesse, il décroît ensuite (25 %) vers la 23ème semaine. Le risque d’anomalies congénitales est très élevé avant la 9ème semaine de grossesse et très faible après la 16ème semaine.
La transmission de l’infection se fait par voie respiratoire (rubéole acquise) ou par voie transplacentaire (rubéole congénitale). L’incubation (période entre la contamination et les premiers symptômes) dure en moyenne 2 semaines après pénétration du virus par voie respiratoire.
Dans la plupart des cas, la maladie passe inaperçue. Elle peut parfois provoquer une fièvre modérée, des douleurs musculaires et articulaires et des adénopathies cervicales (ganglions palpables dans la région du cou). L’éruption cutanée, lorsqu’elle se produit, débute au visage et s’étend rapidement au tronc et aux membres supérieurs sous la forme de taches rouges (macules). Elle disparaît au troisième jour.
La prévention de la rubéole repose sur la vaccination. Elle évite le risque d’atteintes fœtales chez la femme enceinte et doit être pratiquée chez tous les enfants. Il s’agit d’un vaccin injecté par voie intramusculaire ou sous-cutanée, pouvant être couplé à la vaccination contre la rougeole ou les oreillons (ROR).
© G. Dolisi

Les fiches santé les plus consultées cette semaine sur Medelli