J'ai un rétrécissement aortique : que dois je savoir ? Medelli
Mettre en favori

J'ai un rétrécissement aortique : que dois je savoir ?

Le rétrécissement aortique, encore appelé sténose aortique, est une affection cardiaque fréquente. Il désigne, en fait, un rétrécissement de la valve aortique.

Qu’est-ce que la valve aortique ?

La valve aortique est située entre le ventricule gauche et l’aorte.Normalement, elle s’ouvre lorsque le cœur se contracte et permet l’écoulement de sang du ventricule gauche vers l’aorte.

Que se passe-t-il lorsque la valve aortique se rétrécit ?

Lorsque la valve aortique se rétrécit, elle ne peut plus s’ouvrir complètement. Le cœur est alors contraint de travailler plus pour expulser suffisamment de sang dans l’aorte. Le muscle cardiaque se fatigue, ce qui peut entraîner une insuffisance cardiaque.

Je me conforme à la prescription de mon médecin et prends bien mes médicaments.

Quelles peuvent être les causes de mon rétrécissement aortique ?

Il existe 3 causes de rétrécissement aortique :

  • La dégénérescence progressive de la valve aortique qui se fibrose et se calcifie chez les sujets âgés. C’est actuellement la première cause de rétrécissement aortique.

  • La bicuspidie, qui est une malformation congénitale de la valve qui présente 2 petites valvules au lieu de 3 sur une valve normale. Elle peut entraîner un rétrécissement progressif de la valve aortique.

  • Le rhumatisme articulaire aigu, enfin, qui peut, des années plus tard, endommager la valve aortique et provoquer un rétrécissement de la valve.

J’ai très peu de symptômes, pourquoi ?

Les symptômes ne sont pas toujours immédiats malgré le travail intense fourni par le cœur.Ils surviennent lorsque le rétrécissement s’accentue et se manifestent par une fatigue accrue, en particulier lors d’efforts physiques, par des évanouissements, un essoufflement, des douleurs thoraciques.Consultez votre cardiologue, faites-lui part de vos symptômes.L’auscultation, l’électrocardiogramme et surtout l’échographie cardiaque constituent les principaux éléments de diagnostic et de surveillance de votre rétrécissement aortique.Votre médecin vous informera de la nécessité d’effectuer ces examens. N’hésitez pas à lui poser des questions.

J’ai l’habitude de faire du sport, puis-je continuer ?

En l’absence de symptômes, il est généralement possible de pratiquer un sport. Toutefois, l’intensité des activités physiques doit être adaptée à vos possibilités.Dès les premiers symptômes, les efforts importants sont vivement déconseillés.

Puis-je me faire opérer ?

La chirurgie de remplacement valvulaire est fonction de l’état du patient. Plusieurs types de prothèses existent et leur choix sera déterminé par votre état, mais aussi par votre âge. C’est votre cardiologue qui prendra la décision de cette intervention, en accord avec vous.L’opération nécessite l’ouverture du thorax pour accéder au cœur. Un système de circulation en dehors du corps (extra-corporelle) est mis en place pendant la durée de l’intervention.L’opération se déroule sous anesthésie générale.Avant l’intervention, une consultation pré-anesthésique et un bilan sont nécessaires.Ils permettent au médecin de prendre connaissance de tous les éléments médicaux vous concernant, afin de réaliser l’anesthésie en toute sécurité. A cette occasion, le médecin vous informera des risques liés à l’anesthésie. Vous pouvez lui poser des questions. Un formulaire de « consentement éclairé » vous aura été présenté avant l’intervention.

Quels sont les risques liés à cette intervention ?

Outre les risques liés à toute intervention de chirurgie cardiaque, des risques ultérieurs peuvent être liés à la prothèse valvulaire elle-même ou au traitement anticoagulant qui est parfois nécessaire.

Ces risques sont prévenus autant que possible par la prescription de médicaments, et par des contrôles réguliers chez un cardiologue qui surveillera l’évolution.

Existe-t-il des alternatives à l’intervention chirurgicale à thorax ouvert ?

Une intervention dénommée TAVI, effectuée pour la première fois en 2002 par le Pr Alain Cribier (Rouen), est désormais possible. Les initiales TAVI (trans aortic valve implantation en anglais) signifient l’implantation d’une prothèse valvulaire aortique par voie percutanée. Cette procédure ne nécessite pas d’ouvrir le thorax et représente ainsi une alternative à l’intervention chirurgicale standard à thorax ouvert. Mais le TAVI ne peut pas être proposé à tous les patients ayant un rétrécissement aortique serré symptomatique. Il est pratiqué chez des patients sélectionnés.

A qui s'adresse le TAVI ?

Le TAVI reste actuellement réservé aux patients qui ont des symptômes, mais sont jugés inopérables, ou à risque trop élevé, pour l’intervention chirurgicale à cœur ouvert. La sélection des candidats est rigoureuse car le TAVI peut exposer à des complications: troubles de la conduction nécessitant un pacemaker, complications vasculaires, perforation cardiaque, ou encore accidents vasculaires cérébraux/accidents ischémiques transitoires. Ces éventuelles complications empêchent encore de proposer le TAVI à tous les patients porteurs d’un rétrécissement aortique serré symptomatique. Il n’empêche que, la technologie ne cessant d’évoluer, le TAVI devient de plus en plus sûr et permet une longue survie à des personnes fragiles, avec un minimum de symptômes.

Comment se déroule le TAVI ?

Le TAVI est réalisé au moyen d’un cathéter porteur d’une prothèse valvulaire. Il est introduit habituellement dans l’artère fémorale, au pli de l’aine, puis positionné au niveau de la valve aortique malade que la nouvelle valve biologique, contenue dans un stent, va écraser en se déployant. Si le cathéter ne peut être introduit par l’artère fémorale, il est positionné directement par la pointe du cœur, ce qui nécessite alors une petite ouverture chirurgicale du thorax.

Le TAVI nécessite une anesthésie générale mais peut dans certains cas se faire sous anesthésie locale et sédatifs.

Des contrôles réguliers chez un cardiologue sont indispensables pour surveiller l’évolution du rétrécissement aortique et décider des mesures à adapter à votre cas.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
J'ai de l'insuffisance cardiaque : je comprends ma maladie Medelli
Mettre en favori

J'ai de l'insuffisance cardiaque : je comprends ma maladie

L’insuffisance cardiaque est la conséquence de l’épuisement du cœur qui ne peut plus assurer correctement son travail de pompe. Certains signes peuvent alerter sur l’existence de ce défaut de pompage.

Le cœur est une pompe

Le cœur est un muscle qui, en se contractant régulièrement, éjecte le sang, enrichi en oxygène provenant des poumons, vers le reste de l’organisme.

Le travail du cœur s’adapte aux besoins de l’organisme.

Lors d’un effort, le cœur bat plus vite et éjecte plus de sang vers les muscles.

Parfois, le cœur n’arrive plus à pomper correctement le sang

Certaines maladies empêchent le cœur d’assurer son travail de pompe. On parle alors d’insuffisance cardiaque.

Certains signes peuvent vous alerter

Si on remarque l’apparition de certains signes, il est nécessaire de consulter son médecin pour qu’il mette en place, si nécessaire, un traitement adapté.

  • L’essoufflement Lorsque le cœur ne parvient pas à éjecter tout le sang qui revient des poumons, ceux-ci vont s’engorger. La respiration devient plus difficile. Lors d’un effort, on se sent essoufflé.

  • La fatigue Les muscles ne reçoivent plus suffisamment de sang pour travailler. La sensation de fatigue arrive beaucoup plus vite que d’habitude.

  • Les pieds et les chevilles enflés La circulation sanguine étant insuffisante, le sang a du mal à remonter jusqu’au cœur. Les pieds et les chevilles gonflent. Les jambes sont lourdes et il devient difficile d’enfiler ses chaussures

  • La prise de plusieurs kilos en quelques jours De l’eau stagne dans les organes et forme des œdèmes. En quelques jours, il est possible de prendre 2 ou 3 kilos.

Plus d’un million de personnes en France souffrent d’insuffisance cardiaque.Si vous vous sentez essoufflé ou fatigué facilement, si vos pieds et vos chevilles sont enflés anormalement, si vous prenez du poids sans raison particulière, il faut consulter votre médecin. Il pourra décider de mettre en place un traitement adapté.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
On doit me remplacer une valve cardiaque par une prothèse Medelli
Mettre en favori

On doit me remplacer une valve cardiaque par une prothèse

Une prothèse valvulaire permet de remplacer une valve cardiaque défectueuse qui ne peut pas être réparée. L’objectif est de rétablir une circulation normale du sang au niveau du cœur et d’éviter le développement d’une insuffisance cardiaque

Pourquoi me propose-t-on une prothèse valvulaire cardiaque ?

Le cœur se compose de 4 cavités et comporte 4 valves (clapets en forme de porte de saloon !) qui s'ouvrent et se ferment selon les contractions des différentes parties du cœur. Le rôle de ces clapets ou valves cardiaques est de garantir une circulation du sang dans le bon sens.

Les valves cardiaques peuvent être défaillantes :

  • Soit en s’ouvrant mal ; on dit alors que la valve est rétrécie.

  • Soit en se fermant mal ; on parle d’insuffisance valvulaire.Le cœur doit alors travailler dans des conditions plus difficiles et peut se fatiguer jusqu’à l’épuisement.

Une valve cardiaque fonctionne mal si :

  • Elle ne se ferme pas bien quand il le faut. Il y a ainsi une fuite de sang (reflux) dans le sens opposé à la circulation normale. On parle d'insuffisance valvulaire.

  • Elle s'ouvre mal et gène le passage du sang. On parle de rétrécissement valvulaire.

Le cœur compte quatre valves : une valve aortique, une valve mitrale, une valve tricuspide et une valve pulmonaire. Certaines maladies valvulaires peuvent associer une insuffisance et un rétrécissement en même temps sur la même valve ou sur plusieurs valves.

En cas de dysfonctionnement trop important d'une valve cardiaque, le médecin va étudier la possibilité de la réparer. Quand la réparation est impossible, par exemple dans le cas d'un rétrécissement calcifié, il peut vous être proposé de remplacer la valve défectueuse par une prothèse valvulaire. Ceci concerne quasi-uniquement la valve aortique et la valve mitrale (partie gauche du cœur).

Vais-je bénéficier d’une prothèse valvulaire artificielle ou naturelle ?

Il existe deux familles de prothèses valvulaires : les valves artificielles mécaniques et les valves naturelles biologiques. Votre chirurgien choisira la prothèse la mieux adaptée à votre situation.

  • Les valves artificielles mécaniques sont fabriquées en titane ou en carbone.  

  • Les valves naturelles biologiques aussi appelées bioprothèses, sont constituées de tissus naturels le plus souvent d’origine animale ou très rarement d’origine humaine. Certains tissus bovins, porcins ou équins fournissent les bioprothèses animales. 

Quels sont les avantages et les inconvénients de la valve artificielle et de la valve biologique ?

La valve mécanique artificielle est implantée pour durer toute la vie. Elle favorise l’apparition de caillots, et donc vous impose de prendre un médicament anticoagulant à vie et de faire des analyses de sang régulières pour surveiller l’efficacité du traitement.

La bioprothèse à une durée de vie d’environ 15 ans, s’use avec le temps et peut exposer au risque de ré-intervention. D’origine naturelle, les valves biologiques ne nécessitent pas de traitement anticoagulant.

Dois-je obligatoirement remplacer ma valve cardiaque défectueuse par une prothèse valvulaire ?

Dans certains cas, il est possible de réparer la valve plutôt que de la changer. L'équipe médicale et chirurgicale décidera de la meilleure option selon votre situation.

  • En cas de rétrécissement de la valve mitrale la technique de valvuloplastie par ballonnet permet un traitement efficace. C’est un geste de cardiologie interventionnelle dont l’objectif est de dilater l’orifice rétréci de la valve cardiaque à l’aide d’un ballonnet. Cette intervention ne nécessite pas d’opération de chirurgie à cœur ouvert. Après anesthésie locale, une petite incision est faite dans la peau et une sonde qui transporte le ballonnet est introduite dans une artère ou une veine du membre inférieur. Puis guidée par l’opérateur, la sonde à ballonnet est avancée par voie sanguine jusqu’au cœur au niveau de la valve rétrécie. Le ballon est ensuite ouvert, un peu comme un parapluie, la valve est dilatée. Puis le ballonnet est dégonflé et la sonde est retirée.

  • En cas de rétrécissement de la valve aortique , une nouvelle technique de traitement a été mise au point. Elle ne nécessite plus d’ouverture chirurgicale du thorax mais uniquement une petite incision au niveau du pli de l’aine. Si le geste reste complexe, le principe est simple. La valve compressée est intégrée dans une sonde. La sonde munie d'une aiguille à son extrémité est introduite par une incision de la peau, puis acheminée au niveau de la valve aortique défectueuse, soit à partir du membre inférieur par l’artère fémorale, soit plus directement en traversant le thorax. Arrivée à son point de destination, le ballonnet est gonflé sur l’ancienne valve qui se dilate. La bioprothése valvulaire, montée sur un ressort appelé stent, est ensuite libérée de la sonde et déployée par l’opérateur. La nouvelle valve aortique fonctionne immédiatement.Cette technique n’est pas adaptée à l’insuffisance de la valve aortique mais uniquement au rétrécissement.

  • Enfin en cas d’insuffisance de la valve mitrale le chirurgien fera tout son possible pour réparer la valve d'origine qui fuit sans la remplacer par une prothèse. C’est une chirurgie appelée plastie mitrale qui est réalisée dans environ 75 % des cas d’insuffisance mitrale.

Comment se déroule une intervention pour placer ma prothèse valvulaire ?

Les prothèses valvulaires artificielles et les bioprothèses peuvent être posées par chirurgie classique ou robotique. Les résultats sont identiques, quelle que soit la méthode.La chirurgie valvulaire classique s’effectue à cœur ouvert sous anesthésie générale. Le chirurgien ouvre la cage thoracique pour accéder au cœur puis à la valve malade pour la remplacer. Pendant l’intervention, le cœur est arrêté et la circulation du sang du patient est assurée par une machine afin de maintenir une bonne oxygénation des organes : on parle de circulation extra corporelle.

Après l’intervention, l’hospitalisation en service de chirurgie cardiaque dure environ 8 à 10 jours. Le plus souvent on vous conseille ensuite de bénéficier d’un séjour en service de réadaptation fonctionnelle cardio-respiratoire en centre spécialisé. Comptez 1 mois hors de chez vous et environ 12 semaines pour un rétablissement complet.

Quelles sont les complications qui peuvent survenir après la pose d’une valve cardiaque ?

La thrombose de la prothèse :Si le patient surveille bien son traitement anticoagulant en cas de prothèse mécanique, il n’y a pas de raison que des caillots se forment ni que des hémorragies surviennent. Mais cette surveillance doit être extrêmement rigoureuse pour éviter la survenue d’accidents cardio-vasculaires.

L’infection de la prothèse :L’infection de l’enveloppe interne du cœur appelée endocardite infectieuse est une complication grave quand on est porteur d’une prothèse valvulaire cardiaque. Il faut donc rester attentif à toute infection, en particulier en cas d’infections dentaires, ORL et de la peau.

L’altération de la prothèse biologique :Il est très rare qu’une prothèse valvulaire se déchire. Les prothèses biologiques s’usent d’autant plus que la personne opérée est jeune. La grossesse et l’insuffisance rénale accélèrent leur usure.

L’anémie par destruction des globules rouges :Les prothèses mécaniques peuvent être la cause d’une baisse du nombre de globules rouges dans le sang : c’est une anémie qui sera dépistée et soignée par votre médecin.

Signalez systématiquement que vous êtes porteur d'une valve mécanique si vous devez passer une IRM.Il est important néanmoins de savoir qu'il n'y a pas de risques d'interactions avec les portiques d'aéroport, les téléphones mobiles ou les plaques à induction. Il n'y a pas non plus de phénomènes de rejets de prothèses.

Comment le médecin surveille-t-il que ma prothèse fonctionne bien ?

Le rythme de la surveillance d’une prothèse est défini par votre cardiologue.

A chaque consultation, on vérifie le fonctionnement de la prothèse et l’absence d’infection. En cas de prothèse valvulaire mécanique, la surveillance de l’efficacité du traitement anticoagulant se fait par une analyse de sang régulière (tous les 15 jours à 3 semaines) si le traitement est bien équilibré, et autant de fois que c’est nécessaire en cas de difficultés à l’équilibrer.

Les échographies cardiaques transthoracique et transœsophagienne, permettent une surveillance régulière de votre prothèse valvulaire. L’électrocardiogramme qui est un enregistrement de l’activité électrique du cœur et une radiographie du thorax sont également utiles.

Un traitement anticoagulant est indispensable en cas de prothèse valvulaire mécanique et ne doit jamais être interrompu.Conservez sur vous, la carte « porteur de prothèse cardiaque » qui vous a été délivrée après l’intervention chirurgicale, et informez systématiquement tout médecin ou dentiste que vous consultez

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
En savoir davantage sur les causes de  l'insuffisance cardiaque Medelli
Mettre en favori

En savoir davantage sur les causes de l'insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque correspond à l’incapacité d’une partie du cœur à remplir son travail de pompe pour le sang. Elle peut toucher la partie droite ou gauche du cœur, ou les deux, avec des causes et des conséquences différentes.

L’insuffisance cardiaque droite 

Le ventricule droit n’arrive plus à éjecter le sang vers les poumons.

L’insuffisance cardiaque gauche 

Le ventricule gauche n’arrive plus à éjecter le sang vers les organes et les muscles.

Le cœur gauche reçoit le sang oxygéné des poumons

Le sang oxygéné provenant des poumons est éjecté par la partie gauche du cœur à travers les artères vers les organes et les muscles pour les nourrir. C’est la grande circulation assurée par la partiegauche du cœur.

Le cœur droit récupère le sang qui revient des organes

Le sang remontant des veines est envoyé vers les poumons par la partie droite du cœur pour être oxygéné. C’est la petite circulation.

Le muscle cardiaque peut perdre une partie de sa capacité à se contracter, par exemple si les artères du cœur sont bouchées par un excès de cholestérol ou suite à un infarctus ou à cause de l’hypertension artérielle, car elle augmente le travail du cœur.

La consommation d’alcool excessive peut également être néfaste pour le muscle cardiaque.

Le sang oxygéné provenant des poumons est éjecté par le cœur pour irriguer les organes

L’insuffisance cardiaque droite est généralement secondaire à une insuffisance cardiaque gauche. Elle est le plus souvent la conséquence d’un infarctus du myocarde (destruction d’une partie du muscle après une occlusion d’une artère coronaire qui nourrit le cœur) ou d’une maladie du muscle cardiaque lui-même.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement