Je peux  parler de mes possibles difficultés sexuelles liées au cancer et à ses traitements Medelli
Mettre en favori

Je peux parler de mes possibles difficultés sexuelles liées au cancer et à ses traitements

La maladie et ses traitements peuvent avoir un impact sur la sexualité. Cela est différent chez l’homme et chez la femme.

Comment ma sexualité peut-elle être affectée par mon cancer ?

L’impact de la maladie sur la sexualité peut être envisagé à deux niveaux :

  • Au niveau physique ou fonctionnel, la fatigue ou les douleurs peuvent directement affecter votre désir et votre capacité à prendre et à donner du plaisir.

  • Au niveau psychologique, l’anxiété, voire la dépression peuvent diminuer votre libido.

La plupart du temps, ces effets sont temporaires.

Quel est l’impact des traitements sur ma sexualité ?

Les traitements du cancer provoquent fréquemment une fatigue qui peut diminuer votre libido. Des douleurs et divers effets secondaires indésirables peuvent aussi venir perturber votre désir.En outre, certains traitements vont entraîner une perturbation de l’image du corps, de l’estime de soi et du sentiment de désirabilité : mutilation chirurgicale, perte des cheveux et de la pilosité en général, prise ou perte importante de poids…Dans certains cas, les traitements peuvent altérer la fertilité. Chez les enfants, les adolescent(e)s ou les jeunes adultes, des mesures de préservation ou de conservation de sperme ou d’ovules devront être rapidement réalisées dans un centre spécialisé (CECOS), avant le début des traitements anticancéreux.Les traitements auront des effets différents selon le sexe.

Chez la femme

Les chimiothérapies entraînent, en général, une grande fatigue.Certaines peuvent être à l’origine de nausées et de vomissements, qui contribuent aussi à un désintérêt temporaire pour la sexualité.Les chimiothérapies peuvent également provoquer des irritations, notamment de la muqueuse vaginale. Celle-ci devient enflammée, et cela peut rendre les rapports douloureux. Cette irritation peut favoriser le développement de mycoses, provoquant alors des écoulements vaginaux et des démangeaisons. Cet ensemble peut diminuer le désir.Certains traitements du cancer (chimiothérapie, chirurgie, hormonothérapie) peuvent induire une ménopause, avec les possibles désagréments qui l’accompagnent.Si vous avez dû arrêter un traitement hormonal substitutif, l’apparition d’une sécheresse vaginale gênant les rapports sexuels peut survenir. On peut vous aider à y remédier.Certains traitements, dans les cancers gynécologiques ou digestifs, peuvent avoir entraîné des séquelles durables conduisant tant à une gêne fonctionnelle qu’à une atteinte de l’image du corps.Il existe sans doute des solutions, parlez-en avec votre médecin.

Chez l’homme

Les traitements entraînent aussi une fatigue importante, qui peut diminuer le désir.L’image du corps peut également être affectée par une intervention dans la zone génitale ou bien encore par une prise de poids et de forme d’allure féminine.Les traitements du cancer de la prostate, chirurgie ou radiothérapie, se veulent de plus en plus conservateurs. Néanmoins, ils peuvent modifier, voire altérer, l’érection et le mode d’éjaculation. Des médicaments pour stimuler votre activité sexuelle peuvent vous être prescrits. Parlez-en avec votre médecin et votre partenaire.

Y a-t-il des contre-indications à la reprise de l’activité sexuelle ?

Immédiatement après une chirurgie, et tant que la cicatrisation n’est pas complète, il est parfois préférable de ne pas avoir de rapports sexuels. Le délai entre la chirurgie et la reprise de votre activité sexuelle dépendra du type d’intervention. Il vaut mieux demander à votre médecin son avis.

Je suis sous chimiothérapie, quandma sexualité va-t-elle redevenir normale ?

A la fin du traitement, les effets secondaires s’estomperont. Vous vous sentirez alors mieux physiquement et moralement. Vous observerez un regain de libido et de reprise de votre activité sexuelle.

La chirurgie mammaire modifie-t-elle le désir sexuel ?

A la suite de l’ablation d’un sein (mastectomie), il est normal qu’une femme éprouve le sentiment d’être mutilée et privée d’un élément important de séduction et de plaisir.La qualité du dialogue et le soutien du partenaire seront des éléments importants pour en faire le deuil et s’adapter à la situation. Si tel n’est pas le cas, un soutien psycho-oncologique ou un groupe de parole ou une association pourront constituer des aides précieuses.Ensuite, quel que soit votre âge, la reconstruction mammaire sera d’abord pour vous-même un moyen de retrouver une image corporelle satisfaisante. Les sensations physiques au niveau de ce sein reconstruit ne seront plus les mêmes, mais cela n’empêchera pas le plaisir sexuel.

Que puis-je faire en cas de douleurs ?

Si la douleur apparaît lors de vos rapports sexuels, cela peut être l’une des conséquences de votre maladie ou de votre traitement.Chez l’homme, la chirurgie ou la radiothérapie peuvent causer une irritation de la prostate ou de l’urètre, rendant l’orgasme douloureux. En général, l’irritation disparaît en quelques mois.Chez la femme, les douleurs sont souvent dues à une modification de la taille du vagin ou à une sécheresse vaginale. Votre médecin pourra vous recommander l’utilisation de lubrifiants vaginaux.Si des traitements contre la douleur vous ont été prescrits, prenez-les avant vos rapports sexuels pour que la douleur ne soit plus un frein à votre désir.Trouvez une position qui limite la pression sur les parties de votre corps douloureuses.Enfin, gardez à l’esprit que la sexualité ne se limite pas aux relations avec pénétration qui serait seule source de plaisir : les caresses et les attouchements peuvent vous combler, vous et votre partenaire.

Si votre sexualité est affectée par la maladie et les traitements, il s’agit le plus souvent d’effets secondaires de caractère transitoire. Dans d’autres cas, il peut s’agir de séquelles plus durables. Vous devez pouvoir aborder librement le sujet avec votre médecin, pour qu’il vous propose des solutions.Il est tout aussi important d’en parler avec votre partenaire pour identifier les difficultés, chercher ensemble les moyens de raviver le désir et de retrouver une vie sexuelle satisfaisante.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je sais comment se développe un cancer Medelli
Mettre en favori

Je sais comment se développe un cancer

Un cancer est la conséquence d’un dérèglement du fonctionnement de certaines cellules qui conduit à leur multiplication anarchique.

Comment se développe un cancer ?

Les cellules de notre organisme forment nos organes. Elles se renouvellent en permanence : une partie d’entre elles meurt chaque jour et est remplacée par de nouvelles, identiques.La mort des cellules et leur division sont régulées par des gènes normaux, présents dans toutes les cellules. Ces gènes sont à l’origine de signaux que la cellule interprète comme un ordre pour se diviser, ou mourir, ou se réparer après une agression comme les rayons ultraviolets du soleil.Certains gènes sont responsables de l’accélération de la division cellulaire, d’autres la freinent. Ces gènes qui régulent la division cellulaire peuvent être modifiés et entraîner la transformation de la cellule normale en cellule cancéreuse. Cette modification peut, par exemple, se produire sous l’action de produits contenus dans la fumée du tabac. La cellule est alors « mutée » et est capable de se diviser de façon anarchique et va transmettre ces caractéristiques à ses cellules « filles ».

Cette multiplication de cellules anarchiques provoque la formation d’un amas de cellules de plus en plus important formant une « tumeur ». Cette tumeur constitue un véritable organe dans lequel se développent des vaisseaux sanguins destinés à nourrir les cellules cancéreuses. Ces cellules se développant très rapidement, elles sont en effet avides de nutriments et d’oxygène. C’est la présence de cellules malignes, qui est responsable de la prolifération de ces vaisseaux dans la tumeur par l’intermédiaire de substances fabriquées au sein de la tumeur et stimulant leur prolifération. Il s’agit là d’un phénomène bien connu maintenant appelé « angiogenèse » et à l’origine de traitements en plein développement, dont le but est de la freiner.

A partir d’un certain volume, la masse tumorale (importance de la tumeur) devient détectable soit à l’examen clinique, soit lors d’un examen radiologique, comme la mammographie. Les premiers symptômes peuvent alors apparaître, car la tumeur peut comprimer des nerfs et provoquer des douleurs, ou gêner le fonctionnement de certains organes.

Comment un cancer peut-il se propager ?

Les cellules malignes, d’abord contenues au sein d’un tissu ou d’un organe donné, peuvent envahir progressivement les tissus voisins, on parle alors d’invasion locale des cellules cancéreuses. Là encore, certaines substances fabriquées par ces cellules aident l’infiltration des tissus environnants en détruisant certaines barrières protégeant les tissus sains.Lorsqu’elles atteignent la circulation sanguine ou lymphatique, elles peuvent pénétrer à l’intérieur de ces vaisseaux et être alors transportées vers d’autres organes, situés à distance du foyer tumoral de départ. Elles peuvent alors s’y arrêter et s’y multiplier.On parlera alors de cancer « secondaire » ou « métastase ». C’est, par exemple, le cas du cancer du sein dont les cellules peuvent avoir quitté le sein et s’arrêter dans une vertèbre lombaire. Certains organes sont plus souvent touchés par les métastases : le foie, les os, les poumons, le cerveau, les reins…

Qu’est-ce qu’une lésion précancéreuse ?

Il s’agit d’une modification cellulaire au niveau d’un organe qui peut être à l’origine de l’apparition d’un cancer. Les cellules se sont transformées, mais sans que ces anomalies soient suffisantes pour parler de « cancer » . Par contre, elles peuvent évoluer ultérieurement vers un « vrai » cancer. C’est, par exemple, le cas des polypes de l’intestin qui sont bénins, mais qui peuvent se transformer en cancer. Il convient donc de les dépister à ce stade et de les enlever.

Quel rôle joue l’hérédité dans la survenue d’un cancer ?

On vient de voir que le cancer est lié à la modification de certains gènes. Mais il ne faut pas confondre « génétique » et « héréditaire ». Le cancer est une maladie « génétique » mais très rarement héréditaire, c’est-à-dire transmissible.On pense aujourd’hui, en effet, que les facteurs génétiques jouent un rôle dans l’apparition de la plupart des cancers. Pour certains cancers, comme le cancer du poumon, on connaît le facteur favorisant son apparition, à savoir le tabac, par l’intermédiaire de la mutation de certains gènes impliqués dans la division cellulaire. Pour d’autres cancers, comme le cancer du sein, on connaît beaucoup moins bien les facteurs favorisants.Toutefois, pour certains cancers et certaines familles, l’hérédité joue tout de même un rôle très important. On estime aujourd’hui qu’environ 1 cancer sur 10 serait essentiellement lié à ce facteur. Il concerne notamment le sein, le côlon, l’ovaire… Ces cancers ont des caractéristiques particulières. Ils surviennent en général assez tôt (avant 40 ans pour le sein ou 50 ans pour l’ovaire et le côlon...). La tumeur affecte le plus souvent, de manière simultanée, les deux seins ou les deux ovaires. Plusieurs membres de la famille sont généralement touchés. Ils sont liés à la possible transmission, de façon héréditaire, de gènes dits « de prédisposition » à certains cancers. Ces gènes de prédisposition sont pour certains cancers connus et leur modification peut être recherchée par un examen biologique complexe et dont l’indication est portée par un médecin qualifié, dans ce domaine appelé onco-généticien.

Certains facteurs de risque de survenue du cancer sont clairement identifiés. Il s’agit du tabac, de l’alcool, de la consommation excessive de graisses d’origine animale, de l’excès de poids et de l’obésité. On relève également les expositions professionnelles à des agents carcinogènes, la pollution environnementale, l’usage de certains médicaments, les rayonnements ionisants et ultraviolets, ainsi que certaines infections (virus, parasites).Enfin, si l’origine des cancers est liée à une atteinte de certains gènes régulant normalement la division cellulaire, il ne faut pas confondre gènes et hérédité. Les cancers familiaux, liés à des gènes de prédisposition transmis de façon héréditaire, restent, dans l’état actuel des connaissances, largement minoritaires.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Medelli
Mettre en favori

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie

Une chimiothérapie vous a été proposée pour traiter votre cancer. Il s’agit d’un traitement qui utilise des médicaments capables de détruire les cellules cancéreuses ou de les empêcher de se multiplier.

 

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je garde un bon équilibre alimentaire pendant ma chimiothérapie en suivant des conseils logiques Medelli
Mettre en favori

Je garde un bon équilibre alimentaire pendant ma chimiothérapie en suivant des conseils logiques

Un traitement par chimiothérapie peut provoquer une perte d’appétit, une modification du goût, un amaigrissement ou, au contraire, un surpoids. Quelques conseils peuvent vous être utiles pour maintenir un bon équilibre alimentaire.

Je suis traité(e) par chimiothérapie, dois-je modifier mon alimentation ?

Non, sauf si vous rencontrez des problèmes particuliers de déglutition ou de prise alimentaire.

Si c'est le cas, évitez certains aliments trop secs(le pain, les gâteaux secs, les parties sèches des viandes blanches), les aliments acides (les pamplemousses, les oranges, les tomates, les cornichons, les citrons), les aliments croquants (les céréales, les chips, les fruits et les légumes crus, le riz nature), les boissons alcoolisées (la bière, le vin). Evitez aussi de manger trop chaud, trop froid ou trop épicé.

Vous devez, au contraire, privilégier certains aliments faciles à avaler : la viande hachée ou cuite dans du bouillon, les pâtes et les purées de légumes ou de fruits, les plats peu épicés, les flans et les crèmes dessert, les salades de fruits au sirop, les laitages, les jus de fruits non acides, les boissons tièdes, voire les sodas sans gaz.

Il est essentiel de garder une alimentation variée et équilibrée et qui vous donne envie. Les conseils d'un(e) nutritionniste ou d'une diététicienne peuvent vous aider.

Enfin, il est important d'adapter vos heures de repas en fonction de vos horaires de perfusion ou de prise de médicaments pour éviter d'arriver au repas sans appétit.

J'ai la bouche très sèche, que puis-je faire ?

Si votre bouche est très sèche, une salive artificielle peut vous être prescrite.

Vous devez également boire beaucoup d'eau, par petites quantités, et vous rincer régulièrement la bouche, éventuellement avec une solution bicarbonatée que votre médecin peut vous prescrire.

Chose importante dans ce contexte, vous devez surveiller attentivement votre hygiène buccale, car le risque d'infection est important : pensez à vous laver les dents au minimum après chaque repas.

Je suis traité(e) par radiothérapie, dois-je modifier mon alimentation ?

Les conseils sont les mêmes que pour une chimiothérapie.

J'ai moins d'appétit qu'avant, mon traitement en est-il la cause ?

C'est très probable. Les traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie peuvent modifier le goût, rendre insupportables certaines odeurs ou provoquer des problèmes de déglutition. Ce sont les effets secondaires classiques de ces traitements.

Ces modifications sont largement reconnues.

Vous devez donc adapter votre alimentation et privilégier, pendant la durée de votre traitement, les repas dépourvus d'odeurs trop fortes, les aliments peu épicés, peu gras ou peu sucrés.

Si vous avez des nausées, un traitement peut vous être prescrit.

J'ai perdu du poids, que puis-je faire ?

Votre alimentation n'est peut-être pas bien adaptée à vos besoins. Ce phénomène peut résulter de deux situations : soit vous mangez moins qu'auparavant, soit votre corps a des besoins plus importants. Dans les deux cas, vous devez manger plus et plus riche.

N'hésitez pas à fractionner vos repas, surtout si vous êtes vite écoeuré(e).

Privilégiez les aliments riches. N'hésitez pas à ajouter dans une soupe, une purée, une sauce une généreuse cuillerée de crème fraîche ou même un yaourt.

Mettez du beurre et du fromage dans vos pâtes.

Si vous avez la bouche sèche, mangez des crèmes glacées que vous aurez préalablement laissé fondre un peu.

Enfin, n'oubliez pas de consommer à chaque repas des aliments riches en protéines, tels les produits laitiers, les oeufs, la viande, le poisson, ou encore les céréales...

Si l'alimentation habituelle ne suffit pas, il peut être utile de prendre des compléments alimentaires qu'on pourra vous prescrire. Il en existe de nombreuses sortes et sous différentes formes (jus de fruits, boissons lactées, crèmes dessert, soupes, purées...). Si votre amaigrissement persiste malgré ces conseils, parlez-en.

J'ai pris du poids, dois-je faire un régime ?

Non, il ne faut surtout pas se lancer dans un régime sans avoir abordé ce sujet lors d'une consultation.

La période du traitement de chimiothérapieentraîne fréquemment une prise de poids pour des raisons diverses, dont, par exemple, la modification de vos habitudes alimentaires et la diminution de votre activité physique. Elle est généralement transitoire.

Votre corps a des besoins particuliers durant votre rémission. Vous ne devez surtout pas le priver de certains aliments essentiels à sa lutte contre la maladie et à sa reconstruction.

Si cette prise de poids vous inquiète ou vous gêne, parlez-en à votre médecin. Il vous aidera à mettre en place un régime adapté à votre situation. Un(e) nutritionniste pourrait aussi vous épauler.

Pour diminuer mes nausées et mieux me nourrir

  • Je fractionne mes repas sur la journée.

  • Je consomme de petites quantités à chaque fois, je mange lentement.

  • Je préfère les aliments faciles à digérer.

  • J'évite les aliments dont l'odeur est trop entêtante (chou...).

  • J'évite les aliments trop secs, trop croquants, trop acides.

  • J'évite les aliments gras, préparés en friture ou épicés.

  • Je bois plutôt avant ou après le repas que pendant.
  • J'évite les boissons alcoolisées.

  • Je varie mon alimentation.

  • Je mange ce qui me fait plaisir et envie.
  • Je m'assieds, je prends le temps de manger et de déguster mes repas.

En conclusion, il n'y a pas de régime particulier, je mange ce dont j'ai envie quand j'en ai envie.

Nausées et vomissements, constipation et diarrhées doivent vous amener à demander conseil à votre médecin pour envisager avec lui un régime alimentaire adapté à votre traitement et à vos goûts. N'hésitez pas à rencontrer un(e) nutritionniste ou une diététicienne pour vous épauler pendant cette période. Ces désagréments sont transitoires et dureront le temps de votre traitement.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement