Je tiens un agenda de mes migraines Medelli
Mettre en favori

Je tiens un agenda de mes migraines

La migraine est une maladie invalidante avec un impact fort sur la vie familiale et socioprofessionnelle. La tenue régulière d’un agenda est un geste utile pour aider votre médecin à améliorer votre qualité de vie.

Pourquoi compléter mon agenda migraine ?

Votre calendrier des crises complété par vos soins est précieux, car il aidera votre médecin à mieux connaître la migraine dont vous souffrez, lui permettra d’évaluer l’efficacité du (des) traitement(s) pris et facilitera le suivi de votre prise en charge.

Comment dois-je faire en pratique ?

À chaque consultation, vous devrez emporter avec vous ce calendrier complété et le montrer à votre médecin. Ainsi, vous pourrez discuter avec lui des crises, de leur intensité, de leur durée… et vous contribuerez ensemble à améliorer votre qualité de vie en comprenant mieux votre migraine pour mieux la traiter.

Il s’agit de remplir toutes les cases de l’agenda sur la ligne correspondant au jour de la crise.

Dans un premier temps, évaluez l’intensité et la durée de vos crises...

 

 

Intensité

  • Légère : douleur permettant l’activité normale.

  • Modérée : douleur perturbante, mais n’empêchant pas l’activité normale.

  • Sévère : douleur empêchant l’activité normale.

 

Durée : de 0 à 24 h (précisez le nombre d’heures approximatif)

 

Troubles associés

Vous pourrez préciser la présence de troubles associés :

  • Nausées = N.

  • Vomissements = V.

  • Intolérance au bruit = IB.

Ces signes permettent de mieux connaître le niveau de gêne occasionné par vos crises.

 

 

Traitements pris

il est utile que vous notiez :

  • Le nom du médicament que vous avez pris.

  • Le nombre de comprimés pris, pour faire le point sur votre consommation de médicaments et évaluer la pertinence de votre traitement actuel.

Exemple d’agenda (à compléter pour 1 mois) :

 

Les deux sphincters, au niveau du col, permettent la continence et traduisent la capacité à retenir l’urine qui s’accumule dans le réservoir représenté par la vessie.
(Cliquez ici pour télécharger un exemple d'agenda.)

 

D’une manière générale, si après un soulagement initial, une nouvelle douleur apparaît dans les 24 heures, pensez à le signaler. Cela permet au médecin de prescrire le médicament le plus adapté à votre type de crise.

Comment puis-je aussi préparer ma prochaine consultation ?

En complétant ce questionnaire court, vous apporterez d'autres informations à votre médecin :

 

Après au moins 3 crises* :

  NON OUI

A. Êtes-vous soulagé de manière significative 2 heures après la prise de votre traitement habituel ?

   
B. Ce médicament est-il bien toléré ?    
C. Utilisez-vous une seule prise médicamenteuse par crise ?    
D. La prise de ce médicament vous permet-elle une reprise normale et rapide de vos activités sociales et familiales, professionnelles ?    

*Cochez la ou les cases correspondantes

 

Au total, n’hésitez pas à vous servir de ces outils simples et faciles au quotidien pour dialoguer avec votre médecin et ainsi améliorer la prise en charge de votre migraine.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Stopper mes migraines sans abuser de médicaments Medelli
Mettre en favori

Stopper mes migraines sans abuser de médicaments

Les traitements des maux de tête pris de manière abusive peuvent provoquer des douleurs de plus en plus importantes et qui deviennent chroniques.

Pourquoi ai-je plus de maux de tête malgré mes médicaments ?

Les céphalées (ou maux de tête) par abus ou consommation excessive demédicaments sont fréquentes.
Si un de vos traitements vous paraît moins efficace, parlez-en à votre médecin avant d’augmenter les doses.
L’augmentation de la fréquence de vos maux de tête, sans raison évidente, associée à l’inefficacité de votre traitement, n’est pas normale.
Votre migraine peut être couplée à une céphalée par abus médicamenteux, qui devient chronique et quotidienne (CCQ).

Qu’est-ce qu’un abus médicamenteux ?

C’est la prise excessive d’un médicament.
Les traitements antidouleur ne doivent pas être pris tous les jours sans prescription.
Les autres traitements de la migraine doivent être pris conformément à la prescription de votre médecin.

Qu’est-ce qu’une céphalée chronique quotidienne (CCQ) ?

On parle de CCQ, lorsque les maux de tête (céphalées et/ou migraines) surviennent au moins 15 jours par mois depuis plus de 3 mois.

L’abus médicamenteux est-il fréquent ?

Votre cas n’est pas isolé. On estime qu’un migraineux sur quatre ou cinq augmente les doses de médicaments antidouleur sans avis médical, soit 2 à 3 % de la population française adulte. Cela représente un problème de santé publique.

Comment éviter ces abus médicamenteux ?

Il faut éviter de prendre des médicaments sans avis médical. Un produit prescrit est adapté à un cas, à une personne. Il n’est pas forcément adapté à vous ni à quelqu’un de votre famille.
Si vous pensez que votre traitement n’est pas assez efficace, parlez-en à votre médecin.

Voici les modifications du champ visuel mesurées sur un œil gauche

Ne pensez pas que plus vous augmentez les doses d’un médicament, plus il est efficace. C’est parfois le contraire.
Respectez toujours la prescription et la posologie. En cas de doute, avant tout changement, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Comment savoir si je consomme trop de médicaments ?

Si vous constatez que, depuis plusieurs mois (plus de 3 mois), vous prenez des médicaments pour vos crises de migraine plus fréquemment qu’avant (au moins 6 à 8 fois par mois), parlez-en à votre médecin.
Même si ce traitement vous paraît efficace, votre médecin vous prescrira un traitement plus adapté pour réduire les crises et la consommation de médicaments.

Comment puis-je arrêter mes céphalées chroniques ?

Tout dépend depuis combien de temps vous avez ces céphalées dues à l’abus de médicaments.
Dans la majorité des cas, il sera difficile de réduire la dose d’antidouleur efficace.
Votre médecin vous conseillera de mettre en place un sevrage. Il s’agit de réduire lentement et graduellement les doses du médicament auquel votre organisme s’est habitué. Ce médicament peut être remplacé progressivement par un autre.
Cette méthode bien suivie peut s’avérer efficace, à condition qu’elle soit conduite par votre médecin. Elle sera le plus souvent associée à un traitement de fond qui facilitera le sevrage médicamenteux.

Enfin, des séances d’hypnothérapies seront très utiles pour améliorer votre confort de vie. L’hypnose, pratiquée par un professionnel de santé formé à cette pratique, ne supprimera pas l’origine de vos migraines, mais vous apprendra à oublier cette douleur pour vivre avec plus sereinement au quotidien.

Les céphalées par abus de consommation de médicaments sont une complication très handicapante de la migraine.
Elles peuvent avoir des répercussions importantes sur votre vie sociale, professionnelle et votre qualité de vie en général. Pour éviter leur apparition, il est primordial de bien suivre le traitement des crises de migraine, tel qu’il a été prescrit par votre médecin, et de le prévenir si les crises deviennent trop fréquentes. La tenue d’un agenda personnel de votre migraine est, dans ce but, indispensable.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je souffre de migraine Medelli
Mettre en favori

Je souffre de migraine

M. a découvert qu'elle avait une migraine. Elle ne savait pas ce que c’était et si elle allait guérir. Elle témoigne de son parcours.

M. est étudiante. Elle souffre de migraine et s’est longtemps sentie isolée. Sa rencontre avec un neurologue lui a permis de mettre un nom sur sa maladie et d’améliorer sa vie quotidienne grâce à un traitement adapté.

 « J’ai souffert de migraine pendant une dizaine d’années.J’ai passé toute une série d’examens qui se sont révélés normaux.
Je me disais que j’étais une « petite nature », qu’il s’agissait d’une maladie imaginaire liée au stress, et je mettais donc ces crises sur le compte de mes études.
Je craignais que rien ne puisse me soulager.
Lors de notre première rencontre, le neurologue m’a expliqué qu’il s’agissait d’une véritable maladie, touchant environ 20 % de la population, et qu’il existe des traitements pour soigner les crises, mais également pour les prévenir. Ils peuvent diminuer de façon significative le retentissement des crises sur mon travail et ma qualité de vie.
D’entendre ces explications, ce fut un soulagement, car j’ai su que je n’étais pas un cas isolé et que des traitements existaient.
Aujourd’hui, je peux expliquer à mon entourage ce dont je souffre. J’ai plus de facilités à m’exprimer sur ma maladie.
Mes crises se sont apaisées. Après avoir essayé deux traitements, on a trouvé celui qui me convenait le mieux. Je peux enfin vivre normalement, même pendant les périodes sensibles de mon cycle. »

Le point de vue du neurologue

Les céphalées sont de deux ordres : symptomatiques lorsque la cause est connue ou primitives sans cause définie. Chez ces dernières se trouve la migraine.
C’est une maladie bénigne, mais qui peut handicaper de façon importante la vie quotidienne. 20 % environ de la population est concernée, avec une prédominance féminine. Même s’il s’agit d’une affection sans gravité, il est nécessaire de la prendre en charge suffisamment tôt pour ne pas développer de céphalées chroniques.
Il est possible de soulager la migraine.
Si on ne connaît pas encore les causes exactes de la migraine, on connaît ses mécanismes et on dispose désormais de deux types de traitement.
Le traitement de fond est prescrit en fonction du handicap (fonction de l’intensité des crises et de leur fréquence) et pour prévenir une surconsommation du traitement de crise (l’abus médicamenteux).
Le traitement de crise varie d’un patient à l’autre, afin d’assurer un soulagement efficace.
Les patients ne sont pas tenus de suivre ce traitement à vie. La migraine est une maladie à évolution capricieuse, mais globalement favorable avec l’âge.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je sais comment éviter ou stopper une migraine Medelli
Mettre en favori

Je sais comment éviter ou stopper une migraine

La migraine ne se guérit pas, mais de nombreux traitements permettent de réduire le nombre de crises ou de les atténuer.

Existe-t-il un traitement pour guérir des migraines ?

Aucun médicament ne permet aujourd’hui de traiter les migraines de manière définitive. En revanche, il existe de nombreux traitements qui permettent soit de prévenir, soit de stopper la crise, le but du traitement étant d’améliorer la qualité de vie des migraineux. Il faut également éviter ou prévenir tous les facteurs susceptibles de déclencher une migraine (facteurs déclenchants).

Il est bien d'avoir un examen gynécologique une fois par an et une mammographie à partir de 50 ans dans le cadre du dépistage national.

Comment puis-je éviter l’apparition d’une crise de migraine ?

La première des choses à faire est d’identifier les facteurs déclenchants.
Les facteurs déclenchants ne doivent pas être confondus avec la cause de vos migraines. Il s’agit simplement de circonstances qui favorisent la survenue de vos crises.
Ils peuvent être de plusieurs types.

  • Psychiques ou émotionnels : le stress, l’émotion ou l’anxiété peuvent déclencher une crise de migraine.

  • Physiques : le surmenage ou au contraire le relâchement (crise du week-end), les variations du volume du sommeil.

  • Hormonaux : chez la femme, la migraine peut être liée aux règles (migraine cataméniale).

  • Environnementaux : variations climatiques (le froid ou, au contraire, la chaleur), le changement de temps brutal et le changement d’altitude, les stimulations sensorielles (excès de lumière ou de bruits, certaines odeurs).

Les aliments sont trop souvent incriminés comme des facteurs déclenchants. Seule la consommation d’alcool déclenche facilement des crises migraineuses.
La prévention passe par le respect de certaines mesures dites « hygiéno-diététiques ». Limitez votre stress. Couchez-vous et levez-vous à des heures régulières. Dormez au moins 6 à 8 heures par jour. Arrêtez la consommation de tabac et limitez celle d’alcool. L’éviction des facteurs déclenchants n’est pas toujours possible ou efficace et, dans ce cas, un traitement de fond vise à vous rendre moins vulnérable à ces facteurs déclenchants.

Comment identifier ces facteurs déclenchants ?

Lors de chaque crise, tentez de vous rappeler quelles sont les circonstances qui ont précédé la survenue de la crise et notez-les. Après quelques crises, essayez d’identifier les éléments communs.
La tenue d’un agenda de la migraine est un élément essentiel de la prise en charge. Il sert aussi à consigner les symptômes et la durée de la crise. Il permet également d’évaluer votre consommation médicamenteuse. Il donne ainsi à votre médecin la possibilité d’adapter votre traitement à votre cas particulier.
Pour les femmes, les migraines peuvent apparaître à différentes phases du cycle menstruel. Si ce facteur ne peut être évité, il est important de l’identifier car certains contraceptifs peuvent modifier l’apparition des crises.

Quels traitements permettent de stopper la crise ?

Contre la crise migraineuse, il existe deux types de traitements : les traitements dits « non spécifiques » et les traitements dits « spécifiques ».
Les traitements non spécifiques regroupent les traitements antidouleurs « classiques », aussi utilisés pour combattre des douleurs articulaires ou musculaires. Ces médicaments sont à prendre avec précaution et sans abus, surtout s’ils ne vous ont pas été conseillés par votre médecin. Néanmoins, ils peuvent parfois être suffisants pour stopper une crise.
Les traitements spécifiques ont été développés pour combattre la migraine. Ils ne doivent pas être utilisés dans d’autres indications. Vous devez les prendre en respectant la posologie inscrite sur l’ordonnance et en notant leur efficacité sur votre agenda pour discuter des résultats avec votre médecin. Un médicament peut être efficace pour une personne et pas adapté pour une autre personne. Ne prenez pas un médicament qui a été prescrit à quelqu’un d’autre sans avis de votre médecin. Ne donnez pas non plus vos médicaments à une autre personne.

Comment dois-je traiter mes crises de migraine ?

Le traitement prescrit par votre médecin et réservé à la crise n’est à prendre qu’au moment où les signes de la crise apparaissent. Mais il est essentiel de le prendre dès les premiers signes de la crise.
Plus la crise est traitée tôt, moins elle dure et moins elle est douloureuse.
Quelle que soit l’intensité de la crise, ne dépassez jamais la dose prescrite par votre médecin. Le traitement ne sera pas plus efficace. Il pourrait même avoir des effets secondaires importants, parfois graves, ou ne plus être efficace.

Y a-t-il d’autres traitements à prendre en dehors des crises ?

Certains traitements peuvent être prescrits comme traitements de fond, c’est-à-dire quotidiennement en cas de migraines fréquentes et handicapantes, pour limiter leur apparition.
Dans tous les cas, il est essentiel de respecter scrupuleusement la prescription de votre médecin.

La migraine est une affection handicapante. Pour une prise en charge efficace et adaptée, il est essentiel de tenir un agenda personnel de votre migraine, détaillant le nombre de crises par mois, leur durée, leur intensité (légère, modérée ou sévère), le facteur déclenchant, le médicament pris et sa dose. Si vos symptômes évoluent ou si un médicament vous paraît moins efficace, notez-le et parlez-en à votre médecin.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un neurologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement