Pourquoi est-il important que je prépare ma consultation avec un médecin ? Medelli
Mettre en favori

Pourquoi est-il important que je prépare ma consultation avec un médecin ?

Une consultation médicale est un moment important et s’y préparer permet d’en tirer le meilleur profit. Bien entendu, vous ne vous préparerez pas de la même façon si vous avez rendez-vous avec le médecin généraliste qui vous suit depuis de nombreuses années et vous connaît bien, ou avec un médecin spécialiste que vous voyez pour la première fois. Quelques conseils utiles dans tous les cas de figure.

  Je rencontre un médecin pour la première fois ou ponctuellement pour le suivi d’une maladie chronique. Y a-t-il des éléments essentiels ?

Avant la consultation, si vous consultez pour différents problèmes, lister les et essayez de les hiérarchiser en commençant par le plus important. Puis, réunissez tous les documents que vous avez déjà concernant le ou les sujets pour lequel vous consultez ce médecin.

  • Il peut s’agir d’examens complémentaires : prises de sang, radiographies, échographies, scanners ou IRM, résultats de biopsies, etc.

  • Il peut s’agir aussi d’ordonnances que vous avez déjà reçues concernant ce problème, ou de votre traitement habituel si vous en avez un, ou encore de médicaments que vous prenez sans ordonnance (homéopathie, vitamines ou autres).

  • Il se peut que vous ayez en votre possession des courriers ou des comptes-rendus opératoires venant de spécialistes déjà consultés précédemment pour le mêmeproblème : pensez à les prendre aussi avec vous.

  • Et bien entendu, s’il s’agit d’un médecin spécialiste auquel vous êtes adressé par votre médecin traitant, n’oubliez pas le courrier de ce dernier.

Les médecins posent souvent des questions sur la famille. Pourquoi est-ce important ?

En effet, les antécédents familiaux peuvent avoir beaucoup d’importance et font partie de l’interrogatoire classique que le médecin mène avec chaque nouveau patient.

Pensez donc à préparer votre réponse, en vous renseignant auparavant auprès de votre famille, pour savoir si certaines maladies se retrouvent fréquemment, ou connaître les raisons du décès de vos ascendants ou collatéraux. Cela peut aider le médecin pour son diagnostic, mais aussi pour organiser une prévention plus personnalisée à votre cas particulier.

Est- ce que je dois lui raconter toutes mes maladies précédentes ?

Le temps du médecin, comme le votre, est précieux, et il n’est sans doute pas nécessaire de lui détailler toutes vos maladies.

  • Préparez un petit résumé de ce qui vous est arrivé de plus important, en étant prêt toutefois à lui donner des détails supplémentaires s’il vous les demande.

  • Pensez à noter vos éventuelles allergies, notamment les allergies aux médicaments, en précisant le médicament concerné et la manifestation allergique qu’il a déclenchée. Essayez d’être le plus précis que possible.

Concernant la raison de ma consultation au spécialiste, j’imagine que mon médecin traitant a tout détaillé dans sa lettre ?

Sans doute, mais il se peut aussi qu’il n’ait fait qu’un résumé. Ce résumé reprend certainement l’essentiel, mais le spécialiste vous demandera plus de détails. Préparez-vous à y répondre en décrivant le plus précisément possible les symptômes que vous ressentez et leur évolution dans le temps.

Généraliste ou spécialiste, répondront-ils à mes questions ?

Oui ces médecins répondront aux questions que vous leur poserez. Pensez à préparer des questions précises. Encore une fois, le temps est précieux et si vous avez préparé vos questions vous les formulerez plus facilement. Posez-les au cours de la consultation, et évitez les questions importantes de dernière minute sur le pas de la porte au moment de quitter le cabinet. Enfin, dites-vous bien qu’il n’y a pas de questions bêtes. N’hésitez pas à aborder tous les points qui vous tracassent qu’ils soient d’ordre psychologique, sexuel ou familial.

La consultation de mon médecin traitant doit-elle aussi être préparée ?

Comme la visite chez le spécialiste, celle du médecin traitant doit être préparée. Evidemment, il vous connaît déjà et connaît vos antécédents personnels et familiaux, vos allergies, etc.

  • Si vous le consultez pour quelque chose de nouveau, préparez un résumé précis de ce qui vous arrive et apprêtez-vous à le compléter en répondant à ses questions.

  • Si vous avez passé des examens complémentaires depuis votre dernière consultation, ou si vous avez vu un autre spécialiste, pensez à lui amener tous les documents en votre possession.

  • Informez le aussi de changements éventuels dans votre état de santé ou dans votre situation familiale, ou même d’un changement d’adresse ou de numéro de téléphone, pour qu’il puisse tenir à jour votre dossier

Y a-t-il des papiers à fournir pour une consultation médicale ?

Vous devez bien entendu avoir votre carte vitale et votre carte de mutuelle, à jour, et, si vous bénéficiez de la CMU, d’apporter votre attestation, elle aussi àjour. Vérifiez-les à l’avance et gardez-les à portée de main pour la consultation. Enfin, n’oubliez pas d’avoir avec vous de quoi régler la consultation.

Devrais-je régler ma consultation médicale ?

Dans certains cas, la consultation pourra être prise intégralement en charge, dans d’autres non. Le montant de la consultation que vous devrez régler dépend de nombreux facteurs : lieu de consultation (hôpital secteur publique ou privé, libéral…), conventionnement du médecin (secteur 1 ou secteur 2), pathologie (affection de longue durée, accident du travail, maladie professionnelle …), couverture (mutuelle, maladie universelle complémentaire…), motif de la consultation (examen de prévention, pratique d’un acte médical).

Le mieux est vous renseigner au préalable auprès du secrétariat qui pourra, en outre, vous préciser la part remboursée par la sécurité sociale et la mutuelle éventuelle.

 

 

Une consultation médicale doit se préparer pour, qu’en un temps forcément limité, le médecin puisse se faire l’idée la plus précise possible de votre situation et de votre état de santé. Une consultation bien préparée est plus profitable pour vous, et vous évite une perte d’un temps précieux, pour vous et votre médecin. Un rendez-vous doit être pris pour chaque membre de votre famille si vous souhaitez venir le même jour afin qu’un temps de consultation suffisant profite à chacun de vous. Par ailleurs, pour une meilleure gestion des rendez-vous, il est bien de signaler que vous devez annuler votre rendez-vous. Si vous ne venez pas, prévenez, même la veille.   

 

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.
www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
chargement