Puis je pratiquer des sports en compétition avec mon diabète ? Medelli
Mettre en favori

Puis je pratiquer des sports en compétition avec mon diabète ?

Les diabétiques insulinodépendants peuvent pratiquer des sports en compétition en adaptant leur traitement aux efforts programmés.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Vous devez faire face à deux risquesen rapport avec votre état :

  • L’hyperglycémie peut être aggravée par l’activité physique, lorsque le taux sanguin d’insuline est bas au début de l’exercice. Dans ce cas, la glycémie est déjà souvent élevée et va monter davantage sous l’effet du stress de l’exercice. C’est pour cela que le sport ne vous est conseillé que si vous êtes correctement équilibré(e).

  • L’hypoglycémieest le risque essentiel que vous courez. L’activité physique fait baisser la glycémie. Si vous n’en tenez pas compte, elle peut baisser au-dessous du taux normal et entraîner une hypoglycémie. Cette hypoglycémie liée au sport a deux caractéristiques à connaître :
    - Elle peut survenir durant l’activité sportive elle-même, mais aussi après (dans la soirée, la nuit ou le jour suivant).
    - Lorsqu’elle survient, il faut non seulement apporter des sucres d’action rapide nécessaires, mais aussi reconstituer les réserves (glycogène des muscles et du foie) à l’aide de sucres à action prolongée.

Faut-il faire des glycémies capillaires (au doigt) pendant une activité sportive ?

Oui, cela peut être nécessaire pour adapter son traitement.
Faites souvent des glycémies capillaires en vous rappelant que la valeur n’est précise qu’au-delà d’une température de 10 ° C et au-dessous de 2 000 m d'altitude (se référer à la notice de votre lecteur de glycémie).

Il est important de bien suivre sa glycémie pour adapter son traitement pendant une activité sportive. Le principe est le même, quel que soit votre type de lecteur de glycémie : piquez un doigt et déposez une goutte de sang sur la bandelette. Puis insérez la bandelette dans le lecteur.Il est important de bien suivre sa glycémie pour adapter son traitement pendant une activité sportive. Le principe est le même, quel que soit votre type de lecteur de glycémie : piquez un doigt et déposez une goutte de sang sur la bandelette. Puis insérez la bandelette dans le lecteur.

Comment m’adapter à l’effort ?

1. Effort de courte durée
Le plus souvent, des sports d'intensité moyenne se pratiquant sur une durée de une à deux heures, probablement assez intenses (football, handball, athlétisme, tennis) et certains sports de fond (jogging, natation).

  • Avant l’effort, il faut savoir diminuer ses doses d’insuline en fonction des horaires et éviter d’injecter son insuline au niveau des membres. Maintenez un taux de glycémie plus haut que dans la vie courante.

  • Durant l’effort, s’il se prolonge, profitez d’une pause pour vous hydrater et vous recharger en sucres rapides ou mixtes.

  • Après l’effort,il faut parfois diminuer son insuline lente (à effet retardé) pour éviter l’hypoglycémie tardive.

2. Effort prolongé
Des sports se pratiquant durant une grande partie de la journée (marche sportive, randonnée, ski de fond, marche en raquette, cyclotourisme, VTT, etc.).

  • Avant l’effort, il faut diminuer l’insuline.

  • Pendant l’effort, il faut savoir se ravitailler.

  • Après l’effort, il faut contrôler sa glycémie et prendre une collation adaptée au résultat.

Pour bien vous équilibrer, apprenez à bien vous connaître.

Quels sports dois-je éviter ?

Certains sports ne sont habituellement pas conseillés :

  • Les sports mécaniques, les activités physiques violentes (boxe et arts martiaux intensifs, rugby).      

  • Les sports risquant d’entraîner une prise de poids (haltérophilie, lancer du poids, rugby).

  • Les sports de compétition de haut niveau, de même que les grands raids.

  • Les sports susceptibles de vous isoler (activités en solo).

  • La chasse et la pêche au gros, si elles entraînent des efforts violents et/ou prolongés, entrent aussi dans cette catégorie.

La plupart des pratiques sportives sont possibles en équipe et avec un encadrement compétent.

Quels sports présentent moins de risques ?

  • Certains sports sont plus abordables en tenant compte de l’âge, de la condition physique et du niveau d’entraînement.

  • Les sports d’endurance : marche sportive, randonnée, jogging, ski de fond, patinage, natation, voile, aviron, ski nautique, etc.

  • Les sports d’équipe : football, basket, volley, tennis, squash, danse, escrime, pelote basque, etc.

  • La gymnastique sous toutes ses formes, dans le cadre scolaire ou à titre de préparation physique, est toujours bénéfique.

Des diabétiques insulinodépendants ont gagné la coupe Davis, ont fait plusieurs fois le Tour de France cycliste et ont figuré dans leur équipe nationale de football. D’autres ont participé au Rallye Paris-Dakar
ou à la Transat des Alizés. Ils ont démontré qu’à un diabétique rien n’était impossible, à la condition de bien se connaître et d’être correctement traité et équilibré.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète Medelli
Mettre en favori

Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

Les repas

Prenez toujours trois repas par jour pour bien répartir l'énergie et les apports de sucre, afin d'éviter les variations importantes du taux de sucre dans le sang. Dans chaque repas, vous devez trouver votre ration de lipides, de glucides et de protéines.

Allez faire les courses avec une liste et l'estomac plein : la tentation sera moins forte. N'hésitez pas à lire les étiquettes, en recherchant la teneur en sucre (glucides) et gras (lipides) des aliments.

Au cours d'un repas, associez toujours les légumes et les féculents (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre, légumes secs) : les fibres des premiers ralentissent l'absorption des sucres des seconds. Ajoutez-y un morceau de viande ou de poisson, cuit avec le moins de matières grasses possible.

Mangez du poisson trois fois par semaine, si vous pouvez.

Retirez le gras visible de la viande avant de la faire cuire.

Pensez aux édulcorants pour sucrer vos yaourts.

Mangez 30 g de fromage de votre choix une fois par jour.

Les boissons

L'eau est la seule boisson indispensable. Un litre et demi par jour est le minimum, n'attendez donc pas d'avoir soif pour boire. Vous pouvez aussi consommer des sodas light : la plupart ne contiennent pas de sucre. Mais méfiez-vous des jus de fruits et lisez bien les étiquettes.

Sauf contre-indication, vous pouvez consommer un peu de vin à table, mais toujours avec modération.

A l'apéritif, si vous optez pour un verre d'alcool, mangez toujours quelque chose en même temps, en évitant les chips...

Le gras

Charcuterie, friture, cacahuètes, mayonnaise... pas plus d'une fois par semaine, mais sans culpabilité ! Et si vous faites un excès un jour, faites un peu plus d'exercice physique le même jour.

Variez les huiles et dosez-les à l'aide d'une cuillère à soupe : c'est plus fiable que le fameux «filet d'huile». Préférez les matières grasses végétales (huiles, margarines molles).

Pour les vinaigrettes, jouez avec les herbes fraîches, le citron, la moutarde, les épices.

Le sucre

Réduisez votre consommation de produits sucrés (pâtisseries, confiture, miel) : vous pouvez en consommer une fois par semaine en fin de repas, mais jamais en dehors des repas (sauf en cas d'hypoglycémie).

Prenez un dessert plaisir en fin de repas, une ou deux fois par semaine.

Mangez deux ou trois fruits par jour, mais attention : certains sont plus sucrés que d'autres. Il faudra donc en consommer moins. Votre diététicienne vous fournira les équivalences, par exemple entre les pommes, le raisin et les cerises.

Collation ou grignotage ?

Evitez le grignotage, pour cela faites vos trois repas par jour, sans en sauter un.

Une collation est autorisée dans certaines situations : si vous n'avez pas suffisamment mangé au repas précédent, si vous avez fait davantage d'exercice physique... Mais elle ne doit jamais être systématique.

Pour la collation, choisissez : un produit laitier, un fruit, votre portion de fromage de la journée. Méfiez-vous des biscuits de régime, trop riches en sucre.

Dans tous les cas, la collation doit être raisonnable et prise à table.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète. Medelli
Mettre en favori

11 idées pour une alimentation qui convient à une personne qui a du diabète.

Vous avez du diabète et votre médecin vous invite à modifier un peu votre alimentation. Choisissez parmi ces 11 suggestions, les sujets et les formats qui vous intéressent : 8 fiches, 2 vidéos, et 1 quiz pour vous guider et découvrir ce que vous devriez manger et ce que vous devriez éviter.
Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre Medelli
Mettre en favori

Les signes d'une hypoglycémie: un schéma pour comprendre

Ce schéma permet de visualiser simplement les signes d’une hypoglycémie. L’hypoglycémie correspond à un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Voici certains signes qui doivent vous alerter. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

www.afrh.fr

 

  • A ce stade, et surtout si vous êtes diabétique, vous devez immédiatement manger du sucre ou boire une boisson sucrée et arrêter toute activité physique, afin d’éviter une aggravation.

  • Vous ne devez vérifier votre glycémie capillaire avec votre lecteur de glycémie, qu’après avoir pris du sucre.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un endocrinologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement