Les nodules au niveau de ma thyroïde vont être ponctionnés; je comprends l'examen Medelli
Mettre en favori

Les nodules au niveau de ma thyroïde vont être ponctionnés; je comprends l'examen

Vous avez des nodules au niveau de la thyroïde, et vous devez faire une cytoponction.

A quoi sert cet examen ?

La cytoponction consiste à prélever des cellules en différents endroits du ou des nodules découverts au niveau de votre thyroïde pour établir un diagnostic précis sur la nature bénigne ou maligne. Ces cellules sont recueillies avec une aiguille fine, étalées sur une lame comme pour un frottis, puis sont analysées. Leur structure est examinée au microscope par un spécialiste entraîné. Cet examen permet de distinguer les cellules cancéreuses, ou malignes, et les cellules bénignes, qui ont une morphologie différente.

Comment se déroule l’examen ?

La cytoponction peut être réalisée par un endocrinologue, un radiologue spécialisé en échographie ou par un chirurgien (ORL en particulier). L’examen ne dure que quelques minutes.
Lorsque le nodule est difficile à palper, la ponction est réalisée sous échographie pour guider l’aiguille et s’assurer de son bon positionnement dans le nodule.

La cytoponction est-elle douloureuse ?

Cet examen est pratiquement indolore. Vous pourrez ressentir une petite douleur après la ponction.
La gêne est comparable à celle d’une prise de sang. Le prélèvement est effectué à l’aide d’une aiguille extrêmement fine.
L’anesthésie locale n’est pas nécessaire.

Cet examen présente-t-il des risques ?

Il n’y a aucun risque de complications.
Conservez le pansement pendant quelques heures pour éviter un hématome.
L’hématome et la douleur locale disparaîtront en quelques heures.
En cas de gêne ou de douleurs plusieurs heures après la ponction, prévenez votre médecin, l’établissement ou le service qui a pratiqué cet examen.

Y a-t-il des précautions à prendre pour cet examen ?

Il est important de signaler toutes les affections dont vous souffrez, autres que thyroïdiennes. Vous devez également signaler tous les traitements que vous prenez, notamment les produits pour fluidifier le sang (anticoagulants, antiagrégants), ou si vous prenez régulièrement de l’aspirine.

Que signifient les résultats de ma ponction ?

La plupart des cytoponctions sont négatives, c'est-à-dire qu'elles ne révèlent pas de cellules cancéreuses (ou malignes). En effet, dans plus de 9 cas sur 10, les nodules découverts au niveau de la thyroïde sont bénins.
Dans certains cas, il faudra refaire la ponction du fait d’anomalies cellulaires qu’il faut repréciser. Parfois, la cytoponction ne ramène pas de cellules et ne permet pas de conclure : il faut alors la répéter.
Si votre ponction révèle la présence de cellules malignes ou suspectes, vous serez adressé à un chirurgien pour une intervention chirurgicale qui permettra de conclure définitivement. Si l’opération confirme un cancer de la thyroïde, celui-ci se soigne bien. Grâce aux traitements et à la surveillance, le taux de survie égale celui de la population générale.

Y a-t-il des complications à cet examen ?

Non. Il n’y a aucun risque de complications. Il peut éventuellement apparaître un petit hématome au niveau de la peau ou une petite douleur après la ponction. Ces symptômes disparaîtront d’eux-mêmes en quelques heures.

La cytoponction est l’examen fondamental pour affirmer si les nodules thyroïdiens sont bénins ou malins. C’est un geste simple, pratiquement indolore et bien toléré, qui permet d’éviter de nombreuses interventions chirurgicales.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Quels sont les facteurs pouvant perturber ma glande thyroïde ? Medelli
Mettre en favori

Quels sont les facteurs pouvant perturber ma glande thyroïde ?

L’éventail des substances qui peuvent perturber le fonctionnement de la glande thyroïde est large : pesticides, fumée de tabac, médicaments, végétaux, iode, etc.

Par quoi ma glande thyroïde est-elle perturbée ?

Le fonctionnement de votre thyroïde peut être gêné par différents phénomènes présents dans l’environnement ou dans votre mode de vie. Ces phénomènes interviennent en perturbant la fabrication des hormones thyroïdiennes. Ils n’ont pas de conséquences majeures, mais peuvent parfois provoquer un hyperfonctionnement (hyperthyroïdie) ou, au contraire, un ralentissement du fonctionnement de la glande thyroïde (hypothyroïdie).

Je fume, est-ce nocif pour ma glande thyroïde ?

Oui, les fumeurs souffrent plus souvent de maladies de la thyroïde que les autres. En effet, la fumée de cigarette libère des thiocyanates, qui bloquent la captation de l’iode par la glande.
Vous courez ainsi un risque plus élevé de développer un goitre (augmentation du volume de la thyroïde), en particulier pendant la grossesse. Notez que fumer pendant la grossesse (tabagisme passif compris) peut perturber la fonction thyroïdienne chez la maman, mais aussi chez l’enfant.
Le tabagisme augmente le risque de maladie de Basedow, une variété particulière d’hyperthyroïdie d’origine immunitaire, plus fréquente chez les femmes, ainsi que la fréquence et la gravité de l’exophtalmie (yeux exorbités) liée à l’hyperthyroïdie.
Le tabac peut aussi réduire l’efficacité de certains traitements thyroïdiens.
En arrêtant de fumer, vous diminuez ces risques.

Ma glande thyroïde peut-elle être perturbée par la prise de certains médicaments ?

Oui, certains médicaments peuvent perturber la fonction thyroïdienne en provoquant une hypo ou hyperthyroïdie, et ce d'autant plus s'ils sont pris sur une longue durée ou s'ils sont riches en iode.
En règle générale, mentionnez toujours à votremédecin les médicaments que vous prenez avant de commencer un nouveau traitement. Si vous êtes concerné par une hypo ou hyperthyroïdie, signalez-le ou rappelez-le à chacun des médecins que vous consultez ainsi qu'à votre pharmacien.

Dois-je éviter certains aliments ?

Non, mais vous devez savoir que la surconsommation de certains aliments peut favoriser la survenue d’un goitre, en entravant la synthèse des hormones thyroïdiennes. Parmi ces aliments :

  • Chou, navet et autres crucifères (riches en thiocyanates).

  • Oignon et ail (riches en disulfures).

  • Millet et sorgho (riches en flavonoïdes).

  • Algue marine (riche en iode).

Toutefois, ce sont des aliments sains. Consommés en quantités raisonnables, ils ne dérèglent pas la thyroïde.

Qu’en est-il de l’iode ?

L’iode est un oligo-élément absolument indispensable au bon fonctionnement de la glande thyroïde.
Tout comme les carences, les surcharges en iode peuvent déséquilibrer la glande thyroïde. Les produits de contraste utilisés pour les examens radiologiques apportent un excès d’iode, qui est néanmoins éliminé en quelques jours. L’iode radioactif, utilisé dans un but diagnostique ou thérapeutique, n’est généralement pas source de surcharge en iode.
Chez le bébé, il convient d’être vigilant quant à l’utilisation d’antiseptiques iodés. Ils peuvent traverser la peau et dérégler la glande thyroïde.

Le tabac est nocif au bon fonctionnement de la glande thyroïde, surtout pendant la grossesse. Au moins deux bonnes raisons d’arrêter la cigarette !
Si vous êtes concerné(e) par des troubles du métabolisme thyroïdien, veillez à bien lire les notices des médicaments (y compris celles des compléments en vitamines), carceux-là peuvent être des sources d’iode. En cas de doute, contactez votre médecin.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
J'ai un goitre, je comprends ce que c'est Medelli
Mettre en favori

J'ai un goitre, je comprends ce que c'est

Certaines affections de la thyroïde affectent sa taille et/ou sa forme. L’augmentation du volume de la thyroïde est communément appelée goitre. Rare dans les pays industrialisés, le goitre est encore très fréquent dans de nombreux pays en développement.

Qu’est-ce qu’un goitre ?

Le terme de goitre désigne une augmentation du volume de la thyroïde, qui peut affecter l’ensemble de la glande (on parle alors de goitre diffus) ou seulement des zones limitées (on parle alors de goitre nodulaire). Le goitre diffus est fréquent dans les régions carencées en iode.
Le goitre peut s’accompagner de troubles du fonctionnement de la thyroïde (hypo ou hyperthyroïdie) ou être isolé (goitre simple sans trouble de la sécrétion thyroïdienne, fréquent chez la femme et influencé par les épisodes de la vie génitale).
Parfois, la thyroïde peut être douloureuse ou sensible.

Position du goitre à la base du couPosition du goitre à la base du cou

A quoi est dû mon goitre ?

La cause la plus fréquente du goitre est une carence alimentaire en iode. La consommation régulière de crucifères comme le chou, le chou-fleur, les radis, les navets, ainsi que le soja peuvent également favoriser la survenue d’un goitre.
La grossesse et certaines maladies inflammatoires ou immunitaires peuvent aussi entraîner un goitre.

Comment va évoluer mon goitre ?

Souvent, le volume du goitre reste modéré. Il ne pose alors aucun problème. Parfois, le goitre augmente et diminue de volume lors de stress ou d’émotions, ou au cours d’épisodes de la vie génitale (règles, grossesse).
S’il devient volumineux (ce qui est rare), il peut comprimer les organes de voisinage et entraîner un changement de la voix qui devient rauque, des troubles de la respiration ou de la déglutition.
Dans certains cas, il peut s’accompagner de modifications de la sécrétion hormonale (hypo ou hyperthyroïdie).

Quel est le traitement du goitre ?

Le traitement de votre goitre dépend de sa nature et de son évolution. En l’absence de signes cliniques, il est rarement nécessaire d’instaurer un traitement.
Dansle cas d’une carence en iode, le traitement consiste en une cure d’iodure de potassium pour réduire le volume du goitre. Certains médecins proposent un traitement par hormones thyroïdiennes pour mettre la glande thyroïde au repos.
L’ablation chirurgicale de la glande n’est proposée que pour certains goitres volumineux ou dont les nodules ont tendance à grossir.

Un goitre doit bénéficier d’un premier bilan et doit être surveillé régulièrement.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
En savoir davantage sur mon hyperthyroïdie Medelli
Mettre en favori

En savoir davantage sur mon hyperthyroïdie

Il arrive que la glande thyroïde se dérègle et sécrète trop d’hormones. C’est l’hyperthyroïdie, maladie fréquente qu’il faut traiter rapidement.

Qu'est-ce que la thyroïde ?

C'est une petite glande en forme de papillon située à la base du cou sous la pomme d'Adam devant la trachée.

C'est un régulateur de certaines fonctions de l'organisme.

Elle sécrète deux hormones qui interviennent notamment dans la croissance osseuse, le développement mental, la transformation des graisses et des sucres.

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie ?

L'hyperthyroïdie est due à un excès de sécrétions d'hormones par la thyroïde.
Plusieurs causes peuvent être à l'origine de cette anomalie :

Quels sont les symptômes ?

Le principal symptôme est un rythme cardiaque accéléré (tachycardie) et/ou des palpitations.

Vous êtes amaigri(e) alors que vous conservez un appétit intact, voire augmenté.

Vous avez des diarrhées.

Vous êtes souvent irritable.

Vous avez peut-être un goitre dû à l'augmentation du volume de la thyroïde.

Vous avez souvent trop chaud.

Votre peau est moite.

Votre sommeil est perturbé.

Il est toutefois rare de souffrir de tous les symptômes en même temps.

Quels sont les examens à faire ?

Un dosage de TSH permet de confirmer le diagnostic.
D'autres examens pourront vous être proposés (échographie ou scintigraphie thyroïdienne)

La plupart du temps, l'hyperthyroïdie n'est pas une maladie grave. Votre traitement consiste à prendre un médicament pour mettre votre glande au repos.
Se reposer physiquement et moralement accélère la guérison.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un endocrinologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement