Libéré après l'opération de mon strabisme Medelli
Mettre en favori

Libéré après l'opération de mon strabisme

Philippe a 45 ans. Il souffre d’une paralysie partielle de l’œil gauche depuis la naissance avec un strabisme induit. Après avoir rencontré un médecin spécialiste du strabisme, il s’est fait opérer l’an dernier et jouit aujourd’hui d’une vue normale.

« Etant enfant, j'ai souffert des moqueries de mes camarades d'école, jusqu'à ce qu'en 5eje me mette à rire de moi. Dès lors, je suis devenu la coqueluche du collège ! J'avais compris comment gérer mon handicap. »

 

Mais la souffrance morale n'est pas le seul handicap auquel a dû faire face Philippe. « Je devais regarder de travers pour voir, car mon champ de vision était réduit. Cette posture a provoqué un torticolis chronique. »

 

Apprendre à vivre « avec »

 

Dans les années 70, une opération était assez lourde et risquée, la possibilité de vivre « sans » ne se posait pas aussi simplement qu'aujourd'hui. « J'ai appris à vivre avec ce handicap et je devais toujours faire attention à la manière de me placer par rapport à mes interlocuteurs dans les réunions, chez les clients, au restaurant... »

 

Des études, une bonne situation, Philippe a réussi sa vie personnelle et professionnelle, mais il reste attentif aux progrès de l'ophtalmologie. Lorsque l'opération de la myopie au laser apparaît, il n'hésite pas.

 

« Je pensais pouvoir trouver une autre solution pour réduire mon handicap, alors j'ai rencontré des spécialistes. Mais un défaut de la cornée ne m'a pas permis d'être opéré. Hélas, personne à ce moment-là ne m'a informé des progrès médicaux et réorienté vers un spécialiste du strabisme. »

 

« Je cherchais à avoir des avis, à me renseigner sur les possibilités d'opération, mais sans succès. Je craignais une opération assez lourde avec tous les risques que comporte ce type d'intervention. » Finalement, quelques années plus tard, l'ophtalmologiste qui suit depuis peu Philippe lui propose de rencontrer un spécialiste du strabisme.

 

La consultation décisive

 

« J'abordais un tournant professionnel, mon ophtalmo m'a conseillé de profiter de cette circonstance pour franchir le pas. »


La rencontre avec le médecin qui devait l'opérer est décisive.

 

« Je peux dire que le miracle est arrivé. Je suis tombé sur un médecin à la fois à l'écoute, clair et rassurant. En aucun cas, un acharné du bistouri ! Il ne souhaitait pas m'opérer pour une question esthétique, mais pour une question médicale, car mon torticolis était susceptible de s'aggraver en vieillissant. J'ai pu lui poser toutes les questions. Il s'est mis à ma portée en toute simplicité. »

 

En sortant du cabinet, le rendez-vous était pris pour une opération six mois plus tard.

 

« Au cours de ces six mois, j'ai été un peu inquiet. J'ai traversé des moments de doute. Ma femme a été d'un grand soutien. » Malgré tout, Philippe est bien décidé à ne pas faire marche arrière.

 

« J'ai revu mon médecin une semaine avant l'opération, passé quelques examens, et il m'a expliqué le déroulement de l'opération, sans entrer dans les détails techniques qui peuvent être angoissants. »

 

Le jour de l'opération

 

« J'ai été accueilli par une équipe très à l'écoute. J'ai été pris en charge immédiatement. On m'a administré un médicament qui m'a plongé dans un état de relaxation extrême, puis j'ai été emmené à la salle d'opération. A mon réveil, c'était fini. J'ai tout de suite ouvert les yeux. Mon médecin m'avait prévenu que je risquais de ressentir une douleur semblable à celle provoquée par des grains de sable dans l'oeil. Mes yeux picotaient, mais la douleur était moins intense que prévue. »

 

L'après-midi même, Philippe lisait sans trop de difficultés et rentrait chez lui.

 

Retour à la maison

 

« Dans la glace, j'ai pu, pour la première fois, me regarder droit dans les yeux et, le lendemain, j'ai pu utiliser mon ordinateur en baissant la luminosité. »

 

« Au cours des premiers jours, la notion d'espace était profondément transformée. Mon cerveau se focalisait sur cette portion d'espace que je ne voyais pas jusque-là. Mes repères étaient modifiés. J'avais l'impression d'être une caméra qui enregistrait tous les mouvements. J'ai repris ma voiture prudemment quelques jours plus tard. »

Philippe ne regrette pas cette opération qui a changé sa vie.

 

« C'est super, ma vie a changé. J'ai retrouvé une énergie nouvelle. Si j'avais su, je l'aurais fait avant, car, même si on peut vivre avec ce type de handicap, une telle opération simplifie prodigieusement la vie. En libérant d'une contrainte permanente, elle permet de passer à autre chose. C'est une perspective intéressante. Alors, pourquoi s'en priver ? »

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je suis myope Medelli
Mettre en favori

Je suis myope

La myopie est un trouble de la vision lié le plus souvent à un œil trop long.

Qu’est-ce que la myopie ?

Votre trouble de la vision, appelé myopie, se traduit par une bonne vision de près, mais une mauvaise vision de loin.

Myope : vous voyez flou de loin et bien de près

Ce défaut s’explique par le fait que votre œil est « trop long ». En effet, un œil myope dépasse en général la norme (23 mm de long).
La distance qui sépare votre cornée de votre rétine est alors trop grande.
En conséquence, l’image d’un objet éloigné traverse votre cristallin, sorte de lentille à deux faces, et se projette non pas sur la rétine, mais en avant de celle-ci (voir schéma).
Ce que reçoit votre rétine n’est qu’une réflexion diffuse de l’image. L’objet éloigné est donc perçu flou par la rétine qui transmet cette image floue à votre cerveau.

Votre oeil est trop long. L'image d'un arbre éloigné se projette en avant de la rétine. L'arbre est flou.

La myopie est-elle héréditaire ?

Votre trouble de la vision est principalement dû à vos gènes. Il y a des familles de myopes, avec parfois un saut de génération.

Mais la génétique ne fait pas tout. D’autres facteurs en cause sont discutés :

  • Des facteurs environnementaux : le travail sur écran, le travail scolaire, le nombre d’années de travail sollicitant la vision de près (écran d’ordinateur, lecture, travail de précision...).

  • Le facteur racial : les personnes asiatiques seraient plus concernées par la myopie.

Comment va évoluer ma myopie ?

La myopie apparaît en général dès l’enfance, vers 6-8 ans, et évolue jusqu’à 20-25 ans. Ensuite, elle se stabilise.

Le port régulier des lunettes ne fera pas disparaître la myopie, mais il permettra d’avoir une bonne vision avec la correction.

Il existe une autre forme de myopie, plus rare, la « myopie maladie » ou « myopie forte ». Elle s’aggrave, pour sa part, tout au long de la vie. Dans ce cas, l’œil continue de s’allonger toute la vie, ce qui peut provoquer de nombreuses complications : rétine distendue, décollement de la rétine...

Comment évaluer ma myopie ?

Il est possible d’évaluer l’importance de votre trouble de la vision à la fois en évaluant votre acuité visuelle et en déterminant la correction nécessaire pour revenir à une vision normale.

 

La correction de votre myopie est établie avec des lunettes d'essai

Lorsqu’on évalue la correction nécessaire, on parle alors en « dioptries ». Le nombre de dioptries correspond à la puissance d’un verre correcteur nécessaire pour rétablir une bonne vision.

Lorsqu’on évalue l’acuité visuelle, on parle en « dixièmes ». Elle s’évalue en appréciant la capacité à lire des lettres de plus en plus petites, situées à 5 mètres de l’œil. Plus les lettres lues sont petites, plus les « dixièmes » augmentent.

On peut schématiquement relier ces deux techniques d’évaluation par la correspondance suivante :

  • Pour une myopie de - 0.5 dioptries, la vision est de 5 à 7/10.

  • Pour une myopie de - 1.50 dioptries, la vision est de 2 à 4/10.

  • Pour une myopie de - 2.50 dioptries, la vision est de 1/10.

  • Pour une myopie de - 3.00 dioptries, la vision est inférieure à 1/10.

  • Pour une myopie de - 6.00 dioptries, la vision est inférieure à 1/20.

Comment peut-on corriger ma myopie ?

La correction de votre myopie a pour but de modifier le trajet de l’image pour qu’elle converge vers la rétine.

Différentes solutions peuvent vous être proposées :`

  • Soit la correction est obtenue par le port de lunettes avec un verre concave ou de lentilles de contact pour repousser l’image sur la rétine.

  • Soit la correction est obtenue en modifiant la courbure de votre cornée par une opération réalisée à l’aide d’un laser.

En l’absence de problèmes particuliers, si vous êtes myope, vous devez faire contrôler votre vue tous les ans. Comme votre œil est plus gros que la normale, il est aussi plus fragile.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je suis astigmate Medelli
Mettre en favori

Je suis astigmate

L’astigmatisme est un trouble de la vision lié à une anomalie de la courbure de la cornée.

Qu’est-ce que l’astigmatisme ?

L’astigmatisme se traduit par une vision imprécise et floue, quelle que soit la distance à laquelle se situe l’objet regardé. Ainsi, il est difficile de distinguer certains signes ou formes proches, comme le H et le N ou le 8 et le 0.

Astigmate : vous distinguez mal certaines formes de près comme de loin

L’astigmatisme est la conséquence d’une anomalie de la courbure de votre cornée chargée de faire converger les rayons lumineux vers le centre de votre œil. Au lieu d’être ronde comme un ballon de football, elle est légèrement ovale comme un ballon de rugby. Parfois, c’est le cristallin, sorte de lentille à deux faces, qui permet en se bombant plus ou moins de faire une mise au point de l’image, qui est déformé.
Le résultat est que l’image d’un objet est déformée lorsqu’elle traverse votre œil. Elle est donc projetée déformée sur la rétine, la partie de l’œil qui interprète l’image, qui la transmet à son tour déformée à votre cerveau.

La courbure de votre cornée est anormale ou votre cristallin trop bombé. L'image du stylo est déformée sur la rétine. Le stylo est flou voire déformé

Poursuivons avec l’exemple du ballon de rugby : si le grand axe de ce ballon est horizontal, votre astigmatisme est alors dit « direct » ; si le grand axe du ballon est vertical, votre astigmatisme est « inverse » ; et il est « oblique », si cet axe est oblique.
L’image reçue par la rétine est différente selon les axes de ce ballon ; l’image qui en résulte est déformée, floue.

En outre, votre astigmatisme peut être couplé à une myopie ou à une hypermétropie.

L’astigmatisme est-il héréditaire ?

L’astigmatisme est habituellement d’origine génétique. Dans ce cas, il est présent depuis votre naissance et évolue peu au cours de la vie.

Vous pouvez aussi l’avoir acquis au cours de votre vie, par exemple à la suite d’une intervention chirurgicale (chirurgie de la cataracte, greffe de cornée) ou encore à la suite d’une infection, d’un herpès ou de certaines autres maladies.

Comment va évoluer mon astigmatisme ?

Lorsque l’astigmatisme est congénital, il varie jusqu’à 4 ans environ, puis se stabilise. Le port régulier de lunettes ne fera pas disparaître l’astigmatisme, mais il permettra d’avoir une bonne vision avec la correction.

Comment évalue-t-on l’importance d’un astigmatisme ?

Il est possible d’évaluer l’importance de votre trouble de la vision à la fois en évaluant votre acuité visuelle et en déterminant la correction nécessaire pour revenir à une vision normale.

La correction de votre astigmatie est établie avec des lunettes d'essai

Le degré de correction nécessaire s’exprime en dioptries, et votre acuité en dixièmes.
Votre astigmatisme est faible entre 0 et 1 dioptrie, moyen de 1 à 2 dioptries, et fort au-dessus de 2 dioptries.

Comment peut-on corriger mon astigmatisme ?

Comme un astigmatisme évolue peu au cours de la vie, s’il est faible, il ne nécessite pas de correction.

En revanche, s’il est fort et s’il entraîne des troubles visuels, il doit être corrigé.

La correction peut être apportée par le port de lunettes, de lentilles de contact, voire, pour les cas les plus sévères, par une opération qui modifie la forme de la cornée.

Si vous remarquez que votre astigmatisme s’aggrave rapidement, vous devez consulter sans tarder votre ophtalmologiste. En outre, si vous êtes parent d’un enfant astigmate, sachez que ce trouble de la vue peut affecter leurs performances scolaires. Il est important de lui faire régulièrement consulter un spécialiste.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Difficultés pour voir de loin ou de près ou les 2 : je porte des lunettes ou des lentilles Medelli
Mettre en favori

Difficultés pour voir de loin ou de près ou les 2 : je porte des lunettes ou des lentilles

La moitié de la population française souffre de troubles de la vision. Altération de la vision de loin, ou de la vision de près, ou des deux, vision imprécise de certaines formes sont autant de manifestations de ces troubles.

Un trouble de la vision, c’est quoi ?

Lorsque votre œil fonctionne bien, l’image de ce que vous observez traverse votre cornée, puis le cristallin – sorte de lentille à 2 faces – pour arriver sur votre rétine. Selon les distances auxquelles se situent les objets observés, votre cristallin va plus ou moins se bomber pour faire en sorte que l’image projetée sur votre rétine soit toujours nette.
Lorsque votre œil ne fonctionne pas correctement, que vous souffrez d’un trouble de la vision, l’image ne se forme pas correctement sur la rétine. Il existe une anomalie du système optique formé par votre cornée, votre cristallin et votre rétine, on parle d’amétropie ou encore de troubles de la réfraction.

Je suis myope, à quoi cela correspond-il ?

Votre trouble de la vision, appelé myopie, se caractérise par une baisse de votre vision de loin.
La distance qui sépare votre cornée de votre rétine est trop grande, ce qui fait que, après avoir traversé votre cristallin, l’image d’un objet situé loin se projette en avant de la rétine. Ce que reçoit la rétine n’est alors qu’une réflexion diffuse de l’image.

Myope : vous voyez flou de loin et bien de près

Je suis astigmate, à quoi cela correspond-il ?

Ce défaut visuel vous empêche de distinguer nettement certaines formes et certains détails, de près comme de loin. Il est en général dû à une anomalie de votre cornée, soit congénitale, soit consécutive à certaines affections particulières. La courbure de votre cornée n’est pas parfaite ; au lieu d’être ronde, elle est plutôt ovale.

En conséquence, l’image se forme en des points différents, en avant et en arrière de la rétine.

Cela provoque une déformation de l’image, la vision est floue et imprécise, et il y a confusion entre des signes ou des lettres proches comme le H et le M, le 8 et le 0...

Astigmate : vous distinguez mal certaines formes de près comme de loin

Je suis hypermétrope, à quoi cela correspond-il ?

Votre trouble visuel, qui se caractérise par une assez bonne vision de loin mais des difficultés à voir de près, est lié au fait que votre œil est trop court. C’est, en fait, un peu l’inverse de la myopie.

Lorsque vous regardez un objet lointain, son image va se former en arrière de la rétine, d’où une image floue.

Hypermétrope : vous voyez bien de loin mais difficilement de près

Je suis presbyte, à quoi cela correspond-il ?

Avec l’âge, votre cristallin, qui était jusque-là capable d’adapter rapidement sa courbure pour que l’image d’un objet soit toujours nette, quelle que soit sa distance, perd de sa souplesse et de son élasticité.

La mise au point s’effectue plus difficilement, altérant avant tout la vision des objets proches.

Presbyte : vous voyez de moins en moins bien de près

Peut-on cumuler plusieurs défauts visuels ?

Il est effectivement possible de cumuler différents défauts visuels : défaut de la courbure de la cornée + défaut de la taille de l’œil. Vous pouvez, par exemple, être astigmate et myope, ou astigmate et hypermétrope.

Il est aussi possible de combiner une presbytie avecun autre trouble de la vision comme la myopie, l’hypermétropie ou encore l’astigmatisme. Par contre, vous ne pouvez pas être à la fois hypermétrope et myope.

Hérite-t-on ou transmet-on un défaut visuel ?

La myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme sont des affections qui sont, sans aucun doute, liées à l’hérédité.

Toutefois, même si elles sont héréditaires, le fait d’avoir un ou les deux parents atteints ne suffit pas en soi à ce que ce trouble soit forcément présent chez l’enfant.

Peut-on corriger tous les défauts visuels ?

Pour permettre un retour à une vision normale, c'est-à-dire à une image nette se formant sur la rétine, l’utilisation de verres correcteurs ou de lentilles de contact est un moyen efficace.

Les verres correcteurs devront s’adapter d’une part à la nature du défaut, d’autre part à son importance.

Quel que soit le défaut visuel dont vous souffrez, il peut être facilement corrigé par le port de lunettes ou de lentilles de contact.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un ophtalmologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement