Mon médecin m'a proposé de participer à un programme d'éducation thérapeutique Medelli
Mettre en favori

Mon médecin m'a proposé de participer à un programme d'éducation thérapeutique

L’éducation thérapeutique a pour objectif de vous apprendre à vivre avec une maladie chronique, en acquérant un savoir qui évitera, ou retardera le plus possible, l’apparition de complications, et vous permettra d’améliorer votre qualité de vie.

Qu’est-ce que l’éducation thérapeutique ?

La démarche comprend des activités éducatives, d’information et d’apprentissage. Elle sollicite la participation de plusieurs professionnels de santé, médecins, infirmières, kinésithérapeutes, pharmaciens, et, selon la maladie, il peut y avoir également des diététiciens, psychologues, podologues, etc. Votre entourage peut aussi y être associé s’il le souhaite. Une véritable collaboration Il ne s’agit pas seulement de recevoir des conseils concernant votre maladie, mais de vous associer à sa prise en charge, en vous donnant les éléments nécessaires pour comprendre à la fois la maladie et son traitement, pour collaborer avec les équipes soignantes et pour vous impliquer vous-même dans le traitement et le suivi.

En quoi cela me concerne-t-il ?

Votre médecin vous a proposé d’intégrer un programme d’éducation thérapeutique car vous avez une maladie chronique. Toutes les maladies chroniques, quel que soit l’âge du patient, et la durée d’évolution de sa maladie, peuvent donner lieu à de l’éducation thérapeutique: diabète, asthme, cancer, mal de dos, obésité de l’adulte ou de l’enfant, maladies cardio-vasculaires, prise d’anticoagulants, ou encore polyarthrite rhumatoïde, infection par le VIH…

Suis-je obligé d’y participer ?

L’éducation thérapeutique peut être vivement conseillée par votre médecin mais ne peut pas vous être imposée. Vous pouvez refuser. Votre participation ne conditionnera pas le taux de remboursement des consultations ou des médicaments dont vous avez besoin.

Quels en sont les bienfaits?

Les études ont montré que l’éducation thérapeutique était efficace. Dans l’asthme par exemple, les malades qui ont suivi un programme d’éducation thérapeutique sont moins souvent hospitalisés et font moins appel aux services d’urgence. Ils ont moins de crises et reconnaissent une amélioration de leur qualité de vie.

Pendant les séances d’éducation thérapeutique, vous pourrez parler de votre maladie et de la façon dont vous la vivez au quotidien. Vous apprendrez à résoudre les problèmes liés à la maladie, à adapter vos activités et votre environnement pour limiter les risques de déséquilibre de la maladie.

Vous apprendrez aussi à évaluer votre état de santé et à repérer les signes annonciateurs de ce déséquilibre, à utiliser le matériel nécessaire pour cela (mesure du souffle ou inhalation des traitements pour les asthmatiques, lecteurs de glycémie et stylos à insuline pour les diabétiques par exemple). L’éducation thérapeutique vous permet aussi de savoir ce qu’il faut faire en cas de difficultés (adapter un traitement, reconnaître le moment où il faut faire appel à un médecin, etc.).

En pratique, comment cela se passe-t-il ?

Les séances d’éducation thérapeutique peuvent avoir lieu au sein d’un cabinet médical, infirmier ou de kinésithérapie, ou encore à l’hôpital, ou dans un centre dédié (de nombreuses « écoles du souffle » se sont ouvertes pour éduquer les asthmatiques). La durée des séances est variable car adaptée à chaque cas. Le programme est structuré en 4 phases.

  • L’évaluation de vos besoins. Un entretien avec l’un des professionnels intervenants permettra de faire le point sur ce que vous savez de votre maladie, les difficultés rencontrées dans votre vie quotidienne et avec votre traitement, vos interrogations, les répercussions sur votre vie familiale, sociale ou professionnelle.

  • La mise au point du programme. A partir de ces données, vous élaborerez un programme personnalisé d’éducation où vous définirez les compétences à acquérir pour « gérer » quotidiennement votre maladie.

  • Les séances d’éducation thérapeutique. Ces compétences, vous pourrez les acquérir au fil du temps, au cours de séances interactives qui peuvent être individuelles ou en groupe, et auxquelles vous pouvez venir accompagné d’une personne de votre entourage. Si besoin, les séances sont parfois complétées par des activités éducatives, comme des cours de cuisine, d’exercices physiques ou encore des cours pour mieux réguler votre posture et votre équilibre (posturologie). Elles peuvent aussi donner lieu à la remise de documents auxquels vous référer ensuite.

  • Le bilan. Un bilan est enfin réalisé, après un nombre variable de séances, pour faire le point sur les compétences que vous avez acquises et sur la mise en pratique de ces compétences dans votre vie quotidienne. Si nécessaire, des séances complémentaires vous seront proposées. Vous pourrez ensuite évaluer régulièrement avec votre médecin la mise en pratique des compétences acquises.

 

 
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabète et yeux Medelli
Mettre en favori

Diabète et yeux

Vous êtes diabétique, votre fond d’œil doit être contrôlé chaque année, car le risque de troubles de la vue est important. La normalisation du taux de sucre dans le sang et la surveillance ophtalmologique sont vos meilleurs atouts pour conserver longtemps une bonne vue. Vous irez chez l'ophtalmologiste une fois par an.

Que peut-il arriver à mes yeux ?

Le diabète est une des premières causes de perte de la vue avant l’âge de 50 ans dans les pays développés, en l’absence de traitement.Ces complications sont liées à des lésions des petits vaisseaux de l’œil, qui se bouchent progressivement et finissent par ne plus irriguer la rétine convenablement.L’œil compense en créant de nouveaux vaisseaux plus fragiles qui se multiplient et peuvent être à l’origine d’hémorragies à l’intérieur de l’œil.Ces lésions sont dues à un diabète mal équilibré depuis plus de 5 ans.

Quelles sont les causes de la maladie de la rétine ?

Le risque de complications oculaires du diabète augmente avec :

  • l’ancienneté du diabète,

  • le mauvais équilibre, aggravé par l'hypertension artérielle non contrôlée.

Comment puis-je prévenir ou ralentir l’atteinte de la rétine ?

  • Normalisez autant que possible votre taux de sucre dans le sang.

  • Faites prendre votre tension artérielle : elle doit être inférieure à 13/8.

  • Maintenez votre poids de forme, mangez moins de graisses et moins de sucre, faites de l’exercice physique, cessez de fumer, réduisez votre consommation d’alcool.

  • Consultez au moins une fois par an votre ophtalmologiste. Il pratiquera un examen complet, dont un fond d’œil.

Quels sont les traitements ?

Le traitement des complications oculaires est d'abord celui du diabète, c'est-à-dire la réduction de l’excès de sucre dans le sang et la normalisation de la tension artérielle.Le traitement par laser des lésions de l’œil lutte principalement contre les petits vaisseaux sanguins nouvellement formés, et permet de réduire le risque de perdre la vue. Il est réalisé sous anesthésie locale et sans hospitalisation.

Parmi les différentes structures de l'oeil, c'est la rétine qui est touchée par le diabète

Fond d’œil

Les premiers signes du diabète peuvent être dépistés au cours d’un examen complet de l’œil.

Dès la découverte du diabète un fond d'œil est réalisé chez l'ophtalmologiste. Il doit être renouveler tous les ans.

Depuis peu, une photographie du fond d'œil au rétinographe peut être réalisée par un technicien non médecin (souvent proposé dans les maisons ou les réseaux du diabète) et interprétée par un ophtalmologiste

Ces examens sont indolores.

Parmi les différentes structures de l'oeil, c'est la rétine qui est touchée par le diabète
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Diabète et pieds Medelli
Mettre en favori

Diabète et pieds

Les pieds des diabétiques sont plus fragiles que ceux de personnes non diabétiques dans certaines circonstances. C'est pourquoi ils doivent faire l’objet d’une attention soutenue.

Ai-je un risque de lésion des pieds ?

Les lésions du pied ne touchent pas tous les diabétiques. Elles surviennent seulement en présence de certaines conditions favorisantes, telles que :

  • une diminution de la sensibilité,

  • une mauvaise circulation sanguine,

  • une déformation du pied (par ex. : l’hallux valgus ou « oignon »).

 

Si vous n’avez pas de risque de lésion des pieds : ne badinez pas avec l’hygiène

  • Lavez-vous les pieds tous les jours à l’eau tiède et au savon, de préférence sous la douche. Les bains de pieds prolongés ramollissent l’épiderme et favorisent les ongles incarnés.Séchez vos pieds très soigneusement.Appliquez une crème hydratante et faites-la bien pénétrer.

  • Veillez à ce que vos ongles soient toujours bien coupés. Pour les couper, préférez les ciseaux à bout arrondi, n’utilisez jamais de pince coupante. Taillez vos ongles au carré, cela évite l’ongle incarné. Vos ongles ne doivent pas être trop courts pour que vos orteils ne butent pas contre le cuir de vos chaussures et se blessent. Arrondissez seulement les coins avec une lime en carton.N’allez pas chercher les saletés accumulées sous vos ongles avec un bâtonnet en buis, utilisez plutôt une brosse.

  • Otez en douceur la corne au niveau du talon avec une pierre ponce.

  • N’appliquez aucun coricide sur un cor.

  • Changez de chaussettes tous les jours. Choisissez-les, selon la saison, en coton, en fil d’Ecosse ou en laine.

  • Apportez un soin particulier au choix de vos chaussures et de vos chaussettes, qui doivent être confortables et doivent bien protéger vos pieds.

 

Si vous avez un risque de lésion des pieds

Votre médecin examinera vos pieds et vos chaussures à chaque consultation.

Il vous prescrirades soins réguliers par un podologue (voir encadré), car ces soins sont un moyen efficace de prévenir les lésions des pieds.

En plus des mesures précédentes, vous devez prendre certaines précautions :

  • Inspectez vos pieds tous les jours. Au besoin, aidez-vous d’un miroir ou de quelqu’un de votre entourage.

  • En cas de plaie, même minime (fissure entre les orteils, rougeur autour de l’ongle…) et même si vous n’avez pas mal, vous devez me consulter dans les plus brefs délais.

  • Ne coupez pas vous-même vos ongles et ne réalisez jamais de « chirurgie de salle de bains ».

  • Ne marchez jamais pieds nus.

  • Avant d’enfiler vos chaussures, vérifiez toujours qu’il n’y ait pas de corps étranger.

 

Le podologue (ou pédicure médical)

Le pédicure-podologue est un professionnel reconnu par l’assurance maladie.Il diagnostique et traite l’ensemble des troubles du pied (cors, durillons, ongles incarnés ou hypertrophiques…) et réalise sur mesure des appareils et des semelles orthopédiques.Depuis janvier 2008, les soins de pédicurie chez le pédicure-podologue sont remboursés par la Sécurité sociale pour les diabétiques ayant un risque de lésion des pieds, dans la limite de 2 à 4 séances par an selon la gravité du risque.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement