Ventilation artificielle

Précisons d'abord que l'expression respiration artificielle n'est pas correcte. On tend d'ailleurs de plus en plus à la remplacer par ventilation, ce qui est plus exact, car l'appareil utilisé ou les gestes prodigués ne portent que sur les mouvements des poumons. Il existe plusieurs appareils et techniques pour tenter de rétablir la ventilation pulmonaire chez une personne en apnée (arrêt respiratoire) ou en arrêt cardiorespiratoire.
Le respirateur ou ventilateur, utilisé aussi en anesthésiologie, en réanimation est un appareil qui va prendre en charge la ventilation artificielle du malade en arrêt respiratoire. Il peut être relativement simple (pour les transports en ambulance par exemple), ou beaucoup plus complexe et élaboré en milieu hospitalier. Mais le principe reste toujours le même : un masque ou un tube introduit dans la trachée et un système qui envoie régulièrement une dose déterminée d'un mélange d'air et de dioxygène à une pression suffisante pour gonfler les poumons et provoquer l'inspiration. L'expiration est passive et résulte de l'élasticité du diaphragme et du fait que la cage thoracique s'affaisse automatiquement.
Dans les salles de réanimation, le mélange air - dioxygène peut être réglé en agissant sur plusieurs paramètres : volume et fréquence d'une insufflation, richesse du mélange en dioxygène, quantité de vapeur d'eau, température etc.
© G. Dolisi

Les fiches santé les plus consultées cette semaine sur Medelli