Le Zona, tout comprendre

Zona, que dois-je savoir ?

  • Infos

    Document conçu et validé par le Comité Scientifique Médecine générale.

  • Nombre de séléctions

    Sélectionné par 1147 professionnels de Santé sur Docvadis.

  • Nombre de vues

    175476 personnes ont consulté cette fiche Medelli.

Le zona est une maladie infectieuse. Il se manifeste par des douleurs parfois intenses, aiguës, d’un seul côté du corps ou du visage avec une éruption localisée de petites vésicules, c'est-à-dire de petites cloques.

Qu’est-ce qu’un zona ?

C’est une éruption cutanée sur le trajet d’un nerf, due à la réactivation d’un ancien virus de la varicelle. Ce virus était resté endormi dans un ganglion nerveux du rachis ou du crâne. Il y restera tout au long de la vie de la personne, depuis le premier contact avec le virus et l’infection sous la forme de varicelle.

Pourquoi ce virus est-il réapparu ?

Il réapparaît, dans la plupart des cas, chez les personnes ayant une baisse des défenses immunitaires, dues soit à l’âge, soit à une maladie (maladie neurologique, cancer).Il peut également réapparaître lors d’une période de grande fatigue, d’un stress ou d’un traumatisme physique ou psychique (accident, décès d’un proche…).

À quoi reconnaît-on un zona ?

Le zona se manifeste d’abord par des douleurs, des démangeaisons, des picotements, une sensation de brûlure (paresthésie), trois à cinq jours avant le début de l’éruption.Puis il devient très caractéristique par l’éruption de petites vésicules sur des petites taches rouges dessinant le trajet d’un nerf, le plus souvent sur le thorax, le long des côtes.Parfois, l’éruption se localise autour de l'oeil (zona ophtalmique). Plus rarement, elle s’étend au cuir chevelu et aux organes de la face (oreilles, bouche).Cette éruption cutanée est parfois accompagnée de fièvre, de sensation de brûlure, de démangeaisons et, plus rarement, de maux de tête.

Signalons que chez une personne jeune, ayant de bonnes défenses immunitaires, le zona peut être indolore.

Mon zona est-il contagieux ?

Pendant sa phase de poussée (éruption), le zona est une maladie contagieuse au contact. Il est susceptible de transmettre la varicelle chez des personnes n’ayant pas encore contracté ce virus. Il faut éviter le contact avec les femmes enceintes n'ayant pas eu la varicelle ainsi qu'avec les personnes immunodéprimées.

Le zona est environ trois fois moins contagieux que la varicelle ; un contact avec un zona peut induire une varicelle chez un sujet prédisposé.

Combien de temps mon zona va-t-il durer ?

Cette infection évolue en plusieurs phases s’étalant sur plusieurs semaines.La première phase concerne l’apparition des premiers symptômes, surtout des douleurs, parfois une sensation de brûlures, ainsi que des démangeaisons, pendant trois à cinq jours avant l’éruption vésiculeuse.La seconde phase est l’apparition et le développement des vésicules pendant plusieurs jours, avec surtout de fortes douleurs au niveau de l'éruption cutanée et parfois des démangeaisons.La troisième phase dure de deux à trois semaines. Les vésicules sèchent, les douleurs sont de moins en moins importantes et les rougeurs s’estompent.Après la disparition des rougeurs, des douleurs peuvent persister pendant plusieurs mois.

Quel traitement vais-je avoir ?

Le traitement classique est très simple :

    • Les anti-douleurs (aspirine, paracétamol, dérivés morphiniques) à plus ou moins forte dose.
    • Eventuellement, des antibiotiques locaux en crème ou en pommade pour éviter une surinfection bactérienne.
    • Un antiviral, si le diagnostic est fait rapidement. Il sera pris précocement dans les premières heures suivant l'éruption cutanée, pour avoir une efficacité.

Le repos aide à la guérison. Il faut également éviter les vêtements trop serrés ou synthétiques qui peuvent accentuer l’irritation de la peau.

Y a-t-il un risque de complications ?

Normalement, le zona ne se manifeste qu’une seule fois dans la vie.Généralement, les complications d’un zona limité au thorax sont rares.Les complications sont plus fréquentes dans le cas d’un zona ophtalmique (atteinte de la rétine ou d’autres parties de l’œil).Les complications peuvent être plus graves chez les personnes très âgées ou souffrant d’un déficit immunitaire (sida, leucémie, cancer).Certaines douleurs (algies post-zostériennes) peuvent persister pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Elles sont plus fréquentes chez les personnes ayant eu un zona ophtalmique.Plus d’un malade sur trois, après 60 ans, a un risque de névralgies (douleurs et brûlures localisées d’origine nerveuse), pouvant survenir dans les mois suivant la phase aiguë de la maladie.Ces névralgies sont plus fréquentes à la suite d’un zona ophtalmique.

Le zona n’est généralement pas une maladie grave. Son traitement est simple, mais vous devez le suivre avec beaucoup d’attention pour éviter les complications infectieuses ou douloureuses.  Ses conséquences peuvent être invalidantes chez la personne âgée.

Date de mise à jour :  04/12/2018

J'ai terminé cet article, je passe au suivant

Quiz : que savez-vous sur le zona ?

  • Infos

    Article réalisé par PR ÉDITIONSSociété spécialisée dans l’édition de contenus d’information vérifiés dans le domaine de la santé.

  • Infos

    Document conçu et validé par le Comité Scientifique Infectiologie.

  • Nombre de séléctions

    Sélectionné par 126 professionnels de Santé sur Docvadis.

  • Nombre de vues

    16 personnes ont consulté cette fiche Medelli.

Votre médecin vous a dit que vous aviez un zona. Savez-vous à quoi est dû cette maladie, quels en sont les symptômes, comment elle évolue et en quoi consiste sa prise en charge ? Testez vos connaissances en répondant à ce Quiz.

Quiz : que savez-vous sur le zona ?

Le zona est une maladie

Le zona est responsable

Date de mise à jour :  25/10/2018

Revenir à l'article précédent J'ai terminé cet article, je passe au suivant

Zona, je m’informe sur les personnes à risque

  • Infos

    Article réalisé par PR ÉDITIONSSociété spécialisée dans l’édition de contenus d’information vérifiés dans le domaine de la santé.

  • Infos

    Document conçu et validé par le Comité Scientifique Infectiologie.

  • Nombre de séléctions

    Sélectionné par 135 professionnels de Santé sur Docvadis.

  • Nombre de vues

    15 personnes ont consulté cette fiche Medelli.

Le zona est dû au réveil et à la multiplication du virus de la varicelle qui chemine le long d’un nerf sensitif et entraîne des lésions nerveuses au cours de ce trajet. Le zona se caractérise par l’éruption de petites vésicules sur une zone de peau rougie, associée à des démangeaisons, des décharges électriques et des douleurs. Il est généralement bénin et peut toucher n’importe qui, mais certaines personnes sont plus à risque de contracter cette maladie et de développer une forme plus sévère.

Comment le virus de la varicelle peut-il être responsable d’un zona ?

La varicelle et le zona sont dus au même virus (le virus varicelle-zona de la famille des herpès virus). La première fois que vous êtes en contact avec ce virus –généralement dans l’enfance- vous développez une varicelle. Après la guérison de la varicelle, le virus reste à l’état latent (endormi) dans les ganglions nerveux sensitifs situés au niveau de la moelle épinière et des nerfs crâniens. 

Ce virus endormi peut ne jamais se manifester. Mais il peut également se réactiver des années plus tard et se propager du ganglion à la peau en suivant le trajet des fibres nerveuses. Le zona se traduit par une éruption cutanée et des douleurs neuropathiques (brûlures, démangeaisons, décharges électriques, névralgies).

 

Est-ce que je risque d’avoir un zona si j’ai été en contact avec une personne atteinte de zona ?

Vous ne pouvez développer un zona que si vous avez déjà eu la varicelle. Une personne atteinte de zona peut éventuellement transmettre le virus à une personne qui n’a jamais été en contact avec ce type de virus et qui développera alors une varicelle ; mais on ne peut transmettre directement le zona lui-même.

Comme la varicelle, le zona touche-t-il surtout les enfants ?

Alors que la plupart des enfants présenteront une varicelle, le zona est très rare au sein de cette population. Le risque augmente avec l’avancée en âge. Chez une personne en bonne santé, le zona reste rare avant l’âge de 40 ou 50 ans. Le vieillissement diminuant les défenses de l’organisme, notamment celles contre le virus varicelle-zona, le zona devient de plus en plus fréquent à partir de 60, 70 et 80 ans. Il semble que les femmes soient un peu plus touchées par le zona que les hommes, mais ce point n’est pas complètement établi. 

Certaines maladies augmentent-elles le risque de faire un zona ?

Toutes les affections susceptibles d’affaiblir les défenses immunitaires augmentent le risque de réactivation du virus dans les ganglions et donc celui de développer un zona. Tel est le cas par exemple du vieillissement, d’une infection par le VIH, d’un cancer, ou de maladies chroniques comme le diabète, une affection cardiovasculaire ou une bronchite chronique par exemple. Ces situations augmentent le risque de zona, mais le fait de développer un zona ne signifie pas que vous ayez une maladie sous-jacente ; il peut parfaitement survenir chez une personne en bonne santé, par exemple durant une période de fatigue ou de stress. Un choc physique ou émotionnel peut aussi favoriser sa survenue. 

Certains médicaments augmentent-ils le risque de développer un zona ?

Les médicaments qui diminuent les défenses immunitaires tels que les corticoïdes à fortes doses, les immunosuppresseurs, prescrits par exemple pour éviter le rejet d’une greffe, augmentent le risque de zona. 

Quels sont les facteurs de risques de développer une forme sévère de zona ?

Le zona est généralement une maladie bénigne. Chez les personnes ayant des défenses immunitaires très affaiblies, il peut revêtir une forme sévère : personnes très âgées, en cas d’infections VIH, de cancers, de traitements immunosuppresseurs... La sévérité dépend également de la localisation de l’infection : les formes thoraciques ou dorsales se compliquent parfois de douleurs persistantes; les zonas ophtalmiques, les atteintes du nerf auditif sont plus graves, car il peut y avoir dans ce cas des atteintes de la rétine ou de la cornée, des vertiges, des acouphènes, une baisse de l’acuité visuelle ou auditive … C’est pourquoi ces localisations nécessitent de consulter rapidement un spécialiste (ophtalmologiste ou ORL). 

 

Quels sont les risques de souffrir de douleurs persistantes ?

En dehors des complications oculaires et auditives, la principale complication du zona est la persistance durant plusieurs mois, voire années, de douleurs neuropathiques très invalidantes (brûlures, décharges électriques, névralgies) ; on parle de douleurs ou de névralgies post-zostériennes. Le risque de développer une névralgie post-zostérienne est plus élevé chez les personnes très âgées ou chez les patients immunodéprimés, en cas de  localisation ophtalmique. Une atteinte aiguë sévère (signes avant-coureurs accentués, éruption étendue, douleurs intenses) est également un facteur de risque de douleurs persistant bien au-delà de la guérison de l’éruption.

 Le risque de développer un zona et de présenter une forme sévère associée à des douleurs persistantes est plus important chez les personnes âgées et celles dont les défenses immunitaires sont affaiblies. En cas de symptômes pouvant évoquer un zona, consultez rapidement votre médecin qui vous indiquera la conduite à tenir.

Date de mise à jour :  25/10/2018

Revenir à l'article précédent J'ai terminé cet article, je passe au suivant

Quiz : Je connais les facteurs de risque de zona

  • Infos

    Document conçu et validé par le Comité Scientifique Infectiologie.

  • Nombre de séléctions

    Sélectionné par 75 professionnels de Santé sur Docvadis.

  • Nombre de vues

    6 personnes ont consulté cette fiche Medelli.

Le zona est généralement bénin et peut toucher n’importe qui, mais certaines personnes sont plus à risque que d’autres de contracter la maladie et de développer une forme plus sévère. Connaissez-vous les facteurs favorisant la maladie ? Testez vos connaissances en répondant à ce quiz.

Quiz : Je connais les facteurs de risque de zona

J’ai plus de risque d’avoir un zona si :

J’ai un risque plus élevé d’avoir des douleurs persistantes suite à mon zona si :

Date de mise à jour : 

Revenir à l'article précédent Je valide le quiz pour terminer le parcours