Je ne sais plus comment parler avec mon ado Medelli
Mettre en favori

Je ne sais plus comment parler avec mon ado

Se refermer comme une huître, parler de manière inintelligible, répondre avec beaucoup d’agacement à la moindre question, c’est très fréquent à la puberté. C’est même souvent l’une des premières manifestations de cette période si délicate à vivre. A force, comme tous les parents d’adolescents, vous en venez à redouter de lui adresser la parole. Quelques solutions pour faciliter la communication

« La pulsion sexuelle propre à son âge pousse l’adolescent vers le monde extérieur. Pour grandir, il a besoin de rejeter « l’intérieur », le cocon familial », explique le psychologue Jean-Luc Aubert. « Cette soif d’émancipation est exaltante mais aussi très anxiogène. D’où ce mutisme et/ou cette irritabilité très présents, surtout envers les parents. » Il ne faut donc y voir aucune attaque personnelle : l’explication est à la fois hormonale et psychique.

Bien sûr, le maintien d’une bonne communication avec un adolescent dépend en grande partie de la qualité du dialogue instauré avant d’entrer dans ces turbulences. Si vous échangiez facilement, il devrait en rester des traces. Malgré tout, à un moment ou à autre, il vous parlera probablement mal. Avant toute chose, ne le prenez pas comme une agression personnelle. Dans l’absolu, il n’a rien contre vous. Sa réaction est propre à son âge. Vous en persuader vous aidera à garder votre calme.

Fixer les limites

Ceci étant, vous n’avez pas non plus à tout accepter. Quand il dépasse les bornes, dites-lui fermement « je ne te parle pas comme ça, tu ne me parles pas comme ça ». Puis prenez vos distances, calmez-vous chacun de votre côté. Inutile de chercher à le raisonner dans l’immédiat, il n’entendra rien. Reparlez-en ensuite à tête reposée.

Vous pouvez essayer l’humour s’il y est sensible « dis, tu t’es entraîné longtemps pour réussir à être aussi désagréable ? ». Vous pouvez aussi renouer le contact en lui envoyant des textos. « Le portable est un médiateur neutre permettant parfois de s’exprimer plus facilement », constate Jean-Luc Aubert.

Enfin, évitez de parler systématiquement des sujets qui fâchent. Même si ses notes ou ses fréquentations vous inquiètent, abordez des thèmes qui lui plaisent, intéressez-vous à ses occupations, aussi futiles soient-elles, regardez avec lui son programme télé préféré même si les animateurs vous insupportent. L’essentiel est de garder le contact.

Source : Interview de Jean-Luc Aubert, psychologue clinicien, spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, auteur de « Mon ado et moi – Le comprendre pour mieux s’entendre » (Odile Jacob), le 25 mars 2016
Ecrit par : Aurélia Dubuc – Edité par : Emmanuel Ducreuzet
Mots-clefs : adolescent, communication, puberté, irritabilité

©Destinationsante.com 2017
https://destinationsante.com/le-conseil-scientifique

Crédit photo : Monkey Business Images/shutterstock.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
7 conseils pour aider votre fille à parler de ses premières règles Medelli
Mettre en favori

7 conseils pour aider votre fille à parler de ses premières règles

Les premières règles sont une étape importante dans la vie d’une jeune fille et elles peuvent s’accompagner de nombreuses questions. Pour aider votre fille à s’y préparer, parlez-en à l’avance avec elle pour qu’elle comprenne que ce phénomène naturel n’est ni honteux, ni tabou. Proposez-lui de noter ses questions elle-même dans le document à imprimer qui est en bas du document. C’est « Son journal de jeune fille ». Elle pourra plus facilement poser ses questions à son médecin, gynécologue et à vous.

Aborder le sujet simplement avec votre fille avant ses premières règles afin qu’elle soit préparée le jour J et rassurée quelle que soit la situation dans laquelle elle se trouvera lorsque cela arrivera.

Si elle ne souhaite pas en parler, n’insistez pas. Mettez-la à l’aise en lui disant que toutes les femmes ont leurs règles et que cela n’a rien de honteux ou de sale. Faites lui savoir que vous serez là pour en parler lorsqu’elle le souhaitera.

En moyenne les premières règles apparaissent deux ans après les premiers signes de la puberté (poils, seins, acné…), vers 13 ans, mais chaque femme est unique et il ne faut pas s’affoler si les règles arrivent à 10 ans ou sont encore absentes à 15 ans.

Les premières règles peuvent être plus ou moins douloureuses. Si c’est le cas, donnez-lui des astuces  pour soulager son ventre (bains chauds, bouillotte…). Consultez un médecin si elle le souhaite ou si les douleurs sont très intenses. Il pourra lui prescrire un antispasmodique ou un anti-inflammatoire qui la soulageront. Ne lui donnez pas d’aspirine, car elle fluidifie le sang.

Expliquez-lui quelles protections elle peut utiliser et comment les utiliser : tampons ou serviettes, tailles, formes... Qu'elle peut utiliser des tampons de petite taille dès ses premières règles mais que cela demande une certaine dextérité. Dites-lui que ce n’est pas grave de ne pas y arriver du premier coup et que les gestes deviennent plus fluides avec la pratique. Il existe aussi une nouvelle alternative aux tampons et aux serviettes, la coupe menstruelle, la "cup", qui demande un apprentissage.

Expliquez-lui qu’il est important de changer ses protections régulièrement, de bien se laver les mains avant et après l’avoir fait, et de respecter une bonne hygiène intime.

Vous pouvez lui préparer un kit pour ses premières règles à avoir toujours avec elle, contenant les protections essentielles dont elle pourrait avoir besoin si cela survient hors de la maison.

Votre journal de jeune fille à imprimer.pdf

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Dois-je parler à mon ado de ses amours ?  Medelli
Mettre en favori

Dois-je parler à mon ado de ses amours ?

Vous n’avez plus aucun doute, votre ado est amoureux. Vous le voyez rien qu’à son regard et à son comportement plus nerveux qu’à l’habitude. Comment devez-vous réagir ? Devez-vous en parler ?Les réponses de la psychanalyste Geneviève Abrial.

« Il faut avant tout décomplexer les parents : être mal à l’aise à l’idée de parler de sa vie amoureuse avec son enfant, il n’y a rien de plus normal », rappelle la spécialiste. Car une fois passée la puberté, les flirts finissent tôt ou tard par rimer avec découverte de la sexualité. Et forcément, ça éveille des inquiétudes, pour la santé de votre ado (Et s’il attrapait une IST ? Et si elle tombait enceinte ?), mais aussi pour son cœur. C’est connu, les premiers vrais amours, quand ils se terminent, font souffrir. Sans oublier qu’il n’est jamais facile pour un parent de voir son fils ou sa fille basculer définitivement dans le monde des adultes.

Malgré tout, il vous faut aborder le sujet. « L’adolescent a besoin de savoir que ses parents sont là pour répondre à d’éventuelles questions, rassurer les craintes », explique Geneviève Abrial. « Le dialogue doit être ouvert et sans tabou, mais en restant dans le domaine des généralités. La discrétion et la pudeur s’imposent : ne posez pas de questions trop directes, ne faites pas de confidences sur votre propre sexualité. »

C’est trop difficile pour vous ?

Ne vous forcez pas, dites-lui simplement « j’ai un peu de mal à parler avec toi mais c’est important que tu puisses trouver des réponses à tes questions ». Et donnez-lui accès aux bons supports d’information : sites officiels, dépliants, livres… Rappelez-lui aussi qu’il peut en parler s’il en a envie avec un adulte référent : votre médecin de famille s’il est à l’aise avec lui, un jeune oncle ou une jeune tante avec qui il s’entend bien…

Mais surtout, ne rendez pas le sujet trop anxiogène. Ne parlez pas seulement des risques liés aux grossesses indésirées ou aux IST. Evitez les réflexions désabusées sur les relations amoureuses qui risquent de le décourager. Laissez-lui sa fraîcheur et peut-être ses illusions. Il fera des erreurs, il connaîtra des chagrins d’amour. Mais ces expériences malheureuses contribueront, elles aussi à son épanouissement. Rappelez-vous que, quand il était petit, vous l’avez laissé se lancer et faire ses premiers pas malgré votre crainte de le voir tomber.

Source : Interview de Geneviève Abrial, psychanalyste, auteure de « Nos ados et nous » dans la collection Psychoguides PUF.
Mots-clefs : adolescent, sexualité, contraception, IST, puberté

©Destinationsante.com 2017
https://destinationsante.com/le-conseil-scientifique

Crédit photo : Syda-production/Shutterstock.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Le site Filsantejeunes répond à mes questions d’ados Medelli
Mettre en favori

Le site Filsantejeunes répond à mes questions d’ados

Un chat, des forums, de la documentation, des questions-réponses personnalisées avec des médecins et des psychologues autour de la sexualité, de la drogue, de l’alcool... Filsantejeunes.com est un site interactif qui répond à l’ensemble des préoccupations des jeunes en matière de santé.

http://www.filsantejeunes.comfilsantejeunes.com

THÈME

Site consacré à la santé des jeunes au sens large, incluant des informations sur le bien-être et l’équilibre général, qu’il soit biologique, psychologique ou social.

CEUX QUI SONT CONCERNÉS

Les adolescents et les jeunes adultes sont les premiers concernés. Le site s’adresse également aux parents et aux professionnels de la famille.

OBJECTIF

Le site a pour objectif d’informer, conseiller et répondre aux questions de santé des internautes, dans le respect de la confidentialité et de l’anonymat, afin de développer leur réflexion, leur regard critique et leur connaissance de soi.

ORIGINE

Le site est un service géré par l’association l’Ecole des Parents et des Educateurs d’Ile-de-France, fondée en 1929. Il fait partie d’un dispositif de prévention et d’aide à distance en matière de santé créé en 1995 par le ministère de la Santé et financé par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé et la Direction Générale de la Cohésion Sociale. Il a été mis en ligne en 2001.

CONTENU

Le site traite de nombreux sujets au centre des préoccupations des adolescents et jeunes adultes : sexualité, contraception, corps, sport, nutrition, maladies, collège, religion, handicap, drogues, mal-être, questions juridiques et sociales, lieux de prise en charge médicale ou psychologique, etc.
Il met en ligne des articles (brèves, actualités, dossiers classés par catégories) rédigés par des professionnels expérimentés, médecins, psychologues, juristes et conseillers conjugaux ou familiaux. Il propose une Foire aux Questions ou répond par mail, de manière individualisée, aux questions posées par les internautes (rubrique Boîte à Questions). Il propose des espaces d’échanges entre jeunes (rubriques Forums et Chat) et leur permet de témoigner, participer à des enquêtes ou tester leurs connaissances en répondant à des quiz.

LES PLUS

Le site respecte les principes de la charte HONcode.
Il vient en complément du numéro vert Fil santé jeunes (3224). Le choix des sujets est directement inspiré des questions posées par les jeunes appelant le numéro vert ou par les internautes.
Le site répertorie les Maisons des Adolescents et les Points Accueil Ecoute Jeunes par département.
Des supports de communication de Fil Santé Jeunes (cartes, affiches, flyers) sont disponibles en appelant au 01 44 93 44 66 ou à l’adresse telephonie@epe-idf.com .
Il est possible de s’abonner à un flux RSS, pour recevoir les actualités et les brèves du site et de s’inscrire sur les pages Facebook et Twitter.

 

Ecole des Parents et des Educateurs d’Ile-de-France
5, impasse Bon Secours
75011 Paris
Tél. : 01 44 93 44 88
Numéro anonyme et gratuit : 0 800 235 236
telephonie@epe-idf.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un pédiatre
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement