Les raisons d’être du calendrier vaccinal Medelli
Mettre en favori

Les raisons d’être du calendrier vaccinal

En France, nous disposons d’un calendrier vaccinal destiné qui permet aux parents et aux médecins de s’y retrouver parmi les multiples vaccins à faire. Les opposants à la vaccination estiment que le nombre de valences administrées est trop important. Or le calendrier vaccinal - chargé - du début de la vie de l’enfant est justifié. Les explications du Dr Daniel Floret, président du comité technique des vaccinations.

« L’argument selon lequel les vaccinations recommandées dans le calendrier vaccinal du nourrisson épuiseraient le système immunitaire est une légende », affirme le Dr Floret. « Celui-ci est capable de répondre à une multitude de stimulis bien plus agressifs que les immunisations ! » Microbes de l’extérieur et de l’intérieur, bactéries qui passent dans le système sanguin au cours de la digestion… « Nous ne faisons pas de septicémie pour autant », note-t-il. D’ailleurs, le vrai problème consiste à injecter quatre ou cinq vaccins – avec une piqûre pour chacun – au cours de la même consultation. « C’est ce qu’ont longtemps fait les Américains avec des vaccins monovalents », souligne-t-il. « Un problème en termes d’acceptabilité pour l’enfant. » C’est pourquoi les vaccins combinés ont été développés. Pour réduire le nombre d’injections tout en permettant de protéger les enfants contre de nombreuses maladies graves. Reste que « le fait d’injecter certains vaccins en même temps peut créer des problèmes de tolérance et donc favoriser les effets secondaires », admet le Dr Floret. « Mais les études ont montré qu’il n’y avait pas d’interférence de la réponse immunitaire. »

Toutes sont vraiment des maladies graves

D’ailleurs, contrairement à ce qu’avancent certains opposants aux vaccinations, « toutes les valences inscrites au calendrier sont nécessaires et doivent être réalisées », insiste le Dr Floret. « On ne va pas me dire que la protection contre la coqueluche n’est pas essentielle, ou que l’hépatite B n’est pas grave alors qu’elle est à l’origine de 1 300 morts par an dans le pays ! » Bien sûr « il n’y a pas d’épidémies comme il y en a eu pour la poliomyélite ou la diphtérie », souligne-t-il. « Mais ce sont quand même des maladies graves qui touchent souvent les jeunes nourrissons et sont d’ailleurs d’autant plus sévères chez eux. » Voilà d’ailleurs pourquoi le calendrier vaccinal prévoit autant de vaccins à un si jeune âge : les petits sont les plus exposés et les plus fragiles face aux maladies infectieuses. Heureusement, en France « la couverture vaccinale des nourrissons préconisée par le calendrier s’établit à plus de 95% », se réjouit Daniel Floret. « Mais il reste quelques réticences avec des maladies telles que la rougeole, pour laquelle la couverture augmente mais reste insuffisante pour obtenir l’objectif souhaité : son élimination. » D’autres pathologies pouvant être prévenues par vaccination ont une mauvaise couverture. C’est le cas de la valence du méningocoque car beaucoup de médecins n’ont jamais vu d’infection à méningocoque », explique-t-il.

Source : interview du Dr Daniel Floret, président du comité technique des vaccinations, 28 septembre 2015 Mots-clefs : calendrier, vaccinal, vaccin, vaccination©Destinationsante.com 2017 https://destinationsante.com/le-conseil-scientifiqueCrédit photo : Aleksandra Gigowska/Shutterstock.com
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je découvre les informations pratiques du centre de vaccinations Air France Medelli
Mettre en favori

Je découvre les informations pratiques du centre de vaccinations Air France

La page du site d’Air France dispense toutes les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque, ainsi que les vaccinations adéquates.
vaccinations-airfrance.fr

THÈME

Site consacré aux mesures sanitaires et aux vaccinations pour les voyageurs.

CEUX QUI SONT CONCERNÉS

Les voyageurs et les professionnels du tourisme.

OBJECTIF

Il s’agit de sécuriser au maximum les voyages à l’étranger en informant les voyagistes et les voyageurs sur les principales maladies et les zones géographiques où elles sont actives, ainsi que sur les vaccins et les traitements qui permettent de les prévenir.

ORIGINE

Page du site officiel d’Air France.

CONTENU

Le site met en ligne un descriptif des principales maladies contre lesquelles il faut se prémunir, leurs symptômes, les zones à risque, tout en offrant toutes les informations nécessaires pour se faire vacciner ou pour s’en protéger. Dans tous les cas, demandez l'avis de votre médecin traitant.

LES PLUS

Une page qui va à l’essentiel, les explications sont très claires et permettent efficacement au visiteur de tout savoir sur les risques encourus et les moyens de se protéger.

CENTRE DE VACCINATIONS INTERNATIONALES AIR FRANCE148, rue de l’Université,75007 Paris.

Lundi – vendredi : 9h à 17h00.

Samedi : 9h à 16h00.Tél : 01 43 17 22 00 ou 08 92 68 63 64.

Email : vaccinations@airfrance.fr.

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Vaccins obligatoires : comment s’y retrouver ?  Medelli
Mettre en favori

Vaccins obligatoires : comment s’y retrouver ?

A partir du mois de janvier, 11 vaccins seront obligatoires contre 3 auparavant. Cette décision répond à une nécessité de santé publique. Notre pays présente en effet des niveaux de couverture vaccinale plus faibles que nos voisins européens.

L’élimination de la rougeole par exemple, nécessite un niveau de couverture vaccinale de 95 % chez le jeune enfant. Or en France, ce niveau n’a jamais été atteint. C’est pourquoi nous avons vécu une épidémie à l’origine de milliers de cas entre 2008 et 2011. Augmenter les couvertures vaccinales doit être selon les autorités sanitaires une priorité de santé publique afin de prévenir la survenue de drames facilement évitables.

En plus des 3 vaccins actuellement obligatoires :

  • la diphtérie ; 
  • le tétanos ;
  • la poliomyélite ;

S’ajoutent : 

  • l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites) ;
  • la coqueluche ;
  • l’hépatite B ; 
  • la rougeole ;
  • les oreillons ; 
  • la rubéole ;
  • le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites) ;
  • le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites).

En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans.

Source : Ministère des Solidarités et de la Santé, consulté le 10 septembre 2017 Mots-clefs : Vaccins, obligatoires, ministre©Destinationsante.com 2017 https://destinationsante.com/le-conseil-scientifiqueCrédit photo : Dmitry-Naumov/Shutterstock.com
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Mon calendrier vaccinal Medelli
Mettre en favori

Mon calendrier vaccinal

Ce tableau vous permettra de suivre vos vaccinations et d’être à jour. En France, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le pneumocoque, la coqueluche, l'hépatite B, Haemophilus influenzae b, les méningocoques, sont obligatoires. Les autres vaccinations indiquées dans le tableau ci-dessous sont recommandées. Votre médecin vous informera sur leur importance, selon votre situation.

Voici un tableau pour suivre vos vaccinations et celles de vos enfants  :

Mon tableau des vaccinations 

 

 Rattrapage : si vos vaccins ne sont pas « à jour », il n’est pas nécessaire de tout recommencer. Il suffit de reprendre la vaccination où elle a été arrêtée.

Le calendrier vaccinal peut être différent si votre enfant est prématuré ou à risque, si vous souffrez de certaines pathologies (personnes immunodéprimées, personnes qui ne possèdent pas de rate, etc.), ou vivez en contact avec des personnes à risque. Votre médecin généraliste vous informera et adaptera votre prise en charge ou celle de votre enfant en fonction de ces particularités. 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement