Je vois comment se déroule une fibroscopie bronchique de l'adulte Medelli
Mettre en favori

Je vois comment se déroule une fibroscopie bronchique de l'adulte

Cette vidéo montre le déroulement d'une fibroscopie bronchique. C'est un examen qui permet de voir directement dans les bronches et donc directement dans le poumon. Il permet de prélever les sécrétions contenues dans les bronches et éventuellement des fragments de tissu bronchique.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais passer une IRM Medelli
Mettre en favori

Je vais passer une IRM

L’IRM est un examen permettant d’avoir une vision très détaillée de certaines parties du corps et de déterminer précisément les caractéristiques d’un organe, voire d’une tumeur.

Qu’est-ce qu’une IRM ?

L'Imagerie par Résonance Magnétique (ou IRM) est une technique qui utilise un appareil pouvant créer des images de votre corps. « Résonance », car des ondes de radiofréquence, comme celles des téléphones portables, font vibrer et réagir un composant de votre organisme : l’hydrogène présent dans les molécules d’eau de votre corps, et « Magnétique », car l’appareil utilise un aimant très puissant.
L’IRM réalise ainsi une succession de photographies très précises de la région de votre corps à analyser. Ces images sont ensuite interprétées par le radiologue sur un ordinateur.

Comment me préparer à la maison avant l’examen ?

Sauf urgence, l’IRM s’effectue sur rendez-vous.
Lors de la prise de rendez-vous, des questions vous seront posées :

  • Etes-vous porteur d’un matériel métallique à l’intérieur de votre corps : pacemaker, valve cardiaque, prothèse, patch transdermique... ?

  • Avez-vous reçu un éclat de balle, d’obus ou d’un objet en fer dans la tête ou près des yeux ?

  • Avez-vous des allergies ?

  • Etes-vous enceinte ou susceptible de l’être ? Allaitez-vous ?

  • Etes-vous claustrophobe (c’est-à-dire que vous ne supportez pas d’être enfermé(e), par exemple dans un ascenseur) ?

  • Etes-vous diabétique ou avez-vous une insuffisance rénale ?

  • Avez-vous déjà subi des interventions chirurgicales ? Si oui, lesquelles ?

Prenez le temps de bien répondre à ces questions.
N’hésitez pas à signaler, le jour de votre examen, un point que vous auriez oublié.

Que dois-je faire avant l’examen ?

Généralement, il n’est pas nécessaire d’être à jeun. Renseignez-vous toutefois lors de la prise de rendez-vous.
Le jour de l’examen, prenez avec vous :

  • La prescription de votre examen.

  • Vos documents administratifs : carte Vitale, pièce d’identité, papiers de prise en charge à 100 %, mutuelle.

  • Vos documents radiologiques.

  • Tous les résultats de vos autres examens (prises de sang, compte-rendu de chirurgie...).

  • La liste des médicaments que vous prenez (apportez les ordonnances).

Si un produit de contraste vous a été prescrit, pensez à l’apporter avec vous.
Pour l’examen, évitez de porter des vêtements de couleur noire ou en tissu synthétique. Evitez de mettre des épingles à cheveux. N’appliquez pas de pommade, de déodorant ou de fard sur la région examinée.
Il est conseillé d’aller aux toilettes avant le début de l’examen.

Comment l’examen se déroule-t-il ?

Cette technique reposant sur l’utilisation d’un aimant très puissant, il faut laisser dans la cabine vos lunettes, prothèses dentaires, bijoux, montre, porte-monnaie, clés, carte magnétique, téléphone portable ou tout autre élément métallique...
C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on insiste sur la présence de fer ou de métal dans votre corps.
Si un produit de contraste vous a été prescrit, il vous sera injecté normalement dans le pli du coude (comme pour une prise de sang). Les réactions allergiques sont rares.

L'IRM n'est pas douloureuse. L'équipe médicale restera en contact avec vous pendant la durée de l'examen et vous donnera les consignes à suivre.L'IRM n'est pas douloureuse. L'équipe médicale restera en contact avec vous pendant la durée de l'examen et vous donnera les consignes à suivre.

Vous vous allongez ensuite, le plus souvent sur le dos sur une table qui va se déplacer dans un tunnel d’environ 2 mètres de long, éclairé et ventilé. C’est là que les différents clichés sont pris. Pendant l’examen, vous devez rester parfaitement immobile.
Pendant toute la durée de l’examen, vous restez en contact avec l’équipe médicale qui vous donnera des indications par interphone. Les consignes vous sont données par cet interphone : « Respirez, ne respirez

plus ». Au moment où les clichés sont pris, quand vous ne respirez plus, vous entendrez un bruit qui ressemble à celui d'un moteur ou à celui d’un tam-tam. Ce bruit peut vous paraître désagréable, mais il est normal.
L’interphone vous permet aussi de communiquer avec le radiologue. Si vous ne vous sentez pas bien, dites-le-lui.

L’examen présente-t-il des risques ?

Le produit de contraste est généralement bien toléré.
La piqûre au point d’injection du produit peut provoquer un petit hématome local sans gravité.
Si vous êtes enceinte ou susceptible de l’être, ou encore si vous allaitez, pensez à le rappeler au radiologue.
En cas de problème rénal, des précautions doivent être prises. Informez le médecin ou l’équipe médicale avant l’examen.
Cet examen ne présente aucun risque, mais peut parfois entraîner quelques réactions allergiques sans gravité. Des réactions plus graves sont exceptionnelles.
Le port d’une pile (pacemaker), d’une valve cardiaque ou de tout autre élément contenant du fer, notamment près des yeux ou dans la tête, représente un risque très important.
Si vous ressentez une douleur ou une sensation désagréable, faites-en part au radiologue.

L’examen est-il douloureux ?

Non. L’examen en lui-même n’est pas douloureux.
L’injection du produit de contraste est indolore.

Combien de temps l’examen dure-t-il ?

Votre présence dans la salle d’examen est comprise entre 15 et 30 minutes selon les cas, le nombre de clichés et l’injection éventuelle d’un produit.

Où dois-je aller pour passer cet examen ?

Votre médecin vous adresse à un cabinet de radiologie. Généralement, l’examen se déroule dans une structure équipée, publique ou privée.

Dois-je prendre des précautions après l’examen ?

Dans la plupart des cas, vous ne ressentirez aucune réaction.
Vous pourrez rentrer chez vous normalement.
Si vous ressentez une douleur ou un phénomène anormal, consultez votre médecin ou prévenez l’établissement ou le service qui a pratiqué cet examen.

Et les résultats ?

Les images de l’examen sont analysées par un radiologue. Il va notamment confronter ces clichés avec les données de votre dossier médical et vos clichés radiographiques antérieurs.
Un compte-rendu est ensuite rédigé et joint aux images. L’ensemble peut vous être remis le jour même ou adressé directement à votre médecin traitant.

Vous devez conserver précieusement les résultats de votre IRM et ne jamais oublier de les apporter lors de vos consultations suivantes.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais passer un EMG, électromyogramme Medelli
Mettre en favori

Je vais passer un EMG, électromyogramme

Votre médecin vous a demandé d’effectuer un EMG, (Electromyogramme). Cet examen permet d’étudier le fonctionnement de vos nerfs et de vos muscles.

Un EMG, qu’est-ce que c’est ?

EMG signifie électromyogramme. Cet examen permet d’étudier l’activité électrique des voies nerveuses motrices et sensitives qui innervent une zone donnée.
L’activité électrique est recueillie et enregistrée grâce à des électrodes.

Comment dois-je me préparer à la maison avant l’examen ?

Aucune préparation n’est nécessaire. Evitez seulement l’utilisation d’une crème grasse sur le corps. Pensez à vous munir de votre ordonnance, de votre carte Vitale et de votre carte de mutuelle.

Comment l’examen se déroule-t-il ?

L’examen peut être réalisé par un neurologue ou un médecin formé à cet acte.
Vous serez soit allongé(e), soit assis(e), et des électrodes seront fixées sur votre peau sur le trajet d’un nerf à étudier.

Des électrodes fixées sur votre peau enregistrent l'activité électrique de vos nerfs et de vos muscles.Des électrodes fixées sur votre peau enregistrent l'activité électrique de vos nerfs et de vos muscles.

L’examen se déroule généralement en deux temps : une exploration musculaire, une exploration nerveuse. Selon les besoins, différents territoires peuvent être étudiés : un ou plusieurs membres, plusieurs muscles et plusieurs nerfs.
L’exploration nerveuse se fait en stimulant un nerf au moyen d’impulsions électriques et en mesurant son activité.
Au cours de l’exploration musculaire, il peut être nécessaire de réaliser un électrodiagnostic. Cet examen nécessite l’introduction d’une aiguille dans un muscle, afin de pouvoir enregistrer sa contraction.

Cet examen est-il douloureux ?

La fixation des électrodes à la surface de la peau est parfaitement indolore. Les impulsions électriques stimulatrices sont de faible intensité.
Les aiguilles utilisées pour l’électrodiagnostic ne sont pas douloureuses. Au pire, on peut trouver l’examen désagréable.

Combien de temps dure-t-il ?

L’examen dure généralement entre 20 à 45 minutes, selon le nombre de nerfs et de muscles à explorer.

Où l’examen a-t-il lieu ?

Cet examen est réalisé dans le laboratoire d’explorations fonctionnelles d’un hôpital ou dans le cabinet du neurologue s’il est équipé.

L’examen comporte-t-il des risques ?

La tolérance à cet examen est bonne. Vous pouvez ressentir une légère douleur lors de l’introduction de l’aiguille. Les aiguilles utilisées sont à usage unique et donc sans risque d’infection. La peau est préalablement désinfectée. Il peut y avoir un hématome au point de piqûre. En cas de troubles de la coagulation (si vous prenez des anticoagulants), faites-en part au médecin avant l’examen. De même, si vous êtes allergique au sparadrap, signalez-le avant l’examen.

Et les résultats ?

Si c’est un médecin (souvent un neurologue) qui a réalisé l’examen, il devra interpréter l’enregistrement obtenu. Généralement, son rapport sera communiqué à votre médecin traitant qui vous en informera. Les résultats sont souvent communiqués directement et le rapport vous est remis.

A l’issue de cet examen, pensez à bien ranger vos résultats, éventuellement à les classer par date. N’oubliez surtout pas de les apporter lors de votre prochaine consultation et lors d’un prochain examen.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je vais avoir une ponction lombaire Medelli
Mettre en favori

Je vais avoir une ponction lombaire

La ponction lombaire est un examen destiné à prélever du liquide céphalo-rachidien pour l’analyser.

Qu’est-ce qu'une ponction lombaire ?

Le liquide céphalo-rachidien est un liquide dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière. Il protège les cellules nerveuses. Sa couleur et sa composition se modifient en cas de lésion ou d’infection du cerveau ou de la moelle épinière.

Le recueil de ce liquide sefait en introduisant une aiguille fine dans la cavité qui contient ce liquide (espace sous-arachnoïdien), habituellement au niveau des 4et 5vertèbres lombaires. Quelques gouttes sont recueillies au bout de cette aiguille dans des tubes prévus à cet effet.

Ce geste est réalisé soit pour prélever du liquide et l’analyser par exemple en cas de suspicion de méningite, soit pour éliminer un « trop plein » de liquide pour une raison médicale.

Comment me préparer à la maison avant l’examen ?

Aucune préparation spécifique n’est nécessaire. Il n’est pas utile d’être à jeun.

Comment se déroule cet examen ?

La ponction lombaire est réalisée par un médecin et se fait dans des conditions d’hygiène strictes. Le patient est assis (ou parfois allongé sur le côté), le dos le plus rond possible afin de bien dégager le rachis et la zone à ponctionner. La ponction est effectuée entre la 4et 5vertèbre lombaire (ou entre la 3et 4) au niveau des espaces intervertébraux pour ne pas toucher la moelle épinière.

Vous serez en position assise ou sur le côté, le dos le plus rond possible afin de bien dégager la zone à ponctionner. La ponction ressemble à une piqure un peu désagréable.Vous serez en position assise ou sur le côté, le dos le plus rond possible afin de bien dégager la zone à ponctionner. La ponction ressemble à une piqure un peu désagréable.

Après la ponction, il n’est pas nécessaire de rester alité. On vous proposera peut être de vous reposer quelques minutes…

Combien de temps dure cet examen ?

Celui-ci dure généralement une quinzaine de minutes.

Où cet examen a-t-il lieu ?

La ponction lombaire se déroule habituellement à l’hôpital, aux urgences, ou dans un service durant votre séjour à l’hôpital.

Cet examen est-il douloureux ?

Oui. Cet examen peut être ressenti comme une piqûre désagréable.

Y a-t-il des situations, ou raisons médicales qui interdisent ce geste ?

Différentes raisons peuvent interdire un tel geste, par exemple : une hypertension intracrânienne, une infection locale au niveau du point de ponction, un taux de plaquettes trop bas, ou encore si vous êtes déjà sous traitement anticoagulant.

Le médecin vous interrogera au préalable et demandera une prise de sang pour vérifier que la ponction est réalisable.

Cet examen comporte-t-il des risques ?

Trois types de complications sont à mentionner :

  • Les maux de tête après la ponction, qui s’accentuent en position debout et diminuent en position couchée. Un certain nombre de mesures préventives au moment de la réalisation du geste permettent de les éviter et/ou d’en limiter l’importance. Si nécessaire, des antidouleurs vous seront prescrits pendant quelques jours.

  • Le risque d’infection existe, mais est réduit par le respect d’une hygiène stricte.

  • D’éventuelles douleurs lombaires sont toujours possibles, mais elles disparaissent habituellement en quelques jours.

Les autres risques (hémorragie, lésion nerveuse) sont exceptionnels.

Quand pourrai-je obtenir les résultats ?

L’analyse du liquide prélevé nécessite quelques heures à quelques jours. Les résultats vous seront communiqués directement par le médecin qui a réalisé l’examen. Le secrétariat de l’hôpital vous indiquera le jour de la mise à disposition de vos résultats.

La ponction lombaire est un geste médical qui permet d'établir ou confirmer un diagnostic de lésion du cerveau, ou de la moelle. Sa réalisation dans des conditions d’hygiène strictes limite tout risque d’infection. Des maux de tête ou des douleurs peuvent persister quelques jours, soulagés grâce à des antidouleurs. Lors de votre prochain rendez-vous, pensez à rapporter vos précédents examens.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un médecin généraliste
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement