Valvule pylorique

L'intérieur de l'intestin n'est pas lisse, mais présente de nombreux replis de la muqueuse : les valvules digestives ou intestinales ou conniventes. Ces valvules sont elles-mêmes hérissées d'un très grand nombre de petites digitations : les villosités. Valvules, villosités et absorption Enfin, en regardant ces villosités au microscope, on y distingue essentiellement 2 types de cellules : les cellules à mucus et les autres, qui présentent, sur la face tournée vers la lumière intestinale, de très nombreuses microvillosités. On les appelle les cellules à plateau strié ou "en brosse".
Le but de ces complications (valvules, villosités, microvillosités) est d'augmenter de façon considérable la surface de contact entre le chyle intestinal et la surface d'absorption (plus de 100 m2 !) En effet, c'est dans l'intestin grêle que se termine la digestion, grâce à la présence de nombreuses enzymes. Les éléments résultant de cette digestion (glucose, acides aminés, monoglycérides et acides gras, sels minéraux) vont traverser les parois des cellules de l'intestin par endocytose et exocytose (ou pinocytose) puis se déverser dans les capillaires sanguins ou les vaisseaux lymphatiques ou chylifères, pour y être ensuite distribués à toutes les cellules du corps, par l'intermédiaire de la veine porte hépatique et du réseau chylifère qui se jette dans la veine sous-clavière gauche.
À la jonction entre l'intestin grêle (iléon) et le gros intestin (côlon) se trouve une valvule dite valvule de Bauhin ou valvule iléocæcale ou valvule iléocolique. Il y a également une valvule pylorique, qui est un repli circulaire au niveau du pylore, à la sortie de l'estomac.
© G. Dolisi

Les fiches santé les plus consultées cette semaine sur Medelli