J'ai des difficultés à faire mes injections d'insuline Medelli
Mettre en favori

J'ai des difficultés à faire mes injections d'insuline

Face à des injections d’insuline quotidiennes et à vie, le patient peut être confronté à des difficultés à se piquer. Quelles sont-elles et comment peut-on les surmonter ?

J’ai peur de me faire mal

Rassurez-vous : les aiguilles utilisées sont petites et fines.Variez les points d’injection et ne vous piquez jamais dans une zone lésée ou irritée.Evitez de réutiliser la même aiguille, car, outre le fait qu’elle n’est plus stérile (risque d’infection), elle va s’émousser et perdre son enduit de silicone, ce qui pourrait alors vous faire mal.

Dois-je changer de zones d’injection ?

Oui, pour éviter une fragilisation des tissus sous la peau, suite à des injections répétées au même endroit (lipodystrophie). Celle-ci peut provoquer une mauvaise absorption de l’insuline et entraîner des variations de la glycémie. La règle pour y échapper, c’est de bien changer les points d'injection dans une région du corps et de ne pas réutiliser les aiguilles.

On m’a dit qu’il fallait que je me pique « sous la peau en profondeur, mais pas dans le muscle », j’ai peur de mal me piquer…

L’injection de l’insuline doit être sous-cutanée, soit entre la peau et le muscle.La taille des aiguilles utilisées répond à cet objectif. L’aiguille doit être assez longue pour traverser la peau et assez courte pour éviter le muscle. Les longueurs sont de 4 mm-8 mm et 13 mm pour le stylo et de 12.7 mm et 8 mm pour les seringues. Selon la SFD, Société Francophone du Diabète paramédical, l’aiguille de 4 mm est suffisamment longue pour traverser la peau et pénétrer dans le tissu sous cutané, avec peu de risques d’injection intradermique. Par conséquent, elle est considérée comme l’aiguille à stylo la plus sûre pour les adultes et les enfants, quel que soit l’âge, le sexe, l’origine ethnique ou l’IMC. L’aiguille de 4 mm peut être utilisée de façon sûre et efficace.

 

A qui puis-je parler de mes craintes ?

Face à des difficultés d’injection, il ne faut pas rester isolé(e). Le contact avec d’autres diabétiques peut permettre de découvrir des trucs et astuces pour les surmonter. Se rapprocher d’une association peut donc être utile lors de ces passages difficiles. N’hésitez pas à en parler avec le médecin ou le personnel soignant.

Mon enfant diabétique ne veut pas se piquer tout seul...

Discutez avec lui de ses peurs. Encouragez-le et ne le grondez pas. Au contraire, câlinez-le après sa piqûre, même s’il n’a pas étécoopératif. Encouragez-le à jouer au docteur et à piquer ses poupons et ses peluches, afin qu’il intègre ce geste dans son quotidien. Si vous le jugez nécessaire, faites appel à un professionnel de santé pour vous aider.

Quels sont les risques des injections d’insuline ?

L’injection d’insuline par elle-même ne fait pas courir de risque. Les réactions locales au point d’injection (irritation ou rougeur) sont exceptionnelles. Elles peuvent traduire une réaction allergique à l’insuline ou, plus souvent, aux additifs contenus dans l’injection. Dans ce cas, n’hésitez pas à contacter votre médecin.

Cela fait dix ans que je me pique, puis-je changer de mode de traitement ?

C’est l’occasion de faire le point avec votre diabétologue qui pourra adapter votre traitement à votre mode de vie et à l’évolution de votre diabète. En particulier, vous pourrez envisager avec lui l’utilisation d’une pompe à insuline moins contraignante.

Votre insuline doit être conservée à l’abri du gel, de la lumière et de la chaleur. Elle peut être placée dans le bac à légumes du réfrigérateur. Attention, toutefois, l’injection d’une insuline trop froide peut être douloureuse. Pour éviter cela, conservez le stylo d’injection à température ambiante et sortez la dose d’insuline une heure avant l’injection. En déplacement, veillez à ce qu’elle ne soit pas en contact avec un pain de glace dans une glacière, ni laissée au soleil.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement