Je vais être opéré sous anesthésie générale : comment vais-je me sentir au réveil ? Medelli
Background
Mettre en favori

Je vais être opéré sous anesthésie générale : comment vais-je me sentir au réveil ?

Je vais être opéré sous anesthésie générale : comment vais-je me sentir au réveil ? Après une opération sous anesthésie et malgré les progrès médicaux, vous risquez de ressentir plusieurs désagréments au réveil : désorientation, nausées, douleurs, etc. L’équipe paramédicale et médicale, et en particulier le médecin anesthésiste, fera en sorte d’atténuer ces effets de l’anesthésie par un traitement et une prise en charge adaptés.

 

Quels sont les effets que je risque de ressentir au réveil ?

Quelques médicaments anesthésiques peuvent être responsables chez certaines personnes de somnolence, d’euphorie, d’hallucinations, de difficultés de mémorisation, de concentration ou d’orientation dans le temps et l’espace. L’ensemble de ces effets s’estompe en quelques heures avec l’élimination des médicaments par l’organisme. Vous récupérerez ainsi sans problème toutes vos fonctions cérébrales dans les heures qui suivent l’opération.

Vous risquez également de ressentir des nausées et vomissements ainsi que des douleurs (maux de gorge, cicatrice chirurgicale douloureuse…). Dans ce cas, l’équipe soignante en lien avec votre médecin anesthésiste mettra en place des traitements spécifiques.

Plusieurs facteurs  peuvent provoquer une légère hypothermie durant l’opération (basse température de la salle d’opération, dénudement partiel, modification des mécanismes de contrôle de la température, etc.), mais l’équipe médicale met en place plusieurs techniques de réchauffement pour limiter ce risque au maximum : couverture externe chauffante, réchauffement de la perfusion et des gaz d’anesthésie, etc. Il est donc peu probable que vous ressentiez une sensation de froid au réveil, le médecin anesthésiste ne vous réveillant que lorsque la température corporelle est stabilisée.

Combien de temps cela va-t-il durer ?

Les effets désagréables liés à l’anesthésie disparaissent spontanément en quelques heures. Des médicaments injectés durant l’intervention permettent de prévenir les nausées et vomissements, sans effets secondaires majeurs. L’anesthésiste adaptera les techniques en cas de risque élevé de nausées et vomissements post-opératoires. Ce risque aura préalablement été quantifié  durant la consultation d’anesthésie ou la visite préopératoire.

Les douleurs, notamment au niveau du site opératoire, disparaissent progressivement en quelques semaines, mais évoluent parfois vers des douleurs chroniques nécessitant alors une prise en charge spécifique. Des stratégies médicamenteuses pourront être utilisées par le médecin anesthésiste pour limiter au maximum ce risque.

Quand pourrai-je m’alimenter ?

Certaines chirurgies, de plus en plus rares, nécessitent un jeûne prolongé et le maintien d’une sonde nasogastrique (sonde allant du nez à l’estomac permettant d’aspirer le contenu gastrique ou de vous alimenter). Le plus souvent, la reprise des boissons et de l’alimentation est décidée conjointement par le médecin anesthésiste et le chirurgien. Dans le cas d’un jeûne de plusieurs jours, une stratégie adaptée d’alimentation sera prévue par l’équipe médicale.

Lorsque vous êtes sous perfusion, cette dernière permet de maintenir un apport suffisant d’eau et de certains éléments nécessaires à votre organisme. Essayez toutefois de vous alimenter normalement dès que les médecins vous l’auront autorisé : il a été montré que l’alimentation favorise une récupération rapide.

Il existe une forte variabilité de la sensibilité aux médicaments anesthésiques selon les individus. Le médecin anesthésiste essaiera d’anticiper cette variabilité grâce aux informations recueillies lors de la consultation d’anesthésie.

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un médecin généraliste
près de chez vous

Rechercher
chargement