Je suis diabétique : quelle contraception choisir ? Medelli
Mettre en favori

Je suis diabétique : quelle contraception choisir ?

Toute femme diabétique peut bénéficier d’une contraception. Cependant, le diabète peut influencer le choix de la méthode. La collaboration avec le gynécologue va vous permettre d’opter pour la méthode contraceptive qui vous convient le mieux.

Les femmes diabétiques ont besoin d'une contraception très efficace, car leur grossesse est à risque et doit être préparée à l'avance d'une part, surveillée étroitement d'autre part. C'est pourquoi vous devez éviter les méthodes peu fiables, tels la méthode des températures, la méthode Ogino ou le retrait. Car leur risque d'échec est trop important.Le choix d'une contraception adaptée va dépendre de votre âge, de votre type de diabète, de son ancienneté, de vos antécédents familiaux, du nombre de vos enfants, de votre poids, éventuellement des contre-indications gynécologiques et endocriniennes et de votre dépendance au tabac.

 

Vous avez le choix entre :

Les méthodes locales

  • Le préservatif masculin, petit réservoir en latex, est une contraception efficace à condition de l'utiliser correctement. De plus, il protège des infections sexuelles transmissibles.

  • Les spermicides (crème, ovule, gel) sont des produits acides placés au niveau du col de l'utérus et qui détruisent les spermatozoïdes. Ils vous conviennent bien en raison de l'absence d'effets secondaires et d'interactions sur le contrôle de votre diabète. Ils peuvent être utilisés seuls ou en association avec un préservatif masculin pour en augmenter l'efficacité et si vous avez des relations sexuelles à risque (partenaires multiples, par exemple).

  • Le diaphragme est un disque en latex bordé d'un ressort métallique circulaire qu'il faut placer dans le vagin avant un rapport sexuel. Il en existe de différentes tailles. Il est conseillé d'y associer l'utilisation d'un spermicide sous forme de gel ou d'ovule.

  • Le préservatif féminin est un cylindre en latex lubrifié, fermé à une extrémité, et maintenu en place grâce à un anneau externe. Il est efficace, mais son emploi nécessite un peu de pratique.

  • A noter : exception faite du préservatif masculin, ces méthodes ne sont pas les moyens de contraception les plus fiables. Le risque d'échec est possible.

Le stérilet ou dispositif intra-utérin (D.I.U.)

Contrairement à ce que l'on entend souvent, le stérilet peut être employé en cas de diabète.

Il s'agit d'un petit appareil en plastique, de forme variable, placé dans la cavité utérine par le gynécologue, et qui libère du cuivre.

Il peut entraîner des hémorragies prolongées et un risque d'anémie.

Les stérilets qui libèrent de la progestérone sont intéressants car, outre leur grande efficacité contraceptive, ils ne provoquent pas ou peu d'hémorragies.

 Les pilules ou contraceptifs oraux combinés

Les pilules combinant œstrogène et progestérone multiplient le risque de formation d'un caillot sanguin (thrombose), aussi bien chez les diabétiques que chez les autres femmes. Cependant, ce risque est plus élevé chez les diabétiques, d'autant plus si vous fumez.

L'utilisation d'une pilule combinée doit donc être réservée aux femmes de moins de 35 ans, ne manifestant aucun signe de complications vasculaires et ne présentant aucun facteur de risque cardiovasculaire associé (tel que l'hypertension, le tabagisme, le surpoids).

Les micropilules ne contiennent que des progestatifs faiblement dosés et peuvent donc être prescrites plus largement. Elles n'augmentent pas le risque de maladie vasculaire. Cependant, elles provoquent des saignements irréguliers et leur efficacité est liée à une stricte observance. Vous pouvez les utiliser si votre gynécologue vous y autorise et sous sa surveillance régulière.

Derniers venus, les patchs contraceptifs possèdent les mêmes contre-indications que la pilule. Prudence, donc !

 

Contraception d'urgence

En cas d'oubli de contraceptionou d'accident de contraception locale, vous pouvez, comme toutes les femmes non diabétiques, avoir recours à la pilule du lendemain qui est d'une grande efficacité si elle est administrée dans les 72 heures suivant le rapport non protégé.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement