Je vais passer une coloscopie Medelli
Mettre en favori

Je vais passer une coloscopie

La coloscopie est un examen très largement utilisé, pratiqué pour confirmer une éventuelle lésion située au niveau de l'intestin ou du colon, voire l'analyser. Pour être efficace, il nécessite une préparation pendant les jours qui le précèdent.

Qu’est-ce qu’une coloscopie ?

C’est un examen qui permet à votre gastro-entérologue d’observer l’intérieur de votre colon (aussi appelé gros intestin) en introduisant par l’anus un appareil souple (appelé coloscope ou endoscope) muni d’une caméra miniature. Lors de cet examen, votre médecin peut observer les différentes parties du colon (le rectum, le sigmoïde, le colon gauche, le colon transverse et le colon droit jusqu’au caecum) et parfois, lorsque c’est utile, la fin de l’intestin grêle. La coloscopie permet de voir la muqueuse du colon, et éventuellement de mettre en évidence des anomalies.

 

Cette représentation schématique du colon vous permet de situer les différentes parties observées et analysées au cours de la progression du fibroscope.

 

On peut si nécessaire introduire dans l’endoscope des instruments comme une pince fine pour prélever un petit morceau de la muqueuse digestive pour l’analyser (biopsie), ou introduire une anse (sorte de lasso) pour enlever d’éventuels polypes. On peut également réaliser des colorations (chromo endoscopie).

En France, le plus souvent, cet examen est réalisé sous anesthésie.

Dans certains cas, l’examen peut être insuffisant. Un examen radiologique complémentaire peut alors être demandé pour visualiser la totalité de votre colon.

Cette représentation schématique du colon vous permet de situer les différentes parties observées et analysées au cours de la progression du fibroscope.

Comment me préparer avant l’examen ?

Votre colon doit être propre pour permettre au médecin de réaliser un examen fiable. Par conséquent, avant l'examen lui-même, votre médecin vous prescrira un régime alimentaire sans légume vert ni fruit dont la durée peut aller de un à trois jours, ainsi qu’une préparation visant à purger l’intestin. Il est recommandé de rester à proximité des toilettes après l’ingestion de cette préparation, qui va provoquerune diarrhée.

La préparation est absolument essentielle pour permettre à votre médecin de visualiser précisément votre intestin, et repérer d’éventuels polypes et pouvoir ainsi les enlever dans de bonnes conditions. Il faut noter qu’un examen réalisé avec une mauvaise préparation n’est pas fiable et doit être renouvelé.Les produits de préparation sont variés et chaque gastroentérologue a ses habitudes. Il est essentiel de suivre à la lettre les instructions de votre gastroentérologue.La consultation avec celui-ci est obligatoire avant de réaliser l’examen, afin qu’il vous en explique les modalités, le déroulement et les risques éventuels.

Une consultation pré-anesthésique est également obligatoire, en particulier en cas d’anesthésie générale. Elle permet au médecin anesthésiste de prendre connaissance de tous les éléments médicaux vous concernant, afin de réaliser l’anesthésie en toute sécurité. A cette occasion, le médecin vous informera des risques liés à l’anesthésie. Vous pourrez lui poser vos éventuelles questions.

Une durée de jeûne doit également être respectée avant l’anesthésie (il ne faut plus boire, ni manger, ni même fumer). Vous respecterez les consignes de l’anesthésiste données à l’occasion de sa consultation.

Si vous suivez un traitement ayant une influence sur la coagulation, c’est-à-dire un traitement pouvant "fluidifier" le sang, vous devez le signaler aux médecins.

Comment l’examen se déroule-t-il ?

La coloscopie se déroule généralement dans une salle d’endoscopie.

Dans la grande majorité des cas, votre examen se déroulera sous anesthésie générale. Vous serez admis à l'hôpital ou à la clinique, en ambulatoire. L'anesthésiste vous posera une perfusion pour vous endormir le temps nécessaire à la réalisation de la coloscopie. Après l'examen, vous resterez en salle de réveil, le temps nécessaire au réveil puis vous retournerez dans le serviced’ambulatoire. Vous pourrez ensuite quittez l’établissement le jour même mais il faut impérativement être accompagné.

S’il n’y a pas d’anesthésie, vous pouvez repartir dès la fin de l’examen.

L'examen se déroule ainsi : vous avez enlevé votre slip ou votre culotte, vous êtes allongé sur le dos ou sur le côté gauche, le médecin réalise un toucher rectal avec un lubrifiant qui facilitera la progression du tube qu’il met alors en place. Le tube progresse dans le rectum puis le colon grâce aux manœuvres du médecin éventuellement assisté d’une infirmière.

 

Votre médecin visualise ce qu’il fait grâce à une caméra miniature reliée à un moniteur de contrôle. Pour une analyse de qualité, il est important de respecter les conseils qui vous ont été donnés pour une bonne préparation de votre colon.

 

Le gastroentérologue utilise des manettes pour guider le tube à droite, à gauche, en haut, en bas. De l’air est insufflé pour déplisser les parois et avancer. De ce fait, une sensation de ballonnement et la nécessité d’éliminer des gaz pourront être ressenties pendant quelques heures après la fin de l’examen, mais cela n’est habituellement pas douloureux.Parfois des manœuvres douces de pressions sur le ventre sont utilisées, pour aider la progression de l’endoscope.Lorsque le bas fond caecal est atteint, le gastroentérologue redescend doucement en inspectant soigneusement la muqueuse colique pour repérer toute anomalie.C’est alors que des polypes peuvent être enlevés.

Votre médecin visualise ce qu’il fait grâce à une caméra miniature reliée à un moniteur de contrôle. Pour une analyse de qualité, il est important de respecter les conseils qui vous ont été donnés pour une bonne préparation de votre colon.

L’examen est-il douloureux ?

En cas d’anesthésie générale, l’examen n’est jamais douloureux puisque vous dormez. La pose de la perfusion est semblable à une prise de sang.

En l'absence d'anesthésie, l’introduction de l’appareil d’endoscopie n’est pas agréable mais l'examen peut être indolore, notamment si vous êtes détendu, non angoissé.

L’examen présente-t-il des risques ?

Tout acte médical présente des risques, qui vous seront clairement exposés lorsque vous rencontrerez le gastroentérologue. Des saignements peuvent survenir. Les complications graves (perforation de la paroi du colon) sont tout à fait exceptionnelles. Il est important de noter qu’une bonne préparation permet un examen de qualité et réduit les risques de complications.Les risques liés à l'anesthésie générale sont abordés dans la consultation pré-anesthésique. Une surveillance médicale est nécessaire jusqu’à ce que l’effet de l’anesthésie disparaisse.

Vos médecins, anesthésiste et gastro-entérologue, répondront à vos éventuelles questions.

Combien de temps l’examen dure-t-il ?

Il dure en moyenne 20 minutes, mais sa durée est variable selon les individus, et si un geste chirurgical ou des prélèvements sont effectués durant l’examen.

Où m’adresser pour passer cet examen ?

Votre médecin choisira l’établissement qui lui semble le mieux adapté à votre cas.L'examen est réalisé par un gastro-entérologue.

Et les résultats ?

Le plus souvent, les résultats vous seront communiqués immédiatement, oralement et sous forme d’un compte rendu, dont un double sera adressé à votre médecin. Si vous avez subi une biopsie, le résultat de l’étude des tissus prélevés sera envoyé à votre médecin une à deux semaines après l'examen.

Rangez bien vos résultats, classez-les et n’oubliez pas de les apporter lors d’une prochaine consultation.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais passer une IRM Medelli
Mettre en favori

Je vais passer une IRM

L’IRM est un examen permettant d’avoir une vision très détaillée de certaines parties du corps et de déterminer précisément les caractéristiques d’un organe, voire d’une tumeur.

Qu’est-ce qu’une IRM ?

L'Imagerie par Résonance Magnétique (ou IRM) est une technique qui utilise un appareil pouvant créer des images de votre corps. « Résonance », car des ondes de radiofréquence, comme celles des téléphones portables, font vibrer et réagir un composant de votre organisme : l’hydrogène présent dans les molécules d’eau de votre corps, et « Magnétique », car l’appareil utilise un aimant très puissant.L’IRM réalise ainsi une succession de photographies très précises de la région de votre corps à analyser. Ces images sont ensuite interprétées par le radiologue sur un ordinateur.

Comment me préparer à la maison avant l’examen ?

Sauf urgence, l’IRM s’effectue sur rendez-vous.Lors de la prise de rendez-vous, des questions vous seront posées :

  • Etes-vous porteur d’un matériel métallique à l’intérieur de votre corps : pacemaker, valve cardiaque, prothèse, patch transdermique... ?

  • Avez-vous reçu un éclat de balle, d’obus ou d’un objet en fer dans la tête ou près des yeux ?

  • Avez-vous des allergies ?

  • Etes-vous enceinte ou susceptible de l’être ? Allaitez-vous ?

  • Etes-vous claustrophobe (c’est-à-dire que vous ne supportez pas d’être enfermé(e), par exemple dans un ascenseur) ?

  • Etes-vous diabétique ou avez-vous une insuffisance rénale ?

  • Avez-vous déjà subi des interventions chirurgicales ? Si oui, lesquelles ?

Prenez le temps de bien répondre à ces questions.N’hésitez pas à signaler, le jour de votre examen, un point que vous auriez oublié.

Que dois-je faire avant l’examen ?

Généralement, il n’est pas nécessaire d’être à jeun. Renseignez-vous toutefois lors de la prise de rendez-vous.Le jour de l’examen, prenez avec vous :

  • La prescription de votre examen.

  • Vos documents administratifs : carte Vitale, pièce d’identité, papiers de prise en charge à 100 %, mutuelle.

  • Vos documents radiologiques.

  • Tous les résultats de vos autres examens (prises de sang, compte-rendu de chirurgie...).

  • La liste des médicaments que vous prenez (apportez les ordonnances).

Si un produit de contraste vous a été prescrit, pensez à l’apporter avec vous.Pour l’examen, évitez de porter des vêtements de couleur noire ou en tissu synthétique. Evitez de mettre des épingles à cheveux. N’appliquez pas de pommade, de déodorant ou de fard sur la région examinée.Il est conseillé d’aller aux toilettes avant le début de l’examen.

Comment l’examen se déroule-t-il ?

Cette technique reposant sur l’utilisation d’un aimant très puissant, il faut laisser dans la cabine vos lunettes, prothèses dentaires, bijoux, montre, porte-monnaie, clés, carte magnétique, téléphone portable ou tout autre élément métallique...C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on insiste sur la présence de fer ou de métal dans votre corps.Si un produit de contraste vous a été prescrit, il vous sera injecté normalement dans le pli du coude (comme pour une prise de sang). Les réactions allergiques sont rares.

L'IRM n'est pas douloureuse. L'équipe médicale restera en contact avec vous pendant la durée de l'examen et vous donnera les consignes à suivre.

Vous vous allongez ensuite, le plus souvent sur le dos sur une table qui va se déplacer dans un tunnel d’environ 2 mètres de long, éclairé et ventilé. C’est là que les différents clichés sont pris. Pendant l’examen, vous devez rester parfaitement immobile.Pendant toute la durée de l’examen, vous restez en contact avec l’équipe médicale qui vous donnera des indications par interphone. Les consignes vous sont données par cet interphone : « Respirez, ne respirez

plus ». Au moment où les clichés sont pris, quand vous ne respirez plus, vous entendrez un bruit qui ressemble à celui d'un moteur ou à celui d’un tam-tam. Ce bruit peut vous paraître désagréable, mais il est normal.L’interphone vous permet aussi de communiquer avec le radiologue. Si vous ne vous sentez pas bien, dites-le-lui.

L'IRM n'est pas douloureuse. L'équipe médicale restera en contact avec vous pendant la durée de l'examen et vous donnera les consignes à suivre.

L’examen présente-t-il des risques ?

Le produit de contraste est généralement bien toléré.La piqûre au point d’injection du produit peut provoquer un petit hématome local sans gravité.Si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être, ou encore si vous allaitez, pensez à le rappeler au radiologue.En cas de problème rénal, des précautions doivent être prises. Informez le médecin ou l’équipe médicale avant l’examen.Cet examen ne présente aucun risque, mais peut parfois entraîner quelques réactions allergiques sans gravité. Des réactions plus graves sont exceptionnelles.Le port d’une pile (pacemaker), d’une valve cardiaque ou de tout autre élément contenant du fer, notamment près des yeux ou dans la tête, représente un risque très important.Si vous ressentez une douleur ou une sensation désagréable, faites-en part au radiologue.

L’examen est-il douloureux ?

Non. L’examen en lui-même n’est pas douloureux.L’injection du produit de contraste est indolore.

Combien de temps l’examen dure-t-il ?

Votre présence dans la salle d’examen est comprise entre 15 et 30 minutes selon les cas, le nombre de clichés et l’injection éventuelle d’un produit.

Où dois-je aller pour passer cet examen ?

Votre médecin vous adresse à un cabinet de radiologie. Généralement, l’examen se déroule dans une structure équipée, publique ou privée.

Dois-je prendre des précautions après l’examen ?

Dans la plupart des cas, vous ne ressentirez aucune réaction.Vous pourrez rentrer chez vous normalement.Si vous ressentez une douleur ou un phénomène anormal, consultez votre médecin ou prévenez l’établissement ou le service qui a pratiqué cet examen.

Et les résultats ?

Les images de l’examen sont analysées par un radiologue. Il va notamment confronter ces clichés avec les données de votre dossier médical et vos clichés radiographiques antérieurs.Un compte-rendu est ensuite rédigé et joint aux images. L’ensemble peut vous être remis le jour même ou adressé directement à votre médecin traitant.

Vous devez conserver précieusement les résultats de votre IRM et ne jamais oublier de les apporter lors de vos consultations suivantes.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais passer un EMG, électromyogramme Medelli
Mettre en favori

Je vais passer un EMG, électromyogramme

Votre médecin vous a demandé d’effectuer un EMG, (Electromyogramme). Cet examen permet d’étudier le fonctionnement de vos nerfs et de vos muscles.

Un EMG, qu’est-ce que c’est ?

EMG signifie électromyogramme. Cet examen permet d’étudier l’activité électrique des voies nerveuses motrices et sensitives qui innervent une zone donnée.L’activité électrique est recueillie et enregistrée grâce à des électrodes.

Comment dois-je me préparer à la maison avant l’examen ?

Aucune préparation n’est nécessaire. Evitez seulement l’utilisation d’une crème grasse sur le corps. Pensez à vous munir de votre ordonnance, de votre carte Vitale et de votre carte de mutuelle.

Comment l’examen se déroule-t-il ?

L’examen peut être réalisé par un neurologue ou un médecin formé à cet acte.Vous serez soit allongé(e), soit assis(e), et des électrodes seront fixées sur votre peau sur le trajet d’un nerf à étudier.

Des électrodes fixées sur votre peau enregistrent l'activité électrique de vos nerfs et de vos muscles.

L’examen se déroule généralement en deux temps : une exploration musculaire, une exploration nerveuse. Selon les besoins, différents territoires peuvent être étudiés : un ou plusieurs membres, plusieurs muscles et plusieurs nerfs.L’exploration nerveuse se fait en stimulant un nerf au moyen d’impulsions électriques et en mesurant son activité.Au cours de l’exploration musculaire, il peut être nécessaire de réaliser un électrodiagnostic. Cet examen nécessite l’introduction d’une aiguille dans un muscle, afin de pouvoir enregistrer sa contraction.

Des électrodes fixées sur votre peau enregistrent l'activité électrique de vos nerfs et de vos muscles.

Cet examen est-il douloureux ?

La fixation des électrodes à la surface de la peau est parfaitement indolore. Les impulsions électriques stimulatrices sont de faible intensité.Les aiguilles utilisées pour l’électrodiagnostic ne sont pas douloureuses. Au pire, on peut trouver l’examen désagréable.

Combien de temps dure-t-il ?

L’examen dure généralement entre 20 à 45 minutes, selon le nombre de nerfs et de muscles à explorer.

Où l’examen a-t-il lieu ?

Cet examen est réalisé dans le laboratoire d’explorations fonctionnelles d’un hôpital ou dans le cabinet du neurologue s’il est équipé.

L’examen comporte-t-il des risques ?

La tolérance à cet examen est bonne. Vous pouvez ressentir une légère douleur lors de l’introduction de l’aiguille. Les aiguilles utilisées sont à usage unique et donc sans risque d’infection. La peau est préalablement désinfectée. Il peut y avoir un hématome au point de piqûre. En cas de troubles de la coagulation (si vous prenez des anticoagulants), faites-en part au médecin avant l’examen. De même, si vous êtes allergique au sparadrap, signalez-le avant l’examen.

Et les résultats ?

Si c’est un médecin (souvent un neurologue) qui a réalisé l’examen, il devra interpréter l’enregistrement obtenu. Généralement, son rapport sera communiqué à votre médecin traitant qui vous en informera. Les résultats sont souvent communiqués directement et le rapport vous est remis.

A l’issue de cet examen, pensez à bien ranger vos résultats, éventuellement à les classer par date. N’oubliez surtout pas de les apporter lors de votre prochaine consultation et lors d’un prochain examen.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vois comment se déroule un électromyogramme (EMG) Medelli
Mettre en favori

Je vois comment se déroule un électromyogramme (EMG)

Cette vidéo vous montre comment se déroule un électromyogramme. Cet examen permet d’étudier l’activité électrique des nerfs et des muscles au niveau des bras et des jambes. Le Dr Haïel Alchaar vous explique son principe et le réalise avec une patiente.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un médecin généraliste
près de chez vous

Rechercher
chargement