Pourquoi dois-je consulter avant de partir en voyage Medelli
Mettre en favori

Pourquoi dois-je consulter avant de partir en voyage

Séjourner dans un pays étranger peut vous exposer à des accidents, des maladies transmises par des insectes, par l’eau ou par la nourriture, des morsures d’animaux, etc. Ces risques éventuels dépendent du lieu, de la durée et des conditions de votre séjour, et de votre état de santé. Une visite médicale est alors essentielle pour faire le point et vous aider à les prévenir.

Où et quand dois-je consulter ?

Vous pouvez bénéficier d'une consultation de voyage dans un service des maladies infectieuses et tropicales d'un hôpital. Pour recevoir certains vaccins (comme celui contre la fièvre jaune ou contre l'encéphalite japonaise), vous devez vous rendre dans un centre de vaccination internationale agréé. La liste de ces centres est consultable sur différents sites comme ceux du ministère de la Santé et du ministère des Affaires Etrangères.

Votre médecin traitant ou, si vous souffrez d'une maladie chronique, le médecin spécialiste qui vous suit pourront également vous aider à préparer votre voyage.

Il est préférable pour certaines vaccinations ou certains traitements de prévoir votre consultation un à deux mois avant votre départ.

Pourquoi dois-je passer un bilan de santé ?

Un bilan de santé avant de partir en voyage permet au médecin de vérifier que votre état de santé est compatible avec votre voyage ou la pratique de certaines activités durant votre séjour. Lors de cette consultation, il pourra éventuellement diagnostiquer et vous prescrire un traitement contre des maladies qui pourraient perturber votre voyage, comme des affections ORL (rhume, otite, sinusite) pour un trajet en avion.

Si vous souffrez d'une maladie chronique, votre médecin généraliste ou le spécialiste qui vous suit fera le point sur cette maladie et vos traitements en cours. Prévoyez d'emporter avec vous un résumé de votre dossier médical (éventuellement écrit en français, en anglais ou dans la langue du pays) et vos prescriptions. Le médecin vous indiquera comment tenir compte du décalage horaire si vous prenez des médicaments à heure régulière. Il vous mettraen garde sur les possibles interactions entre vos médicaments habituels ou votre maladie et les traitements ou vaccinations liés au voyage.

Pourquoi dois-je me faire vacciner ?

Lors de votre visite, le médecin s'assurera tout d'abord que vos vaccins obligatoires en France sont à jour. Si nécessaire, il effectuera certains rappels. La vaccination vous protège de maladies liées au voyage comme la fièvre jaune, la fièvre typhoïde, les hépatites A et B, etc. Le médecin adaptera votre programme de vaccination aux risques de la région visitée, à votre mode de vie sur place, votre âge et éventuellement vos maladies chroniques. La vaccination contre la fièvre jaune, qui doit être effectuée dans un centre agréé, sera indiquée sur un certificat international de vaccination qui vous sera demandé à l'entrée des pays où elle est obligatoire.

Quels médicaments me seront nécessaires ?

Le médecin vous aidera également à constituer votre trousse à pharmacie. Si votre destination est à risque de paludisme, il vous prescrira un traitement préventif antipaludique adapté à la région, la saison, la durée et les conditions de votre séjour.

Il peut également vous prescrire des médicaments contre la diarrhée, la fièvre, la douleur ou le mal des transport et vous suggérer d'autres produits comme des désinfectants, des bandes, des pansements stériles, une crème pour les brûlures, de la crème solaire en cas d'exposition au soleil, des flacons de solution hydro-alcoolique afin de vous désinfecter régulièrement les mains, des désinfectants chimiques pour l'eau, etc.

Si vous souffrez d'une maladie chronique, le médecin qui vous suit habituellement prévoira des quantités de médicaments pour une durée supérieure à celle de votre séjour. Vous devrez peut-être effectuer une demande auprès de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie pour qu'elle autorise votre pharmacie à vous délivrer un traitement pour plus d'un mois (la durée ne peutexcéder six mois).

Quels conseils du médecin me seront utiles ?

Pour certaines maladies, il n'existe ni vaccin ni traitement préventif. Le médecin vous dispensera de nombreux conseils pour en limiter les risques.

Il vous précisera les règles d'hygiène alimentaire et corporelle, adaptées à votre mode de vie sur place, afin de limiter notamment les diarrhées.

Il vous expliquera l'ensemble des mesures de protection contre les piqûres d'insectes, comme les moustiques, qui transmettent de nombreuses maladies et la conduite à tenir en cas, par exemple, de morsure d'animaux venimeux ou potentiellement enragés.

Ses conseils peuvent aussi vous être utiles pour limiter d'autres risques :

  • Les risques de transmission de maladies infectieuses liés aux tatouages, piercings, relations sexuelles ou soins médicaux sur place (acupuncture, soins invasifs).

  • Les risques liés à l'altitude.

  • Les risques liés à la baignade.

  • Les risques liés à la plongée.

  • Les risques liés aux eaux stagnantes, etc.

Il est recommandé de consulter un médecin avant de partir en voyage même si aucune vaccination n'est nécessaire et particulièrement si vous êtes âgé, enceinte, souffrez d'une pathologie chronique ou voyagez avec un enfant. Pensez à décrire très précisément les conditions de votre séjour (logement, repas, activités...) et même les escales de votre voyage aérien. Une escale de plus de douze heures dans un pays est considérée comme un séjour. Vous pouvez également prévoir avant votre départ une visite chez votre dentiste et, si nécessaire, chez votre ophtalmologiste.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Se protéger des maladies contagieuses : un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Se protéger des maladies contagieuses : un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser comment éviter la transmission des maladies contagieuses comme la grippe par exemple. Pour cela il vous suffit de respecter quelques règles pour limiter les risques. Cela vous permettra de vous protéger mais également de protéger votre entourage. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
Voici les modifications du champ visuel mesurées sur un œil gauche

 

Quelques précautions à prendre :

  • Au quotidien : je me lave les mains régulièrement avec du savon, avant de passer à table,  quand je cuisine, après être allé aux toilettes, quand je touche une plaie, après m’être mouché ou éternué.

  • Quand je suis à l'extérieur, j'utilise une solution hydroalcoolique.
  • En situation de contagion : je me couvre la bouche quand je tousse ou éternue, je jette mes mouchoirs en papier à la poubelle, et je me lave de nouveau les mains.
  • Je protège les plus fragiles.
  • A la maison : j’aère ma maison tous les jours, je fais le ménage et lave les jouets de bébé régulièrement.
  • Pensez également à être à jour dans vos vaccins !

  • En faisant du sport : j’évite de marcher pied nu.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je teste mes connaissances sur la vaccination Medelli
Mettre en favori

Je teste mes connaissances sur la vaccination

La vaccination est une méthode permettant d’atténuer ou d’éviter la survenue d’une maladie infectieuse. Son principe est de stimuler nos propres défenses immunitaires contre un microbe donné, en injectant un microbe tué ou atténué, rendu inoffensif. Testez vos connaissances sur la vaccination.

La vaccination pour certaines maladies est obligatoire en France : vrai ou faux ?

Vrai : si certains vaccins sont conseillés mais non obligatoires, d’autres vaccins sont obligatoires en France. Il s’agit des vaccins contre la coqueluche, la diphtérie, Haemophilus influenzae b, l'hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, la poliomyélite, les oreillons, la rubéole et le tétanos, auxquels s’ajoute la vaccination contre la fièvre jaune pour les personnes résidant en Guyane. Même si certaines maladies sont devenues rares, les microbes responsables continuent à circuler aussi bien dans le monde qu’en France.

 

La vaccination a déjà permis d’éradiquer complètement une maladie : vrai ou faux ?

Vrai : la variole, maladie grave et mortelle, a été totalement éradiquée de la planète grâce à des campagnes de vaccination de masse. La quasi-disparition en France de la plupart des maladies, comme la poliomyélite ou la diphtérie, est liée à la vaccination. Leur réapparition peut avoir lieu, comme pour la rougeole depuis 2008, si la population n’est pas suffisamment vaccinée.Pour la rougeole, le recours à deux doses de vaccin avant l’âge de 2 ans, une administration plus précoce de la deuxième dose de vaccin et le rattrapage chez les adolescents et jeunes adultes, sont actuellement préconisés par les autorités de santé.

Un rappel de vaccination est une injection de rattrapage lorsqu’une première vaccination n’a pas pu être effectuée : vrai ou faux ?

Faux : la vaccination est souvent réalisée en plusieurs fois. Pour développer une immunité de base, plusieurs injections sont souvent nécessaires, trois injections à un mois d’intervalle avec rappel un an après par exemple. Ensuite, pour maintenir une protection de manière suffisante et durable, des rappels réguliers sont nécessaires selon le calendrier vaccinal.

La vaccination chez l’adulte est inutile si on a correctement été vacciné dans l’enfance :vrai ou faux ?

Faux : chez tous les adultes, des rappels de vaccination sont recommandés et doivent être réalisés à 25 ans, 45 ans et 65 ans, puis tous les 10 ans pour la diphtérie (D), le tétanos (T) et la poliomyélite (P). Un rappel de vaccination contre la coqueluche est recommandé une fois, chez tous les jeunes adultes avec le rappel DTP à 25 ans, ou avant, particulièrement si vous avez le projet d’avoir un enfant.

Après 65 ans, il est recommandé de se faire vacciner contre la grippe tous les ans : vrai ou faux ?

Vrai : après 65 ans, le vaccin contre la grippe doit être réalisé tous les ans car le virus de la grippe change régulièrement. Cette vaccination contre la grippe est recommandée chez les personnes âgées de plus de 65 ans, mais également chez les femmes enceintes et les personnes à risque, comme celles souffrant de maladies chroniques (maladies rénales, maladies  cardiovasculaires, asthme, diabète), y compris les enfants à partir de l'âge six mois.

Lorsqu’un rappel de vaccination a été oublié, il faut recommencer la vaccination à zéro :vrai ou faux ?

Faux : Lors d’une interruption du programme de vaccination, il suffit de reprendre la vaccination là où elle a été arrêtée, en réalisant le nombre d’injections nécessaires en fonction de l’âge.

Le vaccin contre la tuberculose (BCG), est obligatoire chez tous les enfants en France :vrai ou faux ?

Faux : depuis 2007, ce vaccin n’est plus obligatoire. Mais il reste conseillé dans certaines situations et pour certaines professions exposées. La vaccination par le BCG est recommandée dès la naissance, chez tous les enfants exposés à un risque élevé de tuberculose (notamment tous les enfants résidant en Île-de-France et en Guyane). Elle peut être proposée jusqu’à 15 ans chez les enfants à risque élevé non encore vaccinés.

Le vaccin contre la rubéole n’est intéressant que chez les enfants en bas âge : vrai ou faux ?

Faux : le vaccin contre la rubéole est conseillé chez les adolescentes et les femmes en âge d’avoir des enfants, afin de prévenir une infection pendant la grossesse. Une rubéole survenant pendant la grossesse expose à un risque de malformation du bébé. Cette vaccination peut se faire en association avec la rougeole et les oreillons.

Il faut éviter de vacciner les enfants avant l’âge d’un an qui sont encore trop fragiles :vrai ou faux ?

Faux : les bébés peuvent être vaccinés dès la naissance. Le calendrier vaccinal recommande d’ailleurs la vaccination dès l’âge de 2 mois. C’est donc parce que les bébés sont fragiles, qu’il convient de les protéger au plus tôt par la vaccination.

Il y a des vaccins recommandés chez les jeunes parents : vrai ou faux ?

Vrai : la vaccination contre la coqueluche est recommandée chez les adultes susceptibles de devenir parents, chez les membres de l’entourage familial d’un nouveau-né (grands parents), voire la personne qui assure la garde du nourrisson pendant les 6 premiers mois de vie.

Certains vaccins sont contre-indiqués pendant la grossesse : vrai ou faux ?

Vrai : il s’agit des vaccins à base de virus vivants atténués. Chez la femme enceinte sont donc contre-indiqués les vaccins contre la rougeole, la rubéole, les oreillons, la varicelle, la coqueluche et celui contre la poliomyélite (vaccin par voie orale).

Il est plus efficace et plus confortable de ne vacciner que pour une maladie à la fois :vrai ou faux ?

Faux : il existe des vaccins combinés qui sont tout aussi efficaces que les vaccins séparés pour acquérir une immunité contre différentes maladies : le vaccin Rougeole, Oreillons, Rubéole ou ROR ; le vaccin Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite ou DTP. Il est même possible d'associer, sans les mélanger, plusieurs vaccins le même jour, mais en les injectant à différents endroits du corps.

Une réaction locale après injection d’un vaccin est possible : vrai ou faux ?

Vrai : une réaction locale est possible après l’injection d’un vaccin avec l’apparition d’une boule rouge, quelquefois douloureuse. Ceci peut être associé à de la fièvre. Ne vous inquiétez pas, tout rentre dans l’ordre en quelques jours.

La vaccination est l’une des grandes avancées de la médecine moderne. Elle permet de sauver des millions de vies dans le monde. Assurez-vous que toute la famille est à jour pour ses vaccinations et pensez au rappel antitétanique. Vous pouvez consulter le site de l’INPES à l’adresse suivante : http://www.inpes.sante.fr en indiquant « vaccination » dans votre recherche.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Mon calendrier vaccinal Medelli
Mettre en favori

Mon calendrier vaccinal

Ce tableau vous permettra de suivre vos vaccinations et d’être à jour. En France, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le pneumocoque, la coqueluche, l'hépatite B, Haemophilus influenzae b, les méningocoques, sont obligatoires. Les autres vaccinations indiquées dans le tableau ci-dessous sont recommandées. Votre médecin vous informera sur leur importance, selon votre situation.

Voici un tableau pour suivre vos vaccinations et celles de vos enfants  :

Mon tableau des vaccinations 

 

 Rattrapage : si vos vaccins ne sont pas « à jour », il n’est pas nécessaire de tout recommencer. Il suffit de reprendre la vaccination où elle a été arrêtée.

Le calendrier vaccinal peut être différent si votre enfant est prématuré ou à risque, si vous souffrez de certaines pathologies (personnes immunodéprimées, personnes qui ne possèdent pas de rate, etc.), ou vivez en contact avec des personnes à risque. Votre médecin généraliste vous informera et adaptera votre prise en charge ou celle de votre enfant en fonction de ces particularités. 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement