SIDA : les femmes davantage touchées Medelli
Mettre en favori

SIDA : les femmes davantage touchées

« A l’échelle mondiale, le SIDA reste la première cause de mortalité chez les femmes de 15 à 44 ans », expliquent AIDES et Coalition PLUS*. Principales victimes, les femmes en âge de procréer dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Ainsi, en Afrique australe et orientale, les jeunes filles représentent à elles seules 80% des nouvelles infections rapportées chaque année.

En dix ans, le taux de décès des femmes séropositives a diminué de 50% grâce à la prévention (services cliniques, psychosociaux, groupes de parole, aide juridique, formation d’agents sanitaires…). Mais les avancées médicales - préventives ou thérapeutiques - ne suffisent pas à protéger efficacement la population féminine.

Comment expliquer cette fragilité ?

Ce fléau perdure du fait de failles dans l’accès aux soins. « Les femmes et les jeunes filles ont plus difficilement accès aux services de prévention et dépistage ainsi qu’aux traitements ». Autre facteur, la discrimination au sein des foyers. « Les femmes sont très exposées au VIH et le sont encore plus avec un mari aux multiples épouses », explique le Dr Bintou Dembele, administratrice de Coalition PLUS et d’ARCAD-SIDA au Mali. « Quand elles ont des soupçons d’infidélité, elles ont peu de moyens de pression pour imposer le préservatif ». Par ailleurs, les budgets alloués à la prévention restent pour l’heure insuffisants. Selon l’ONU, 8 milliards de dollars manquent tous les ans pour éradiquer la maladie d’ici à 2030.

Protéger les plus vulnérables

Face à cette carence, Coalition PLUS et AIDES appellent à l’investissement de la communauté internationale. Autre levier pour enrayer la propagation du VIH, intervenir davantage dans les domaines de la santé maternelle, néonatale et infantile. C’est-à-dire toutes les périodes d’exposition au risque d’une femme en âge de procréer. Enfin, les victimes de violences sexuelles, deux fois plus exposées à une contamination par le VIH comparées aux femmes épargnées par ces violences, doivent elles aussi bénéficier d’une prise en charge renforcée.

*: COALITION PLUS est née en 2008 de la réunion des associations communautaires luttant contre le VIH /SIDA : AIDES (France), ALCS (Maroc), ARCAD-SIDA (Mali), COCQ-SIDA (Québec)

Source : AIDES, Coalition PLUS, le 3 mars 2016
Document rédigé par Destination santé.

Crédit photo : Riccardo Mayer/Shutterstock.com

Avez-vous trouvé cet article intéressant ?   Oui   /   Non

Les fiches récemment consultées

Avec Medelli, trouvez aussi un infectiologue
près de chez vous

Rechercher
En savoir plus ? Parlez-en avec un médecin.
Prenez rendez-vous
chargement