J'ai une cataracte Medelli
Mettre en favori

J'ai une cataracte

La cataracte est une maladie qui affecte l’œil et provoque une baisse progressive de la vision pouvant aller jusqu’à la cécité. La cataracte est un phénomène normal après 55 ans.

On m’a diagnostiqué une cataracte, qu’est-ce que c’est ?

La cataracte est l’opacification progressive du cristallin, sorte de lentille située dans l’œil, à l’arrière de l’iris, qui permet de focaliser les rayons lumineux sur le centre de la rétine.
Normalement, le cristallin est transparent. Sa perte de transparence, ou opacification, empêche donc la lumière de le traverser correctement. La vision se trouble.

La cataracte est l'opacification progressive du cristallin.La cataracte est l'opacification progressive du cristallin.

Quelle est l’origine de ma cataracte ?

La cause la plus fréquente est l’âge. La cataracte touche 10 % des personnes de moins de 65 ans, 30 % des personnes âgées de 65 à 75 ans, 50 % entre 75 et 85 ans et 70 % après 85 ans.
D’autres raisons peuvent aussi provoquer une cataracte.

  • Les causes toxiques (cataracte toxique) : la prise de certains médicaments (corticostéroïdes à forte dose ou en traitement prolongé), la radiothérapie, les ultraviolets, le tabac.

  • Les traumatismes : un accident ou un traumatisme peuvent endommager le cristallin.

  • Les maladies chroniques : un eczéma généralisé ou un diabète mal équilibré peuvent déclencher cette maladie.

Certaines formes de cataracte peuvent exister à la naissance et/ou être la conséquence de maladies contractées par la mère durant la grossesse (rubéole, toxoplasmose...).

Quels sont les signes de la cataracte ?

La cataracte s’accompagne de symptômes visuels assez caractéristiques :

  • Une vision floue, le plus souvent de loin.

  • Une perception atténuée des couleurs et des contrastes.

  • Une vision dédoublée.

  • Une gêne à la lumière (photophobie), en présence de lumières vives telles que les phares des voitures.

La cataracte se traduit surtout par une vision floue avec des couleurs et des contrastes atténués.La cataracte se traduit surtout par une vision floue avec des couleurs et des contrastes atténués.

En général, la cataracte s’accompagne d’une baisse de l’acuité visuelle, c’est-à-dire de la précision de la vue, malgré des changements de lunettes. Elle peut ainsi avoir des conséquences directes sur les activités de la vie quotidienne.
Lorsque la cataracte est très évoluée, la pupille devient grisâtre ou blanchâtre.

Ma cataracte est-elle due à mon âge ?

La majorité des cataractes surviennent chez les gens âgés. Le processus normal de vieillissement entraîne le durcissement et l’opacification du cristallin. La cataracte liée à l’âge touche généralement les deux yeux, mais de façon inégale, un œil étant souvent plus atteint que l’autre.
Cependant, il arrive que la cataracte se manifeste dès l’âge de 40 ou 50 ans.

Quel traitement s’offre à moi ?

Le traitement repose exclusivement sur la chirurgie. Les collyres n’ont pas d’efficacité démontrée pour diminuer ou freiner l’évolution de la cataracte. Une intervention permet de remplacer le cristallin opacifié.

Certaines mesures préventives peuvent aider à retarder le développement d’une cataracte. Il est, par exemple, recommandé de protéger ses yeux du soleil, d’arrêter la consommation de tabac et, pour les diabétiques, de contrôler au plus près leur glycémie.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais passer une biométrie avant une intervention pour cataracte Medelli
Mettre en favori

Je vais passer une biométrie avant une intervention pour cataracte

La biométrie permet d’effectuer différentes mesures de votre œil. Elle est utile avant certaines interventions chirurgicales.

Qu’est-ce que la biométrie ?

Cette technique permet notamment d’évaluer la puissance du cristallin artificiel, avant une intervention de cataracte, par calcul mathématique en fonction de la mesure de la longueur de votre globe oculaire et de la courbure de votre cornée.
Ces mesures sont obligatoires à la préparation d’une opération de la cataracte pour l’évaluation de la puissance de l’implant à poser.

Comment se préparer avant l’examen à la maison ?

Il n’y a aucune préparation particulière pour cet examen.

Comment se déroule l’examen ?

Cet examen fait partie du bilan préopératoire. Il est le plus souvent réalisé lors de la consultation au cours de laquelle est programmée l’intervention.
Les mesures sont effectuées par l’utilisation d’ultrasons (échographie). Après instillation d’anesthésiques locaux, une sonde est placée devant votre œil, avec contact, et le balaie avec un faisceau d’ultrasons. L’appareil est relié à un ordinateur qui analyse les données recueillies.

Cet examen est-il douloureux ?

Cet examen est totalement indolore.
Avec certains appareils, la sonde doit toucher votre œil, mais celui-ci aura été anesthésié auparavant par un collyre.

Cet examen ne présente aucun risque.

Combien de temps dure-t-il ?

Cet examen dure quelques minutes (1 à 2 min).

Où se déroule l’examen ?

Il se déroule soit dans le cabinet de l’ophtalmologiste, soit au sein de l’hôpital ou de la clinique où l’opération doit se dérouler.

Et les résultats ?

Ils sont immédiatement disponibles. Vous pouvez éventuellement repartir avec vos résultats, mais surtout le chirurgien en garde un exemplaire dans votre dossier chirurgical.

Votre ophtalmologiste répondra à toutes vos questions concernant le déroulement de l’examen.
Pensez à bien ranger et classer vos résultats. N’oubliez surtout pas de les apporter lors de votre prochaine consultation et lors d’un prochain examen.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais avoir un implant oculaire pour traiter ma cataracte Medelli
Mettre en favori

Je vais avoir un implant oculaire pour traiter ma cataracte

Au cours de la cataracte, le cristallin devient opaque, entraînant une baisse de la vue. L’évolution de la cataracte est très variable d’une personne à l’autre. Dans tous les cas, l’intervention chirurgicale est le seul véritable traitement de cette maladie.

Je mets un collyre pour ma cataracte

Ce collyre a pour but de ralentir l’évolution de votre cataracte et, pour l’instant, ce traitement vous convient.
Si, toutefois, l’évolution de votre cataracte est telle que vous ressentez une gêne au quotidien, votre ophtalmologiste évaluera votre situation médicale et la nécessité d’avoir recours à une opération.

En quoi consiste l’opération de la cataracte ?

L'opération de la cataracte consiste à enlever le cristallin (lentille naturelle de l’œil) opacifié et à le remplacer par un implant (ou cristallin artificiel).

Qu’est-ce qu’un implant oculaire ?

Egalement appelé lentille intraoculaire, l’implant est dessiné de telle sorte qu’il vienne naturellement se loger dans l’œil, en remplacement du cristallin malade, pour améliorer/corriger la vision.
L’implant est fabriqué dans des matériaux bien tolérés (Plexiglas, silicone, acrylique, hydrogel). Il reste définitivement dans l’œil, ne s’use pas et ne nécessite aucun soin particulier.

Comment choisit-on l’implant oculaire ?

Il est nécessaire de définir la puissance de la lentille qui sera placée dans l’œil en remplacement du cristallin. Celle-ci doit être adaptée à chaque patient et plus précisément à la longueur de l’œil opéré. Ce calcul est effectué quelques jours avant l’intervention.

Comment se déroule l’opération ?

L’opération se déroule généralement sous anesthésie locale. Vous êtes allongé(e), et le chirurgien pratique, sous microscope, une minuscule incision (environ 3 mm ou moins) pour laisser passer une sonde à ultrasons. Cette sonde fragmente le centre (noyau) du cristallin. Il reste alors à l’aspirer. En règle générale, l’enveloppe du cristallin (ou capsule) est conservée, et on y insère l’implant.

Cette intervention présente-telle des risques ?

Bien qu’elle soit parfaitement standardisée et suivie d’excellents résultats, l’opération de la cataracte n’échappe pas à la règle générale selon laquelle il n’existe pas de chirurgie sans risque. Il n’est donc pas possible à votre ophtalmologiste de garantir formellement le succès de l’intervention. Les complications sévères de l’opération de la cataracte sont cependant très rares.
Avant l’intervention, votre ophtalmologiste vous remettra une fiche d’information qu’il vous demandera de signer. N’hésitez pas à lui demander des précisions sur le déroulement de l’intervention et à lui faire part de vos craintes éventuelles.
Vous trouverez d'autres informations sur le site : www.sfo.asso.fr/,
onglet « La SFO et vous », fiches infos patients.

Combien de temps vais-je rester hospitalisé(e) ?

L’opération dure environ 20 minutes et est réalisée le plus souvent sous anesthésie locale. Il est possible, si votre état de santé général le permet, de rentrer chez vous le soir même de l’opération ou le lendemain. Dans le premier cas, vous devrez être accompagné(e) et ne pas rester seul(e) chez vous la première nuit.

Aurai-je encore besoin de lunettes ?

La mise en place de l’implant vous permettra d'éviter le port de verres correcteurs épais, voire dans certains cas de vous passer de lunettes. En fait, cela va dépendre du type d’implant choisi. Dans le cas d’une lentille monofocale classique, vous pourrez choisir une vision sans lunettes de près ou de loin.
Les implants oculaires multifocaux sont, quant à eux, des implants souples qui permettent le plus souvent (80 % des cas) de retrouver une vision « utilisable » de loin ou de près (6/10e). En cas de maladie associée de l’œil (glaucome évolué, maladie rétinienne ou cornéenne, astigmatisme important), ils sont proscrits.

Va-t-onm’opérer des deux yeux en même temps ?

Non. On espace de quelques jours à quelques semaines les interventions. Cela permet, en particulier, de voir le résultat de la première opération avant d’envisager la seconde.

Dois-je prendre des précautions particulières après l’opération ?

Une ordonnance vous sera remise à votre sortie, expliquant les précautions et le traitement médicamenteux à suivre (gouttes oculaires, port d’une protection oculaire la nuit). Vous devrez être examiné(e) le lendemain de l’intervention, et cinq à huit jours après.
L’œil opéré est indolore, et la vision s’améliore rapidement. Toutefois, le temps de récupérer une vision suffisante, la conduite automobile et l’utilisation de machines ou d’instruments dangereux sont déconseillées. Attention aux infections. Protégez votre œil. Attendez au moins 48 h avant de vous faire un shampooing et renoncez au maquillage les trois jours suivant l’opération.
Pendant quelques jours, évitez de trop solliciter votre vision et de fatiguer vos yeux.

La chirurgie de la cataracte concerne plus de 300 000 personnes chaque année. Les complications post-opératoires sont rares. Attention, après l’intervention, toute baisse subite de la vue, douleur ou rougeur de l’œil doit vous amener à consulter très rapidement.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
DMLA : que dois-je savoir ? Medelli
Mettre en favori

DMLA : que dois-je savoir ?

La DMLA est liée au vieillissement d’une zone particulière de la rétine. Elle est la première cause de cécité et de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans.

Qu’est-ce que la DMLA ?

La DMLA, ou dégénérescence maculaire liée à l’âge, est la conséquence d’un vieillissement de la zone centrale de votre rétine, appelée macula.
La macula est la zone de votre rétine qui permet la vision des détails. C’est elle qui rend possible la lecture, la reconnaissance des détails, des visages…
L’atteinte de cette zone centrale, caractéristique de la DMLA, entraîne le développement d’une tache floue au centre de votre champ visuel tout en laissant intacte votre vision périphérique ou latérale. Elle provoque une baisse de votre acuité visuelle et une vision déformée.

La DMLA est-elle héréditaire ?

Oui, en partie. La DMLA a une composante génétique. Si des membres de votre famille en sont atteints, vous avez quatre fois plus de risques d’en être atteint.
Toutefois, elle est provoquée par différents facteurs, dont beaucoup ne sont pas encore totalement connus.
La première cause est l’âge : sa fréquence augmente pour passer de 1 % chez les 50-55 ans à 30 % chez les plus de 80 ans.
Des facteurs dits environnementaux, comme la consommation de tabac ou l’excès de poids, sont également impliqués. Le tabagisme augmente le risque d’un facteur de 3 à 6. La DMLA serait aussi favorisée par de mauvaises habitudes alimentaires.

Comment va évoluer ma DMLA ?

En l’absence de prise en charge, votre maladie peut progressivement modifier votre vision. Les images, les détails, les couleurs deviennent alors de plus en plus difficiles à visualiser, et votre vision peut fortement baisser.
Les principaux symptômes sont : une baisse de la vue, une vision déformée, en particulier celle des lignes, le besoin d’un éclairage plus vif pour lire, la sensation de voir une tache au centre de votre champ visuel (scotome).

La sensation de voir des lignes droites déformées est un signe de DMLA. il faut consulter votre ophtalmologiste rapidement.La sensation de voir des lignes droites déformées est un signe de DMLA. il faut consulter votre ophtalmologiste rapidement.

 

Si vous suivezvotre traitement et si vous pratiquez régulièrement les examens de suivi qui vous sont recommandés, votre maladie devrait se stabiliser ou évoluer lentement.

Comment évaluer ma DMLA ?

Des examens réguliers sont indispensables pour évaluer l’évolution de votre maladie et adapter votre traitement en conséquence.
Parmi ceux-là, un examen appelé fond d’œil vous sera demandé. Cet examen, non douloureux, permet de visualiser les lésions sur votre rétine et d’évaluer leur évolution.

Votre ophtalmologiste évalue les lésions en réalisant un fond d'oeilVotre ophtalmologiste évalue les lésions en réalisant un fond d'oeil

Des examens complémentaires – angiographie rétinienne et OCT (image en coupe de la rétine) – peuvent également être réalisés, afin de faire un bilan complet de votre maladie et d’adapter votre traitement en conséquence.

Un bilan complet est réalisé - Une image en coupe de votre rétine peut aussi être réaliséeUn bilan complet est réalisé - Une image en coupe de votre rétine peut aussi être réalisée

Comment peut-on corriger ma DMLA ?

Un bon équilibre alimentaire, une bonne hygiène de vie, un contrôle de la surcharge pondérale, l’arrêt du tabac constituent la base de la prise en charge de la DMLA.
Des traitements curatifs peuvent également vous être prescrits, selon votre cas :

  • La photocoagulation au laser permet de limiter l’extension des lésions. Une seule séance suffit en général. Elle ne nécessite pas d’hospitalisation, et elle est réalisée après instillation d’un collyre anesthésique.

  • La photothérapie dynamique (PDT) est utilisée quand la photocoagulation ne peut être réalisée. Elle emploie un laser froid et nécessite, en général, plusieurs séances.

  • Les traitements anti-angiogéniques sont directement administrés dans l’œil pour empêcher la croissance de vaisseaux sanguins et la progression des lésions.

Ces différents traitements peuvent être associés entre eux.

Il y a urgence à consulter votre ophtalmologiste en cas de baisse rapide de la vision d’un de vos yeux, si vous avez la sensation de voir les lignes droites déformées ou gondolées.
Site utile à consulter pour plus de renseignements sur la DMLA : www.association-dmla.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un ophtalmologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement