Je suis diabétique et enceinte: comment suivre ma grossesse ? Medelli
Mettre en favori

Je suis diabétique et enceinte: comment suivre ma grossesse ?

Si vous êtes suivie par un obstétricien et par un diabétologue, et si vous respectez scrupuleusement leurs conseils et recommandations, votre grossesse a toutes les chances de se dérouler dans les meilleures conditions.

Pendant la grossesse

  • Contrôle du diabète, surveillance du taux de sucre dans le sang, équilibre alimentaire et traitement par insuline sont les piliers nécessaires au bon déroulement de la grossesse.

  • Dès les premiers jours de grossesse, et de préférence avant même la conception, vos glycémies (taux de sucre dans le sang) doivent être le plus proche possible de la normale (avant les repas, en particulier le matin au réveil<0,9 g/l, après les repas<1,2 g/l). Il est ainsi nécessaire de faire une surveillance d'au moins 6 glycémies par jour : un avant chaque repas principal et une 2 heures après le début de chaque repas (glycémie post-prandiale). Cette surveillance se fait grâce à l'utilisation d'un lecteur de glycémie dont le calibrage doit être vérifié. Cela permettra de vérifier le bon contrôle du diabète et d'ajuster votre traitement au jour le jour. Vous devrez également faire doser votre taux d'hémoglobine glyquée (HbA1c) tous les mois au laboratoire, afin de le maintenir le plus près possible de la normale (6 %).

  • Sur le plan alimentaire, les maîtres mots sont équilibre, variété et quantité. La consultation d'une diététicienne vous aidera à avoir une alimentation saine et équilibrée, et vous donnera les conseils alimentaires spécifiques au diabète durant la grossesse. Le sucre blanc ainsi que les aliments qui en contiennent (desserts, céréales sucrées, bonbons, chocolats, gommes à mâcher, boissons gazeuses, confitures) sont à éviter. Certains aliments, comme les fruits, le pain, les produits céréaliers, les féculents, le lait, contiennent naturellement des sucres (aussi appelés glucides). Ces aliments sont indispensables à l'équilibre de votre diabète et au bon déroulement de la grossesse, il faudra donc les consommer en suivant certaines règles. Pour un bon contrôle glycémique, il faut répartir l'alimentation en trois repas et trois collations par jour, et cela à des heures régulières. La diététicienne vous précisera les quantités à respecter selon votre âge, votre masse corporelle actuelle et avant la grossesse, votre niveau d'activité physique, vos habitudes alimentaires, votre traitement et, s'il y a lieu, vos maladies associées telles que l'hypertension artérielle.

  • Si vous êtes diabétique de type 1, il faudra peut-être modifier votre schéma d'insuline pour avoir un schéma appelé basal-bolus associant au moins 4 injections de deux insulines différentes : une insuline lente pour couvrir les besoins entre les repas et une insuline rapide au moment des repas.

  • Si vous avez un diabète de type 2, votre traitement par comprimés pour le diabète sera arrêté et remplacé par un traitement par insuline. Pour obtenir le meilleur contrôle glycémique possible, votre traitement sera fractionné en trois ou quatre injections sur 24 heures, voire plus, selon l'évolution de votre équilibre glycémique. Pour vous aider à faire et à adapter ce traitement, une hospitalisation pourra vous être proposée. Le traitement par insuline pourra, le plus souvent, être arrêté après l'accouchement.

  • L'équilibre glycémique évolue tout au long de la grossesse. Il sera donc nécessaire d'adapter vos doses d'insuline régulièrement.

  • Votre suivi médical doit être très régulier : tous les 15 jours. C'est contraignant, mais aussi rassurant, votre bonne santé comme celle de votre futur bébé en dépendent. De plus, tous les trimestres, vos yeux et vos reins seront contrôlés, afin d'éviter d'éventuelles complications. De votre côté, n'hésitez pas à demander une consultation supplémentaire au moindre signe anormal : une fatigue plus importante, de la fièvre, une soif exagérée, etc.

Après l'accouchement

  • Si votre grossesse a été suivie comme il convient, votre bébé sera comme tous les autres bébés parfaitement en forme à la naissance.

  • Si vous souhaitez l'allaiter et si vous avez un diabète de type 2, le traitement par insuline devra être poursuivi tout le temps de votre allaitement. Il sera arrêté après l'allaitement pour reprendre votre traitement antidiabétique oral.

La grossesse a-t-elle des conséquences sur le diabète ?

Les complications cardiaques du diabète sont rares chez la femme en âge de procréer. La grossesse expose surtout à une aggravation des complications du diabète sur l'oeil (atteinte de la rétine, surtout dans le diabète de type 1) et le rein (surtout en cas d'atteinte rénale avant la grossesse). Ces risques imposent un suivi ophtalmologique et rénal pendant la grossesse, d'autant plus rigoureux qu'il existait des complications avant la conception, en plus du suivi habituel par le diabétologue et l'obstétricien.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement