Ventilation maximale volontaire

L'épreuve de la ventilation maximale ou ventilation maximale volontaire, consiste à faire respirer le patient le plus rapidement et le plus profondément possible pendant 15 secondes. La valeur obtenue est ensuite multipliée par quatre pour obtenir la ventilation maximale minute ou VMM.
Cette épreuve est utilisée pour déterminer une éventuelle insuffisance ventilatoire, mais elle est pénible pour le patient, d'autant plus s'il est asthmatique ou insuffisant respiratoire, et les pneumologues la remplacent le plus souvent par l'épreuve de l'expiration forcée : le patient fait une inspiration profonde, une petite période d'apnée, puis expire le plus violemment et le plus profondément possible grâce à un masque ou un embout buccal avec pince-nez. Un ordinateur enregistre et numérise le débit expiratoire maximum par seconde.
© G. Dolisi

Les fiches santé les plus consultées cette semaine sur Medelli