J'envisage une IVG, interruption volontaire de grossesse Medelli
Mettre en favori

J'envisage une IVG, interruption volontaire de grossesse

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines après le début des dernières règles). Les mineures ont accès à l’IVG dans le respect de certaines règles.

 Je suis mineure, faut-il que j’aie l’autorisation de mes parents pour une IVG ?

Non. Si vous êtes mineure, même si vous n’êtes pas émancipée (protocole d’émancipation de la part de vos parents), l’accord de vos parents n’est pas obligatoire.

Par contre, si vous ne souhaitez pas informer vos parents ou s’ils refusent de donner leur accord, il vous faudra faire appel à un adulte référent qui devra vous suivre et vous soutenir durant toutes vos démarches. Cette personne doit être majeure, mais ne doit pas forcément faire partie de votre famille. Vous pouvez, par exemple, faire appel à un ami (ou une amie), un proche ou un travailleur social.

Peut-on m’interdire une IVG ?

Non. Toutes les femmes sur le territoire français disposent du même droit d’interrompre leur grossesse, quel que soit leur nationalité ou leur statut. Vous êtes seule à pouvoir décider. Vous n’avez besoin d’aucune autorisation.

A qui dois-je m’adresser ?

Deux consultations médicales sont nécessaires avant une IVG. Elles doivent être espacées d’une semaine (ou de 48 h en cas de risque de dépassement des délais).

Il faut donc dans un premier temps prendre rendez-vous avec un médecin.

 

Pour cela, vous pouvez directement contacter un hôpital public ou une clinique qui pratique des IVG, ou voir le médecin de votre choix. Vous pouvez également prendre contact avec un Planning familial qui saura vous donner toutes les informations nécessaires.

 

Lors de la première consultation, si le médecin consulté ne pratique pas d’IVG, il doit vous communiquer le nom d’un médecin qui en réalise. Votre médecin vous renseignera sur les différentes méthodes d’IVG, sur les cadres dans lesquels elle peut être pratiquée, sur les effets secondaires éventuels et vous remettra un dossier-guide.

 

Lors de la seconde consultation, vous devrez confirmer par écrit votre demande d’IVG et remettre votre accord au médecin. Vous devrez préciser la date de vos dernières règles, vos antécédents médicaux et votre groupe sanguin si vous le connaissez. Le médecin vous aidera ensuite à choisir une IVG médicamenteuse ou instrumentale (intervention chirurgicale obligatoirement pratiquée dans un établissement de santé et par un médecin sous anesthésie locale ou générale). Jusqu’à la septième semaine de grossesse, vous pouvez bénéficier d’une IVG médicamenteuse, au-delà, l’IVG sera obligatoirement instrumentale. Si vous êtes mineure, vous devrez également remettre le consentement d’un de vos parents ou l’attestation mentionnant le choix de votre adulte référent.

 

Quelle que soit la méthode d’IVG choisie, une consultation de contrôle est prévue entre le quatorzième et le vingt-et-unième jour après l’intervention.

 

Une consultation psychosociale est-elle nécessaire ?

Cette consultation, réalisée par un conseiller conjugal, est facultative pour les femmes majeures et obligatoire pour les mineures. Elle est fortement conseillée avant toute décision. Elle vous sera proposée par votre médecin lors de votre première consultation médicale. Si vous êtes mineure, c’est à cette occasion que vous pouvez décider de garder le secret vis-à-vis de vos parents et désigner un adulte référent.

Faut-il rencontrer un médecin anesthésiste ?

Lorsque la technique envisagée pour votre IVG nécessite une anesthésie autre que strictement locale, vous devrez vous soumettre à une consultation pré-anesthésique. Vous rencontrerez alors le médecin anesthésiste.

 

Il vous fera remplir un questionnaire concernant votre état de santé et vos antécédents. Vous devrez, par ailleurs, signer un document nommé « consentement éclairé » avant l’intervention. Ce document sera signé également par vos parents ou l’adulte référent, si vous êtes mineure.

 

L’IVG est une intervention chirurgicale. Le chirurgien et l’anesthésiste vous informeront des risques éventuels liés à cette intervention. Ils répondront à vos questions. N’hésitez pas à leur faire part de vos interrogations et de vos craintes.

La durée d’hospitalisation est généralement de 24 heures. Le chirurgien peut prolonger cette durée d’une journée pour des examens complémentaires ou une surveillance post-opératoire.

Quel est le coût d’une IVG ?

Depuis le 1er avril 2016, tout le parcours de l’IVG est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie dans le cadre d’un forfait.

-      Pour l’IVG médicamenteuse pratiquée en cabinet médical, centre de santé ou centre de planification et d’éducation familiale, ce forfait comprend la seconde consultation médicale préalable, les deux consultations médicales de prise des médicaments, les médicaments et la consultation médicale de contrôle.

-      Pour l’IVG médicamenteuse réalisée en établissement de santé (hôpital ou clinique), ce forfait comprend les analyses et l’échographie préalable à l’IVG, la seconde consultation médicale préalable si celle-ci a été réalisée dans l’établissement où sera pratiquée l’IVG, les deux consultations médicales de prise des médicaments et la consultation médicale de contrôle ainsi que l’analyse de contrôle biologique réalisée après l’IVG.  

-      Concernant l’IVG chirurgicale, ce forfait comprend la seconde consultation médicale préalable si celle-ci a été réalisée dans l’établissement où sera pratiquée l’IVG, les analyses préalables à l'IVG, l'anesthésie locale ou générale et la consultation pré-anesthésique, l'acte d'IVG et la surveillance, l'accueil et l'hébergement ainsi que la consultation médicale de contrôle.

Si vous êtes mineure non émancipée sans consentement parental, si vous bénéficiez de la CMU complémentaire ou de l’aide médicale de l’Etat vous n’aurez à avancer aucun frais.

Une assistante sociale peut vous aider dans vos démarches. 

 

Vous trouverez de plus amples informations :

• Sur le dossier-guide remis à toute femme souhaitant accéder à une IVG, lors de la première consultation médicale préalable à l’intervention (http://www.ivg.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_IVG_2014.pdf)

• Sur le site internet du ministère de la Santé http://www.ivg.gouv.fr

• Auprès du Planning familial qui dispose d’antennes régionales

• Auprès de votre médecin traitant ou auprès des auxiliaires de santé d’un établissement scolaire ou d’une université.

 

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Bien prendre ma pilule Medelli
Mettre en favori

Bien prendre ma pilule

La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative. Lorsqu'elle est bien prise, c'est un moyen de contraception efficace à près de 100 %, mais elle ne protége pas contre les infections sexuellement transmissibles comme l'hépatite B ou le VIH/sida.

Qu’est-ce que la pilule ?

La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative.

C’est un moyen contraceptif et c’est un moyen de vivre sa sexualité.

La pilule contient des hormones (œstrogène et progestérone de synthèse seul ou en association), qui bloquent l’ovulation en mettant les ovaires au repos. Comme tout médicament, la contraception oestroprogestative n'est pas dénuée de risques même s'ils sont rares.

La pilule me protège contre quoi ?

En prenant la pilule, vous êtes protégée contre une grossesse non désirée, mais pas contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et, notamment, l’hépatite B et le VIH.

Seul le préservatif constitue à la fois un mode de contraception et une protection contre les IST.

Est-ce qu’il y a des contre-indications ?

Le tabac, l'excès de cholestérol, l’hypertension artérielle, le diabète, les antécédents de phlébite, de maladies cardiaques ou encore d'accidents vasculaires cérébraux sont autant de facteurs de risques cardiovasculaires. Il est nécessaire d’en parler lors de la prescription d'une contraception oestroprogestative.

A partir de combien de temps la pilule est-elle efficace ?

L’efficacité commence dès le premier jour et durant tout le temps de la prise de la pilule, y compris pendant la période d’arrêt de 7 jours, si elle est prise pour la première fois au premier jour des règles (et si la plaquette ne contient que 21 comprimés).

Comment dois-je la prendre ?

 

Pour limiter les risques d'oubli, je choisis de prendre ma pilule au moment d'une action quotidienne ou de l'avoir toujours avec moi dans mon sac

 

Il faut absolument prendre la première de ces pilulesle premier jour des règles.

Il est important de choisir l’heure de cette première prise puisqu’il faudra respecter cet horaire autant que possible par la suite.

Pour limiter les risques d’oubli, il suffit d’associer cette prise de pilule à une action répétée chaque jour. L’avaler avec le déjeuner ou le dîner, au moment de se brosser les dents, au moment de régler le réveil pour le lendemain matin.

Lorsqu’on n’a jamais pris la pilule ou si on recommence à la prendre après un arrêt d’un ou plusieurs mois, il faut reprendre la pilule le premier jour des règles.

Si la plaquette comporte 21 comprimés :

On prend un comprimé à la même heure pendant 21 jours.

On s’arrête pendant 7 jours. C’est au cours de cette période d'arrêt que surviennent les règles.

Le 8ème jour, on entame une nouvelle plaquette, que les règles soient terminées ou pas.

Si vous avez commencé votre plaquette un jour de la semaine (un dimanche par exemple), vous commencerez toutes les plaquettes le même jour (un dimanche) et vous les terminerez toutes la veille (le samedi dans ce cas).

Si la plaquette contient 28 comprimés :

Il faut prendre dans l’ordre un comprimé chaque jour sans s’arrêter et sans tenir compte de la survenue des règles.

Pour limiter les risques d'oubli, je choisis de prendre ma pilule au moment d'une action quotidienne ou de l'avoir toujours avec moi dans mon sac

Que faire en cas d’oubli ?

 

Ma pilule mode d'emploi

 

Il ne faut surtout pas paniquer, à chaque situation d’oubli il existe une solution. Dans tous les cas, le médecin est là pour vous répondre.

Prenez le comprimé manquant dès que possible. Consultez la notice et contactez votre médecin afin de vous assurer que vous êtes toujours protégée.

En cas de doute, n’interrompez pas votre plaquette, mais choisissez un mode de contraception complémentaire (préservatif) en attendant la fin de votre cycle.

Vous pouvez parfois avoir recours à la pilule du lendemain en allant chez le pharmacien, dans les dispensaires, ou encore auprès du centre de planning familial ou de l’infirmière scolaire, mais là encore il est souhaitable d'en parler avec votre médecin.

Prévoyance ! La pilule peut être prescrite pour six mois ou un an : achetez quelques plaquettes d’avance pour éviter les ruptures de stock.

Ma pilule mode d'emploi
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je choisis ma contraception Medelli
Mettre en favori

Je choisis ma contraception

La meilleure contraception c’est celle que l’on choisit. A travers ce site, l’INPES répond aux nombreuses questions qui concernent la contraception sous toutes ses formes.
www.choisirsacontraception.fr

 

THÈME La meilleure contraception, c’est celle que l’on choisit.

CEUX QUI SONT CONCERNÉS Femmes et hommes qui veulent en savoir plus et mieux sur un sujet souvent mal connu.

OBJECTIF Apporter une information très complète sur l’ensemble des méthodes de contraception.

ORIGINE Site géré par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).

CONTENU Des informations concernant la contraception, mais aussi des réponses aux situations particulières (la première fois, parents/ados, l’IVG…), à vos questions, des témoignages de professionnels… Il propose les coordonnées de l’ensemble des plates-formes régionales.

LES PLUS Le premier site Garçon (en bleu) – Fille (en rose) ; plus sérieusement, un site à l’abord simple qui permet à tous de s’y retrouver en matière de contraception.

Un numéro vert (gratuit depuis un poste fixe) est ouvert à tous : 0800 235 236 .Institut national de prévention et d’éducation pour la santé42, boulevard de la Libération,93203 Saint-Denis Cedex.Tél. : 01 49 33 22 22.Télécopie : 01 49 33 23 90.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je me renseigne sur le Planning Familial Medelli
Mettre en favori

Je me renseigne sur le Planning Familial

Le Planning Familial est une organisation d’accueil du public dans des centres répartis sur l’ensemble du territoire français. Le Planning Familial est destiné à améliorer l’éducation des femmes en matière de contraception, de sexualité et à proposer différentes aides et solutions.

Qu’est-ce que le Planning Familial ?

Le Mouvement Français pour Le Planning Familial ou Planning Familial est un espace privilégié dédié à la prévention, à l’accueil du public et à son accompagnement, pour toutes les questions en lien avec votre vie sexuelle et affective. Ce lieu concerne tout le monde, mais se destine en particulier aux femmes.

Aujourd’hui, le planning familial propose un réseau composé de 150 lieux d’information et 31 centres de planification. Au total, 70 associations départementales sont identifiées et organisées en 20 fédérations régionales.

A qui s’adresse le Planning Familial ?

Le Planning Familial s’adresse en premier lieu aux femmes, mais en pratique, les femmes, les hommes, les adolescents, donc tout le monde peut venir parler, dialoguer et obtenir des conseils.

Comment sont organisés ces centres ?

Ces centres sont à la fois des lieux d’information et des centres de consultation.

Les lieux d’information sont ouverts à toutes les personnes qui se posent des questions à propos de leur sexualité, de la contraception, de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) y compris le sida, mais aussi sur les violences faites aux femmes, aux enfants ou l’égalité hommes-femmes.

Les centres de planification proposent des consultations médicales dédiées aux adolescentes, sans exclure les garçons ou les jeunes femmes majeures, qui souhaitent être informées, conseillées, obtenir une contraception gratuite ou la pilule du lendemain.

Quelles sont les missions du Planning Familial ?

Ces missions sont multiples, avec notamment :

  • Promouvoir l’éducation à la sexualité.

  • Accompagner et aider dans le choix d’une méthode contraceptive.

  • Ecouter et orienter face à une demande d’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG).

  • Dénoncer etcombattre toutes les formes de violence.

  • Lutter contre le sida et les Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

Quel est le rôle du Planning Familial en matière d’éducation

Le Planning Familial exerce une mission d’éducation sur les thèmes de la sexualité et du féminisme à l’aide de messages et de supports adaptés à l’âge des personnes concernées. Ces interventions sont programmées en accord avec l’Education Nationale et permettent d’aller à la rencontre des enfants et adolescents concernés. Elles se tiennent dans les écoles, les collèges, les lycées, ainsi que dans les structures éducatives spécialisées pour les enfants en difficulté.

Où trouver un Planning Familial près de mon domicile ?

Vous pourrez trouver la liste complète sur la page d’accueil du site : www.planning-familial.org, rubrique

« où nous trouver ». Si vous souhaitez faire une recherche par département, allez dans la liste complète, sélectionnez votre département et n’oubliez pas de cliquer sur appliquer.

Votre médecin pourra également vous indiquer le centre le plus proche de chez vous.

Le Planning Familial est une organisation dont la mission est l’éducation, l’information et les soins auprès des jeunes femmes et des jeunes enfants. Cette offre est plus particulièrement dédiée aux personnes et aux zones défavorisées. Pensez à vérifier les horaires d’ouverture et à vous renseigner sur les rendez-vous éventuels à prendre, avant de vous déplacer.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement