Que dois-je savoir sur les oreillons ? Medelli
Mettre en favori

Que dois-je savoir sur les oreillons ?

Les oreillons sont devenus une infection rare, mais, si la maladie est le plus souvent bénigne, elle peut parfois être à l’origine de complications. Il existe un moyen efficace de prévention : la vaccination.

Comment se transmet et agit le virus des oreillons ?

Les « oreillons » sont une maladie virale très contagieuse due au virus dit ourlien. La transmission du virus se fait par l’air, par les minuscules gouttelettes que nous émettons en parlant, riant ou toussant. Chez une personne malade, ces gouttelettes peuvent être chargées de virus et contaminer l’entourage. Le virus peut aussi être présent sur des surfaces souillées par les sécrétions nasales d’une personne malade. Le virus des oreillons pénètre par les voies respiratoires, puis se répand par la circulation sanguine. Il gagne en particulier les parotides qui sont des glandes salivaires situées derrière la mâchoire, sous les oreilles. Des glandes extra-salivaires peuvent aussi être concernées : comme les testicules et le pancréas. Le virus peut aussi se localiser dans le système nerveux. L’infection par le virus ourlien confère une immunité à vie.

La maladie est-elle fréquente ?

Les oreillons étaient une maladie très fréquente jusqu’à ce que l’extension de la vaccination fasse baisser considérablement le nombre de cas en France : de près de 500 000 cas par an en 1986, nous sommes passés à moins de 6 000 cas actuellement, le plus souvent chez des personnes non ou incorrectement vaccinées.

Comment se manifeste la maladie ?

L’incubation est d’environ 3 semaines entre le contact avec le virus et les premiers signes de la maladie. Apparaissent d’abord de la fièvre, des maux de tête, des courbatures et une douleur à l’oreille. Puis, en quelques heures survient un gonflement douloureux sous une oreille à l’angle de la mâchoire inférieure. L’autre côté est aussi rapidement atteint. L’alimentation est difficile car la mastication et la déglutition sont douloureuses. Dans 20 à 30 % des cas, la maladie passe inaperçue.

Comment se soigne-t-on ?

Il n’existe pas de traitement à proprement parler des oreillons. Quelques mesures simples permettent toutefois de soulager les douleurs : mixer les aliments, donner à boire en éviter les jus de fruits acides, calmer la fièvre et les douleurs par des antalgiques. La maladie guérit spontanément.

Que faire si quelqu’un de mon entourage est atteint ?

Le maladeest contagieux 7 jours avant l’apparition des premiers signes et le reste 9 jours après. Si vous êtes bien vacciné ou si vous avez déjà eu les oreillons, vous n’avez pas de précaution particulière à prendre, vous êtes protégé. Dans le cas contraire, il est nécessaire de respecter les mesures d’hygiène pour limiter la propagation du virus (lavage des mains, mouchoirs à usage unique, lavage des surfaces contaminées). Si votre enfant est atteint, il doit être maintenu éloigné de l ‘école pendant 9 jours après l’apparition de la parotidite.

Les oreillons peuvent-ils donner lieu à des complications ?

La maladie est le plus souvent bénigne.

L’atteinte de certaines glandes extra-salivaires peut cependant donner lieu à des complications. En particulier, après la puberté, chez les adolescents et les jeunes adultes, une orchite (inflammation du testicule) peut survenir : le testicule grossit et devient douloureux. Les deux testicules peuvent être touchés. La guérison est obtenue généralement en 8 à 10 jours.

L’atrophie testiculaire dans les 2 à 6 mois suivants est très rare et pour qu’il y ait un impact sur la fertilité (hypofertilité ou stérilité), il faudrait une atrophie testiculaire bilatérale, ce qui est exceptionnel.

Moins souvent que le testicule, le pancréas peut aussi être touché (pancréatite pour inflammation du pancréas), atteinte qui se traduit par des douleurs abdominales. L'évolution est le plus souvent favorable.

Le système nerveux peut aussi être touché avec survenue d’une méningite (sans symptômes le plus souvent) ou d’une encéphalite (exceptionnelle).

Il est ainsi nécessaire de surveiller l’apparition éventuelle de signes de complications : fièvre supérieure à 40°, raideurs dans le cou, maux de tête, douleurs abdominales, douleurs des testicules. Ces signes doivent vous amener à reconsulter le médecin.

Lorsque les oreillons surviennent pendant le premier trimestre de la grossesse,ils peuvent provoquer un avortement spontané.

Comment se protéger de la maladie ?

La meilleure prévention reste la vaccination. Elle est pratiquée avec le vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), obligatoire pour tous les enfants à partir de 12 mois avec un rappel entre 16 et 18 mois.

Les personnes nées après 1980 devraient toutes avoir reçu 2 doses de vaccins.

Si ce n’est pas votre cas ou celui de vos enfants, un « rattrapage » est possible.

Quant à ceux qui sont nés avant 1980, ils peuvent aussi se faire vacciner s’ils ne l’ont pas été, s’ils n’ont pas eu les oreillons et s’ils vivent dans un milieu « à risque », par exemple au contact d’enfants. En revanche, la vaccination « post-exposition », réalisée après un contact avec une personne atteinte, n’est pas efficace pour empêcher l’apparition de la maladie (la réponse immunologique de l’organisme est trop lente).

Le vaccin est-il sans risque ?

Les complications graves sont extrêmement rares. Comme pour tous les vaccins, il est possible de voir apparaître une réaction locale au point d’injection, ou de la fièvre ou une éruption 7 à 12 jours après l’injection. Le vaccin ne contient pas d’aluminium ni de mercure et peut être reçu par les personnes allergiques à l’œuf.

Un article paru en 1998 faisait état d’un possible lien entre l’autisme et le vaccin ROR. De nombreuses autres études menées depuis ont fermement contredit cette association. Plusieurs des auteurs de l’étude de 1998 sont eux-mêmes revenus sur leurs conclusions.

La vaccination contre les oreillons a permis une diminution considérable du nombre de cas en France. La majorité des cas diagnostiqués surviennent chez des personnes non ou incorrectement vaccinés, démontrant que le respect des recommandations vaccinales avec le schéma à 2 doses est indispensable pour assurer une protection efficace.

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Vaccinations, je suis à jour Medelli
Mettre en favori

Vaccinations, je suis à jour

La vaccination sauve de nombreuses vies et a fait disparaître des maladies infectieuses de certaines régions du globe. La vaccination est aujourd'hui encore indispensable. Elle permet de se protéger et de protéger les autres.

 

En quoi consiste la vaccination ?

La vaccination consiste à introduire dans votre organisme une préparation dérivée ou similaire à un agent infectieux (virus ou bactérie) afin que votre corps développe une défense adaptée, appelée réponse immunitaire. Votre corps fabrique alors des cellules particulières dont certaines sont des cellules mémoires qui seront rapidement réactivées en cas d’infection naturelle et vous protégeront durant plusieurs années ou à vie. Il est parfois nécessaire de procéder à des rappels du vaccin pour réactiver cette mémoire immunitaire.

Quelle différence entre vaccination préventive et vaccination thérapeutique ?

La vaccination préventive prépare votre organisme à se défendre avant qu'il ne soit infecté.

La vaccination thérapeutique stimule votre système immunitaire et aide votre organisme à réagir alors qu’il est déjà infecté. La rage est ainsi traitée par un vaccin thérapeutique après une morsure à risque, mais le vaccin est aussi employé en prévention. Des vaccins thérapeutiques contre le VIH et le cancer sont actuellement au stade expérimental.

Les vaccins sont-ils obligatoires?

En France, les vaccinations obligatoires sont:

Les autres vaccinations indiquées dans le tableau ci-dessous sont recommandées. Votre médecin vous informera sur leur importance, selon votre situation.

Pourquoi dois-je me faire vacciner contre des maladies dont je n’entends plus parler ?

De nombreuses maladies infectieuses ont disparu, ou quasiment disparu dans certaines régions du monde, mais continuent à se propager ailleurs. La vaccination vous protégera et, si l’ensemble de la population est vaccinée, empêchera la réapparition de ces maladies.

Et si je pars à l'étranger ?

Il est indispensable de vous protéger contre les maladies qui sont présentes dans le pays que vous allez visiter. Pour bien préparer vos voyages, renseignez-vous et prévoyez une consultation chez votre généraliste ou dans un centre de vaccination spécialisé (centre de certaines compagnies aériennes, Institut Pasteur, service hospitalier de maladies infectieuses, etc.).Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer dans certains pays.

 

Mon tableau de vaccinations

QUAND

VACCIN

INFORMATIONS

Fait le

A faire

 

A la naissance

 

 

 

 

 

 Hépatite B

Pour les enfants à risque

 

 

1 mois

BCG

Pour les enfants à risque. *Rattrapage jusqu'à 15 ans pour les non vaccinés.

 

 

2 mois

DTCPH

1re injection.

 

 

Hépatite B

1re injection, pour tous les enfants. *Rattrapage jusqu'à 15 ans pour les non vaccinés.

 

 

Pneumocoque

 1re injection.

 

 

4 mois

DTCPH

2e injection.

 

 

Hépatite B

2e injection, pour tous les enfants.

 

 

Pneumocoque

2e injection.

 

 

5 mois

Méningocoque C

*Rattrapage possible jusqu'à 24 ans pour les non vaccinés.

 

 

6 mois

Grippe

Tous les ans, pour les enfants atteints de certaines pathologies

 

 

11 mois

DTCPH

3e injection.

 

 

Hépatite B

3e injection, pour tous les enfants.

 

 

 

 

 

 

Pneumocoque

3e injection.

 

 

12 mois

ROR

1re injection.

 

 

Méningocoque C

2e injection

*Rattrapage possible jusqu'à 24 ans pour les non vaccinés.

 

 

Hépatite A

Pour les enfants à risque

 

 

Varicelle

Pour les enfants à risque, n’ayant jamais été en contact avec le virus.

 

 

16 à

18 mois

ROR

2e injection, à faire avant 24 mois.

 

 

6 ans

DTP

2e rappel.

 

 

Coqueluche

2e rappel.

 

 

ROR

*Rattrapage possible jusqu'à 17 ans (1 ou 2 injections).

 

 

11 à 13 ans

DTP

3e rappel.

 

 

Coqueluche

3e rappel.

 

 

1 à 15 ans

Hépatite B

*Rattrapage possible (2 ou 3 injections)

 

 

11 à 14 ans

Papillomavirus

 Pour l'adolescente, *rattrapage possible jusqu’à 19 ans).

 

 

12 à 18 ans

Varicelle

Pour les adolescents sans antécédent ou dont l'histoire est douteuse, après sérologie préalable

 

 

14 à 19 ans

Papillomavirus

Pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, *rattrapage possible jusqu’à 26 ans).

 

 

25 ans

 

DTP

4e rappel.

 

 

Coqueluche

4e rappel. *Rattrapage possible jusqu'à 39 ans.

 

 

45 ans

DTP

5e rappel.

 

 

65 ans

DTP

6e rappel, puis tous les 10 ans.

 

 

Grippe

 

Tous les ans à partir de 65 ans.

 

 

Zona

La vaccination est recommandée chez les personnes âgées de 65 à 74 ans inclus. 

   

Âge adulte

 

ROR

*Rattrapage possible avant de devenir parent.

 

 

Grippe

Tous les ans, pour les femmes enceintes, les personnes obèses (IMC ≥ 40), et les personnes à risque.

 

 

Varicelle

 Dans les 3 jours qui suivent une exposition, chez la femme en âge de procréer et certains cas particuliers

 

 

 

Hépatite A

Chez les personnes à risque

 

 

DTCPH : diphtérie-tétanos-coqueluche-poliomyélite-haemophilus.
BCG : tuberculose.

ROR : rougeole-oreillons-rubéole.
DTP: diphtérie-tétanos-poliomyélite.  

*Rattrapage : si vos vaccins ne sont pas « à jour », il n’est pas nécessaire de tout recommencer. Il suffit de reprendre la vaccination où elle a été arrêtée. On parle alors de « rattrapage ».

 Le calendrier vaccinal peut être différent si votre enfant est prématuré ou à risque, si vous souffrez de certaines pathologies (personnes immunodéprimées, personnes qui ne possèdent pas de rate, etc.), ou vivez en contact avec des personnes à risque. Votre médecin généraliste vous informera et adaptera votre prise en charge ou celle de votre enfant en fonction de ces particularités.

 Depuis quelques années, la France, comme les autres pays, fait face à des ruptures d’approvisionnement de certains vaccins. Cette situation peut conduire les autorités à adapter la stratégie vaccinale, en définissant des populations prioritaires et proposant des schémas et modalité d'administration alternatifs. Il vous est conseillé de vous rapprocher de votre médecin traitant qui vous conseillera et vous orientera si nécessaire.

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je découvre les informations pratiques du centre de vaccinations Air France Medelli
Mettre en favori

Je découvre les informations pratiques du centre de vaccinations Air France

La page du site d’Air France dispense toutes les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque, ainsi que les vaccinations adéquates.

http://www.vaccinations-airfrance.fr/vaccinations-airfrance.fr

THÈME

Site consacré aux mesures sanitaires et aux vaccinations pour les voyageurs.

CEUX QUI SONT CONCERNÉS

Les voyageurs et les professionnels du tourisme.

OBJECTIF

Il s’agit de sécuriser au maximum les voyages à l’étranger en informant les voyagistes et les voyageurs sur les principales maladies et les zones géographiques où elles sont actives, ainsi que sur les vaccins et les traitements qui permettent de les prévenir.

ORIGINE

Page du site officiel d’Air France.

CONTENU

Le site met en ligne un descriptif des principales maladies contre lesquelles il faut se prémunir, leurs symptômes, les zones à risque, tout en offrant toutes les informations nécessaires pour se faire vacciner ou pour s’en protéger. Dans tous les cas, demandez l'avis de votre médecin traitant.

LES PLUS

Une page qui va à l’essentiel, les explications sont très claires et permettent efficacement au visiteur de tout savoir sur les risques encourus et les moyens de se protéger.

CENTRE DE VACCINATIONS INTERNATIONALES AIR FRANCE
148, rue de l’Université,
75007 Paris.

Lundi – vendredi : 9h à 17h00.

Samedi : 9h à 16h00.
Tél : 01 43 17 22 00 ou 08 92 68 63 64.

Email : vaccinations@airfrance.fr.

 

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non
Je crée mon carnet de vaccination électronique pour être mieux vacciné Medelli
Mettre en favori

Je crée mon carnet de vaccination électronique pour être mieux vacciné

Mesvaccins.net vous permet de créer votre carnet de vaccination électronique pour être mieux vacciné, sans défaut, ni excès. Faites le point sur vos vaccinations en 30 secondes et obtenez des conseils sur les vaccinations nécessaires avant un départ en vacances.

https://www.mesvaccins.net/Mesvaccins.net

THÈME

Site dédié à l’information sur la vaccination et permettant un suivi personnalisé de son carnet de vaccination.

CEUX QUI SONT CONCERNÉS

Le site s’adresse à tous, et plus spécialement aux personnes nécessitant un suivi régulier de leurs vaccins (parents, personnes âgées, voyageurs, etc.).

OBJECTIF

Le site mesvaccins.net permet à chacun de créer son carnet de vaccination électronique et d’obtenir ainsi des conseils personnalisés et précis sur les prochains vaccins indispensables. Il répond aux questions sur la vaccination et informe sur les vaccins utiles en fonction de l’état de santé, des conditions de vie et des projets de voyage.

ORIGINE

Mesvaccins.net a été créé en 2009 par le Groupe d’Etude en Préventologie (GEP) à l’initiative du Professeur Jean-Louis Koeck, pour palier au décalage existant entre les recommandations vaccinales nationales et leur application.

CONTENU

Un espace interactif et personnalisé permet de créer son carnet de afin de le partager avec son médecin traitant, d’y avoir accès à n’importe quel moment, de recevoir des recommandations vaccinales personnalisées et les rappels des vaccinations à venir.
Un espace est dédié à la préparation des voyages et donne toutes les recommandations sur les vaccinations indispensables.
Enfin, le site informe sur les actualités vaccinales, les calendriers vaccinaux, les maladies à prévention vaccinales et les centres de vaccination en France et à l’étranger.

LES PLUS

Sur le site, vous trouverez un lien pour télécharger l’application mobile du carnet de vaccination électronique sur Androïd et iPhone.
Un espace est également consacré aux professionnels de santé.

 

Mesvaccin.net
Groupe d’étude en préventologie
351 route de Toulouse
33140 VILLENAVE D'ORNON
Tél. : 05 47 47 74 23

Courriel : contact@mesvaccins.net

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un médecin généraliste
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prendre rendez-vous
chargement