L'EFS a besoin de sang. Je souhaite faire un don. Comment dois-je faire (qui peut donner ? Où ?) Medelli
Mettre en favori

L'EFS a besoin de sang. Je souhaite faire un don. Comment dois-je faire (qui peut donner ? Où ?)

En France, nous avons besoin de 10 000 dons de sang par jour pour soigner les personnes malades. Régulièrement, l'Etablissement français du sang (EFS) lance un appel aux dons parce que les réserves diminuent dangereusement.

Si vous souhaitez vous porter volontaire, l'EFS essaie de vous faciliter la vie. Aujourd'hui, pas moins de 130 lieux de collecte de sang sont répartis sur l'hexagone et dans les départements d'outre-mer. En plus, quelque 40 000 collectes mobiles viennent au-devant des donneurs dans les entreprises, les établissements scolaires ou encore les lieux publics. Enfin, des maisons du don ont été créées : elles accueillent les donneurs du sang sur rendez-vous s'ils le souhaitent et à des horaires élargies. Si vous cherchez un lieu de collecte de sang près de chez vous, vous pouvez vous connecter au site de l'EFS et cliquer sur la rubrique "Où donner".

Mais, attention, vous devez remplir certaines conditions pour être autorisé à donner votre sang. Elles servent à la fois à protéger le donneur mais aussi vous-même d'une éventuelle carence ou fatigue. Pour donner votre sang, vous devez donc :

  • Etre âgé d'au moins 18 ans et de 70 ans maximum et peser au moins 50 kilos
  • Ne jamais avoir reçu de transfusion sanguine ou de greffe
  • Etre en bonne santé, ne pas souffrir d'anémie, ne pas avoir eu de fièvre, d'infection au cours des 15 derniers jours, ne pas avoir été opéré dans les 4 derniers mois...
  • Ne pas être enceinte ou avoir accouché depuis au moins 6 mois
  • Ne pas avoir subi d'extraction dentaire ou de détartrage dans la semaine précédente
  • Attendre 4 mois après un piercing ou un tatouage
  • Ne pas avoir eu de relation sexuelle, même protégée, avec plus d'un partenaire au cours des 4 derniers mois, ou avoir eu un partenaire sexuel avec des pratiques risquées
  • Ne jamais avoir pris de drogues par voie intraveineuse
  • Ne pas avoir voyagé au cours des 4 derniers mois dans certains pays. Certaines destinations peuvent constituer des contre-indications temporaires (entre 1 et 4 mois selon les destinations).

Enfin, pour ne pas fatiguer trop l'organisme (10% du sang de l'organisme est prélevé lors de chaque don), un homme peut donner son sang 6 fois par an, et une femme 4 fois en respectant un intervalle de 8 semaines entre 2 dons de sang.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quelles conditions pour donner son sang ? Medelli
Mettre en favori

Quelles conditions pour donner son sang ?

Chaque année, 108 millions de dons de sang sont répertoriés dans le monde. Mais la pénurie reste un fléau majeur en France. A quelles conditions faut-il répondre pour pouvoir effectuer ce geste altruiste et non invasif ?

En France, 10 000 dons de sang sont effectués chaque jour. Grâce à ce geste altruiste, 114 malades sont soignés toutes les heures. Au total, le don de sang permet la guérison de près d’un million de patients chaque année. A ce jour, « aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore se substituer aux produits sanguins », peut-on lire sur le site de l’Etablissement français du Sang (EFS). Les produits du sang restent donc la seule alternative pour de nombreux cas d’urgence ou prise en charge de maladies chroniques.« Les produits sanguins ont une durée de vie courte : 42 jours pour les globules rouges, 5 jours pour les plaquettes », rappelle l’EFS. « Pour que les réserves soient reconstituées régulièrement, il est donc essentiel que les donneurs se mobilisent chaque jour. » Pour donner, vous devez être âgé de 18 à 70 ans et peser au moins 50kg. Ne venez pas à jeun et pensez à bien vous hydrater. Enfin n’oubliez pas votre pièce d’identité pour un premier don. Pour savoir où donner, rendez-vous sur jedonnemonsang.net. Enfin, les hommes ayant des pratiques sexuelles avec d’autres hommes (HSH) sont en droit de donner leur sang depuis le 10 juillet 2016, à condition de respecter un délai d’une année d’abstinence sexuelle pour un don de sang total. « Le don de plasma sécurisé par quarantaine est possible, sans délai, si le donneur a connu un seul partenaire sexuel dans les 4 mois précédents le don et sans que celui-ci ait de comportement à risque connu ».

Des contre-indications à connaître

Il vous est impossible de donner votre sang si vous présentez une fatigue anormale et accrue, une anémie ou un diabète. Les femmes enceintes ne peuvent pas non plus effectuer cette démarche et elles doivent attendre 6 mois après l’accouchement pour le faire. La loi interdit aussi le don de sang aux personnes placées sous protection légale : tutelle, curatelle ou sauvegarde de justice. En cas d’infection virale, il faut respecter un délai de deux semaines après la fin des symptômes. Si le patient a pris des antibiotiques ou des corticoïdes en comprimés, la fenêtre d’interdiction est aussi de deux semaines.  Les maladies virales transmissibles par le sang (syphilis, hépatites virales B et C, VIH) constituent elles aussi une contre-indication définitive au don de sang. Enfin, la fenêtre de précaution est de 1 jour après le traitement d’une carie ou un détartrage, 4 jours après un tatouage on piercing et entre 7 jours et 4 mois après une opération chirurgicale selon le type d’intervention.

Source : OMS – EFS, sites consultés le 13 juin 2016 Document rédigé par Destination santé.Crédit photo : Oleksandr Berezko/shutterstock.com
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Don d’organes : comment exprimer son souhait ? Medelli
Mettre en favori

Don d’organes : comment exprimer son souhait ?

Se prononcer en faveur du don d’organes de son vivant… la démarche peut s’avérer difficile à effectuer. Malgré une complexité à s’approprier cette question, les Français se situent parmi les meilleurs donneurs d’Europe. Le nombre d’organes transplantés et la qualité des opérations de prélèvement et de greffe sont à la pointe. Quelles démarches entreprendre pour faire part de votre avis sur la question ?

En 10 ans, en France, le nombre de patients en besoin d’une greffe a doublé. Aujourd’hui, 21 464 patients restent en attente. Une donnée évaluée à 12 512 en 2006. Mais la France se classe parmi les pays les plus efficaces en termes de prélèvements : 25,6 prélèvements par million d’habitants en 2014. Au total, 32 528 Français ont été donneurs de tissus (96% dans le cadre d’un prélèvement post-mortem sont des cornées) en 2015. La même année, 5 746 prélèvements d’organes ont été effectués en France, soit 15 organes greffés par jour. Rien qu’entre 2014 et 2015, une hausse de 11% a été enregistrée concernant les greffes cardiaques (passant de 423 à 471), +8% pour les reins (de 3 232 à 3 486) et +6% pour le foie (de 1 280 à 1 355). Aujourd’hui, 57 171 Français vivent avec un greffon fonctionnel.

Que dit la loi ?

Depuis 1976, la loi Cavaillet pose les trois principes que sont la gratuité, l’anonymat mais aussi le consentement présumé. En effet, toute personne est considérée comme consentante au don d’organes et de tissus si elle n’a pas exprimé de volonté contraire de son vivant. Toute opposition est à déclarer sur le Registre national des refus (RNR). Ce dernier est automatiquement consulté par les médecins quand le prélèvement d’organes est possible. En clair, que l’on soit pour ou contre le don de ses organes, il convient d’en faire part à vos proches. Ce document est téléchargeable sur le site de l’Agence nationale de la biomédecine.

Des conditions pour donner ?

Si vous souhaitez faire don de vos organes, sachez que la carte de donneur n’est pas suffisante pour attester de votre volonté, contrairement à ce que pensent 65% des Français. Autre idée reçue, il n’existe aucune limite d’âge pour faire don de vos organes. « Des personnes de plus de 80 ans peuvent encore donner des reins ou leur foie », affirme l’Agence de la biomédecine.

Source : Agence de la Biomédecine, juin 2016. Document rédigé par Destination santé.Crédit photo : Pressmaster/shutterstock.com
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quelles démarches pour faire don de ses gamètes ? Medelli
Mettre en favori

Quelles démarches pour faire don de ses gamètes ?

En France, les couples hétérosexuels infertiles sont en droit de bénéficier d’un don de gamètes, ovocytes ou spermatozoïdes. Mais le nombre de donneurs reste insuffisant. De nombreux couples restent alors dans l’attente. C’est pourquoi la loi française a récemment évolué en ouvrant le don aux adultes sans enfants. Mais comment se déroule un don de gamètes ?

Le don d’ovocytes et de spermatozoïdes se déroule en deux étapes : la préparation du don (information, consentement, bilan biologique et entretien avec un psychologue ou un psychiatre) puis la stimulation préalable à la ponction ovarienne, ou le recueil des spermatozoïdes suivi de la congélation des gamètes mâles. Comme le précise l’Agence nationale de la biomédecine, « pour tous les dons d’éléments du corps humain, la loi prévoit la prise en charge des frais occasionnés par le don sur justificatifs. Il peut arriver que la donneuse ait à avancer certains frais. L’équipe médicale et paramédicale est disponible pour l’aider dans ses démarches de remboursement ».

27 centres de dons en France

« Plus de 3 000 nouveaux couples concernés par une infertilité médicale se sont inscrits pour bénéficier d’un don et connaître le bonheur d’être parents », rappelle l’Agence de la Biomédecine. Certes « les mesures prises depuis 5 ans portent leurs fruits, avec 40% de donneuses d’ovocytes supplémentaire ». « Le don est désormais possible sur tout le territoire avec 27 centres de don de spermatozoïdes et 28 centres de don d’ovocytes en France ». De plus, « les donneuses bénéficient d’une prise en charge effective à 100% des actes médicaux (échographie, dosages hormonaux,…) liés au don, pour 6 mois ainsi que les frais non médicaux engagés à l’occasion du don, mais les gamètes manquent malgré tout. » Enfin, les femmes n’ayant jamais eu d’enfants peuvent aujourd’hui donner si elles le souhaitent. Mais tout cela ne suffit pas.

« Une décision personnelle, mûrement réfléchie »

Chaque année, les professionnels des centres d’Aide médicale à la Procréation (AMP) prennent en charge plus de 3 000 nouveaux couples touchés par une infertilité médicale qui nécessite le recours à un don. « Concrètement, il faudrait 300 nouveaux donneurs et 900 donneuses supplémentaires cette année », précise l’Agence. Deux sites d’information dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr indiquent les coordonnées du centre de don le plus proche, répondent aux principales questions qu’un futur donneur peut se poser.

La sélection des adultes sans enfant

Depuis le vendredi 8 janvier 2016, le ministère de la Santé a publié par arrêté les conditions de l’ouverture du don de d’ovocytes et de spermatozoïdes aux personnes sans enfant. Anonyme et gratuit, ce droit a été donné aux Français le 15 octobre 2015 pour pallier la pénurie de gamètes. « Le don de spermatozoïdes et d’ovocytes sont encore insuffisants pour répondre aux besoins des 3 000 couples infertiles en attente dans notre pays », confirme le ministère par communiqué.

Quels critères remplir pour faire don de ses gamètes, que vous soyez parents ou pas : 

  • Etre âgées de 18 à 37 ans pour les femmes, de 18 à 45 ans pour les hommes ;
  • Justifier d’un bon état de santé ;
  • Suivre un entretien psychologique avant tout prélèvement pour s’assurer de la stabilité du donneur, mais aussi du caractère altruiste de la démarche.

Autre point, s’il le souhaite un donneur sans enfant pourra bénéficier d’une partie de ses propres gamètes prélevés en cas d’infertilité. « Dans ce cas, la répartition entre le don et la conservation pour soi dépend du nombre d’ovocytes matures recueillis ». Toutes les informations concernant le don de gamètes sont en ligne sur le site de l’Agence nationale de la Biomédecine.

Source : Agence de la Biomédecine, 10 mai 2016. Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, le 8 janvier 2016 Document rédigé par Destination santé.Crédit photo : Naeblys/shutterstock.com
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

chargement