Hygiène intime : que penser des lingettes ? Medelli
Mettre en favori

Hygiène intime : que penser des lingettes ?

Pratiques et faciles à utiliser, les lingettes intimes font le bonheur des petites pauses fraîcheur. A la manière des savons spécifiques, elles respectent le pH des muqueuses vaginales. Pour autant mieux vaut utiliser ces lingettes avec parcimonie.

Pour se sentir propre tout en préservant l’équilibre de la flore vaginale, une toilette quotidienne de la vulve suffit. Mieux vaut oublier le gant, véritable nid à microbes, et se laver simplement avec la main. Rangez aussi les produits non dédiés type gels douche classiques et savon de Marseille : ils ont tendance à décaper le film hydrolipidique recouvrant les muqueuses et à favoriser les irritations. L’idéal ? Un produit spécifique au pH identique à celui de la zone intime (grandes et petites lèvres, région anale), c’est-à-dire compris entre 4,8 et 8. Les femmes sujettes aux mycoses à répétition préféreront toutefois un produit d’hygiène intime au pH compris entre 7 et 9 pour éviter les récidives. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Le reste du temps ? Si vous êtes en voyage, si vous voulez vous sentir nette après une séance de sport ou avant un rendez-vous amoureux ou médical, glissez un paquet de lingettes intimes dans votre sac est une bonne idée. Ces produits sont préférables à un rinçage à l’eau claire. Non seulement l’eau seule ne suffit pas à éliminer les débris microbiens et cellulaires. Mais ce geste, s’il se répète, altère le film hydrolipidique qui protège la peau et les muqueuses, avec à la clé de l’inconfort et une plus grande vulnérabilité aux mycoses. Attention toutefois à ne pas abuser des lingettes. Elles ne sont pas destinées à un usage quotidien et ne doivent pas se substituer à la toilette avec un soin lavant doux.

Source : Interview du docteur Jean-Marc Bohbot, infectiologue et directeur médical de l’Institut Fournier (Paris), le 2 mars 2016
Mots-clefs : lingette, hygiène, vulve, mycose

©Destinationsante.com 2016
https://destinationsante.com/le-conseil-scientifique

Crédit photo : All kind of people/Shuterstock.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je fais souvent des cystites Medelli
Mettre en favori

Je fais souvent des cystites

La cystite est une inflammation de la vessie due à une infection urinaire, fréquente chez les femmes. Douloureuse, elle doit être traitée rapidement.

Qu’est-ce que la cystite

La cystite est une inflammation aiguë ou chronique de la muqueuse vésicale (membrane tapissant l’intérieur de la vessie).
Elle témoigne le plus souvent d’une infection. Elle touche principalement les femmes quel que soit leur âge, mais elle est plus fréquente chez les jeunes femmes en période d’activitésexuelle et chez les femmes enceintes.

Comment se manifeste-t-elle ?

La cystite débute assez brutalement par une sensation de brûlure lors de l'émission de l’urine. L’envie d’uriner est fréquente, mais les mictions sont peu abondantes.
L’urine peut être trouble et malodorante. Dans les cystites aiguës, l’urine se colore parfois de rouge dû au saignement de la paroi de la vessie.

Est-ce grave ?

En soi, la cystite n’est pas une maladie grave, mais elle est gênante, en particulier lorsqu’elle est récidivante.

Je fais souvent des cystites, pourquoi ?

Certains facteurs favorisent la cystite.

Les cystites sont dites récidivantes lorsqu’elles surviennent plus de 3 fois par an.

J’ai une cystite avec de la fièvre, que dois-je faire ?

Habituellement, une cystite ne provoque pas d’élévation de la température.
L’apparition de fièvre signale une évolution de la cystite en infection des voies urinaires.
Dans certains cas, la fièvre est accompagnée de douleurs lombaires.
Vous devez consulter votre médecin le plus rapidement possible et ne prendre aucun médicament sans son avis.

Je suis enceinte, dois-je faire particulièrement attention ?

Oui, car une infection urinaire peut passer inaperçue pendant la grossesse et entraîner des complications obstétricales. Votre médecin ou la sage-femme qui vous suit vous proposera régulièrement des tests urinaires sur bandelette.

Comment la cystite est-elle diagnostiquée ?

Les symptômes se suffisent généralement à eux-mêmes, mais votre médecin peut souhaiter réaliser un test urinaire sur bandelette en cabinet.
Dans le cas d’une cystite récidivante ou de suspicion d’une infection urinaire, il pourra faire réaliser en laboratoire un examen cytobactériologique des urines (ECBU) pour identifier la bactérie en cause.

Quel est le traitement ?

Dans le cas d’une cystite aiguë, votre médecin vous prescrira un antibiotique, la plupart du temps en dose unique ou en traitement court.

En cas de cystites ou d’infections urinaires récidivantes, votre médecin pourra choisir un traitement antibiotique de plus longue durée et il pourra aussi vous prescrire un traitement préventif.

Un contrôle de la stérilité des urines est réalisé dans les jours suivant le traitement antibiotique.

Buvez régulièrement et abondamment, utilisez un savon pH neutre pour votre toilette intime, portez des sous-vêtements en coton, urinez après chaque rapport sexuel et traitez une éventuelle constipation.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je souffre d'incontinence urinaire : ce que je dois savoir Medelli
Mettre en favori

Je souffre d'incontinence urinaire : ce que je dois savoir

L’incontinence urinaire de l’adulte touche 3 millions de personnes en France. C’est une affection fréquente qui peut être traitée. Des traitements existent qui permettent de conserver ses activités et de vivre normalement.

Qu’appelle-t-on incontinence urinaire ?

On parle d’incontinence urinaire dès lors qu’il y a fuite involontaire d’urine.
On distingue trois types de fuite :

  • L’incontinence d’effort : lorsque la fuite survient lors d’un effort physique, en toussant ou en éternuant. La fuite est peu abondante, sans sensation de besoin préalable.

  • L’incontinence urinaire par urgence mictionnelle : lorsque la fuite est accompagnée ou immédiatement précédée par un besoin urgent d’uriner. On parle, dans ce cas aussi, d’incontinence par impétuosité ou par hyperactivité vésicale.

  • L’incontinence mixte : lorsque les deux se combinent.

Trois quarts des personnes souffrant d’incontinence urinaire sont des femmes.

Quelle est l’origine de mon problème ?

L’incontinence urinaire peut avoir différentes causes, qu’elle touche les femmes ou, plus rarement, les hommes.
L’incontinence féminine la plus fréquente est l’incontinence d’effort, liée à une faiblesse des muscles du périnée et du sphincter urinaire qui maintient la vessie fermée. Elle est en partie liée à l’impact de la grossesse et de l’accouchement, voire à celui du changement hormonal de la ménopause. Plusieurs autres causes peuvent être impliquées :

Chez l’homme, la forme la plus fréquente est l’incontinence par regorgement, conséquence d’une hypertrophie de la prostate. Les symptômes sont des envies fréquentes d’uriner, associées à de faibles jets d’urine. Plus rarement, l’incontinence peut être liée aux conséquences d’une intervention chirurgicale des voies urinaires ou de la prostate.

Quels traitements puis-je envisager ?

Chez la femme, la rééducation périnéale est un des principaux traitements de l’incontinence urinaire.
Elle a pour but de réapprendre à utiliser correctement les muscles de son périnée, voire à développer sa musculature. Généralement, dix à vingt séances sont nécessaires.
Chez l’homme comme chez la femme, différents médicaments sont disponibles. En fonction de votre type d’incontinence, un médicament sera adapté à votre situation.
Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut vous être proposée après bilan urodynamique. Différents types d’intervention existent, dont l’efficacité est largement reconnue.

Comment puis-je lutter contre l’incontinence ?

Certaines petites astuces peuvent vous y aider :

  • N’allez pas aux toilettes par précaution.

  • Ne poussez pas en urinant.

  • Ne vous retenez pas trop souvent.

  • Choisissez des sports à moindre impact périnéal : natation, vélo, marche.

  • Evitez le surpoids.

  • Limitez votre consommation de tabac, de café, de thé, d’alcool, d’épices.

  • Ne portez pas de charges lourdes.

  • Ne mettez pas de talons trop hauts.

  • Régulez votre transit intestinal.

L’énurésie et l’incontinence urinaire, est-ce la même chose ?

Non. L’énurésie désigne le fait d’uriner inconsciemment et involontairement, spécifiquement durant le sommeil (la nuit ou le jour).
On parle d’énurésie de l’adulte quand ces symptômes sont retrouvés chez des personnes au-delà de 15 ans.
L’énurésie est relativement peu fréquente chez l’adulte.

L’incontinence urinaire ou l’énurésie sont des maladies dont les causes sont aujourd’hui bien identifiées et qui peuvent être prises en charge efficacement. Cette prise en charge améliore significativement la qualité de vie. N’hésitez pas à en parler lors d’une consultation.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je remplis ma fiche santé femme Medelli
Mettre en favori

Je remplis ma fiche santé femme

Cette fiche médicale comporte des renseignements portant sur votre santé, vos traitements et vos antécédents. Gardez-la pour répondre précisément aux médecins que vous pourriez consulter. Vous pouvez être amenée à remplir cette fiche pour un parent.

Fiche sante femme.pdf

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un gynécologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement