Mon proche est bipolaire : quelle attitude devrais-je adopter ? Medelli
Mettre en favori

Mon proche est bipolaire : quelle attitude devrais-je adopter ?

L’alternance des phases maniaques et dépressives est éprouvante pour l’entourage des personnes bipolaires. Connaître la maladie vous aidera à soutenir la personne malade et la protéger d’elle-même.

Pourquoi parle-t-on de trouble bipolaire ?

L'humeur d'une personne atteinte d’un trouble bipolaire oscille entre deux pôles : la dépression (le bas) et l’accès maniaque (le haut). Accès maniaques, périodes saines et épisodes dépressifs se succèdent,de façon imprévisible et particulièrement déstabilisante pour l'entourage. La durée des différents épisodes varie, mais les cycles s'accélèrent si la maladie n’est pas prise en charge. Les troubles bipolaires sont considérés comme une maladie chronique.

Quelles peuvent être les conséquences sociales du trouble bipolaire ?

Activité professionnelle : de nombreuses personnes atteintes de troubles bipolaires ont une activité professionnelle normale, mais certaines préfèrent changer de rythme pour mieux l’adapter à leur état et limiter leur stress. Si votre proche est dans ce cas, sachez que son employeur acceptera peut-être plus facilement ces changements s’il est reconnu comme travailleur handicapé (RQTH). S’il n’est pas en mesure de travailler, son médecin peut lui délivrer un arrêt maladie.

Responsabilité juridique : un comportement anormal peut avoir des répercussions sur le plan juridique - par exemple en cas de dommages causés du fait de la maladie. Un service social, une assurance ou une association de patients sera de bon conseil.

Dépenses financières : une personne bipolaire peut avoir tendance à être très dépensière. Il est parfois nécessaire de demander à la justice une solution de sauvegarde, éventuellement temporaire, qui peut être l'attribution de la gestion financière à une personne de confiance.

Comment réagir face à sa maladie ?

Ne culpabilisez pas. Vous n’êtes pas responsable de ce trouble bipolaire, qui résulte de facteurs biologiques, psychologiques ou liés à l’environnement professionnel ou familial.

Les troubles bipolaires se caractérisent par un déni de la part du patient vis-à-vis de sa maladie, ce qui explique en partie le retard de diagnostic, le manque de suivi, voire le refus de se faire aider. Dans tous les cas, essayez de discuter de la situation avec la personne concernée pendant une phase neutre et proposez-lui éventuellement de rencontrer des personnes souffrant également d’un trouble bipolaire.

Les associations de patients ou de proches de personnes bipolaires vous fourniront écoute et conseils.

Une personne bipolaire doit-elle prendre des médicaments ?

Une personne bipolaire doit être suivie par un professionnel de santé. Les médicaments sont pratiquement toujours indispensables. Ils régulent l’humeur et suppriment donc les changements caractéristiques de cette maladie. Le médecin adaptera le traitement en fonction de la personne.

Le traitement doit être suivi même lorsque les médicaments commencent à agir : les arrêter risque d’entraîner la réapparition des symptômes.
Le médecin adaptera éventuellement le traitement s'il provoque des effets indésirables.

Comment sa maladie va-t-elle évoluer ?

Il n’est pas possible de guérir cette maladie, mais un traitement adapté permet de la maîtriser. La plupart des patients déclarent que leur état s’est amélioré significativement dès le début du traitement. Avec le temps, vous et votre proche apprendrez à reconnaître les symptômes et les éléments déclencheurs des épisodes maniaques et dépressifs. Vous apprendrez aussi à discuter avec le médecin pour adapter le traitement en conséquence.

Vous adapterez progressivement votre style de vie pour réduire l’impact de la maladie et mener une vie la plus normale possible.

Avec un traitement approprié, la plupart des patients connaissent des périodes de rémission (absence de symptômes), même si des épisodes maniaques ou dépressifs se manifestent de temps à autre. Mais si la maladie n’est pas prise en charge, elle s’aggravera avec le temps.

Comment puis-je l’aider au quotidien ?

Faites en sorte que la communication reste possible, même en période de crise.
Apprenez à reconnaître les signes d’une rechute et mettez-vous d’accord sur l’attitude à adopter en cas de crise.
Encouragez le malade à prendre ses médicaments, mais sans le lui imposer.
Ne l’infantilisez pas : il doit rester le plus autonome possible.
Apprenez à reconnaître les signes d’un risque de suicide, notamment lors des phases dépressives. Si vous estimez qu’il y a danger, ne laissez pas votre proche seul et contactez son médecin immédiatement.

Quelle attitude adopter envers les enfants ?

Les enfants sentent les tensions qui surviennent dans la famille et se posent des questions. L’absence de réponse peut être particulièrement anxiogène pour eux. N’hésitez pas à discuter avec un médecin ou une association pour savoir quelle attitude adopter et quoi leur dire.

Comment puis-je me faire aider au quotidien ?

Vivre avec une personne bipolaire demande beaucoup d’énergie et d’attention. Ne restez pas seul face à la maladie. Essayez d’en savoir autant que possible sur les troubles bipolaires, pour mieux les comprendre et vous sentir moins impuissant. Une association de patients, un groupe de proches ou de familles vous permettra de partager votre expérience et de recevoir de l’aide, des conseils et une écoute de la part de personnes connaissant votre situation.

Conservez vos activités habituelles, ne vous renfermez pas. N’hésitez pas à discuter avec le médecin de votre proche et à lui poser vos questions : elles sont légitimes.

Vivre avec une personne bipolaire est une expérience douloureuse, susceptible de durer longtemps. Pour tenir et la soutenir au mieux, apprenez à vous protéger. Cela vous permettra de lui apporter écoute et réconfort au quotidien, et aussi de l’aider à mieux suivre son traitement.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Concerné par la dépression, les troubles bipolaires, je me rapproche de  Medelli
Mettre en favori

Concerné par la dépression, les troubles bipolaires, je me rapproche de

France-Dépression est une association loi de 1901 d’intérêt général, agréée par le Ministère de la Santé et soutenue par l’INPES. Elle s’adresse à toute personne, patient, famille et entourage, ainsi que professionnel de santé, concernée par les troubles dépressifs et bipolaires, pour les informer, soutenir et susciter une meilleure compréhension du grand public vis-à-vis de la maladie psychique.

http://www.france-depression.orgwww.france-depression.org

THÈME

Site consacré à la dépression nerveuse et aux troubles bipolaires

CEUX QUI SONT CONCERNÉS

Toute personne concernée par la maladie psychique : patient, proche, professionnels de santé et personne souhaitant en savoir plus sur ces pathologies.

OBJECTIF

France Dépression a pour objectif de soutenir et informer les personnes sur la dépression et les troubles bipolaires, leur évolution, leurs traitements, comment y faire face, l’état des recherches en cours ; l’association souhaite également favoriser la compréhension du grand public vis-à-vis de la dépression et combattre les a priori. Enfin, France Dépression souhaite promouvoir le développement des programmes de recherche relatifs aux causes, aux traitements et à la prophylaxie de cette pathologie.

ORIGINE

Site officiel de l’association France Dépression.

CONTENU

Ce site a pour but principal de mettre à disposition des patients et de leurs proches une information de qualité concernant la dépression nerveuse et les troubles bipolaires. Il apporte des informations pratiques sur ces deux pathologies, leurs caractéristiques, leurs symptômes et spécificités, leurs origines, leurs traitements et leurs évolutions. Le site propose également un calendrier d’événements importants et de la documentation, ainsi que des témoignages de patients.

LES PLUS

Outre le siège de l’association situé à Paris, France Dépression dispose de quatre associations régionales dont les coordonnées sont disponibles sur le site (Normandie, Lorraine et Centre, ainsi que Bourgogne).

 

Association France-Dépression
4, rue Vigée Lebrun
6 cours des Alliés
75015 Paris
Tél. : 01 40 61 05 66
contact.afd@free.fr

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Mon proche présente-t-il les signes d’une maladie bipolaire ? Medelli
Mettre en favori

Mon proche présente-t-il les signes d’une maladie bipolaire ?

Les troubles bipolaires font partie des troubles de l’humeur. Ils exposent les personnes atteintes à des risques et nécessitent une prise en charge médicale. Cette fiche a pour objectif de vous aider à déterminer si votre proche présente des signes évocateurs d'un trouble bipolaire.

Pourquoi parle-t-on de trouble bipolaire ?

L'humeur d'une personne atteinte de trouble bipolaire oscille entre deux pôles : la dépression (le bas) et l'accès maniaque (le haut). Accès maniaques, périodes saines et épisodes dépressifs se succèdent.La durée des différents épisodes varie, mais en l'absence de prise en charge les cycles s'accélèrent.

Les troubles bipolaires peuvent survenir à tout âge, dès 20 ans. Ils sont fréquemment associés à un terrain familial « favorable », c'est-à-dire qu'une personne est davantage susceptible de développer cette maladie si un de ses parents présente ou a présenté un trouble bipolaire.

Comment reconnaître un accès maniaque ?

L'accès maniaque survient souvent de manière brusque, sans qu'on puisse identifier de cause réelle. Il est caractérisé par une insomnie et une forte excitation. Le comportement de la personne peut surprendre son entourage : dépenses excessives, exubérance... Ces signes s'accentuent rapidement, avec une confiance en soi exagérée, des insomnies répétées, une pensée accélérée et une nette hyperactivité. La personne est désinhibée et s'expose à des risques : conduite trop rapide, comportement sexuel à risque... A l'excès, la personne atteinte peut tomber dans le délire mégalomaniaque, avec des rêves de grandeur et une perte totale du sens des réalités et de ses capacités réelles.

Comment reconnaître un accès dépressif ?

L'épisode dépressif peut lui aussi survenir assez brusquement mais en général, il s'installe en plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Il est caractérisé par plusieurs signes, présents pendant au moins quinze jours d'affilée, tels qu'une grande tristesse, un ralentissement intellectuel, une grande fatigue, un désintérêt pour la vie, des troubles de la mémoire et de la concentration, une perte d'appétit, un fort sentiment de culpabilité, une agressivité, des douleurs physiques.

Il peut également arriver que la personne atteinte de trouble bipolaire développe des idées suicidaires, exprimées ou non. C'est là le principal risque de cette maladie.

Comment puis-je aider mon proche ?

Une fois le diagnostic établi, veillez à ce que votre proche consulte régulièrement son médecin et suivez les conseils de celui-ci, notamment s'il propose une hospitalisation.
En effet, cette maladie peut avoir des répercussions importantes : dépenses excessives, comportement déréglé avec des conséquences professionnelles et personnelles, risque de suicide.

La maladie bipolaire est un trouble de l'humeur pouvant avoir des conséquences graves pour la personne qui en est atteinte, en phase maniaque comme dans les épisodes dépressifs. Elle est fréquemment associée à un terrain familial favorable. Si vous pensez que votre proche peut être atteint de cette maladie, conseillez-lui d'en parler à un médecin. Celui-ci pourra lui apporter toute l'aide dont il a besoin. Vous pouvez également contacter des associations de proches de personnes bipolaires.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un psychiatre
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement