J'ai un ulcère gastroduodénal Medelli
Mettre en favori

J'ai un ulcère gastroduodénal

L’ulcère gastroduodénal est une pathologie assez répandue, dont la fréquence diminue grâce aux traitements la plupart du temps efficaces. Sans traitement, il y a un risque de complications.

Qu’est-ce qu’un ulcère gastroduodénal ?

Ce nom englobe deux grandes affections : l’ulcère gastrique, qui se forme dans l’estomac, et l’ulcère duodénal, plus fréquent, qui se forme dans le duodénum (la première partie de l’intestin grêle). Il s’agit d’une lésion de la paroi interne de l’estomac ou du duodénum, qui provoque une perte de tissu et l’apparition d’une inflammation.Les douleurs ulcéreuses sont la conséquence du contact entre l’acide sécrété par l’estomac et la plaie.

Il existe 2 localisations possibles : ulcère gastrique, au niveau de l'estomac, et ulcère duodénal. Dans les 2 cas, il s'agit d'une lésion de la paroi interne.

Il existe 2 localisations possibles : ulcère gastrique, au niveau de l'estomac, et ulcère duodénal. Dans les 2 cas, il s'agit d'une lésion de la paroi interne.

Quels sont les symptômes habituels de l’ulcère ?

Cette maladie s’accompagne de fréquentes sensations de brûlure dans la partie supérieure de l’abdomen.En cas d’ulcère de l’estomac, votre douleur sera aggravée par la prise de nourriture ou de boisson.En cas d’ulcère duodénal, votre douleur sera, au contraire, apaisée lors du repas, mais elle augmentera quelques heures après lorsque votre estomac sera vide.Vous pouvez avoir également le sentiment d’être vite rassasié(e) et de souffrir de ballonnements et d’éructations (rots).Si votre maladie est à un stade plus avancé, vous pouvez également voir apparaître un amaigrissement, des vomissements (parfois avec du sang), des nausées et des selles noires (couleur donnée par la présence de sang).

Il s'agit là des formes classiques mais certains ulcères peuvent donner des symptômes moins classiques.

Dois-je passer des examens pour confirmer le diagnostic ?

Le diagnostic est posé par votre médecin après avoir procédé à une fibroscopie.C’est un examen qui permet à votre gastro-entérologue d’observer l’intérieur du système digestif en introduisant un appareil souple (fibroscope/endoscope) muni d’un système optique par votre bouche (ou plus rarement par votre nez. Lors de cet examen, votre médecin peut observer vos cordes vocales, puis votre œsophage, votre estomac, votre duodénum et la muqueuse qui les tapisse. Cet examen est effectué le plus souvent sous anesthésie générale.

Parfois, de fines pinces sont introduites dans l'endoscope pour aller prélever un petit morceau de la muqueuse (biopsie) et rechercher notamment la présence d'une bactérie impliquée dans des lésions de l'estomac, nommée Hélicobacter Pylori. Cette technique est indolore.

Est-ce un examen douloureux ?

Si l'examen est réalisé sans anesthésie, l’introduction de l’appareil d’endoscopie n’est pas agréable, mais il est indolore dans la majorité des cas.

La pose de la perfusion, en cas d’anesthésie générale, est semblable à une prise de sang. 

Les risques liés à l'anesthésie générale sont abordés lors d’une consultation pré-anesthésique.  Un document de consentement éclairé vous sera remis. Il vous fournit beaucoup d'informations pour prendre votre décision.  Vous le lirez puis le signerez.

Une surveillance médicale est assurée jusqu’à ce que l’effet de l’anesthésie disparaisse.

Il est recommandé qu'une personne vous raccompagne ensuite à votre domicile, de ne pas conduire et même de ne pas être seul le soir de l'examen chez vous.

 

Pourquoi dois je refaire une fibroscopie gastrique après mon traitement ?

Ce contrôle est systématiquement fait et de nouvelles biopsies sont effectuées pour vérifier l'efficacité du traitement contre la bactérie Hélicobacter pylori, si vous avez été traité dans ce but, et ne pas méconnaitre un cancer se présentant comme un ulcère.

Quelles peuvent être les causes de mon ulcère ?

Différentes causes sont évoquées :

  • La présence de la bactérie, Helicobacter Pylori , qui survit à l’acidité de l’estomac, perturbe les mécanismes qui protègent normalement l’estomac contre cette acidité. Elle serait responsable de la majorité des cas d’ulcères.

  • La production excessive d’acide par l’estomac liée à des abus alimentaires, du stress...

  • La prise de certains médicaments qui altèrent la paroi de l’estomac (anti-inflammatoires comme l’aspirine).

  • Certaines maladies.

Votre médecin recherchera la cause de votre ulcère, afin de mettre en place le traitement le plus adapté.

Y a-t-il des personnes à risque ?

Oui. Selon le type d’ulcère, on peut établir un profil de personnes à risque.L’ulcère duodénal touche deux fois plus souvent les hommes, entre 45 et 64 ans.L’ulcère de l’estomac devient plus fréquent avec l’âge. Il touche autant les hommes que les femmes. Les personnes les plus à risque ont entre 55 ans et 65 ans.Il est souvent dit que la consommation de tabac et d’alcool, le stress, la consommation de café, de thé, de boissons à base de cola, d’aliments gras, de chocolat, de concentrés de viande (liquides ou extraits en cubes), d’épices (poivre, moutarde, piment, muscade, chili...) sont réputés mal tolérés chez certains.

Si certains facteurs de risque existent, il faudrait les éviter et avoir une hygiène de vie adaptée.

Si certains facteurs de risque existent, il faudrait les éviter et avoir une hygiène de vie adaptée.

Comment mon ulcère peut-il évoluer ?

La lésion de la muqueuse gastrique ou duodénale peut être superficielle ou, en l’absence de traitement, se creuser profondément.La maladie évolue par poussées ; on parle de poussée ulcéreuse qui se traduit par des douleurs.

Y a-t-il des complications ?

Non traité, l’ulcère peut être à l’origine d’hémorragies digestives importantes. Dans ce cas, vos selles sont noires, ce qui trahit la présence de sang digéré.Vous pouvez également vomir du sang.Souvent, les saignements digestifs passent inaperçus, et c’est l’apparition d’une anémie qui peut alerter votre médecin. C’est en faisant une prise de sang que l’on constate une anémie, baisse notable des globules rouges, éléments du sang chargés d’oxygéner les tissus.L’ulcère peut également perforer complètement le tube digestif et provoquer une péritonite. Le principal signe est une douleur brutale, comme un coup de poignard. Elle peut diffuser dans tout l’abdomen. Son intensité forte augmente progressivement. Il devient difficile de respirer. Anxiété, pâleur, nausées et vomissements sont fréquents. Cette situation impose une hospitalisation très rapide.

Dans la plupart des cas, les ulcères gastroduodénaux se guérissent à condition de respecter strictement la prescription du médecin.En outre, certaines précautions doivent être prises : éviter le tabac, la prise d’AINS (anti-inflammatoires) ou d’aspirine, et la consommation de café.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Pour rechercher Helicobacter pylori : je passe un test respiratoire Medelli
Mettre en favori

Pour rechercher Helicobacter pylori : je passe un test respiratoire

Votre médecin vous a prescrit un test respiratoire à l'urée. Cet examen est aujourd’hui le test le plus fréquemment utilisé pour contrôler la présence puis l’éradication après traitement d’Helicobacter pylori, une bactérie présente dans votre organisme et responsable de troubles gastriques.

Qu'est-ce que le test respiratoire à l'urée ?

Le test respiratoire à l’urée permet de détecter une infection active par Helicobacter pylori grâce à une réaction chimique produite par la bactérie.

En effet, Helicobacter pylori est capable de transformer l’urée, une substance présente dans l’organisme, en dioxyde de carbone (CO2) et en ammoniaque. Le test respiratoire à l’urée consiste à marquer de l’urée avec du carbone 13, un type de carbone non radioactif ; cette solution est ensuite mélangée à du jus d’orange. Si vous abritez la bactérie dans votre organisme, le CO2 que vous expirerez après avoir bu ce mélange sera également marqué par le carbone 13. Si la bactérie n’est pas présente dans votre organisme, l'urée ingérée ne sera pas modifiée, le CO2 expiré ne sera donc pas marqué et le carbone 13 sera éliminé dans les selles.

Comment me préparer avant le test respiratoire ?

Facile à réaliser, ce test n’est absolument pas douloureux et ne présente aucun risque. Il est en revanche nécessaire d’arrêter vos traitements médicamenteux plusieurs semaines avant de faire ce test pour garantir un résultat fiable.

  • si vous suivez un traitement antibiotique, il faut l’arrêter 4 semaines avant le test ;

  • si vous suivez un traitement par inhibiteur de la pompe à protons ou antihistaminique, il faut l’arrêter 2 semaines avant le test ;

  • si vous suivez un traitement antiacide, il faut l’arrêter 24 heures avant le test ;

  • l’examen se pratique à jeun, c’est-à-dire que vous ne devez pas avoir bu ni mangé au cours des 12 heures le précédant ;

  • il ne faut pas fumer au cours des heures qui précèdent le test ;

  • vous devez acheter en pharmacie le kit prescrit par votre médecin.

Où se déroule l'examen ?

L’examen se déroule dans un laboratoire de biologie, sur rendez-vous.

Combien de temps dure l'examen ?

Le test respiratoire à l'urée dure 45 minutes environ.Pendant toute la durée du test, vous ne pourrez ni manger, ni fumer, ni aller dans un endroit où l’on fume. N’hésitez pas à apporter de la lecture ou de quoi vous occuper.

Comment se déroule l'examen ?

Le jour de l'examen, vous vous présentez au laboratoire de biologie muni du kit prescrit par votre médecin.La personne responsable du test vous fera tout d’abord souffler dans un tube à l'aide d'une paille. Elle vous donnera ensuite à boire un verre de jus d'orange.Une demi-heure après avoir bu ce jus d’orange, on vous demandera à nouveau de souffler dans un tube à l'aide d'une paille. Pour plus de précaution, il pourra s’agir d’un tube différent du premier.

Cet examen est-il douloureux ?

Ce test est très facile à réaliser ; il ne comporte aucun risque et n’est absolument pas douloureux.

Que se passe-t-il après l'examen ?

Vous pourrez retourner chez vous immédiatement après l'examen sans avoir à être accompagné.Il n'y a pas de surveillance particulière nécessaire après l'examen.

Et les résultats ?

Les résultats de l'examen vous sont communiqués ainsi qu’à votre médecin, qui décidera ainsi de la suite de votre traitement.

Rangez bien vos résultats, classez-les et n'oubliez pas de les apporter lors de votre consultation.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je suis un traitement contre Helicobacter pylori Medelli
Mettre en favori

Je suis un traitement contre Helicobacter pylori

La présence d’Helicobacter pylori dans votre organisme a été confirmée par un examen. Cette bactérie très répandue est responsable de plusieurs maladies gastriques, notamment les ulcères. Il faut donc l’éradiquer, c’est-à-dire la faire disparaître de votre organisme.

Quel est le bénéfice de l’éradication d’Helicobacter pylori ?

Helicobacter pylori est responsable d’une infection chronique de l’estomac, impliquée dans le développement d'ulcères duodénaux et gastriques, ainsi que dans l’apparition de cancers gastriques. Son éradication permet de soigner les lésions de l’estomac et de prévenir leur évolution vers des pathologies plus graves.

Dans quels cas le traitement est-il nécessaire ?

L’éradication d’Helicobacter pylori est indispensable si vous souffrez d’une des maladies suivantes :

  • ulcère duodénal ;

  • ulcère gastrique ;

  • lymphome du MALT gastrique (lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses).

Par ailleurs, Helicobacter pylori est le facteur de risque principal du cancer gastrique. Son éradication prévient donc le risque de cancer et permet de ralentir la progression des lésions. Si vous êtes porteur de la bactérie et que vous présentez des antécédents familiaux ou personnel de cancer gastrique, ou si vous devez subir une chirurgie bariatrique (chirurgie de l'obésité), l’éradication de la bactérie est nécessaire.

Enfin, l’éradication est également recommandée si vous devez suivre un traitement prolongé par anti-inflammatoire (AINS), car Helicobacter pylori est un facteur de risque supplémentaire d’ulcère gastroduodénal sous traitement par AINS.

Comment serai-je traité ?

Il existe plusieurs méthodes pour éradiquer Helicobacter pylori.Ces méthodes associent la prise de 3 ou 4 médicaments, dont des antibiotiques, à prendre séparément ou rassemblés en une seule gélule.Votre médecin vous prescrira la méthode la mieux adaptée à votre situation personnelle, vos antécédents et/ou vos allergies éventuelles. Si vous êtes allergique à un antibiotique, n’oubliez pas de le signaler à votre médecin.

Faudra-t-il que je sois suivi après ce traitement ?

Un suivi est indispensable pour vérifier l’efficacité du traitement.Il doit être effectué au plus tôt 4 semaines après la fin du traitement. La méthode la plus fréquente pour le contrôle d'éradication est le test respiratoire à l'urée. Ce test est facile à réaliser ; il consiste à expirer dans un tube à deux reprises, en ayant bu entre les deux expirations un jus d’orange contenant une solution permettant de détecter l’activité de la bactérie grâce à une simple réaction chimique qu’elle provoque à son contact.

Que faire si la bactérie est toujours présente dans mon organisme après mon premier traitement ?

Il peut arriver que la bactérie résiste à certains antibiotiques, qu’elle n’y soit pas sensible. Si c’est le cas et que le test révèle la présence d’Helicobacter pylori dans votre organisme après un premier traitement, votre médecin vous en prescrira un nouveau, différent du premier. Un nouveau test sera effectué un mois après l’arrêt de ce second traitement.

Si la bactérie est toujours présente, votre médecin vous prescrira un examen complémentaire pour déterminer précisément le traitement le plus à même d’éradiquer l’Helicobacter pylori présente dans votre organisme.

Combien de temps durera mon traitement ?

La durée totale de votre traitement dépend de la sensibilité d’Helicobacter pylori aux médicaments prescrits par votre médecin. Elle peut aller de 10 jours à quelques mois, en comptant les temps d’arrêt nécessaires entre l’arrêt des produits et les tests de contrôle.

L’éradicaton d’Helicobacter pylori est indispensable pour traiter certaines maladies gastriques comme les ulcères et en prévenir d’autres. Outre le traitement médicamenteux prescrit par votre médecin, efficace dans 90% des cas, l'arrêt du tabac est conseillé car fumer diminue par deux l'efficacité du traitement d'éradication.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
J’ai un ulcère gastroduodénal : rechercher la bactérie Helicobacter pylori Medelli
Mettre en favori

J’ai un ulcère gastroduodénal : rechercher la bactérie Helicobacter pylori

Helicobacter pylori est une bactérie très répandue, responsable de plusieurs maladies gastriques. Il est nécessaire de déterminer si elle est présente dans votre organisme. Plusieurs méthodes existent pour faire ce diagnostic.

Où se trouve Helicobacter pylori ?

Helicobacter pylori est une bactérie qui ne vit que dans l'estomac humain. Elle se transmet entre êtres humains, le plus souvent par voie orale, par contact direct avec la salive ou par le biais de vomissements et de régurgitations. En général, on attrape la bactérie dans l'enfance, et elle se développe tout au long de la vie, en l'absence de traitement pour la faire disparaître.

Où recherche-t-on la présence d'Helicobacter pylori ?

Différents types de prélèvements peuvent être faits pour parvenir au diagnostic. Ils peuvent être faits dans votre estomac, votre sang, vos selles et dans l'air que vous expirez Chaque technique présente des avantages et des inconvénients.

 

1. La recherche d'Helicobacter pylori dans l'estomac

 

Que cherche-t-on ? L'estomac constitue l'habitat d'Helicobacter pylori. On y recherche donc directement la bactérie.

Comment s'effectue la recherche ? La recherche s'effectue grâce à une fibroscopie gastrique réalisée par votre gastro-entérologue : un appareil souple appelé fibroscope ou encore endoscope, est introduit par votre bouche ou plus rarement par votre nez, ce qui permet de prélever des fragments de votre tissu gastro-intestinal c'est à dire de faire une biopsie. Ils sont ensuite transmis à un laboratoire d'analyse.

Comment le laboratoire confirme-t-il la présence d'Helicobacter pylori ? Le laboratoire dispose de plusieurs méthodes pour confirmer la présence de la bactérie à partir de votre tissu gastro-intestinal :

  • l'examen anatomopathologique repose sur l'utilisation de colorations pour identifier la bactérie au microscope. C'est l'examen le plus fréquemment utilisé mais il peut exister des difficultés d'interprétation après un traitement anti-sécrétoire ou antibiotique.

  • l'examen sur culture permet de mettreen évidence la bactérie sur un support favorable à son développement ; difficile à mettre en œuvre, cette technique implique un temps de réponse plus long et n'est donc pas utilisée en première intention.

  • l'examen moléculaire permet de détecter la bactérie de manière très fiable ; elle est cependant réservée à certains centres spécialisés.

Quelles sont les caractéristiques de la fibroscopie ? La fibroscopie implique d'être à jeun, sauf avis contraire de votre médecin. Il faut également s'abstenir de fumer. L'examen dure 5 à 15 minutes et peut nécessiter une anesthésie.

 

2. La recherche d'Helicobacter pylori dans le sang

 

Que cherche-t-on ? Avec cette technique, on ne recherche pas la bactérie elle-même, mais les anticorps sécrétés par votre organisme pour se défendre.

Comment s'effectue la recherche ? La recherche s'effectue grâce à une prise de sang effectuée sur prescription médicale.

Quelles sont les caractéristiques de cette méthode ? Cette méthode est peu coûteuse et donne des résultats variables ; elle ne nécessite pas de précaution particulière. Toutefois, la présence d'anticorps ne signifie pas que la bactérie est présente dans votre organisme : il peut s'agir d'une infection déjà traitée et guérie, car les anticorps peuvent persister longtemps après sa disparition.

 

3. La recherche d'Helicobacter pylori dans les selles

 

Que cherche-t-on ? Cette technique repose sur la mise en évidence d'antigènes d'Helicobacter pylori dans les selles. Les antigènes sont des fragments de cellules qui témoignent de la présence de corps étrangers dans l'organisme.

Comment s'effectue la recherche ? La recherche s'effectue à partir d'un prélèvement de selles.

Quelles sont les caractéristiques de cette méthode ? Le test est moins efficace si vous prenez un traitement par antibiotiques ou par inhibiteur de la pompe à protons qui bloquent la sécrétion acide. Aucune précaution particulière n'est à prendre lors du prélèvement de selles, mais la conservation des échantillons à très basse température (-20°C) est nécessaire dès le prélèvement jusqu'à l'examen. Ce test est très peu utilisé en pratique courante.

 

4. La recherche d'Helicobacter pylori dans l'air expiré

 

Que cherche-t-on ? On cherche dans l'air que vous expirez la trace de l'activité de la bactérie et non la bactérie elle-même.

Comment s'effectue la recherche ? Au laboratoire d'analyse, après avoir soufflé dans un tube, vous buvez un verre de jus d'orange contenant une solution au carbone non radioactif. Vous soufflez à nouveau dans un tube 30 minutes après avoir bu.

Quelles sont les caractéristiques de cette méthode ? Ce test respiratoire est facile à réaliser. Il nécessite d'interrompre les traitements par antibiotique et inhibiteur de la pompe à protons plusieurs semaines auparavant. Par ailleurs, le test se fait à jeun et sans avoir fumé au cours des heures qui précèdent. C'est le test le plus utilisé pour vérifier l'éradication de la bactérie après traitement.

Et mes résultats ?

Les résultats de l'examen vous seront communiqués ainsi qu'à votre médecin, qui pourra ainsi déterminer la suitede votre traitement.

Rangez bien vos résultats, classez-les et n'oubliez pas de les apporter lors d'une prochaine consultation.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement