Je vais me faire désensibiliser Medelli
Mettre en favori

Je vais me faire désensibiliser

En France, plus d’un quart de la population est allergique. La désensibilisation, appelée également immunothérapie spécifique, consiste à administrer régulièrement des doses d’allergène pendant au moins 3 ans afin de réduire, et parfois supprimer la réaction allergique.

Je suis allergique : comment fonctionne la désensibilisation ?

Une désensibilisation peut vous être proposée en cas de rhinite allergique, de conjonctivite allergique, d’asthme allergique ou en cas d’allergie sévère aux venins d’hyménoptères.

Pour qui la désensibilisation est-elle indiquée ?

La désensibilisation s’applique uniquement aux personnes qui présentent des symptômes. Le fait que les tests allergiques soient positifs ne suffit pas. Elle est réservée en priorité aux personnes qui ne peuvent pas mettre en place une éviction de l’allergène.

Elle peut commencer très jeune, dès l'âge de 5 ans.

Pour quelles allergies puis-je bénéficier d'une désensibilisation ?

Vous ne pourrez être désensibilisé que si l’allergène, identifié par un bilan allergologique, est accessible à la désensibilisation. La liste de ces allergènes évolue constamment.

Les allergies qui bénéficient d’une désensibilisation sont prioritairement les allergies respiratoires aux acariens, à certains pollens, à certaines moisissures et, pour certaines personnes, aux poils de chats ainsi que les allergies aux venins d'insectes hyménoptères comme les guêpes, ou encore les abeilles.

Il n’est pas possible de se faire désensibiliser contre les allergies de contact au nickel, au latex, aux parfums, à certains produits cosmétiques, à des teintures ou à des médicaments d'application locale. Des études et essais cliniques sont en cours pour les allergies alimentaires.

Existe-t-il des contre-indications ?

Les maladies graves du système immunitaire, les cancers, les maladies cardiaques importantes ou traitées par certains médicaments sont, généralement, des contre-indications.

La grossesse n'est pas une contre-indication à la poursuite d'une désensibilisation en cours, mais une désensibilisation ne peut pas être débutée pendant une grossesse.

Comment s’effectue la désensibilisation ?

L’allergologue confirme tout d’abord son diagnostic clinique par des tests cutanés d’allergie et éventuellement par une analyse sanguine qui détecte la présence dans votre sang de molécules spécifiques de votre allergie appelés anticorps.

La désensibilisation repose ensuite sur une administration régulière d’extraits de l’allergène par voie sous-cutanée ou sublinguale.

La première voie consiste à injecter l’allergène sous la peau. La désensibilisation aux venins d’hyménoptères s’opère uniquement ainsi. Cette voie impose une surveillance médicale car l’injection peut entraîner des effets indésirables, allant de la simple rougeur locale au déclenchement, très rare, d’une réaction allergique.

La voie sublinguale, aujourd’hui fortement privilégiée, nécessite uniquement que vous placiez sous votre langue, tous les jours ou plusieurs fois par semaine, un extrait liquide ou un comprimé.

Dans les deux cas, le traitement doit être poursuivi pendant 3 à 5 ans  pour être efficace.

Quelle peut-être son efficacité ?

La désensibilisation est un traitement de fond de l’allergie recommandé par L’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Elle a une double efficacité :

  • Elle diminue ou réduit les symptômes à long terme. Des études sur la désensibilisation par voie injectable ont montré une efficacité sur 10 ans.

  • Elle modifie l’histoire naturelle de la maladie, prévenant notamment le risque d’apparition de nouvelles allergies et le risque d’évolution vers un asthme.

La désensibilisation est un traitement sûr et efficace à condition que le protocole de traitement soit bien suivi. Respectez rigoureusement les indications de votre médecin.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
J'ai de l'allergie respiratoire ou de l'asthme : quelles précautions prendre ? Medelli
Mettre en favori

J'ai de l'allergie respiratoire ou de l'asthme : quelles précautions prendre ?

Les allergies respiratoires provoquent de l’asthme ou des rhinites. Pour éviter ces troubles, il faut limiter le contact avec les éléments qui vous rendent allergiques.

Que puis-je faire contre les acariens de la maison, animaux microscopiques présents dans la poussière ?

  • Préférez les sommiers à lattes.

  • Choisissez une literie synthétique et lavez-la régulièrement à 60° C.

  • Entourez matelas et oreillers d'une housse anti-acariens.

  • Lavez les rideaux régulièrement.

  • Evitez les tentures sur les murs.

  • Préférez carrelage et parquet aux tapis et moquettes.

  • Choisissez des jouets lavables.

  • Diminuez le nombre de peluches et lavez-les régulièrement.

  • Passez régulièrement l'aspirateur.

  • Aérez les pièces tous les jours.

Dois-je éviter les animaux domestiques ?

  • Evitez d'adopter un animal si vous êtes allergique.

  • Gardez, si possible, l'animal à l'extérieur.

  • Lavez-le régulièrement.

  • Evitez qu'il entre dans les chambres.

  • N'oubliez pas de vous laver les mains après l'avoir touché.

  • Demandez à un proche de nettoyer sa cage ou sa caisse.

Comment puis-je éviter les moisissures à la maison ?

  • Aérez la maison, évitez de boucher les aérations.

  • Installez des filtres à air et des déshumidificateurs, éliminez les sources d'humidité (fuite, infiltration...).

  • Nettoyez régulièrement et soigneusement les pièces humides et mal ventilées.

  • Désinfectez les surfaces contaminées avec de l'eau de Javel.

  • Lavez soigneusement les fruits et les légumes avant consommation.

  • Jetez pain, lait, produits laitiers, noix, fromages à pâte ferme dès l'apparition de moisissures.

  • Evitez les aquariums sans couvercle.

  • Ne faites pas sécher le linge dans votre appartement.

Que puis-je faire pour éviter les blattes ou les cafards à la maison ?

  • Enfermez hermétiquement la nourriture.

  • Bouchez les fissures des murs.

  • En cas d'invasion, faites désinfecter le logement par une société spécialisée.

Quelles précautions prendre pendant la période des pollens ?

  • Evitez le sport en plein air, ainsi que les promenades dans les forêts, les prés et les champs.

  • Fermez les fenêtres de la maison, ainsi que les vitres et entrées d'air de la voiture.

  • Tenez-vous régulièrement informé sur le taux de pollinisation de l'air.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Allergique, puis-je me faire vacciner ? Medelli
Mettre en favori

Allergique, puis-je me faire vacciner ?

La vaccination est souvent source d’inquiétude chez les personnes allergiques. Pourtant, avec les vaccins actuels, l’intérêt de la vaccination est bien supérieur au risque lié à l’allergie. Seuls quelques rares cas obligent le médecin à différer ou à suspendre le rythme normal des vaccinations.

Quel est le bénéfice de la vaccination quand on est allergique ?

Les personnes allergiques hésitent souvent à se faire vacciner alors qu’elles peuvent le faire en respectant certaines précautions.

L'intérêt de la vaccination est d'autant plus important qu’elle protège contre certaines maladies infectieuses auxquelles les personnes allergiques sont particulièrement vulnérables.

Le choix des vaccins s’effectue avec votre médecin traitant. Il dépend de la nature de votre allergie et de la protection dont vous avez besoin.

Les réactions allergiques aux vaccins sont-elles fréquentes ?

Les réactions allergiques aux vaccins sont très rares dans l’ensemble de la population : à peine un cas sur 50 000 avec les vaccins les plus souvent utilisés, c'est-à-dire ceux protégeant contre la diphtérie et le tétanos.Avec les autres vaccins, on n’observe une réaction, le plus souvent sans gravité, que dans un cas sur 500 000 à 1 000 000.

Certains vaccins sont-ils contre-indiqués quand on est allergique à l'oeuf ?

Il s’agit de remplir toutes les cases de l’agenda sur la ligne correspondant au jour de la crise.

Pendant longtemps, la présence de protéines d’œuf dans certains vaccins a fait courir aux personnes allergiques aux œufs un risque lors de la vaccination. Plusieurs vaccins, comme ceux contre la grippe ou contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), étaient déconseillés chez ces patients.

Actuellement, la plupart des vaccins ne constituent plus un danger car ils ne contiennent soit plus du tout (vaccin ROR) soit des quantités infimes de protéines d’œuf (vaccin contre la grippe).

Vous avez donc la possibilité de vous faire vacciner avec la plupart des vaccins disponibles en France. Dans le cas de la grippe, votre médecin traitant choisira le vaccin qui vous convient le mieux, en fonction de la quantité de protéines d’œuf qu'il contient.

Quelques vaccins comme ceux contre la fièvre jaune et les encéphalites à tique sont toujours fabriqués à partir d’œufs de poule fécondés. Les accidents restent cependant exceptionnels. Si vous devez vous protéger spécifiquement contre ces maladies, votre allergologue déterminera avec des tests simples si la vaccination est possible dans votre cas et dans quelles conditions.

L'allergie respiratoire représente-t-elle une contre-indication à la vaccination ?

Contrairement aux idées reçues, l’allergie respiratoire n’est en aucun cas une contre-indication à la vaccination.

La grippe étant plus grave chez les personnes ayant un asthme sévère, la vaccination antigrippale leur est même fortement recommandée pour les protéger de cette maladie virale très contagieuse.

Votre médecin traitant déterminera avec vous le meilleur moment pour votre vaccination. Il faut éviter de se faire vacciner lors ou après une crise allergique et après un traitement de plusieurs jours à base de corticoïdes.

Ayant des allergies autres que respiratoires ou aux œufs, puis-je me faire vacciner ?

Vous pouvez vous faire vacciner, à condition de respecter certaines précautions.

Outre les protéines d’œuf, certaines substances présentes dans les vaccins peuvent être sources d’allergies. C’est notamment le cas des antibiotiques ou de la gélatine utilisée comme stabilisateur dans de nombreux vaccins.

Si vous avez déjà présenté une réaction allergique grave suite à l’ingestion de gélatine, votre allergologue vous informera sur les vaccins nécessitant une attention particulière, comme ceux qui protègent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ou contre la varicelle.

Certains vaccins comme ceux contre la grippe, la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ou contre la varicelle sont susceptibles de contenir des traces d’antibiotiques, principalement la streptomycine, la kanamycine ou la néomycine. Si vousêtes allergique à l’un de ces antibiotiques, vous pouvez tout de même vous faire vacciner, à condition de n’avoir jamais présenté une réaction allergique grave suite à l’administration de l’un des ces médicaments. Dans votre cas, l’intérêt de la vaccination est bien supérieur au risque lié à l’allergie.

Si vous êtes allergique au dextrane, un sucre présent également dans les substituts sanguins, et que vous devez vous faire vacciner notamment contre le BCG, signalez-le à votre médecin.

Si vous êtes allergique au latex, des précautions sont nécessaires au moment de la vaccination. Des sources de protéines de latex peuvent en effet être présentes dans l'environnement de toute injection : gants, bouchon du flacon, etc.

L’un de mes proches est allergique. Est-ce que je dois prendre des précautions particulières pour mes vaccinations ?

Si vous ne présentez pas vous-même de symptôme d’allergie, vous n'avez pas de contre-indication particulière à la vaccination.

La vaccination ne présente aucun risque chez la quasi-totalité des personnes allergiques. Signalez tout antécédent d’allergie à votre médecin traitant qui vous conseillera sur les vaccins adaptés à votre situation et sur les éventuelles précautions à prendre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je sais comment et pourquoi bien prendre mon traitement Medelli
Mettre en favori

Je sais comment et pourquoi bien prendre mon traitement

La bonne observance d’un traitement garantit son efficacité. Des règles simples sont à respecter.

Qu’est-ce que l’observance ?

On parle d’observance, de « compliance » ou encore d’adhésion pour désigner le comportement du patient qui prend rigoureusement son traitement, c’est-à-dire avec assiduité et régularité, selon les conditions prescrites et expliquées par son médecin et son pharmacien.

Que dois-je respecter pour une bonne observance ?

L’observance d’un traitement repose sur le respect des recommandations d’utilisation du traitement données par votre médecin, c’est-à-dire sur :

  • Son dosage (quantité par prise, nombre de prises par jour, intervalle entre les prises...).

  • Ses horaires de prise.

  • Ses conditions de prise (durant les repas ou non...).

  • Ses précautions d’utilisation (risque de somnolence, association avec d’autres traitements non recommandée...)

  • Sa durée.

Je me conforme à la prescription de mon médecin et prends bien mes médicaments

n et prends bien mes médicaments

J’ai pris mon traitement pendant quelques jours, je me sens guéri(e), puis-je l’arrêter ?

Non. Vous ne devez en aucun cas modifier la durée du traitement que votre médecin vous a prescrite, même si vous vous sentez mieux.Modifier la durée de votre traitement sans en avoir parlé au préalable avec votre médecin ou votre pharmacien, c’est prendre le risque d’une rechute ou de l’apparition de complications.

J’ai oublié de prendre mon traitement hier. Dois-je augmenter la dose aujourd’hui ?

Non. Vous ne devez jamais modifier la dose que votre médecin vous a prescrite par jour sans en avoir discuté avec lui au préalable.En cas d’oubli, vous ne devez pas hésiter à le contacter ou à contacter votre pharmacien pour lui demander conseil.

Quels sont les risques d’un traitement mal suivi ?

Un défaut d’observance peut, selon le type de traitement qui vous est prescrit, avoir plusieurs types de conséquences plus ou moins graves :

  • Diminution de l’efficacité du traitement.

  • Progression de la maladie.

  • Développement de mécanismes de résistance.

  • Apparition d’autres symptômes ou de maladie.

  • Rechute de la maladie.

  • Hospitalisation(s), voire décès

Les risques sont bien réels. Vous devez vous conformer rigoureusement aux indications données par votre médecin et ne pas hésiter à le recontacter si votre traitement ne vous convient pas ou si vous n’avez pas bien compris un aspect de son utilisation.

Puis-je proposer un traitement efficace à un de mes proches ?

Non. Le médicament qui vous est prescrit correspond à votre cas particulier.Il tient compte de vos éventuels antécédents médicaux, de vos risques d’allergie ou d’autres traitements en cours.Un médicament efficace pour vous peut s’avérer inefficace et dangereux pour quelqu’un d’autre.

Si un traitement a été efficace, puis-je le reprendre ?

Un traitement donné sur prescription médicale ne doit jamais être repris sans avis de votre médecin.Si vous avez pris un médicament et qu’il vous en reste, ne le reprenez pas, même pour des symptômes identiques, sans l’autorisation de votre médecin. Ou demandez conseil à votre pharmacien.

J’oublie souvent mes médicaments, que puis-je faire ?

Il existe des systèmes de pilulier permettant de préparer à l’avance les médicaments à prendre sur la semaine ou le mois. Vous pouvez demander conseil à votre pharmacien.Il est important d’essayer d'intégrer la prise des médicaments à vos habitudes de vie. Par exemple, placez la boite contenant le médicament à prendre au petit déjeuner près des bols.Vous pouvez aussi mettre un aide-mémoire écrit de la prescription sur le réfrigérateur ou le miroir de la salle de bains...

J’ai plusieurs médicaments à prendre dans la journée.

Si plusieurs médicaments doivent être pris à différents moments de la journée, demandez à votre pharmacien s'il est possible de regrouper certaines prises.En cas de difficulté à les avaler, demandez à votre pharmacien si les comprimés ou les gélules peuvent se mélanger à de la nourriture ou à des boissons. Peut-être ce produit existe-t-il sous une autre forme.

Que dois-je faire en cas de déplacement ?

Si vous devez vous déplacer ou voyager, pensez toujours à prendre vos médicaments en quantité suffisante avec vous.De même, si vous devez être hospitalisé ou si vous devez passer un examen, pensez à prendre vos médicaments avec vous ou la liste de vos traitements en cours.

J’ai des effets secondaires avec mon médicament, dois-je l’arrêter ?

Avant d’arrêter votre traitement, vous devez impérativement prendre contact avec votre médecin et lui demander conseil. Il peut décider de réduire les doses ou d’espacer les prises ou encore de modifier votre traitement pour un autre ; cette décision incombe à lui seul. Vous devez suivre rigoureusement ses conseils.La plupart des effets secondaires des médicaments disparaissent après quelques jours de traitement.

Lors de la mise en place d’un traitement, il est indispensable de bien comprendre la maladie pour laquelle il vous a été prescrit, pourquoi et comment doit être pris le traitement, les effets secondaires qui peuvent survenir et l’éventuel impact sur les autres médicaments que vous prenez.Faites-vous préciser les modalités de votre traitement par votre médecin et votre pharmacien. En cas de trouble ou d’intolérance, informez rapidement votre médecin ou parlez-en à votre pharmacien.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement